En tout, 1,3 million de Vénézuéliens ont utilisé la carte de mobilité frontalière qui leur permet de transiter entre les deux pays. AFP

Plus d'un demi-million de V√©n√©zu√©liens ont fui en Colombie, la plupart pouss√©s par la crise qui secoue leur pays, ont annonc√© vendredi les autorit√©s colombiennes, un chiffre en hausse de 62% sur les six derniers mois. Ce d√©compte, arr√™t√© au 31 d√©cembre 2017, prend en compte l'ensemble des V√©n√©zu√©liens se trouvant sur le sol colombien de mani√®re r√©guli√®re ou irr√©guli√®re. Le chiffre a connu un bond de 62% par rapport √† la mi-2017, selon les services de l'immigration colombiens. La situation au Venezuela a "oblig√© (...) les V√©n√©zu√©liens √† voir notre pays comme une √©tape pour transiter vers d'autres destinations, s'y installer ou y acheter des produits de premi√®re n√©cessit√©", souligne Christian Kr√ľger, le directeur de "Migracion Colombia". L'institution assure surveiller √©galement ce qu'elle nomme la "migration pendulaire", c'est √† dire les allers et retours quotidiens de V√©n√©zu√©liens ne souhaitant pas s'installer en Colombie, le long de la fronti√®re de 2.200 kilom√®tres que partagent les deux pays. En moyenne, 37.000 V√©n√©zu√©liens ont travers√© quotidiennement la fronti√®re l'ann√©e derni√®re pour y acheter de la nourriture ou des m√©dicaments qui font cruellement d√©faut dans leur pays, rendre visite √† des proches ou se faire soigner. En tout, 1,3 million de V√©n√©zu√©liens ont utilis√© la carte de mobilit√© frontali√®re qui leur permet de transiter entre les deux pays. Cet afflux massif de V√©n√©zu√©liens repr√©sente un co√Ľt pour le gouvernement colombien, a fait r√©cemment valoir le ministre des Finances Mauricio Cardenas lors d'une rencontre avec la presse √©trang√®re. "La Colombie a des limites, si ce ph√©nom√®ne vient √† augmenter", a-t-il pr√©venu. Outre les 550.000 V√©n√©zu√©liens r√©sidant en Colombie, 231.000 ressortissants v√©n√©zu√©liens sont pass√©s en Equateur via un pont frontalier situ√© dans le d√©partement de Nari√Īo (sud-ouest).

La Nasa a remplac√© au dernier moment et sans explication une astronaute afro-am√©ricaine, Jeanette Epps qui serait devenue la premi√®re personne noire √† participer √† une mission de longue dur√©e dans la Station spatiale internationale (ISS). Ing√©nieure a√©rospatiale et astronaute √† la Nasa depuis 2011, Jeanette Epps, 47 ans, devait rejoindre la Station en juin √† bord d'un vaisseau russe Soyouz pour faire partie de l'exp√©dition 56/57. Elle avait √©t√© s√©lectionn√©e pour cette mission en janvier 2017. Jeanette Epps devait rester 143 jours dans l'espace, ce qui aurait √©t√© le plus long s√©jour orbital pour un astronaute noir, dont six sont d√©j√† rest√©s dans l'ISS. Elle sera remplac√©e par sa coll√®gue Serena Aunon-Chancellor qui devait initialement rejoindre l'ISS en novembre pour faire partie de l'Expedition 58/59, a indiqu√© l'agence spatiale dans un communiqu√©. L'astronaute Anne McClain prendra sa place pour le vol de novembre vers l'avant-poste orbital. Jeanette Epps r√©int√©grera le bureau des astronautes au Centre spatial Johnson √† Houston au Texas et "sera prise en consid√©ration pour de futures missions" spatiales, ajoute la Nasa sans autre pr√©cision. "Nombre de facteurs sont pris en compte pour s√©lectionner les astronautes pour des missions et ces d√©cisions rel√®vent de questions personnelles pour lesquelles la Nasa ne fournit pas d'information", s'est born√©e √† dire vendredi une porte-parole de l'Agence, Brandi Dean, interrog√©e par l'AFP. "Elle (Jeanette Epps) sera prise en compte pour de futures missions", a-t-il ajout√©. Ce n'est pas la premi√®re fois que la Nasa remplace des astronautes assign√©s √† des missions, le plus souvent pour des raisons m√©dicales. Ainsi l'astronaute Jack Swigert avait remplac√© son coll√®gue Ken Mattingly trois jours avant le lancement d'Apollo 13 vers la Lune parce qu'il avait √©t√© expos√© √† la rougeole. L'astronaute Tim Kopra avait √©galement d√Ľ c√©der sa place dans un vol de la navette spatiale en 2011 apr√®s avoir √©t√© bless√© dans un accident de v√©lo. Mais selon des experts, il est tr√®s inhabituel pour la Nasa de remplacer un membre d'√©quipage moins de six mois avant un lancement vers la Station spatiale internationale, des missions de plusieurs mois.


¬ęNadine Bertha Charles, jeune adolescente de seize ans, a rendu l‚Äô√Ęme ce samedi sur la Route de Fr√®res (commune de P√©tion-Ville) des suites d‚Äôun accident de voiture¬Ľ, a indiqu√© le commissaire de police de la commune, Jean Gospel Monelus. ¬ęRegrettable¬Ľ, l‚Äôa-t-il qualifi√©. Attendu sur les lieux, le commissaire a d√©couvert le corps sans vie de la jeune femme et trois autres personnes bless√©s qui, √† pr√©sent, ¬ęprennent des soins √† l‚Äôh√īpital¬Ľ, a-t-il d√©clar√©. Par empathie, il esp√®re que les ¬ęvictimes r√©tablissent au plus vite¬Ľ. Jean Gospel Monelus confirme que cet accident survient apr√®s qu‚Äôun camion, frein rel√Ęch√©, eut percut√© de plein fouet trois v√©hicules et des riverains qui occupaient le trottoir. Semblerait-il que l‚Äôun de ces trois v√©hicules heurt√©s appartenait au Conseil √©lectoral provisoire (CEP), mais l‚Äôautorit√© polici√®re fait encore √©conomie de d√©tails sur ce point. Actuellement, le camion setrouve au Commissariat de P√©tion-Ville et un juge de Paix a d√©j√† effectu√© son constat l√©gal, conclut le commissaire.

Robert Hannan, chef de mission adjoint par int√©rim de l‚Äôambassade des √Čtats-Unis en Ha√Įti. Photo: LoopHaiti/Esta√Įlove ST-VAL

Les frais de demande de visa am√©ricains en Ha√Įti ont d√©j√† suscit√© de vives controverses. Ce jeudi, dans une interview exclusive accord√©e √† Loop Ha√Įti, le chef de mission adjoint par int√©rim de l‚Äôambassade des √Čtats-Unis en Ha√Įti, Robert F. Hannan est revenu sur ce sujet afin de mettre les points surles ¬ęi¬Ľ. ¬ęNous n‚Äôavons aucun droit sur les frais de demande de visas am√©ricains. Ils sont tous transf√©r√©s aux √Čtats-Unis¬Ľ, avance-t-il. Par cons√©quent, ces ¬ęfrais permettent √† l‚Äôambassade de fonctionner, de r√©mun√©rer nos employ√©s des diff√©rents services de l‚Äôambassade¬Ľ, poursuit M. Hannan, pr√©cisant que le D√©partement de la S√©curit√© Int√©rieure des √Čtats-Unis n‚Äôalloueaucun budget √† l‚Äôambassade pour son fonctionnement r√©gulier. Apr√®s le paiement des 12,400 Gourdes - √©quivalent √† 160 dollars USD- dans une succursale affect√©e √† ce sujet, les frais livraison des passeports (en cas d‚Äô√©ligibilit√©) et certains autresdocuments sont gratuits. A rappeler que 23 mai 2017, le Bureau de la gestion et du budget des √Čtats-Unis a approuv√© un nouveau processus pour obtenir un visa am√©ricain. ¬ęD√©sormais, on peut exiger aux demandeurs de s√©jour de fournir leurs comptes sur les r√©seaux sociaux au cours des cinq derni√®res ann√©es ainsi que des informations biographiques pour les quinze derni√®res ann√©es¬Ľ.


La Nasa a remplac√© au dernier moment et sans explication une astronaute afro-am√©ricaine, Jeanette Epps qui serait devenue la premi√®re personne noire √† participer √† une mission de longue dur√©e dans la Station spatiale internationale (ISS). Ing√©nieure a√©rospatiale et astronaute √† la Nasa depuis 2011, Jeanette Epps, 47 ans, devait rejoindre la Station en juin √† bord d'un vaisseau russe Soyouz pour faire partie de l'exp√©dition 56/57. Elle avait √©t√© s√©lectionn√©e pour cette mission en janvier 2017. Jeanette Epps devait rester 143 jours dans l'espace, ce qui aurait √©t√© le plus long s√©jour orbital pour un astronaute noir, dont six sont d√©j√† rest√©s dans l'ISS. Elle sera remplac√©e par sa coll√®gue Serena Aunon-Chancellor qui devait initialement rejoindre l'ISS en novembre pour faire partie de l'Expedition 58/59, a indiqu√© l'agence spatiale dans un communiqu√©. L'astronaute Anne McClain prendra sa place pour le vol de novembre vers l'avant-poste orbital. Jeanette Epps r√©int√©grera le bureau des astronautes au Centre spatial Johnson √† Houston au Texas et "sera prise en consid√©ration pour de futures missions" spatiales, ajoute la Nasa sans autre pr√©cision. "Nombre de facteurs sont pris en compte pour s√©lectionner les astronautes pour des missions et ces d√©cisions rel√®vent de questions personnelles pour lesquelles la Nasa ne fournit pas d'information", s'est born√©e √† dire vendredi une porte-parole de l'Agence, Brandi Dean, interrog√©e par l'AFP. "Elle (Jeanette Epps) sera prise en compte pour de futures missions", a-t-il ajout√©. Ce n'est pas la premi√®re fois que la Nasa remplace des astronautes assign√©s √† des missions, le plus souvent pour des raisons m√©dicales. Ainsi l'astronaute Jack Swigert avait remplac√© son coll√®gue Ken Mattingly trois jours avant le lancement d'Apollo 13 vers la Lune parce qu'il avait √©t√© expos√© √† la rougeole. L'astronaute Tim Kopra avait √©galement d√Ľ c√©der sa place dans un vol de la navette spatiale en 2011 apr√®s avoir √©t√© bless√© dans un accident de v√©lo. Mais selon des experts, il est tr√®s inhabituel pour la Nasa de remplacer un membre d'√©quipage moins de six mois avant un lancement vers la Station spatiale internationale, des missions de plusieurs mois.

De fausses applications de messageries instantan√©es --comme la c√©l√®bre WhatsApp-- sont utilis√©es pour pirater les smartphones de militants, militaires, avocats, journalistes et autres dans plus de 20 pays, ont mis en garde jeudi des sp√©cialistes. Ces applications "clones" qui ressemblent aux vraies contiennent des logiciels malveillants qui peuvent voler des donn√©es, prendre des photos ou faire des enregistrements audio, a d√©taill√© le groupe de militants pour les droits num√©riques Electronic Frontier Foundation (EFF) dans une √©tude r√©dig√©e avec la soci√©t√© Lookout, sp√©cialis√©e dans la cybers√©curit√© des appareils mobiles. Le syst√®me est tr√®s simple: il suffit que l'utilisateur ayant t√©l√©charg√© cette fausse version √† son insu autorise l'application √† acc√©der √† l'appareil photo et au micro de son smartphone. Le logiciel espion peut aussi r√©cup√©rer des donn√©es personnelles stock√©es, comme l'historique de navigation internet, le journal d'appels, les SMS... Fake WhatsApp Update on #GooglePlay . Under the "same" dev name. Incl. a Unicode whitespace. One Million downloadshttps://t.co/qjqxd6n6HP pic.twitter.com/dmvTksqpuP ‚ÄĒ Nikolaos Chrysaidos (@virqdroid) November 3, 2017 Dans cette √©tude, les auteurs affirment avoir en fait d√©couvert une vaste "infrastructure" d√©di√©e au piratage informatique dans le monde entier, baptis√©e "Dark Caracal", et qu'ils pensent bas√©e dans immeuble de Beyrouth (Liban) appartenant √† la Direction G√©n√©rale de la S√©curit√© de l'Etat Libanais. Selon les auteurs de l'√©tude, "Dark Caracal" lance divers types de cyberattaques depuis 2012, les fausses "apps" √©tant l'une de ses illustrations les plus r√©centes. "C'est une campagne mondiale et tr√®s vaste, centr√©e sur les appareils mobiles", estime Eva Galperin, responsable du dossier cybers√©curit√© chez EFF, qui indique que les Etats-Unis, le Canada, l'Allemagne, le Liban ou la France figurent parmi les pays touch√©s. "Le mobile est l'avenir de l'espionnage car les t√©l√©phones regorgent d'information sur la vie quotidienne" de leurs propri√©taires, insiste-t-elle. Selon les recherches d'EFF et Lookout, des centaines de gigaoctets de donn√©es ont √©t√© d√©rob√©es √† des milliers de victimes dans 21 pays. Les boutiques d'applications en ligne (comme l'App Store ou Google Play) √©jectent r√©guli√®rement de fausses applications de leurs plateformes.


Agenda

"2017-06-06","2017-06-07","2017-05-20","2017-05-21","2017-06-08","2017-06-09","2017-06-15","2017-06-16","2017-06-17","2017-06-24"No Events Found