Des manifestants Ă  la "Marche des femmes", le 19 janvier 2019 Ă  New York

Des dizaines de milliers de manifestants ont dĂ©filĂ© samedi aux Etats-Unis pour dĂ©fendre les droits des femmes rognĂ©s, selon eux, par l'administration de Donald Trump. Mais cette troisiĂšme Ă©dition de la "Marche des femmes" est marquĂ©e par les divisions au sein du mouvement sur fond d'accusations d'antisĂ©mitisme. A la veille du second anniversaire de l'investiture du prĂ©sident rĂ©publicain, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont participĂ© au rassemblement principal aux abords de la Maison Blanche Ă  Washington, alors que le prĂ©sident Ă©tait en dĂ©placement hors de la capitale fĂ©dĂ©rale. Cette annĂ©e, les rassemblements dĂ©nonçaient aussi la sĂ©paration des familles de clandestins arrĂȘtĂ©s Ă  la frontiĂšre mexicaine, le mur frontalier anti-immigration rĂ©clamĂ© par M. Trump que l'opposition dĂ©mocrate refuse, un conflit qui provoque la fermeture partielle des administrations fĂ©dĂ©rales depuis le 22 dĂ©cembre. Le mouvement "a commencĂ© comme une manifestation contre Donald Trump mais dĂ©sormais c'est plutĂŽt pour la reconnaissance des problĂšmes rencontrĂ©s par les femmes dans le monde", a dĂ©clarĂ© Ă  l'AFP Ann-Carolyn, 27 ans, qui manifestait Ă  Washington pour soutenir Planned Parenthood, la principale organisation de planning familial. - Signe d'unitĂ© - "L'annĂ©e derniĂšre, nous avons mis notre puissance dans les Ă©lections et cette annĂ©e nous devons mettre cette puissance au service de la politique", a-t-elle lancĂ© devant la foule oĂč elle comptait de nombreux partisans, en promettant le dĂ©pĂŽt d'un projet de loi sur l'EgalitĂ© des droits. En signe d'unitĂ©, elle s'est exprimĂ©e dans les deux rassemblements. La militante amĂ©ricano-palestinienne Linda Sarsour, autre co-prĂ©sidente de la "Marche", a rĂ©futĂ© les accusations en assurant que l'organisation existait "pour combattre le sectarisme et la discrimination dans toutes ses formes --dont l'homophobie et l'antisĂ©mitisme". "Dans un grand mouvement, il y a toujours des dĂ©saccords", a expliquĂ© Ă  New York Kristen Morrissey, ĂągĂ©e de 42 ans et mĂšre de quatre enfants, assurant qu'il y avait "beaucoup plus de points d'accord que de dĂ©saccord" entre les deux organisations. A Washington, Medea Benjamin, responsable de l'association pacifiste Codepink, a rĂ©futĂ© les accusations contre les dirigeantes de la "Marche" qui, selon elle, "ont Ă©tĂ© accueillantes, aimantes et ouvertes depuis le dĂ©but" du mouvement.

Une belle revanche mais une inquiĂ©tude: un trio Cavani-Neymar-MbappĂ© record a remis Guingamp Ă  sa place (9-0), samedi lors de la 21e journĂ©e de Ligue 1, mais le PSG a perdu son milieu de terrain Marco Verratti, "sĂ©rieusement" blessĂ© Ă  moins d'un mois du 8e de C1 Ă  Manchester United. La joie sera pourtant peut-ĂȘtre de courte durĂ©e, car le PSG, s'il a fait lever les fans de leur siĂšge et augmentĂ© Ă  13 points son avance en tĂȘte de la L1, n'a toutefois pas levĂ© les doutes de l'entraĂźneur Thomas Tuchel quant Ă  la profondeur de l'effectif et au besoin pressant de faire venir une "sentinelle" dans la capitale. - Vite, une sentinelle ! - Le PSG a donc jouĂ© 70 minutes avec un improbable milieu composĂ© d'Alves et de Julian Draxler. Amplement suffisant contre l'Ă©quipe bretonne, mais cela permettra-t-il un dĂ©placement serein Ă  Old Trafford ? Il faudra travailler plus vite encore pour concrĂ©tiser dĂšs janvier au moins une des pistes Ă©voquĂ©es dans la presse: Leandro Paredes (Zenit Saint-PĂ©tersbourg), Idrissa Gueye (Everton) ou encore Julian Weigl (Dortmund). Voire, Ă  un poste plus avancĂ© mais plutĂŽt en vue d'une arrivĂ©e Ă  l'Ă©tĂ©, la pĂ©pite de l'Ajax Amsterdam Frenkie De Jong, annoncĂ©e toute proche de la capitale française. Heureusement, il y a du (trĂšs) positif Ă  retenir de cette premiĂšre de 2019 en L1 Ă  domicile. TitularisĂ© pour la premiĂšre fois de l'annĂ©e, le triptyque Cavani-Neymar-MbappĂ© a fait des Ă©tincelles. "Kyky" a inscrit un triplĂ© pour assommer le classement des buteurs avec ses 17 rĂ©alisations (38e, 45e, 80e). "Ney" s'est amusĂ© dans la dĂ©fense bretonne sur un lancement parfait d'Alves (12e), avant de s'offrir un doublĂ© (68e). Et "Edi" a lui aussi pu profiter d'un coup du chapeau personnel (60e, 67e, 76e). Enfin, Thomas Meunier a marquĂ© le but record en fin de rencontre (83e) pour faire chavirer le stade. Le PSG a donc bien enclenchĂ© le "mode C1", et idĂ©alement lancĂ© sa prĂ©paration pour ManU. Celle-ci sera chargĂ©e: aprĂšs le 16e de Coupe de France contre Strasbourg mercredi, trois rencontres de championnat intĂ©ressantes sont au programme, contre Rennes, Ă  Lyon puis devant Bordeaux, auxquelles un 8e de Coupe pourrait bien s'ajouter. Mais au milieu, ce sera dur de faire tourner.


Le retrait de la MINUJUSTH prévu pour le 15 octobre selon Jovenel M. Photo: Minujusth

Le retrait dĂ©finitif de la Mission des Nations-Unies pour l’Appui Ă  la Justice en HaĂŻti (MINUJUSTH) sur le territoire national est prĂ©vu pour le 15 octobre 2019. C’est le prĂ©sident de la RĂ©publique, Jovenel MoĂŻse, qui en a fait l’annonce viason compte Twitter. Depuis le 16 janvier dernier, une dĂ©lĂ©gation composĂ©e du SecrĂ©taire gĂ©nĂ©ral adjoint aux opĂ©rations de paix, Jean-Pierre Lacroix, du Sous-secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral pour l'Europe, l'Asie centrale et les AmĂ©riques, Miroslav Jenča, est arrivĂ©e dans le pays. J’ai rencontrĂ© une dĂ©lĂ©gation de haut niveau de l'ONU, conduite par M. Jean-Pierre LACROIX, SecrĂ©taire gĂ©nĂ©ral adjoint au maintien de la paix. Nous avons discutĂ© de l'engagement de l'ONU en HaĂŻti. Le retrait de la MINUJUSTH est programmĂ© au 15 octobre prochain. pic.twitter.com/CVhUZwJLZj — PrĂ©sident Jovenel MoĂŻse (@moisejovenel) January 16, 2019 Cette dĂ©lĂ©gation se complĂšte par des Sous-secrĂ©taires gĂ©nĂ©raux du Programme des Nations Unies pour le dĂ©veloppement (PNUD) et d'ONU Femmes, et de responsables de l'ensemble du systĂšme des Nations Unies dont OCHA. Ces envoyĂ©s arrivent dans l’objectif de «mener une mission stratĂ©gique d'Ă©valuation des diffĂ©rentes options possibles dans le cadre de la transition vers une prĂ©sence des Nations Unies en HaĂŻti sans opĂ©ration de maintien de la paix, tel que prĂ©vu par le Conseil de sĂ©curitĂ©.» Au cours de son intervention, les reprĂ©sentants de la dĂ©lĂ©gation rencontreront plusieurs personnalitĂ©s issues de la sphĂšre civile et politique. «Cette mission fournira au SecrĂ©taire gĂ©nĂ©ral une Ă©valuation de la situation sur le terrain ainsi que des recommandations sur la voie Ă  suivre, Ă  partir desquelles le Conseil de sĂ©curitĂ© dĂ©terminera, au plus tard le 15 avril, la configuration la plus appropriĂ©e de la prĂ©sence des Nations Unies aprĂšs la clĂŽture de la MINUJUSTH.», selon les informations publiĂ©es sur le site de l’institution.

L'essentiel de l'actualité de ce vendredi 18 janvier 2019

[related node_id='bb4efc60-aab9-491f-a026-0b709ed32d86'] La plateforme syndicale des enseignants du Sud-est regroupant l’Association des Ă©ducateurs du Sud‘est, l’Union des Normaliens HaĂŻtiens, la ConfĂ©dĂ©ration Nationale des Educateurs HaĂŻtiens et la FĂ©dĂ©ration des Educateurs du Sud‘est dĂ©noncent la corruption qui ronge les lycĂ©es et les Ă©coles publiques de Jacmel. Selon les responsables de ces organisations, des nominations s’effectuent sur la base du clientĂ©lisme et de l’appartenance politique. Plusieurs centaines de professeurs travaillant dans le Programme de Scolarisation Universelle et Obligatoire (SPUGO) continuent de rĂ©clamer leurs lettres de nomination. Le porte-parole de la plateforme, Blaroul Saint-Louisfustige le MinistĂšre de l’Education Nationale et la Formation Professionnelle qui dit-il,ne prend pas des dispositions pour amĂ©liorer les conditions de ces professeurs. [related node_id='fe9849b5-4415-44ff-8ee6-a1da662d0563']Charmeur comme pas un, diront ceux qui l’ont dĂ©vorĂ© des yeux. Patriotique et dotĂ© d’une implacable sensibilitĂ© musicale, il a prĂȘtĂ© sa voix Ă  de nombreux groupes musicaux des annĂ©es 70 dont les Fantaisistes d’Haiti et Ibo Combo. A sa mort le 17 janvier 1998, Ansy DĂ©rose, digne chantre de l’amour et de la paix, a laissĂ© une discographie gorgĂ©e de chansons Ă©ternelles. Des titres comme «Nou vle», «Fanm peyi m» et «MĂ©lodie d’amour» valsent encore dans notre mĂ©moire 21 ans aprĂšs que cet immense musicien, nĂ© en 1934 Ă  Port-au-Prince, s’est Ă©teint. [related node_id='0eda5787-1392-4a38-973c-6b12ccf60239'] "Un navire contenant 205,000 barils de diesel a accostĂ© au terminal de Thor [Carrefour, ndlr] ce soir a 7Pm", vient d'annoncer sur Twitter, l'Association Nationale des Distributeurs de Produits PĂ©troliers (ANADIPP). [related node_id='e497f337-0d5f-4021-b036-3d4907704e21'] Nerlens Noel est finalement de retour dans le groupe des Tunders.BlessĂ©le 8 Janvier dernier Ă  la suite d’une chute brutale, le Center d’Oklahoma Thunder d’origine haĂŻtienne a reçu le feu vert de l’équipe mĂ©dicale du protocole de commotion cĂ©rĂ©brale. Le joueur de 24 ans a signĂ© son retour hier soir au Chesapeake Energy Arena dans le match contre les Lakers, perdu par les ThundersaprĂšs prolongation (138-128). Le basketteur haĂŻtien a foulĂ© le parquet Ă  moins de 2:21 dans le premier quarter sous une splendide ovation du publique.


Marc Alain Boucicault/Facebook

AprĂšs avoirfigurĂ© dans la liste des 100 personnes les plus influentes d’ascendance africaine apportant une contribution positive aux secteurs privĂ© et public Ă  l’échelle mondiale dans le classement MIPAD de cette annĂ©e, Marc Alain Boucicault enchaĂźne avec le prix «Changemaker» de l’annĂ©e. Ce jeune HaĂŻtien, fĂ©ru de l’entrepreneuriat numĂ©rique, propriĂ©taire de Banj - espace de travail mis Ă  la disposition des entrepreneurs technologiques en HaĂŻti -, a Ă©tĂ© sĂ©lectionnĂ© par le public de Your Mark on the World en tant que «Changemaker » de l'annĂ©e 2018. Marc Alain Boucicault a Ă©tĂ© choisi parmi 14 candidats «Le journaliste de Forbes magazine DevinThorpeĂ©crit plus d’une centaine d’articles sur des personnalitĂ©s qui contribuent au changement dans le monde chaqueannĂ©e.Il m’a approchĂ©aprĂšsle lancement deBanjpourĂ©crireun article sur Forbesmagazine Ă  propos de l’objectif et la philosophie derriĂšre le premier espace de travail partagĂ© enHaĂŻtique j’ai lancĂ© le 20 avril 2018», explique-t-ilĂ  Loop Haiti. WOW! Out of 100+ stories written by @devindthorpe in 2018 my @Forbes story (https://t.co/qMVrfJ55DJ ), @banjHT story, #Haiti's story has been the most inspiring! Im so proud to announce that I am the 2018 Your Mark on the World Changemaker of the Year! THANKS FOR ALL YOUR VOTES! https://t.co/AymUe6FjlE — Marc Alain Boucicault (@marcalainb) 27 dĂ©cembre 2018 « L’article[concernant son histoire, NDLR]est sorti le 25 mai 2018», rappelle Marc Alain prĂ©cisant qu'il a Ă©tĂ© le plus lu du mois de juin par les lecteurs de Forbes. Il s'avĂšre que les articles les plus inspirants du moissontsoumis au public pour un vote Ă  partir duquell’histoire de l’annĂ©e va ĂȘtre sĂ©lectionnĂ©e.En effet, cette annĂ©e la plus inspirante a Ă©tĂ© celle deBanj, celle d'HaĂŻti. Dans l'ensemble, la plus grande satisfaction de Marc AlainBoucicaultrĂ©side, selon lui, dans le fait que son histoire pourra ĂȘtre lue par la grande audience de Forbes, grĂące Ă  ce prix."Cela fait lire HaĂŻti", dit-il. «L’espoir de rĂ©conciliation entre la bourgeoisie progressiste d’HaĂŻti qui a accĂšs Ă  du capital et la classe moyenne sans capital, mais riche en idĂ©es.» {"preview_thumbnail":"/sites/default/files/styles/video_embed_wysiwyg_preview/public/video_thumbnails/YMvtEc-Cmow.jpg?itok=i7kXSrmn","video_url":"https://www.youtube.com/watch?v=YMvtEc-Cmow&t=240s","settings":{"responsive":1,"width":"854","height":"480","autoplay":1},"settings_summary":["Embedded Video (Responsive, autoplaying)."]}

Haïti-Fact-Checking: Une guerre voilée entre Toma et T-Check

A l’heure oĂč les informations pullulent sur les plateformes en ligne, certains s’en prĂ©occupent et veulent y remĂ©dier. En 2018 deux fact-checkers Ă©mergent en HaĂŻti et ont tous les deux un but commun: celui de fiabiliser au maximum les informations que l’on reçoit. Il s’agit de Toma et de T-Check. Deux plateformes au service de la population afin de l’aider Ă  mieux utiliser les informations. Il reste un point sur lequel les tenants de chacun de ces plateformes n’arrivent pas Ă  se mettre d’accord. L’un et l’autre prĂ©tendent ĂȘtre le premier fact-checkers en HaĂŻti. Qu’en-est-il en rĂ©alitĂ©? «La similaritĂ© entre les deux c’est que ce sont deux fact-checkers, qui essayent de lutter contre les fausses nouvelles», explique l’un des membres du RĂ©seau des Blogueurs haĂŻtiens Ludwy RenĂ© Jean Paul (Ti Lou). Ils sont tous les deux de mĂȘme nature, sur ce point, les deux parties se mettent d’accord. Cependant, le coordonnateur et rĂ©dacteur de T-Check Franciyou Germain rapporte que chez eux, pour effectuer le travail, T-Check utilise les enquĂȘtes, visites et appels de leurs journalistes pour les vĂ©rifications, alors que les responsables de Toma, eux, disent recourir Ă  l'intelligence artificielle. QuestionnĂ© sur la question, Ti Lou affirme que la diffĂ©rence rĂ©sulte dans la maniĂšre de procĂ©der. T-Check c’est le recensement de bonnes et de mauvaises nouvelles au moyen d’un catalogue, tandis que Toma est une application. «Cette derniĂšre est un outil qui aide Ă  apprĂ©cier une info que l’on peut confirmer ou infirmer. Elle vĂ©rifie la source, la forme et le fond du texte, pour lui attribuer une certaine fiabilité», raconte-t-il. Cet outil permettra d’apprĂ©cier une information avant de la partager, ajoute le blogueur. Loin d’ĂȘtre juste une affaire de mĂ©thode ou d’outils utilisĂ©s, cette concurrence qui semble vouloir Ă©clater entre les deux tenants a une origine, ou mieux, une cause plus rĂ©elle. T-Check a Ă©tĂ© lancĂ© en 2016 et a obtenu le premier Hackaton sur le mĂ©tier du journalisme organisĂ© par la Fokal et une organisation internationale dĂ©nommĂ©e Hackstorry. Malheureusement le projet n’a pas eu le financement promis par Fokal. Et aujourd’hui, les responsables de T-Check considĂšrent que ceux de Toma sont en quelque sorte leur concurrent direct, car ces derniers ont Ă©tĂ© supportĂ©s par la Fokal alors qu’ils sont nouveaux, soi-disant, et que la mĂȘme institution n’a pas voulu leur fournir le financement, qui leur revenait de droit qui pis est. «Ils ont tort de dire qu’ils sont le premier fact-checker en Haiti», lance amĂšrement Franciyou Germain. Alors que le lancement de Toma a eu lieu le lundi 10 dĂ©cembre dernier, celui de T-Checkle samedi 15 au local de la Banj Ă  Delmas. Y-a-t-il lieu de parler de concurrence quand on s’adonne a la mĂȘme tĂąche? Seuls l’avenir et la performance des deux fact-checkers en dĂ©cideront.