Le célèbre directeur artistique de Disney John Lasseter, le plus grand nom de l'animation américaine actuelle, a annoncé mardi qu'il prendrait un congé de six mois après des comportements inappropriés, tels que des "étreintes non consenties", envers des employés de l'entreprise. Dans un communiqué interne, envoyé par Disney à l'AFP, le réalisateur de "Toy Story" (1995) et de "Cars" (2006) a présenté ses excuses à "quiconque a déjà reçu une étreinte non consentie ou tout autre geste qui a franchi les limites, sous quelque forme que ce soit" de sa part. John Lasseter a reconnu "avoir échoué" à insuffler une culture "de la confiance et du respect" dans ses studios. "J'ai récemment eu beaucoup de conversations difficiles qui ont été très douloureuses pour moi. Ce n'est jamais aisé de faire face à ses faux pas, mais c'est la seule manière d'apprendre", a-t-il déclaré. Le réalisateur multi-oscarisé a notamment permis à Pixar de passer de branche du service de graphisme de Lucasfilm à l'un des studios d'animation les plus célèbres au monde. "Toy Story" était par exemple le premier long-métrage animé par ordinateur, une technique devenue la norme par la suite. Depuis sa sortie, le studio Pixar a remporté treize Oscar et est devenue une filiale du groupe Walt Disney.

Le président chinois Xi Jinping et l'ancien président zimbabwéen Robert Mugabe./ Credit photo: AfricaTime

La Chine, important partenaire du Zimbabwe, a rendu hommage mercredi à son "ami" Robert Mugabe, au lendemain de la démission du doyen des chefs d'Etat de la planète, tout en promettant de poursuivre sa coopération avec le pays africain. Le président zimbabwéen a mis un point final mardi à 37 ans de règne sans partage sur le Zimbabwe en présentant sa démission sous la pression de l'armée, de son propre parti et de la rue. "La Chine respecte la décision de M. Mugabe de démissionner", a déclaré devant la presse Lu Kang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. "Il reste un bon ami du peuple chinois." "M. Mugabe a apporté une contribution historique à l'indépendance du Zimbabwe", a souligné M. Lu, rappelant que l'ancien président, âgé de 93 ans, s'était "fortement engagé en faveur de l'amitié entre la Chine" et son pays. Le porte-parole a assuré que Pékin était disposé à travailler avec les nouveaux dirigeants zimbabwéens. "Notre politique d'amitié envers le Zimbabwe ne changera pas", a assuré Lu Kang, qui a promis "d'élever le niveau des relations bilatérales". "La Chine et le Zimbabwe sont liés par une amitié durable (...) Notre coopération concrète a apporté des bénéfices tangibles aux deux parties, particulièrement aux habitants du Zimbabwe", a-t-il dit. L'ancien vice-président zimbabwéen en exil Emmerson Mnangagwa, pressenti pour remplacer Robert Mugabe, devrait rentrer mercredi au pays. Longtemps considéré comme le dauphin naturel de M. Mugabe, il avait été évincé de la vice-présidence début novembre. Durant son long mandat, Robert Mugabe avait cherché et obtenu le soutien économique et politique de Pékin. Et le président chinois Xi Jinping fut en 2015 un des rares chefs d'Etat à effectuer une visite officielle dans ce pays boudé par les leaders occidentaux qui y dénonçaient des atteintes aux droits de l'homme. Lorsque M. Mugabe avait effectué une visite à Pékin en 2014, M. Xi l'avait salué comme un "vieil ami" du peuple chinois. Emmerson Mnangagwa a également des liens historiques avec la Chine: il y a suivi une formation militaire avant de participer à l'indépendance du Zimbabwe contre le colonisateur britannique, proclamée en 1980.


Le directeur général de l’institution policière, Michel Ange Gédéon.

La nouvelle a été annoncée par le directeur départemental de l’Ouest de la Police Nationale d’Haïti, Alain Auguste, dans une conférence de presse hier mardi. Des changements sont effectués au sein des commissariats de Port-au-Prince, de la Croix-des-Bouquets et dans l’Unité Départementale de Maintien d’Ordre (UDMO). Les changements sont ainsi procédés: le commissaire Joël Jeantillon qui était affecté à Cabaret est le nouveau commandant de l’UDMO. Ronald Pierre a été installé au commissariat de Croix-des-Bouquets à la place du commissaire principal Sème Calixte qui, lui, a été transféré à la direction générale. Serge Barreau n’est plus commissaire principal de Cité Soleil, il remplace Yverose Benjamin au commissariat de Port-au-Prince. Celle-ci est désormais affectée à la direction départementale. Des changements liés à la récente opération sanglante de la PNH à Grand-Ravine? Ces mutations surviennent après l’opération menée par des agents de la PNH à Grand-Ravine la semaine dernière. Après les «malheureux incidents», le directeur général de l’institution policière, Michel Ange Gédéon a annoncé que plusieurs changements seront effectués au sein du commandement de la police de l’Ouest. En revanche, Alain Auguste parle de changements réguliers ayant rapport à la vie administrative ordinaire au sein de l’institution. Le directeur départemental de l’Ouest (DDO-PNH) n’a pas voulu admettre que le remaniement ait un quelconque rapport aux incidents. De préférence, il précise que les résultats de l’enquête sur l’opération seront communiqués sous peu. Rode Louis Azer Chery

Le coup de filet porte la signature du CESFRONT. Cet organe spécialisé dans le contrôle de la sécurité frontalière terrestre en République Dominicaine vient de confisquer hier mardi 448 livres de marijuana mardi au poste de contrôle de Bomba de Jimaní, dans la province d'Independencia. Les 60 balles de substances prohibées et le camion les transportant ont été saisis par les autorités. Le chauffeur, de nationalité haïtienne, a demains réussi à s'échapper, laissant le camion abandonné entre les mains de l'armée. Les agents ont procédé en présence du procureur adjoint, Sonny Adriano Rosario, la municipalité de Jimani, à la fouille du véhicule de type fourgon. Pour le moment, les unités militaires tentent d'attraper le conducteur du véhicule.


GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives / JUSTIN SULLIVAN

Siège d'Uber à San Francisco en Californie, le 26 août 2016

Le PDG d'Uber a révélé mardi que les données de 57 millions d'utilisateurs à travers le monde, dont celles de 600.000 chauffeurs, ont été piratées fin 2016, affirmant ne l'avoir appris que "récemment". Les noms des utilisateurs ainsi que leurs adresses électroniques et numéros de téléphone mobile ont été subtilisés, a indiqué Dara Khosrowshahi, dans un communiqué. Les noms et numéros de permis de conduire des chauffeurs Uber ont en outre été piratés. Sur la base d'expertises externes, le patron de l'entreprise de VTC a affirmé que l'historique des trajets, les numéros de cartes et de comptes bancaires, les numéros de sécurité sociale et les dates de naissance des utilisateurs n'auraient en revanche pas été piratés. M. Khosrowshahi, qui a été nommé à la tête d'Uber fin août, a souligné qu'il a été informé "récemment" de cet incident. "Rien de cela n'aurait dû arriver, et je ne trouverai aucune excuse", a-t-il ajouté. Deux individus ne faisant pas partie de l'entreprise seraient responsables de ce piratage, a-t-il annoncé. Ils ont pénétré dans un "cloud" (serveur dématérialisé) utilisé par l'entreprise et ont téléchargé ces informations. Deux membres des services de sécurité d'Uber, "chargés de la gestion" du problème, et qui n'ont pas prévenu les utilisateurs que leurs données avaient été piratées, ne font par ailleurs "plus partie de l'entreprise". "L'incident n'a pas atteint les systèmes de l'entreprise ni son infrastructure", a tenu à préciser M. Khosrowshahi. Uber aurait versé 100.000 dollars aux hackers afin qu'ils ne divulguent pas l'existence de cet incident et détruisent les informations collectées, selon une source proche du dossier. "Au moment de l'incident, nous avons immédiatement pris les mesures pour sécuriser les données et mettre fin à l'accès non autorisé des individus. Nous avons identifié ces individus et obtenu des assurances que les données collectées seraient détruites", a expliqué M. Khosrowshahi. "Nous avons également mis en place des mesures de sécurité pour restreindre l'accès et renforcer les contrôles des comptes de notre base de données", a-t-il ajouté. "Bien que nous n'ayons aucune preuve de fraude ou d'utilisation frauduleuse liées à cet incident, nous surveillons les comptes affectés et nous avons renforcé leur protection contre la fraude", a-t-il encore détaillé. - L'ancien PDG averti - M. Khosrowshahi a souligné qu'il s'était interrogé sur le fait que l'information n'ait été relayée qu'un an après les faits. Il estime en outre que l'entreprise a failli en n'informant pas immédiatement les victimes de ce piratage ainsi que les autorités. L'ancien patron controversé, Travis Kalanick, aurait été averti du piratage, selon une source proche du dossier. Les premières critiques reprochent justement à l'entreprise de VTC son manque de transparence. "Toutes les entreprises feraient mieux de se souvenir de cela: faire une bourde, c'est mal, mais essayer de la cacher peut vous tuer", a écrit un expert en sécurité, Graham Cluley, sur un blog spécialisé. "Vous pouvez demander pardon de vous être fait pirater, mais beaucoup de personnes vont avoir du mal à vous pardonner et à oublier si vous leur avez volontairement caché la vérité". "Les révélations autour des piratages mettent trop de temps" à être faites, a regretté Vincent Weafer le vice-président de McAfee Labs. Ce piratage est le dernier d'une longue série aux Etats-Unis. Début septembre, c'est l'entreprise Equifax, qui récolte et analyse les données personnelles de clients qui sollicitent un crédit, qui avait révélé une intrusion de mi-mai à fin juillet dans ses bases de données. Les informations personnelles (noms, numéros de sécurité sociale, dates de naissance...) de plus de 145 millions de clients américains et d'autres au Canada et au Grande-Bretagne avaient alors été dérobés. Equifax s'était vu reprocher le long délai entre le piratage et sa révélation au grand public. Les mêmes critiques avaient été adressées à Yahoo, qui avait été victime d'une cyberattaque en 2013. Début octobre, le Wall Street Journal avait révélé que des pirates informatiques avaient également volé des documents secrets des services du renseignement américain. Le piratage se serait fait par le biais d'un logiciel Microsoft Office infecté, selon la société russe de sécurité Kaspersky Lab, dont le logiciel avait été accusé. Le vol aurait eu lieu entre septembre et novembre 2014.

Que feriez-vous si votre enfant s’enfonçait épisodiquement dans un désarmant mutisme ? Probablement, pas ce que Jean Max Dumont vient de faire. Le jeune passionné des technologies vient de fabriquer le tout premier robot haïtien, Robot Dumax, dans le but d’atténuer le problème de langage que connait son fils de 3 ans. « Bien que mon fils me paraisse intelligent, j’ai remarqué qu’il est confronté à des difficultés dès qu’il doit communiquer. Il préfère utiliser des gestes au lieu de faire usage de la parole. Pourtant, il réagit rapidement aux paroles enregistrées sur mon téléphone», explique Jean Max Dumont. En ce sens, il a décidé de créer une application Android bien adaptée à la situation. Robot Dumax est entièrement fabriqué à partir de matériaux de récupérations selon son fabricant. Le robot est capable de communiquer avec les humains grâce à la voix retrouvée dans la fonction de reconnaissance vocale de Google. Jean Max utilise une application permettant de programmer les réponses du robot et une autre application hébergée en ligne, moins limitée que la première selon lui. Robot Dumax est haïtien, mais les échanges en créole ne sont pas encore possible en attendant que la synthèse vocale créole soit disponible. Rode Louis Azer Chery


Agenda

"2017-06-06","2017-06-07","2017-05-20","2017-05-21","2017-06-08","2017-06-09","2017-06-15","2017-06-16","2017-06-17","2017-06-24"No Events Found