Vidéo

Heurts entre manifestants et forces de l'ordre le 26 avril 2017 à Caracas, au Venezuela / © AFP / FEDERICO PARRA

Caracas, 21 juil 2017 (AFP) - Deux jeunes manifestants ont été tués jeudi au Venezuela lors d'affrontements survenus au cours de la grève générale convoquée par l'opposition contre le président Nicolas Maduro, a annoncé le Parquet. L'opposition veut que M. Maduro renonce à son projet de modifier la Constitution et quitte le pouvoir. Les deux manifestants tués, âgés l'un de 24 ans et l'autre de 23 ans, participaient respectivement à des rassemblements à Los Tuques, une banlieue de Caracas, et à Valencia, dans le nord du Venezuela, a déclaré le Parquet, sans donner d'indications sur les responsables de ces décès. Le manifestant qui a péri à Los Tuques a été tué par balle, a précisé le Parquet, qui a ajouté qu'une dizaine de personnes avaient été blessées au cours de ces affrontements. Ces deux décès portent à 99 le nombre de personnes tuées en près de quatre mois de manifestations de l'opposition contre M. Maduro. Dans plusieurs quartiers de Caracas et d'autres villes comme Maracaibo, dans l'ouest du pays, les rues étaient bloquées par des barricades depuis le matin en raison de la grève générale. Des affrontements avec la police ont éclaté à divers endroits, notamment dans les banlieues de l'est et l'ouest de la capitale ainsi que dans les Etats de Zulia (nord-est), Aragua (centre) et à Isla Margarita, a constaté l'AFP. Les forces de sécurité ont fait usage de gaz lacrymogène et de plomb de chasse pour disperser les manifestants. A Los Ruices, à l'est de Cararas, les manifestants se sont affrontés à coups de pierres avec les employés de la télévision publique VTV. Recevez gratuitement les dernières nouvelles locales et internationales directement sur votre téléphone: Téléchargez l’application Loop News Caribbean sur Google Play Store:http://bit.ly/1HHj2Uu Téléchargez l’application Loop News Caribbean sur l’App Store :http://apple.co/2e3q1Lk

O.J. Simpson./ Photo: CNN

L'ex-star de football américain O.J. Simpson a obtenu jeudi sa libération anticipée de prison après neuf ans derrière les barreaux pour sa participation à un vol à main armée. La commission des libérations conditionnelles de l'Etat du Nevada a voté à l'unanimité et O.J Simpson, 70 ans, pourrait retrouver la liberté dès le 1er octobre de cette année. "C'était un crime grave. Vous méritez d'avoir été envoyé en prison (...). La question est de savoir si vous avez passé suffisamment de temps en prison pour ce dossier", a déclaré l'un des membres de la commission Tony Corda avant d'accorder son vote en faveur d'une libération anticipée. "J'ai fait mon temps" a auparavant plaidé O.J. Simpson par vidéoconférence depuis sa prison de Lovelock (Nevada), au cours d'une audience retransmise en direct par les grandes chaînes d'informations américaines. "Si j'avais fait preuve d'un meilleur jugement à l'époque, rien de tout cela ne serait arrivé", a poursuivi M. Simpson à propos du vol à main armée de deux marchands de souvenirs sportifs, en septembre 2007, pour lequel il a été condamné en octobre 2008 à une peine allant de neuf à 33 ans d'incarcération. Célèbre dans le monde entier pour avoir été acquitté du meurtre de son ex-femme et de l'ami de cette dernière après un procès retentissant et ultra-médiatisé, O.J. Simpson a été reconnu coupable de douze chefs d'accusation dont vol à main armée, agression et enlèvement. Il s'était rendu en septembre 2007 en compagnie de cinq complices --dont deux étaient armés-- dans un hôtel-casino de Las Vegas pour dérober des souvenirs sportifs. L'ex-athlète a affirmé qu'il essayait simplement de récupérer ces objets qui lui avaient été volés par les deux vendeurs spécialisés dans ce type de marchandises qui ont été agressés par le groupe. Mais sa version n'avait pas convaincu un jury de Las Vegas. En 2013, il avait toutefois obtenu une liberté conditionnelle concernant certains volets de sa sentence. La commission a examiné jeudi les condamnations restantes. O.J. Simpson a bénéficié du témoignage de l'une des victimes du vol de 2007, Bruce Fromong, qui a plaidé jeudi en sa faveur. "Il est temps de lui donner une seconde chance. Il est temps pour lui de rentrer chez lui avec sa famille, ses amis. C'est un homme bon qui a fait une erreur", a-t-il dit à l'audience. Né à San Francisco le 9 juillet 1947, O.J. Simpson est devenu célèbre dans les années 1970 grâce à ses performances au sein de l'équipe des Buffalo Bills. Séduisant, charismatique, il a conservé une popularité immense bien après sa retraite de la NFL en 1979, poursuivant notamment une carrière d'acteur. Mais le 12 juin 1994, son ex-femme Nicole Brown --ils ont été mariés de 1985 à 1992-- est découverte morte à Los Angeles dans une mare de sang, au côté de son ami Ronald Goldman, lui aussi sauvagement assassiné. Après une poursuite en voiture de plusieurs heures, suivie en direct par des millions de téléspectateurs, il est arrêté par la police. Au terme d'un procès spectaculaire retransmis pendant neuf mois en direct à la télévision, un jury de Los Angeles l'acquitte. Cette décision provoque une vague d'indignation aux relents de racisme, car l'ex-joueur est noir et les deux victimes étaient blanches. Son acquittement au pénal ne l'a pas empêché d'être reconnu responsable de leur mort lors d'un procès civil en 1997. Il a été condamné à payer plus de 33 millions de dollars à leurs familles, ce qu'il n'a jamais fait. Si son emprisonnement a écarté l'ex-joueur du feu des projecteurs, la fascination qu'il suscite reste bien vivace. La série de presque huit heures qui lui a été consacrée, "O.J.: Made in America", a reçu en février l'Oscar du meilleur documentaire. Recevez gratuitement les dernières nouvelles locales et internationales directement sur votre téléphone: Téléchargez l’application Loop News Caribbean sur Google Play Store:http://bit.ly/1HHj2Uu Téléchargez l’application Loop News Caribbean sur l’App Store :http://apple.co/2e3q1Lk


Le chercheur Arnaud Dandoy a abordé la question lors d’une journée scientifique mercredi 7 juin 2017, à l'Hôtel Royal Oasis. Professeur à l’Université d’Etat d’Haïti, Arnaud Dandoy travaille sur les thématiques liées à la Justice et la Sécurité en Haïti. Il a récemment mené une recherche avec le professeur Roberson Edouard au pénitencier national. Pas moins de 894 prisonniers se sont prêtés à l’exercice. De cet échantillon aléatoire, « 58% d’entre [des prisonniers] ont déclaré ne pas ses sentir en sécurité dans leur cellule ». Pères de famille pour la plupart, 80% d’entre eux n’ont pas reçu la visite d’un avocat. Ils sont principalement incarcérés pour association de malfaiteurs (22%), vol (22%), viol (15) et homicide (12%). Avec ses travaux sur la prison mais aussi sur les brigades de vigilance dans les quartiers populaires de l’aire métropolitaine de Port-au-Prince, Arnaud Dandoy veut, «à travers la recherche, développer des connaissances et des outils qui puissent aider les autorités publiques à reformer les politiques pénales et de sécurité en Haïti.» Il préconise la mise en place, dans le secteur de la justice, de programmes de recherches scientifiques qui visent à développer les recherches et les connaissances sur des thématiques précises en matière de sécurité et de justice. Et le développement d’un esprit critique sur ces problématiques en particulier au niveau des inégalités. L’Université,à quoi bon ? Pour se former, surement. Protester occasionnellement. S’offrir un job, plus rarement... Aussi correctes que puissent être ces réponses, elles ratent cependant un composant essentiel: le service à la communauté. Pourquoi? Parce qu’il faut penser la société et guider l’action publique. Parce que l’Université existe pour outiller, débroussailler et inspirer par le cogito et la recherche, des décisions individuelles et collectives éclairées. Cette fonction, démocratique et citoyenne, l’Université la partage avec les médias. Ce qui justifie le partenariat de LoopHaiti avec le regroupement de chercheurs qui a organisé début juin la «Journée d’Etudes scientifiques» sur les enjeux théoriques, méthodologiques, épistémologiques et politiques de la «Sécurité et la Justice en Haïti». La présente vidéo fait partie d’une série de neuf. Les chercheurs qui y sont interrogésaident à penser la problématique au travers de leurs recherches scientifiques.

Labadee. Photo : Pinterest

Dans une liste dressée par USA Today, Labadee (Haïti) arrive troisième parmi les meilleurs endroits au monde pour faire de la tyrolienne. Du haut de ses 34 ans et de son million de tirages, le journal USA Today est catégorique: Labadee fait partie des meilleurs endroits au monde pour faire de la tyrolienne. Au fait, sur une liste de 8 sites, Labadee arrive en 4e place avec la «plus longue tyrolienne sur eau au monde». A 500 pieds au-dessus des eaux bleues et des plages idylliques de l'île, les aventuriers atteignent environ 50 km / h et atterrissent dans une crique rocheuse appelée Dragon's Breath Rock. Cette tyrolienne a principalement pour usagers des passagers en croisière grâce au port à proximité. Dans la liste de «USA Today», on retrouve l’Arenal Volcano du Costa Rica, le Waiheke Island de la Nouvelle Zélande, l’Orocovis du Porto Rico et même la Tour Eiffel en France qui, de façon provisoire a vu l’installation d’une tyrolienne à accès gratuite pour les touristes de la ville lumière. Recevez gratuitement les dernières nouvelles locales et internationales directement sur votre téléphone: Téléchargez l’application Loop News Caribbean sur Google Play Store:http://bit.ly/1HHj2Uu Téléchargez l’application Loop News Caribbean sur l’App Store :http://apple.co/2e3q1Lk


Facebook se prépare à laisser les médias qui proposent du contenu sur sa plateforme limiter le nombre d'articles en libre accès et proposer des abonnements

Facebook se prépare à laisser les médias qui proposent du contenu sur sa plateforme limiter le nombre d'articles en libre accès et proposer des abonnements, à l'instar de ce qu'ils font déjà sur leurs propres sites. Lancée en mai 2015, la fonction "Instant Articles" permet aux éditeurs de presse de publier des articles adaptés à la plateforme, avec un temps de chargement réduit, sans passer par le site propre du titre de presse. Jusqu'ici, la totalité du contenu publié par ce biais était en accès gratuit, sans restriction. Facebook travaille actuellement avec des éditeurs pour leur permettre de mettre en place une limite d'articles consultables gratuitement chaque mois, a indiqué mercredi à l'AFP une source proche du dossier. Au-delà, les éditeurs pourront, comme ils le font sur leur propre site, bloquer l'internaute et lui proposer de s'abonner pour avoir librement accès à leur contenu, a-t-on indiqué de même source. Même si les discussions sont encore en cours, elles s'orientent vers un seuil situé à dix articles ou plus pour chaque éditeur. Le projet prévoit que les internautes déjà abonnés à un média en ligne auront accès au contenu de ce média sur Facebook, sans restriction. Les éditeurs qui le souhaitent pourront conserver le modèle en accès totalement libre et gratuit, tout en bénéficiant de la fonction "Instant Articles". Le lancement est prévu en fin d'année, sous forme d'essai incluant un petit groupe d'éditeurs, Facebook visant le mois d'octobre, selon la source proche du dossier. Si le test est concluant, le réseau social prévoit d'augmenter le nombre d'éditeurs partenaires en 2018. Sollicité par l'AFP, Facebook n'a évoqué que des "discussions préliminaires avec plusieurs éditeurs de presse pour savoir comment nous pourrions mieux soutenir leur modèle économique basé sur l'abonnement, sur Facebook", selon Campbell Brown, responsable des nouveaux partenariats, dans une déclaration transmise à l'AFP. Se pose la question du partage des revenus, nerf de la guerre sur internet. Interrogé par l'AFP sur la répartition du chiffre d'affaires généré par les abonnements réalisés via Facebook, le réseau social n'a pas apporté de réponse. Recevez gratuitement les dernières nouvelles locales et internationales directement sur votre téléphone: Téléchargez l’application Loop News Caribbean sur Google Play Store:http://bit.ly/1HHj2Uu Téléchargez l’application Loop News Caribbean sur l’App Store :http://apple.co/2e3q1Lk

L'équipe d'Haiti participant à la première édition du concours robotique de Fist Global à Washington./Photo: François Joseph Berwith

La finale de la première édition du concours international robotique qui a rassemblé à Washington 163 pays participants s’est tenue hier mardi 18 juillet. Haïti, devance de nombreux grands pays américains dont le Brésil et le Canada. C’est l’Institution Nouvelle Source (autrefois La Source), situé à la rue Pélican (Clercine), qui a représenté Haïti à ce grand concours qui a rassemblé de nombreux pays issus de tous les continents. First Global Challenge, initiateur et organisateur de cette compétition qui promeut la science et aiguise l’intérêt de jeunes pour la technologie, a publié le classement des pays qui ont cumulé plus de points àl’issue de la finale qui s’est tenue hier mardi 18 juillet à Washington. Haïti, en cumulant 484 points, devance de nombreux pays de la Caraïbe dont Jamaïque (481 points), Suriname (480), Sainte-Lucie (472), mais de nombreux autres du continent américain comme le Mexique (407, le Canada qui a totalisé350 points et le Brésil (348). Quant au pays voisin (République Dominicaine), elle n’a récolté que 402 points. Ce tournoi lancé par «First Global», organisation à but non-lucratif, autour du thème «H20 Flow» entend encourager les jeunes du monde entier vers l’ingénierie et les Mathématiques. Il s’agit pour les pays participants et dans le cadre de ce tournoi de ramasser et de disposer dans leurs places respectives, plus d’une cinquantaine de petites boules en moins de 3 minutes à l’aide d’un robot préalablement imaginé, confectionné et programmé dans leur pays d’origine à partir d’un Kit proposé par la First Global. Recevez gratuitement les dernières nouvelles locales et internationales directement sur votre téléphone: Téléchargez l’application Loop News Caribbean sur Google Play Store:http://bit.ly/1HHj2Uu Téléchargez l’application Loop News Caribbean sur l’App Store :http://apple.co/2e3q1Lk


Agenda

"2017-06-06","2017-06-07","2017-05-20","2017-05-21","2017-06-08","2017-06-09","2017-06-15","2017-06-16","2017-06-17","2017-06-24"No Events Found