AFP/Archives / ALEJANDRO PAGNI

Una ambulance Ă  Buenos Aires, en janvier 2015

Les pompiers argentins ont dû abattre un mur pour permettre à une femme de 490 kilos de sortir de chez elle afin d'être hospitalisée pour des soins, a annoncé mercredi la presse locale. Isabella est âgée de 32 ans et vit à Rosario, à 340 kilomètres au nord de Buenos Aires. Il a fallu l'évacuer de sa maison allongée sur son lit qui a été hissé à bord d'un camion de la défense civile, selon les images publiées par le quotidien Clarin. Isabella vit prostrée depuis des années et une grande partie de son corps a perdu toute sensibilité. Des tumeurs sont apparues sur ses jambes dues à son obésité extrême. "J'ai toujours été grosse. J'ai abandonné l'école en raison des discriminations dont j'ai souffert. J'ai repris les études sur le tard pour être quelqu'un dans cette vie. Cela paraît aujourd'hui impossible", a-t-elle confié à Clarin. Isabella pesait 130 kilos il y a huit ans, à la mort de son père, et est tombée en dépression. "Je veux me soigner et vivre", a lancé la jeune femme avant d'être conduite à l'hôpital provincial de Rosario.

Des migrants sur une base navale à Tripoli, après avoir été secourus en mer par la marine libyenne, le 4 novembre 2017. © REUTERS/Ahmed Jadallah // Source:rfi

Le vice-premier ministre du gouvernement libyen d'union nationale (GNA) a annoncé dimanche l'ouverture d'une enquête sur des cas d'esclavage près de la capitale libyenne dénoncés par un documentaire choc la semaine dernière de la chaine américaine CNN. Ahmed Metig a exprimé "son mécontentement" dans un communiqué diffusé dimanche sur Facebook après la diffusion de documentaires sur "la réapparition du commerce d'esclaves dans la banlieue de Tripoli". M. Metig "a affirmé qu'il chargera une commission d'enquêter sur ces rapports de presse afin d'appréhender et soumettre les responsables à la justice", selon le texte. Un récent reportage de CNN montrant des migrants vendus aux enchères en Libye, et largement partagé sur les réseaux sociaux, a provoqué une forte émotion, suscitant des réactions indignées en Afrique et à l'ONU. On y voit notamment, sur une image de mauvaise qualité prise par un téléphone portable, deux jeunes hommes. Le son est celui d'une voix mettant aux enchères "des garçons grands et forts pour le travail de ferme. 400... 700..." avant que la journaliste n'explique: "ces hommes sont vendus pour 1.200 dinars libyens -- 400 dollars chacun". Un millier de personnes ont manifesté samedi à Paris pour dénoncer cette situation, selon la préfecture de police. Depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi, les passeurs, profitant du vide sécuritaire et d'une impunité totale en Libye, font miroiter à des dizaines de milliers de personnes cherchant une vie meilleure un passage vers l'Italie qui se trouve à 300 kilomètres des côtes libyennes. Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), près de 156.000 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe par la mer depuis le 1er janvier (contre près de 341.000 durant la même période en 2016), dont 73% en Italie. Près de 3.000 sont morts en tentant la traversée.


Manifestation au Cap-Haïtien. Photo et vidéo : Benjy Oricia

Manifestation au Cap-Haïtien alors que le président, des sénateurs et ministres sont dans la ville pour commémorer Vertières et lancer officiellement l'armée d'Haïti. Dispersés dans un premier temps, les protestataires se sont regroupés pour entre autres, dénoncer la remobilisation de l'armée d'Haïti.

Les photos sont de la présidence et de Nelson Deshommes, un de nos collaborateurs sur place

18 novembre 1803, l’armée professionnelle française détale, dans la débandade devant une armée d’esclaves. Quelques mois plus tard, Haiti deviendra la première république noire libre au monde. 214 ans après, le pays s’apprête à re-faire l’histoire, ressusciter l’armée qui n’aura rien à voir avec celle dissoute il y a quelques décennies. Celle qui estropiait. Celle, politisée, qu’on utilisait pour taire les opposants, faire régner l’ordre et garantir le statuquo. C’est dans ce climat que se déroulent au Cap-Haitien aujourd’hui 18 novembre 2017 les commémorations de «Vertières». Le président de la république, des sénateurs et des dignitaires du pouvoir en place sont sur place. Nous aussi. Par un temps gris, la journée a commencé à Vertières où le président a déposé une gerbe de fleurs aux pieds des héros. A présent, se déroule le traditionnel te deum présidé cette année par le monseigneur Max Le Roy Mésidor. Puis, les soldats de la nouvelle armée d’Haiti paraderont. Entre temps, un début de manifestation vient d’être (11h AM) dispersé par la PNH. Les protestataires tentent de se regrouper. Ci-après, nos premières photos. Cet article sera mis à jour progressivement.


AFP / WANG Zhao

China has not only overtaken the US in sheer numbers, but also in aggregate performance of supercomputers

La Chine compte un nombre record de super-ordinateurs en haut du palmarès mondial, dépassant une fois encore les Etats-Unis, selon l'étude d'un site internet spécialisé. Le pays asiatique consolide ainsi sa place de puissance dominante du secteur, acquise l'an passé. Au total, 202 des 500 super-ordinateurs les plus rapides du monde se trouvent actuellement en Chine, d'après le classement de référence TOP500 (www.top500.org). Les Etats-Unis en comptent 143. [related node_id='f6661bef-245f-4b18-8dc8-0692e5d16e62']La liste, publiée deux fois par an, évalue les machines en fonction de leur rapidité lors de tests réalisés par des experts allemands et américains. "C'est le nombre le plus élevé de super-ordinateurs que la Chine ait jamais compté dans le classement TOP500", a indiqué l'étude publiée lundi, "la présence américaine se réduisant à son plus bas niveau depuis la création de la liste". Les super-ordinateurs sont des outils très utiles pour la recherche scientifique: ils peuvent réaliser des calculs extrêmement rapides dans de nombreux domaines, des prévisions météo à la conception de missiles. La Chine devance également les Etats-Unis en termes de puissance brute de ses super-ordinateurs. Les deux plus rapides du monde, le Sunway TaihuLight et le Tianhe-2 (Voie lactée-2) se trouvent dans le pays asiatique. Ils sont suivis par un appareil venu de Suisse (3e) et un autre du Japon (4e). Le "Titan", premier superordinateur américain de la liste, est cinquième. La Chine avait surpassé les Etats-Unis pour la première fois en 2016 en termes de nombre de super-ordinateurs dans la liste du TOP500 (167 contre 165). Le pays asiatique prévoit de lancer en 2018 un super-ordinateur encore plus puissant, dit "Exascale". Pékin espère avec cet appareil gagner la course mondiale à la conception de la première machine capable d'opérer un milliard de milliards de calculs par seconde.

Fini le petit badge bleu: le réseau social Twitter a annoncé qu'il modifiait sa politique sur les comptes certifiés et qu'il se réservait dorénavant le droit de retirer le précieux sésame aux comptes qui ne respectent pas ses conditions d'utilisation. L'annonce intervient après une polémique qui a éclaté quand des néo-nazis et des suprémacistes blancs ont vu leurs comptes être certifiés. Le badge bleu "permet d'assurer aux utilisateurs l'authenticité d'un compte d'intérêt public", explique Twitter sur son site. Il est souvent accordé aux responsables politiques, artistes, sportifs, journalistes ou diverses célébrités pour leur accorder plus de poids et de légitimité sur le réseau social. L'entreprise se réserve le droit de l'accorder au cas par cas, après demande des utilisateurs. Mais dans son annonce mercredi, Twitter a reconnu que dans son processus de certification il n'avait jusqu'ici pas pris en compte l'existence de messages tels que les discours haineux, les appels à la violence ou tout autre discours ne respectant pas ses conditions d'utilisation. "Nous travaillons sur un nouveau programme d'authentification et de vérification. En attendant, nous n'acceptons plus de demandes de vérification", a déclaré l'entreprise dans un tweet. "Nous passons en revue nos comptes certifiés et retirerons leur certification aux comptes qui ne respectent pas les nouvelles directives". Le petit badge bleu précédemment accordé à Richard Spencer, l'une des figures de la droite suprémaciste blanche américaine, a ainsi été retirée. "Je ne suis plus vérifié! On n'a plus le droit d'être blanc et fier de l'être de l'être ?", a-t-il réagi dans un tweet.


Agenda

"2017-06-06","2017-06-07","2017-05-20","2017-05-21","2017-06-08","2017-06-09","2017-06-15","2017-06-16","2017-06-17","2017-06-24"No Events Found