Photo prise le 8 juillet 2020 d'un laboratoire dans l'université de Tel-Aviv, en Israël, où la scientifique Hadas Mamane produit de l'éthanol à partir de déchets végétaux JACK GUEZ AFP

Des scientifiques israéliens ont mis au point une technique "simplifiée" et "à moindre coût" pour produire de l'éthanol à partir de déchets végétaux traités à l'ozone, répondant ainsi à la demande grandissante d'alcool à usage médical liée à la pandémie de Covid-19. Depuis près de cinq ans, Hadas Mamane, qui dirige le programme de génie environnemental de l'Université de Tel-Aviv, travaille avec son équipe sur le recyclage des déchets et leur transformation en alcool, comme par exemple substitut de carburant. Mais l'irruption du nouveau coronavirus, qui a augmenté considérablement la demande en désinfectants pour les mains, a orienté ses recherches vers la transformation de déchets en éthanol, un alcool couramment utilisé pour fabriquer les solutions hydroalcooliques. "On a constaté qu'Israël importait tout l'éthanol pour fabriquer de +l'alcogel+ et on a décidé de fabriquer nous-même de l'éthanol à partir des déchets", a indiqué Mme Mamane à l'AFP. "Voici des résidus de papiers d'une usine, de la paille qui vient d'un parc zoologique et de l'herbe récoltée auprès de la municipalité de Tel-Aviv", montre-t-elle dans son laboratoire, avant d'introduire le tout dans un réacteur dans lequel elle insère de l'ozone. La technique qui consiste à injecter de faibles quantités d'ozone permet de réduire les ressources nécessaires à la transformation des déchets en alcool et elle est en cela plus économique, explique Hadas Mamane. Il faut compter quatre à cinq jours pour obtenir le précieux liquide après l'ozonation des déchets et après avoir ajouté des enzymes et des agents conservateurs. La production d’éthanol à partir de sources végétales comme la canne à sucre ou le maïs existe déjà ailleurs. Mais elle résulte selon la chercheuse de procédés "extrêmement complexes" et "couteux" qui nécessitent souvent "la construction d'immenses raffineries". "Nous avons réussi à montrer qu'il était possible de produire de l'éthanol avec un procédé simple, respectueux de l'environnement et qui ne génère pas de toxines", note Mme Mamane. Selon elle, son étude présente un grand potentiel car plus de 620.000 tonnes de déchets végétaux sont produits chaque année en Israël. L'invention technique, réalisée conjointement avec le professeur Yoram Gerchman de l'Université de Haïfa, a été brevetée aux Etats-Unis. En plus de rendre Israël indépendant dans la production d'éthanol, l'exploitation des déchets permettra de réduire le coût de leur traitement et l'impact de leur combustion sur l'environnement et la pollution atmosphérique, souligne la chercheuse qui estime une commercialisation possible d'ici deux ans.

Le FC Barcelone est revenu à un point du Real Madrid, dans un derby où l'Espanyol Barcelone a dit adieu à ses dernières chances de maintien. | AFP

La "MSG" est de retour: Lionel Messi, Luis Suarez et Antoine Griezmann ont à nouveau combiné mercredi lors de la 35e journée de Liga pour permettre au Barça de l'emporter 1-0 dans le derby contre l'Espanyol, condamné à la relégation, et revenir ainsi à un point du Real Madrid, qui reçoit Alavés vendredi. Talonnade de Griezmann, frappe contrée de Messi et but de Suarez : avec cette combinaison magique trois jours après avoir rallumé la connexion de leur trio d'attaque, les trois stars offensives du Barça ont allumé la seule étincelle d'un derby médiocre sur le but de l'Uruguayen (56e) et ont scellé la relégation de l'Espanyol vers la D2. Paradoxalement, c'est l'exclusion du prodige blaugrana Ansu Fati (17 ans), suivie de celle de Pol Lozano côté Espanyol, qui a libéré la "MSG", profitant des espaces libérés dans l'épais rideau de l'Espanyol pour ouvrir le score. Entré à la mi-temps à la place de Nelson Semedo, Fati a été renvoyé sur le banc par l'arbitre quatre minutes plus tard pour un tacle aérien sur le tibia de Fernando Calero (49e), avant que Pol Lozano ne le suive pour un geste similaire sur Gerard Piqué à la 53e. - Un Barça toujours malade - Après le superbe but d'Antoine Griezmann dimanche dans le festival à Villarreal (4-1), le champion du monde français a dû céder sa place à Arturo Vidal dès la 71e minute mercredi, mais a eu le temps d'endosser le rôle de facilitateur pour le 15e but en 25 matches de Liga de l'avant-centre uruguayen Luis Suarez. Tout comme le sextuple Ballon d'Or Lionel Messi, qui n'a marqué qu'une seule fois lors des six derniers matches (contre l'Atlético le 30 juin, 2-2), mais qui compile 20 passes décisives en Liga cette saison. Mais le Français et l'Argentin n'ont pas réussi à cacher les symptômes latents d'un Barça toujours malade. Face à la lanterne rouge de Liga, désormais condamnée à la descente en Segunda pour la première fois depuis 1994, les coéquipiers de la superstar argentine ont moins brillé que contre Villarreal trois jours plus tôt. - La "pire saison" de l'Espanyol - Les Blaugrana n'ont pas cadré une frappe en première période, pour la première fois de leur saison au Camp Nou. Au contraire, c'est l'Espanyol qui a eu les meilleurs chances d'ouvrir le score, sur cette frappe d'Adrian Embarba stoppée par Marc-André ter Stegen (9e) ou sur ce débordement de Raul De Tomas dont la frappe a heurté le poteau (43e). Le terme d'une saison catastrophe pour l'Espanyol, racheté par le groupe chinois Rastar en 2016, qui avait injecté 60 millions d'euros pour amorcer un nouveau projet dans "l'autre club de Barcelone", mais qui va donc connaître la D2, 26 ans après l'avoir quittée sur un titre de champion. "La saison actuelle, la pire de notre histoire, nous indigne profondément. (...) Le projet actuel du RCD Espanyol Barcelone est un échec", a scandé la fédération des peñas (groupes de supporters) de l'Espanyol, fataliste dans un communiqué diffusé lundi. Pour le Barça, il s'agit d'une victoire nécessaire dans la course au titre : les Catalans, provisoirement à un point du leader merengue, ont toujours dans l'esprit de conserver leur couronne en Liga, malgré l'avance prise par la "Maison blanche" de Zidane, qui reçoit Alavés vendredi pour faire un pas de plus vers le titre. Résultats de la 35e journée: mardi Valence CF - Valladolid 2 - 1 Celta Vigo - Atlético Madrid 1 - 1 mercredi Betis Séville - Osasuna 3 - 0 Getafe - Villarreal 1 - 3 Barcelone - Espanyol Barcelone 1 - 0 jeudi (19h30) Eibar - Leganés Majorque - Levante (22h00) Athletic Bilbao - Séville vendredi (19h30) Real Sociedad - Grenade (22h00) Real Madrid - Alavés


Photo: OWG

Une nouvelle compagnie aérienne offrira bientôt des vols commerciaux entre le Québec, le Canada et des destinations dans les Caraïbes et dans certaines parties de l'hémisphère sud. Le groupe canadien Nolinor Aviation a lancé aujourd'hui OWG avec la promesse de prendre les passagers pour faire de la sécurité et du confort des clients une priorité. OWG signifie «Off we go» et sa devise est «Travel Better». Dans un communiqué de presse, le président du GTO, Marco Prud’homme, a déclaré: «Le vol de votre voyage devrait faire partie intégrante de vos vacances. Les compagnies aériennes traditionnelles ont choisi de réduire la qualité de leurs services année après année sans égard à l'expérience des passagers. Notre objectif est de gagner le cœur des Québécois avec une nouvelle compagnie aérienne dont la mission est de ravir les voyageurs. » Nolinor Aviation est dans le secteur du transport aérien depuis 27 ans et fournit des transports charters avec sa flotte d'une dizaine de Boeing 737. La société a déclaré avoir investi plus d'un million de dollars américains dans «un groupe de réflexion pour réinventer la façon dont les choses se font dans cette industrie». OWG utilisera des Boeing 737-400 récemment acquis, ont-ils aussi annoncé. La compagnie a déclaré avoir amélioré les 158 sièges à bord pour les rendre plus légers et plus robustes dans le cadre de leur conduite pour offrir un confort de qualité supérieure aux passagers. "En plus de ces innovations technologiques, la nouvelle marque compte sur la qualité de son équipe pour offrir une expérience de voyage qui dépassera les attentes des clients", a déclaré OWG. Loop News a contacté OWG pour savoir quelles îles des Caraïbes seront incluses dans leur calendrier. Un représentant de la compagnie aérienne a répondu que "plus d'informations (destination, calendrier, etc.) seront révélées dans les prochaines semaines!" Un compte à rebours sur le site Web OWG a déclaré que le lancement du service aura lieu dans 54 jours. Soulignons que jusqu'à présent la plupart des pays et territoires des Caraïbes sont fermés aux vols commerciaux internationaux en raison de la pandémie de coronavirus (COVID-19), mais d'autres, comme Haïti ont déjà démarré avec la reprise des vols.

Cas confirmés de coronavirus des Caraïbes à ce jour, 8 juillet: République dominicaine:38 430 cas, 821 décès, 19 564 récupérés Haïti:6 432 cas, 117 décès, 2080 récupérés Guyane française:5 178 cas, 21 décès, 2119 récupérés Cuba: 2 395 cas, 86 décès, 2240 récupérés Porto Rico:2 171 cas, 159 décès Jamaïque:745 cas, 10 décès, 599 récupérés Suriname: 634 cas, 15 décès, 405 récupérés Guyane: 284 cas, 16 décès, 125 récupérés Martinique: 249 cas, 14 décès, 98 récupérés Îles Caïmans: 201 cas, 1 décès, 194 récupérés Guadeloupe: 184 cas, 14 décès, 157 récupérés Bermudes:148 cas, 9 décès, 137 récupérés Trinité-et-Tobago:133 cas, 8 décès, 117 récupérés Îles Vierges américaines:122 cas, 6 décès, 80 récupérés Aruba: 105 cas, 3 décès, 98 récupérés Bahamas:104 cas, 11 décès, 89 récupérés Barbade:98 cas, 7 décès, 90 récupérés Sint Maarten:78 cas, 15 décès, 63 récupérés Antigua-et-Barbuda:70 cas, 3 décès, 23 récupérés Îles Turques et Caïques:55 cas, 2 décès, 11 récupérés Saint-Martin:43 cas, 3 décès, 37 récupérés Belize:30 cas, 2 décès, 19 récupérés Saint-Vincent-et-les Grenadines:29 cas, 29 récupérés Curaçao: 23 cas, 1 décès, 19 récupérés Grenade:23 cas, 23 récupérés Sainte-Lucie:22 cas, 19 récupérés Dominique:18 cas, 18 récupérés Saint-Kitts-et-Nevis:16 cas, 15 récupérés Montserrat:11 cas, 1 décès, 10 récupérés Îles Vierges britanniques: 8 cas, 1 décès, 7 récupérés Saint-Barthélemy: 6 cas, 6 récupérés Anguilla:3 cas, 3 récupérés Saba:3 cas, 3 récupérés Sint Eustatius: 2 cas, 2 récupérés Bonaire:2 cas, 2 récupérés


Photo prise le 8 juillet 2020 d'un laboratoire dans l'université de Tel-Aviv, en Israël, où la scientifique Hadas Mamane produit de l'éthanol à partir de déchets végétaux JACK GUEZ AFP

Des scientifiques israéliens ont mis au point une technique "simplifiée" et "à moindre coût" pour produire de l'éthanol à partir de déchets végétaux traités à l'ozone, répondant ainsi à la demande grandissante d'alcool à usage médical liée à la pandémie de Covid-19. Depuis près de cinq ans, Hadas Mamane, qui dirige le programme de génie environnemental de l'Université de Tel-Aviv, travaille avec son équipe sur le recyclage des déchets et leur transformation en alcool, comme par exemple substitut de carburant. Mais l'irruption du nouveau coronavirus, qui a augmenté considérablement la demande en désinfectants pour les mains, a orienté ses recherches vers la transformation de déchets en éthanol, un alcool couramment utilisé pour fabriquer les solutions hydroalcooliques. "On a constaté qu'Israël importait tout l'éthanol pour fabriquer de +l'alcogel+ et on a décidé de fabriquer nous-même de l'éthanol à partir des déchets", a indiqué Mme Mamane à l'AFP. "Voici des résidus de papiers d'une usine, de la paille qui vient d'un parc zoologique et de l'herbe récoltée auprès de la municipalité de Tel-Aviv", montre-t-elle dans son laboratoire, avant d'introduire le tout dans un réacteur dans lequel elle insère de l'ozone. La technique qui consiste à injecter de faibles quantités d'ozone permet de réduire les ressources nécessaires à la transformation des déchets en alcool et elle est en cela plus économique, explique Hadas Mamane. Il faut compter quatre à cinq jours pour obtenir le précieux liquide après l'ozonation des déchets et après avoir ajouté des enzymes et des agents conservateurs. La production d’éthanol à partir de sources végétales comme la canne à sucre ou le maïs existe déjà ailleurs. Mais elle résulte selon la chercheuse de procédés "extrêmement complexes" et "couteux" qui nécessitent souvent "la construction d'immenses raffineries". "Nous avons réussi à montrer qu'il était possible de produire de l'éthanol avec un procédé simple, respectueux de l'environnement et qui ne génère pas de toxines", note Mme Mamane. Selon elle, son étude présente un grand potentiel car plus de 620.000 tonnes de déchets végétaux sont produits chaque année en Israël. L'invention technique, réalisée conjointement avec le professeur Yoram Gerchman de l'Université de Haïfa, a été brevetée aux Etats-Unis. En plus de rendre Israël indépendant dans la production d'éthanol, l'exploitation des déchets permettra de réduire le coût de leur traitement et l'impact de leur combustion sur l'environnement et la pollution atmosphérique, souligne la chercheuse qui estime une commercialisation possible d'ici deux ans.

Pou 10èm sesyonCFI Live nou jodi a, n ap pale de pwosedilegal pou w kreye epi anrejistre yon biznis an Ayiti. Entèvenant lan seBianca Sinsleis, ofisye pledwaye nan CFI. Men lyen pou w gade live la sou Facebook:Retour sur le processus légal pour demarrer une entreprise en Haiti avec Bianca Sinsleis Oubyen ou ka gade l an dirèk nan videyo ki anba a.