Buju Banton est sorti de prison avec un diplĂŽme de master

Un diplĂŽme de mastera Ă©tĂ© dĂ©cernĂ© Ă  Buju Banton, le 7 juin 2016, pendant qu’il purgeait sa peine de condamnation pour trafic de drogue aux États-Unis.La star jamaĂŻcaine a obtenu ce grade acadĂ©mique en Gestion des Arts et de la Musique Ă  l'UniversitĂ© de New-York. Dans une interview accordĂ©e au Jamaica Observer, il l’a dĂ©clarĂ© en 2011 aprĂšs son incarcĂ©ration: « Je vais dĂ©jĂ  en cours. J'ai rĂ©ussi le test d'acceptation et j'Ă©tudierai les sciences politiques et l'Ă©conomie. J'espĂšre obtenir une maĂźtrise au moment de ma libĂ©ration.» «Je peux faire tout ce que je veux ; tu le sais. J'ai des boules d'acier. Les personnes qui me connaissent savent que je suis trĂšs dĂ©terminĂ© et que j'atteindrai mes objectifs malgrĂ© les difficultĂ©s. Je ne laisserai pas le systĂšme me conquĂ©rir», a-t-il rajoutĂ©. Mark Myrie, de son vrai nom, a bel et bien atteint cet objectif qu’il s’était fixĂ© mĂȘme Ă©tant incarcĂ©rĂ©. Rappelons que Buju Banton, star mondiale primĂ©e aux Grammy Awards, a Ă©tĂ© libĂ©rĂ© ce week-end. Il a rejoint la JamaĂŻque samedi.

McKenzie Adams et sa mĂšre.

Le suicide reste, de l’avis des psychologues, l’une des consĂ©quences du harcĂšlement en milieu scolaire. McKenzie Adams, une petite fille de 9 ans, a mis fin Ă  ses jours aprĂšs avoir Ă©tĂ© «victime d’intimidation par un groupe de camarade de classe» en Alabama aux États-Unis. Un site d’information amĂ©ricain rapporte que McKenzie Adams subissait les agressions depuis le dĂ©but de l’annĂ©e scolaire. Fin tragique. Elle s’est suicidĂ©e. Ce 3 dĂ©cembre 2018, sa grand-mĂšre l’a retrouvĂ©e pendue chez elle. Depuis l’annĂ©e 2000, une enquĂȘte rĂ©alisĂ©e par l'association britannique Young Voice auprĂšs de 2 772 Ă©lĂšves a rĂ©vĂ©lĂ©e que 61 % des victimes de harcĂšlement en milieu scolaire auraient des idĂ©es suicidaires. Jusqu’à prĂ©sent, les nombreuses campagnes de prĂ©vention mises en branle partout dans le monde n’ont pas - vraisemblablement - rĂ©ussi Ă  mettre un frein Ă  ce phĂ©nomĂšne qui peut causer des pertes en vies humaines, comme en tĂ©moigne ce qui est arrivĂ© Ă  la petite McKenzie Adams.


Dans la nuit du samedi 8 dĂ©cembre, le dĂ©nommĂ© Fritznel a connu un sort effroyable dans la commune de Grand GoĂąve. En effet, l'hommea Ă©tĂ© lynchĂ© par la population de Grand GoĂąve, aprĂšs avoir Ă©tĂ© attrapĂ© en train de voler un cheval dans la localitĂ© de Glaise, a appris la rĂ©daction. Le juge de paix Louis Vogly a fait le constat lĂ©gal et la mairie de la ville s'est chargĂ©e du cadavre, selon une source de la police locale, soulignant au passage que la victime s'Ă©tait fait rĂ©putation dans le vol au sein de cette localitĂ©. SituĂ©e dans le dĂ©partement de l’Ouest, avecune population de plus de 124 mille habitants, Grand GoĂąve a fait la une de l'actualitĂ© en octobre dernier, suite Ă  l'assassinatde l’agronome HĂ©bert Saint-Louis dont le corpsa Ă©tĂ© retrouvĂ© sous le pont de la ville.

Le titre Miss World Caribéen a été remporté par Kadijah Robinson

Le titre Miss World CaribĂ©en a Ă©tĂ© remportĂ© par Kadijah Robinson aprĂšs que cette derniĂšre ait Ă©tĂ© sĂ©lectionnĂ©e dans le top 12 du concours. Mlle Robenson a raflĂ© le titre et a Ă©tĂ© annoncĂ©e comme vainqueur de la rĂ©gion aux cĂŽtĂ©s de Miss Martinique Larissa Segarel au concours Miss world 2018. Cette victoire rĂ©gionale a valu Ă  l’élue de figurer dans le top 5 et prĂ©tendre au titre gĂ©nĂ©ral de Miss World sur la base des votes du public et des points du panel de juges. Miss Mexique a cependant Ă©tĂ© Ă©lue comme Miss World 2018 et Miss Thailande, la premiĂšre dauphine. Alors que 14 reprĂ©sentantes des CaraĂŻbes figuraient parmi les 118 filles en compĂ©tition pour ce titre, seulement trois d’entre elles, dont Mlle Robinson et Mlle Segarel faisaient partie du top 30 de la compĂ©tition. A noter que cette derniĂšre a eu lieu Ă  Sanya, en Chine. Darline HonorĂ©


Le rĂ©seau social Instagram a annoncĂ© en juin dernier avoir dĂ©passĂ© le milliard d’utilisateurs Ă  travers le monde. Si vous en faites partie, sachez qu’une nouvelle fonctionnalitĂ© a Ă©tĂ© lancĂ©e pour vous. En plus du partage de photos et de vidĂ©os, l’application permet dĂ©sormais Ă  ses utilisateurs de s’envoyer des messages audio d’une minute maximum dans des discussions privĂ©es et en groupe. «À partir d'aujourd'hui, vous pouvez envoyer des messages vocaux en direct. Parlez de la façon dont vous voulez ĂȘtre entendu, que ce soit en murmurant ce que vous faites ou en faisant un compliment», a Ă©crit le rĂ©seau social Instagram ce matin sur son compte Twitter. Starting today, you can send voice messages in Direct. Talk the way you want to be heard, whether by whispering what you’re up to or shouting a compliment. pic.twitter.com/3rkdQneNXO — Instagram (@instagram) 10 dĂ©cembre 2018

Les réseaux sociaux pourraient vous faire perdre un emploi

La publication de vos contenus sur les rĂ©seaux sociaux peut vous coĂ»ter votre emploi. Un peu drĂŽle, mais c’est ce qu’informent les rĂ©sultats d’une Ă©tude publiĂ©e par le Forum Ă©conomique mondial. Le site affirme que 1 sur 5 des employeurs questionnĂ©s dans l’étude ont affirmĂ© avoir rejetĂ© quelques candidatures pour un emploi aprĂšs avoir visitĂ© le comptepersonnel des postulants. En effet, certaines institutions suggĂšrent que les gens rĂ©flĂ©chissent bien avant de publier un message sur une plateforme des rĂ©seaux sociaux. Les statistiques de l’étude dĂ©montrent que 75 % des personnes ayant un langage agressif publiĂ© sur leur fil d’actualitĂ© sont les premiers Ă  ĂȘtre rejetĂ©s par les employeurs. Trois quart de ces derniers ont affirmĂ© qu’ils refuseront d’emblĂ©e un candidat ayant ce comportement. S’ensuivent les publications dans lesquelles les internautes affirment ĂȘtre consommateurs d’une substance de drogue. Mais la statistique la plus Ă©tonnante et qui occupe la troisiĂšme place de cette Ă©tude avec un taux de 56%, est une mauvaise orthographe que plus de la moitiĂ© des employeurs qualifient de choquante. «En fait, une mauvaise orthographe et une mauvaise grammaire nuisent davantage Ă  la rĂ©putation du candidat que des photos saoulĂ©es.», indique l’article. MĂȘme en tant qu’employĂ© Les employĂ©s sont Ă©galement concernĂ©s par la surveillance en ligne de leurs employeurs, selon ce que dĂ©montre une Ă©tude parallĂšle de Career Builder. Un sur cinq des employeurs ont dĂ©clarĂ© avoir rĂ©voquĂ© un employĂ© Ă  cause du contenu publiĂ© sur l’une de ses pages numĂ©riques personnelles. « Il est important de garder une marque personnelle appropriĂ©e et assurez-vous[que ce que vous publiez est] quelque chose que vous vous sentez Ă  l’aise avec votre employeur devoir, » adĂ©clarĂ© Ă CNBCRosemary Haefner, directeur des ressources humaines Ă  CareerBuilder.