La star argentine du FC Barcelone Lionel Messi dépité lors du match de Liga à Grenade, le 21 septembre 2019

Qu'arrive-t-il au FC Barcelone ? Très inquiétant samedi en Liga, le champion d'Espagne en titre a chuté face au promu Grenade (2-0), malgré les efforts de Lionel Messi, et laissé l'épatant club andalou s'installer provisoirement en tête devant Séville, opposé au Real Madrid dimanche. Impuissant et dépassé au stade Nuevo Los Carmenes, le Barça s'est retrouvé mené après seulement deux minutes de jeu sur une tête de Ramon Azeez (2e). Puis Alvaro Vadillo a alourdi le score (66e) sur un penalty provoqué par une main d'Arturo Vidal. Et malgré l'entrée à la pause de Messi et du prometteur attaquant Ansu Fati (16 ans), les Catalans ont subi, déjà, leur deuxième défaite en cinq journées du Championnat d'Espagne... alors qu'ils n'avaient concédé jusque-là que quatre revers en deux saisons de Liga depuis l'arrivée de l'entraîneur Ernesto Valverde! De quoi faire redoubler les critiques contre le technicien dans les prochains jours. AFP / JORGE GUERREROLes joueurs de Grenade se congratulent sous les yeux d'Antoine Griezmann, dépité, à la fin du match de Liga, le 21 septembre 2019 à Grenade "Je suis préoccupé parce que nous ne récoltons pas de bons résultats à l'extérieur. Et quand cela arrive deux ou trois fois, c'est le symptôme que nous n'allons pas très bien", a reconnu Valverde en conférence de presse, pointant une finition trop "imprécise" de la part de son équipe. Au classement, Grenade (1er, 10 pts) est un leader surprise devant le Séville FC (2e, 10 pts), qui reçoit dimanche le Real (5e, 8 pts). L'Atlético Madrid, freiné par le Celta Vigo (0-0), est troisième (10 pts) et Barcelone est septième avec seulement 7 points sur 15 possibles, soit le pire démarrage du club en Liga depuis 1994. - Griezmann fantomatique - Ce Barça-là n'est que l'ombre de lui-même: il n'a plus gagné à l'extérieur en match officiel depuis le mois d'avril, il a la pire défense de Liga (9 buts encaissés), il peine à développer du jeu et sa nouvelle ligne d'attaque avec Antoine Griezmann manque cruellement d'efficacité. Déjà balloté mardi en Ligue des champions à Dortmund (0-0), le club catalan a encaissé un but trop rapide samedi sur une grossière erreur de la recrue Junior Firpo, bien exploitée par Grenade et par Azeez qui a accompagné au fond un centre dévié (2e). AFP / JORGE GUERREROLe Français du FC Barcelone Antoine Griezmann peu à son avantage lors du match de Liga à Grenade, le 21 septembre 2019 Sans idées, le Barça a gâché ses principales occasions, à l'image de Luis Suarez (21e, 33e, 45e+4). Au moins l'Uruguayen a-t-il eu des opportunités car Griezmann a été fantomatique: d'abord trop excentré, et ensuite trop maladroit, il a semblé porter le poids des 120 M EUR investis pour son recrutement. Le Barça a d'ailleurs attendu plus d'une heure pour son premier tir cadré! "Nous manquons d'autorité dans la zone de vérité", a résumé Valverde. - L'Atlético au ralenti - Et pour ne rien arranger, Vidal a provoqué un penalty juste après son entrée en jeu, quand le Barça semblait relever la tête. But, 2-0, et fin de l'histoire (66e). Evidemment, Messi a seulement repris la compétition cette semaine après avoir débuté la saison blessé. Evidemment, le Barça a l'opportunité de se racheter dès mardi contre Villarreal. Mais Valverde, déjà très critiqué en fin de saison dernière après le fiasco européen en demi-finale de C1 contre Liverpool (3-0, 0-4), va voir grossir la masse de ses détracteurs... AFP / PIERRE-PHILIPPE MARCOUL'attaquant de l'Atlético Diego Costa (d) à la lutte avec les joueurs du Celta Vigo Nestor Araujo (g) et Rafinha (c) le 21 septembre 2019 à Madrid Dans son malheur, le Barça a au moins la consolation de voir d'autres favoris avancer au ralenti: au stade Metropolitano samedi après-midi, l'Atlético a trébuché contre le Celta Vigo (0-0) et enchaîné un troisième match officiel sans victoire après une défaite contre la Real Sociedad en Liga (2-0) et un nul face à la Juventus mercredi (2-2) en Ligue des champions. C'est rageant pour l'"Atleti", qui va devoir se relancer dès mercredi sur la pelouse de Majorque. Le temps presse déjà: dans une semaine se profile le derby madrilène face au Real, autre club en plein doute. Rien ne va plus pour les grands d'Espagne!

Un pirate de l'air recherché depuis 1985 arrêté en Grèce. Photo : AFP

Un Libanais recherché pour un détournement d'avion de la TWA en 1985 et le meurtre d'un passager américain, a été arrêté jeudi en Grèce, a annoncé samedi la police. Cet homme de 65 ans a été appréhendé jeudi sur l'île de Mykonos en vertu d'un mandat d'arrêt européen émis contre lui par l'Allemagne, a-t-elle précisé dans un communiqué, sans fournir son identité. L'Allemagne le recherchait pour le détournement d'avion ainsi que pour un enlèvement en 1987. D'après les médias grecs, ce Libanais a été impliqué dans le détournement le 14 juin 1985 peu après son décollage de l'avion du vol TWA 847. L'appareil, parti du Caire, se rendait à San Diego, avec des escales à Athènes, Rome, Boston et Los Angeles. Le détournement a eu lieu après son décollage de la capitale grecque. Pendant 17 jours, le pilote de l'avion la TWA John Testrake a été contraint de sillonner la Méditerranée avec 153 passagers et membres de l'équipage, de Beyrouth à Alger, puis dans l'autre sens à nouveau. L'appareil a atterri à trois reprises à Beyrouth avant d'être finalement autorisé à s'y poser définitivement. Le 15 juin 1985, à l'occasion du premier arrêt dans la capitale libanaise, un passager de 23 ans, un plongeur de la Marine américaine, avait été torturé avant d'être abattu. Son corps avait été jeté sur le tarmac. Le pirate de l'air présumé a été arrêté lors d'un contrôle des passeports d'un navire de croisière, selon Athens News Agency. Il a comparu vendredi devant la justice, qui a ordonné sa mise en détention dans l'attente de son extradition vers l'Allemagne. Il avait été arrêté en Allemagne deux ans après le détournement de l'avion de la TWA, mais avait ensuite été échangé contre deux otages allemands enlevés à Beyrouth, selon des médias grecs.


Dany Laferrière/ Capture d'écran sur ICI RDI.

"On dirait une affaire qui se passe entrepoliticiens blancs", a réagi Dany Laferrière intervenant sur le scandale provoqué par la publication d'une photo de Justin Trudeau déguisé en noir. La publication d'une photo de Justin Trudeau avec le visage maquillé en noir lors d’une soirée déguisée en 2001,a provoqué une vague de réactions de la classe politique canadienne. A quelques semaines des élections législatives, le Premier ministre du Canada, a du présenterdes excuses, affirmant que c’était «une erreur», reconnaissantl’impact psychologique que cela pourrait entrainersur des personnes victimes de discrimination. Lire: Canada: Trudeau rattrapé par une vieille photo de «blackface» «Ce que j’ai fait est profondément blessant pourles personnes qui vivent chaque jour del’intolérance et de la discrimination. Je le reconnais et j’en assume l’entière responsabilité. Je sais que j’ai déçu plusieurs personnes avec ce choix, a-t-il dit sur twitter, et j’en suis profondément désolé». Ce que j'ai fait est profondément blessant pour les personnes qui vivent chaque jour de l’intolérance et de la discrimination. Je le reconnais et j’en assume l’entière responsabilité. Je sais que j’ai déçu plusieurs personnes avec ce choix, et j’en suis profondément désolé. pic.twitter.com/o0B1QXtxSx — Justin Trudeau (@JustinTrudeau) September 19, 2019 Cette pratique controversée, appelée«blackface» ou encore«brownface», est considérée comme raciste. La photo du Premier ministre, tirée d'un album de fin d'année de l'école de Vancouver où ilenseignait, a été prise lors d'une soirée de l'école privée sur le thème des Mille et une nuits, inspiré duconte ayant pour personnage principal, Aladin. L’écrivain québécois et académicien Dany Laferrière voit, de son côté, cette affaireavec ses lunettes de littéraire. Pour l’auteur du livre «Tout ce qu’on te dira pas, Mongo», les gens oublient le contexte de la première photo qui a alimenté l’affaire où Trudeau est déguisé pour ressembler à Aladin, comme dans les Mille et une nuits. Selon le gagnant du prix Médicis 2009, «Aladin est un personnage littéraire et ne se réfère pas à un être vivant». Le geste qu’a posé Trudeau n’est pas un acte de blackface qu’il considère comme déshumanisant et humiliant. Or, la photo de Trudeau ne relève pas du tout d’une volonté de déshumaniser ou de ridiculiser. Pour qu’il y ait blackface, surtout dans la tradition américaine, «il faut un regard effrayé, de grosseslèvres, des yeux un peu entourés de blanc pour obtenir un regard à la fois effrayé et effrayant», dit Laferrièreà l’émission 24/60 sur ICI RDI. L’affaire est politique, selon l’auteur de «L’odeur du café». Et selon lui,l’acte de contrition de Trudeau, le fait pour ce dernier de s'excuser dans la foulée de ce scandale, est une étape nécessaire dans le cadre de sa campagne électorale. L’écrivain originaire d’Haïti se questionne sur le manque d’honnêteté de ceux qui croient combattre le racisme mais qui, au fond, n’en ont rien faire. "Les gens ne sont pas toujours honnêtes sur la question du racisme, fait savoir Laferrière. Qu'ont-ils fait contre le racisme et ceux qui s'en emparent? Ils en ont contre un homme politique qui est en campagne électorale, et à qui il est arrivé cette peau de banane."

Affiche officielle de la 4e édition du Festival Féministe Nègès Mawon

Les nouvelles dates pour la tenue de la quatrième édition du Festival Féministe Nègès Mawon seront bientôt connues, promet la coordonatrice générale Pascale Solages. Prévu autour du thème"Ceci est mon corps", l'événement qui devrait se tenir du 23 au 28septembre aura lieu "à une date antérieure". Lesconditions sociopolitiques actuellesdu payssont à la base dureport dece quatrième rendez-vous. L'organisation Nègès Mawonsouligne parmi ses "grandes préoccupations", "la sécurité et l'état d'espritde l'équipe, de son public, de ses artistes et des invité-e-s venant d'autres pays". "Malheureusement, disent les organisateurs dansun communiqué en date du 19 septembre, aucune condition n'est réunie" pour le lancement du festival qui était prévu à partir de ce lundi. Laconjoncture n'est point favorable à "une sereine et massive participation" du public au festival, comme l'auraient souhaité les initiateurs qui, de leurs côtés, affirment qu'ils "ne saurai[en]t" rester indifférents par rapport à la situation de "détresse que traverse la population". Nègès Mawon soulignepar ailleurs qu'elle n'est pas exempte des défis quotidiens, résultats, dit-elle, de l'"incompétence et de la corruption de nos dirigeants". Teaser de la quatrième édition du Festival Féministe Nègès Mawon. Mais ce report n'affectera pas dans le fond le programme du festival."nous avons de nouvelles dates. Nous attendons le "ok" de tous nos partenaires pour les partager avec le public",indiquela coordonnatrice générale et conceptrice de Nègès Mawon,Pascale Solages, soulignant que "pour le moment, pas de changement à part que l’atelier de Jacmel devrait se faire dans les dates prévues à partir de la semaine prochaine". Les ateliers devraient avoir lieu du23 au25 septembre, à Jacmel (Sud-est du pays). Le 26 septembre, placeau Masterclass avec la compagnie de théâtre La Ruche. Encette même date, se tiendront des ateliers et une séance de recrutement de comédiens et de comédiennes haïtiens pour des contrats à l’étranger -Caraïbes, Afrique, Europe-, annonce Solages. Elle rappellequ'en 2017, la comédienne haïtienne Pascale Julio avait pu bénéficier d'un contrat pareil dans le cadre cette même activité. C'est la compagnie La Ruche qui travaille sur lafinalisation dutexte sur lequel serontréalisés les ateliers, áJacmel. Après quoi,ils vontenchaîneravec le processus de la distribution des rôles, c'est à dire trouver des comédiens et comédiennes en Haïti pouvant être sur le travail d'adaptation avec des partenaires de la Guyane et de la Côte d'Ivoire. Ensuite, en février 2019, il y auraune résidence de trois semaines à Avignon (France)avec les comédiens choisis", a aussi expliqué Pascale Solages. Pour le reste du programme, à savoir les spectacles, marches artistiques, conférences, ateliers, les projections etcauseries, les nouvelles dates seront connues bientôt, souligne la militante féministe lors d'un échange ce samedi avec la rédaction de Loop Haiti, partenaire, encore cette année, de cefestival destiné à la promotion des droits des femmes et des filles. La quatrième sortie du festival accueillera commeinvitésdes personnalités d'ici et d'ailleurs.Citonsle groupe musical SIROMIEL composé uniquement de femmes; Rita Ravier, danseuse;Jessica Martib,comédienne;Gaëlle Bien-Aimé,humoriste, journaliste;Roland Zeliam, comédien;Eléonore Coyette,réalisatrice;Céline Mathieu Hayot, actrice;Gessica Généus, cinéaste etactrice;Jean-Marc Monnerville,dit Kali, interprète-compositeur; Anahita Gohari, comédienne;Anyès Noel, comédienne, metteure en scène;Valerie Goma, metteure en scène et dramaturge;Noémie de Lattre,actrice, autrice de théâtre, metteuse en scène et essayiste féministe. Visitez NÈGÈS MAWON sur Facebook. Raoul Junior Lorfils


Marc Alain Boucicault/ Photo: Coeur Rimé Haïti

Depuis lundi soir, le fondateur deBanj, Marc Alain Boucicault, est sous le feu des critiques sur les réseaux sociaux. A l’origine, un tweet dans lequel il questionnait l'utilitédu mouvementde grève lancé en début de semainecontre la rareté de carburant. Suite aux controverses provoquées par cette publication, l’influenceur en technologie et entreprenariat a été contraintde supprimer son tweet et présenter des excuses. « Qui peut me dire ce que la grève d'aujourd'hui a changé? Y'a-t-il [maintenant] du carburant? Que faîtes-vous demain? », cette série de questions de l'économiste n'a pas laissé indifférents des internautes ayantmal digéré sa publication. Selon eux, son tweet visait clairement àbanaliserla crise de carburant que traverse Haïti ou encore àridiculiser les mouvements de protestation des citoyens contre le phénomène. Ils étaient nombreux à tirer à boulet rouge contre le fondateur de Banj. Parmi eux, Kébert Bastien, artiste engagé, qui a fait usage sur son compte Facebook, depropos peu élogieuxpour dénoncer cette sortie de Boucicault. « Lit pou liberasyon mas yo tou wouj. Satan m konn vwa w, voye yo voye w», a écrit le chanteur, affirmant que "la lutte pour la libération des masses" ne s'arrêtera pas.Certains Petrochallengers, dont Stéphanie Boucher,ont aussicritiqué vertement la réaction qu'ils estime mal venue de la part de l'influenceur. Ce mercredi 18 septembre, soit deux jours après les controverses, Marc Alain Boucicault est revenu à la charge et a présentédes excuses. «J’ai supprimé le tweet» a annoncé le fondateur deBanj. Le lauréat du prix «Changemaker 2018» du célèbre magazine américain Forbes, reconnait que la publication a causé pas mal de tort et provoqué des mésinterprétations. « L'interprétation de mon tweet n'a pas reflété les raisons qui m'ont poussé à le faire, dit-il. Je n'ai jamais voulu dire que la grève ne servait à rien », a-t-il expliqué, tout en continuant : « Je m'excuse d'avoir froissé beaucoup de personnes dans un contexte aussi sensible». Ladécision de retirer ce tweet controversé, a été saluée par certains internautes en dépit desdégâts causés par le précédent. Ce nouveau scénario prouve une fois de plus qu’un tweet,beaucoup plus qu'une publication destinée àprovoquer le débat sur un sujet, peut être considéré comme une prise de position par rapport à un mouvement, un contexte ou autre. S'il peutinfluencer positivement, il a aussi le pouvoird'attirer vers son auteur la colère des uns et des autres. Attention à vos tweets !!!

Photo d'illustration: UNESCO

Une bougie pour le Centre d’études interdisciplinaires sur les médias haïtien (CEIMH) Québec, le 13 septembre 2019. — Le Centre d’études interdisciplinaires sur les médias haïtiens (CEIMH) célèbre le premier anniversaire de son lancement officiel le 15 septembre 2019. À l’occasion, le CEIMH a présenté les résultats d’une étude sur les émissions de débat radiophonique en Haïti au colloque international qui s’est déroulé à l’Université Laval du 9 au 11 septembre 2019 dernier autour du thème : « Médias, institutions et contrat de communication publique ». Il s’agit d’une étude de cas portée sur les émissions Ranmase sur Radio Caraïbe FM et Moment Vérité sur Radio Signal FM, diffusées tous les samedis de 8 heures à 13 heures. Cette étude qui a débutéen janvier 2019, porte sur des formes accidentelles ou inattendues de participation des membres de l’auditoire haïtien à des émissions de débat public radiophonique et des conflits dans la négociation de certaines clauses du contrat de communication publique qui relie les différents partenaires d’échange. Ce travail de recherche examine, d’une part, des ruptures qui se produisent du fait de la dynamique interne du débat, c’est-à-dire, quand des acteurs refusent de respecter les règles. Et d’autre part, des perturbations d’origine externe, quand des participants non sollicités viennent déranger l’ordre de chose qui avait été établi avec les invités. Les résultats de cette étude révèlent que les négociations entre les partenaires d’échange conduisent le plus souvent à des compromis et à des échecs ou des ruptures du contrat dans d’autres cas. Ils relèvent aussi que les participations non prévues aux émissions amènent de nouveaux acteurs, de nouvelles thématiques, de nouveaux rôles, de nouvelles tonalités qui influent sur le contrat de communication publique qui relie les interlocuteurs et changent la dynamique des débats. À noter que le CEIMH est une institution apolitique et à but non lucratif qui a pour but de réaliser des activités de recherche scientifique et des évènements sur les médias haïtiens. Les axes de recherche priorisés par le CEIMH sont entre autres : la mutation des pratiques journalistiques, l’attachement des Haïtiens de la diaspora aux médias de leur pays d’origine, la transformation du système médiatique haïtien, le modèle économique des médias haïtiens, l’histoire de la radiodiffusion en Haïti. Le CEIMH a été lancé officiellement le 15 septembre 2018 à l’Université Laval avec l’organisation d’une grande conférence sur l’Attachement des Haïtiens dès la diaspora aux médias de leur pays d’origine grâce à une subvention de la Fondation connaissance et liberté (FOCAL) avec le support du journal Le Nouvelliste et l’émission Moment vérité de sur Signal Fm. -15 — Pour contact et authentification Wisnique Panier Doctorant en communication publique (Université Laval) Responsable du Centre d’Études interdisciplinaires sur les médias haïtiens (CEIMH) Membre de la commission de la recherche de l’Université Laval (CRUL) Courriel : panicky2004@yahoo.fr, Tél. : +1581-7 777 435