L'acteur canadien Mena Massoud, héros du film "Aladdin", le 21 mai 2019 à Hollywood L'acteur canadien Mena Massoud, héros du film "Aladdin", le 21 mai 2019 à Hollywood AFP

Rien n'arrĂȘte plus l'Ă©curie Disney qui, aprĂšs "Captain Marvel" et "Avengers: Endgame", a placĂ©, ce week-end, "Aladdin" en tĂȘte du box-office nord-amĂ©ricain, avant une nouvelle sĂ©rie de grosses productions plus tard cette annĂ©e. AdaptĂ© du dessin animĂ© qui avait marquĂ©, en 1992, le retour de la maison de Mickey sur le devant de la scĂšne, "Aladdin" a enregistrĂ© 86,1 millions de dollars de recettes de vendredi Ă  dimanche, selon les rĂ©sultats prĂ©liminaires du cabinet spĂ©cialisĂ© Exhibitor Relations. Ce dernier estime que le film devrait rĂ©aliser 105 millions de dollars sur l'ensemble du grand week-end de Memorial Day (lundi fĂ©riĂ©), dĂ©diĂ© aux soldats morts sous les drapeaux. Disney a rĂ©ussi Ă  attirer le public malgrĂ© des critiques mitigĂ©es et un duo d'acteurs mĂ©connus pour tenir l'affiche, mĂȘme si Will Smith a battu le rappel en gĂ©nie Ă  la lampe. En comptant les recettes Ă  l'international, "Aladdin" en est dĂ©jĂ  Ă  207 millions de dollars de billets vendus, ce qui devrait le positionner, au final, assez bien parmi les nombreuses adaptations de ses grands films animĂ©s qu'a lancĂ©es Disney depuis 2015. "Aladdin" a dĂ©trĂŽnĂ© assez facilement "John Wick Parabellum", au sommet du box-office nord-amĂ©ricain le week-end dernier et qui a rĂ©alisĂ©, de vendredi Ă  dimanche, 24,3 millions de dollars de recettes. Exhibitor Relations prĂ©voit un total de 30,5 millions pour les quatre jours du long week-end, ce qui porterait ses ventes de billets Ă  107,1 millions de dollars depuis sa sortie, il y a dix jours. Sur la troisiĂšme marche du podium arrive un autre Disney, "Avengers: Endgame", qui a engrangĂ© 16,8 millions de dollars sur trois jours avec une estimation Ă  21,9 millions sur l'ensemble du week-end fĂ©riĂ©. Le dernier volet de la saga Avengers poursuit lentement sa marche vers le record de recettes mondial de toute l'histoire du cinĂ©ma, avec 2,677 milliards de dollars, encore Ă  distance respectable d'"Avatar" et ses 2,787 milliards. En quatriĂšme position arrive le petit hĂ©ros jaune Pikachu, dont le film, "PokĂ©mon DĂ©tective Pikachu" a atteint 13,3 millions de dollars de recettes sur trois jours, avec une prĂ©vision Ă  17 pour l'ensemble du week-end fĂ©riĂ©, ce qui porterait son total Ă  116,1 millions depuis sa sortie, il y a deux semaines. Autre sortie de la semaine, "BrightBurn - L'enfant du mal", mĂ©lange d'horreur et de fantastique, rĂ©alise 7,5 millions de dollars en trois jours, ce qui le place en cinquiĂšme position, et devrait finir le long week-end Ă  9. Voici le reste du Top 10: 6 - "Booksmart": premiĂšre rĂ©alisation de l'actrice Olivia Wilde, encensĂ©e par la critique, qui engrange 6,5 millions de dollars (8 prĂ©vus pour le week-end fĂ©riĂ©). 7 - "A Dog's Journey": 4,1 millions de dollars (5,7 sur quatre jours) et 14,9 en deux semaines. 8 - "The Hustle": 3,8 millions (4,8) et 29,8 en trois semaines. 9 - "The Intruder": 2,3 millions (2,9) et 32,5 en quatre semaines. 10- "Long Shot": 1,6 million (2) et 29,1 en quatre semaines.

La PremiÚre ministre britannique Theresa May repart aprÚs avoir annoncé sa démission devant le 10 Downing Street, le 24 mai 2019

La course Ă  la succession de la PremiĂšre ministre britannique est ouverte, avec dĂ©jĂ  sept candidats sur les rangs pour prendre le pouvoir et s'emparer de l'Ă©pineux dossier du Brexit aprĂšs la dĂ©mission de Theresa May. DerniĂšres candidatures en date: celles de Dominic Raab, figure de la nouvelle garde des conservateurs et fugace ministre du Brexit; de l'ancienne leader de la Chambre des Communes Andrea Leadsom, et de Matt Hancock, le ministre de la SantĂ©. "Je mettrai en oeuvre le Brexit", a tweetĂ© samedi ce dernier. "Pour rĂ©ussir une nĂ©gociation, il faut ĂȘtre prĂȘt Ă  claquer la porte", a dĂ©clarĂ© Andrea Leadsom au Sunday Times. "Je prĂ©fĂ©rerais que l'on quitte (l'Union europĂ©enne) avec un accord", a pour sa part Ă©crit Dominic Raab. Theresa May laisse en effet Ă  son successeur la lourde tĂąche de mettre en oeuvre la sortie de l'UE du Royaume-Uni, un pays divisĂ© sur la question, soit en renĂ©gociant un nouvel accord avec Bruxelles - celui qu'elle avait conclu a Ă©tĂ© rejetĂ© par les dĂ©putĂ©s -, soit en optant pour une sortie sans accord. Elle a annoncĂ© vendredi qu'elle quitterait ses fonctions le 7 juin, exprimant son "profond regret" d'avoir Ă©chouĂ© dans ses tentatives de concrĂ©tiser le Brexit, trois ans aprĂšs le rĂ©fĂ©rendum qui l'a dĂ©cidĂ© par 52% des voix. Mme May assurera la transition jusqu'Ă  ce que les 100.000 membres de son Parti conservateur se choisissent, d'ici au 20 juillet entre les deux candidats sĂ©lectionnĂ©s par les dĂ©putĂ©s tories, un nouveau leader, qui deviendra le prochain chef du gouvernement. L'annonce de Mme May a sonnĂ© le dĂ©but d'une lutte pour le pouvoir de deux mois chez les conservateurs. - Boris Johnson, le favori - AFP/Archives / OLI SCARFFBoris Johnson, alors ministre des Affaires Ă©trangĂšres, quitte le 10 Downing Street le 13 juillet 2016 Grand favori des militants de base du Parti conservateur, cet ancien ministre des Affaires Ă©trangĂšres et ex-maire de Londres a Ă©tĂ© un des artisans de la victoire du Brexit au rĂ©fĂ©rendum de 2016. Dans un entretien avec le Sunday Times, l'actuel ministre des Affaires Ă©trangĂšres Jeremy Hunt s'est lui aussi dĂ©clarĂ© candidat, estimant que "ce qui importe est si vous croyez au Brexit, pas comment vous avez votĂ© en 2016". Boris Johnson, 54 ans, n'a pas attendu la dĂ©claration de la PremiĂšre ministre pour se dire candidat Ă  son poste. Le ministre du DĂ©veloppement international Rory Stewart et l'ex-ministre du Travail Esther McVey ont Ă©galement confirmĂ© leur candidature. D'autres pourraient suivre dans les prochains jours. Parmi les poids lourds prometteurs figurent le ministre de l'Environnement Michael Gove et le ministre de l'IntĂ©rieur Sajid Javid. La ministre du Travail Amber Rudd a, quant Ă  elle, annoncĂ© samedi ne pas se prĂ©senter, confiant Ă  la BBC qu'elle "serait trĂšs prĂ©occupĂ©e" si le choix se portait sur un leader "trop enthousiaste" Ă  l'idĂ©e d'une sortie sans accord. - RenĂ©gocier ? Sortir sans accord ? - C'est pourtant une issue que n'Ă©carte pas Boris Johnson. Il a dĂ©clarĂ© vendredi qu'il chercherait Ă  renĂ©gocier l'accord conclu par Mme May avec Bruxelles. Mais "nous quitterons l'Union europĂ©enne le 31 octobre, accord ou pas", a-t-il dit, s'opposant ainsi Ă  tout nouveau report de cette date butoir. "Je ne pourrais pas servir un gouvernement avec Boris Johnson", a prĂ©venu Rory Stewart sur la BBC. "Je ne pourrais pas servir un gouvernement dont la politique consiste Ă  pousser ce pays Ă  un Brexit sans accord". Un tel divorce "n'est pas un choix de politique possible pour le prochain Premier ministre", puisque les dĂ©putĂ©s britanniques ont dĂ©jĂ  votĂ© contre ce scĂ©nario, a renchĂ©ri Matt Hancock sur Sky News.


Photo prise lors de la cérémonie de signature de l'accord de jumelage entre les deux villes/ Crédit: Twitter de La Toya Cantrell

La mairiede la Nouvelle-OrlĂ©ans rĂ©vĂšlesur son site web, la signature,le 12 mai 2019, d'un accord de "villes jumelĂ©es" entrelemairessede cette ville, La Toya Cantrell etcelle du Cap-HaĂŻtien,Yverose Pierre. Par ce contrat, la deuxiĂšme ville d'HaĂŻtiet la Nouvelle-OrlĂ©ans manifestent leur volontĂ© de devenirdes "villes sƓurs". Dans une dĂ©claration retransmise sur Twitter, la mairesse parle des origines communes de cette relation, Ă  savoir l’indĂ©pendance d’HaĂŻti. En effet dans les annĂ©es qui suivirent l’indĂ©pendance haĂŻtienne acquise en 1803, de nombreux HaĂŻtiens et HaĂŻtiennes Ă©migrĂšrent vers la Louisiane, plus prĂ©cisĂ©ment vers la Nouvelle-OrlĂ©ans, doublant ainsi la population de cette derniĂšre. Today, I signed an agreement to become a “sister city” with Cap-Haitien, located on the north coast of Haiti. The origins of this relationship & shared history are born from the independence of Haiti & the doubling of the New Orleans population. pic.twitter.com/SMpClUUltn — Mayor LaToya Cantrell (@mayorcantrell) 21 mai 2019 L’implication des HaĂŻtiens dans la construction de cette ville estĂ©vidente autant dans l’architecture que dans la culture de la Nouvelle-OrlĂ©ans. En outre, le quartier TremĂ©, premiĂšre communautĂ© afro-amĂ©ricaines des Etats-Unis, peuplĂ© d’HaĂŻtiens, a vu naitre le Jazz, une musique populairequi fait la fiertĂ© des Etats-Unis d'AmĂ©rique. "La Nouvelle-OrlĂ©ans estla premiĂšre diaspora d’HaĂŻti. La Nouvelle-OrlĂ©anset le Cap-HaĂŻtien (anciennement Cap Français) sont des sƓurs jumelles sĂ©parĂ©es par la naissance’’, indique la mairesse La Toya. Aujourd’hui, toujours selon ses dires, de nombreux habitants de sa ville sont originaires du Cap-HaĂŻtienou d’autres rĂ©gions d’HaĂŻti. Pour sa part, la mairesse Pierres'est dite "heureuse d'avoir signĂ© au nom de la mairie du Cap-HaĂŻtien un accord historique de jumelage" entre la la Nouvelle-OrlĂ©ans et la ville christophienne.Elle dit"souhaite[r]donc, par ce jumelage, nous montrons que nos deux villes sont ouvertes sur le monde et sont trĂšs accueillantes." Heureuse d'avoir signĂ© au nom de la #MairieDuCapHaĂŻtien un accord historique de jumelage entre la @CityOfNOLA et la @MairieduCap. Je souhaite donc, par ce jumelage nous montrons que nos deux villes sont ouvertes sur le monde et sont trĂšs accueillantes. pic.twitter.com/PVABqy3Huu — Yvrose Pierre (@yvrose_pierre) 23 mai 2019 Ainsi ces derniĂšres annĂ©es, de nombreuses visites ont Ă©tĂ© faites, entre autres lors du festival Gede fest en octobre 2018 et de nombreuses amitiĂ©s construites."Par cet accord [de villes jumelĂ©es, ndlr], conclut la mairesse, nous cĂ©lĂ©brons un patrimoine commun et cherchons Ă  renforcer les liens Ă©troits et Ă  assurer une relation durable dans notre avenir’’. Certaines des caractĂ©ristiques de l’accord incluent: une coopĂ©ration universitaire de leurs villes respectives et d’autres Ă©tablissements d’enseignement; des Ă©changes et coopĂ©ration entre agences de dĂ©veloppement locales, chambres de commerce et dĂ©partement du tourisme; des possibilitĂ©s d’échanges de produits artistiques et culturels entre les musĂ©es et les galeries respectives des villes et d’autres institutions culturelles. Le document prĂ©voit Ă©galement des possibilitĂ©s d’échanges municipaux, notamment de dĂ©veloppement Ă©conomique dans les domaines du tourisme, de l’agriculture, des infrastructures, de la gestion urbaine et de la gestion des dĂ©chets et de l’eau, ainsi que de la prĂ©paration aux situations d’urgence, de la gestion des catastrophes et du changement climatique. Wyddiane ProphĂšte

Fritz Deshommes, Recteur de l'Université d'Etat d'Haïti (UEH)/ Photo: Alterpresse

Les locaux du bĂątiment logeant la facultĂ© des sciences humaines (FASCH) sĂ©vĂšrement endommagĂ©s lors du tremblement de terre de 2010 sont sur le point d’ĂȘtre reconstruits. En effet, Ă  l’initiative du bureau de monĂ©tisation des programmes d’aide au dĂ©veloppement (BMPAD), le mercredi 22 mai 2019, les responsables de la facultĂ© ont procĂ©dĂ© au lancement des travaux de rĂ©habilitation de cette entitĂ© de l’UniversitĂ© d’Etat d’HaĂŻti. Ces travaux dont la durĂ©e s’étend sur une pĂ©riode de 10 mois seront financĂ©s par l’ambassade du Japon en HaĂŻti Ă  hauteur de 79 millions de gourdes. Dans son allocution, le directeur gĂ©nĂ©ral du bureau de monĂ©tisation des programmes d'aide au dĂ©veloppement Fils-AimĂ© Ignace Saint Fleur indique que ces travaux garantiront aux Ă©tudiants de la FASCH un cadre propice Ă  un meilleur apprentissage et plus sĂ©curitaire. «Pour nous, au BMPAD, il n’existe pas de plus belle maniĂšre de rendre justiceĂ  la rĂ©putation de la FASCH, aux jeunes qui la frĂ©quentent aujourd’hui et qui aspirent Ă  de meilleures conditions de formations et d’existence.Je formule le vƓu que le local de la facultĂ© des sciences humaines qui sera remis Ă  neuf dans quelques mois puisse galvaniser les ambitions de cette communautĂ© universitaire et la porter Ă  se dĂ©cider, Ă  s’armer de tous les atouts prĂ©cieux de la connaissance pour pouvoir contribuer Ă  ouvrir toutes grandes les portes de l’avenir d’HaĂŻti, a dit Monsieur Saint-Fleur. Pour sa part, l’ambassadeur du Japon en HaĂŻti Mizuno Mitsuaki a, dans ses propos de circonstance, indiquĂ© que ces travaux devraient permettre d’augmenter la capacitĂ© d’accueil de la facultĂ© des sciences humaines. «Ce projet envisage de rendre la facultĂ© des sciences humaines plus fonctionnelle et d’augmenter la capacitĂ© d’accueil de l’un des patrimoines du pays, a-t-il indiquĂ©. Le hic c’était la prĂ©sence du recteur de l’UEH Ă  cette cĂ©rĂ©monie de pose de premiĂšre. Alors qu’il prononçait son discours, Fritz Deshommes a Ă©tĂ© huĂ© par un groupe d’étudiants qui contestent sa gestion de l’UEH. Les protestataires exigeaient du recteur de l’universitĂ© d’Etat d’HaĂŻti des explications sur la subvention de 20 millions de gourdes qui a Ă©tĂ© accordĂ©e au rectorat de l’UEH par la Primature en 2008. A la fin de la cĂ©rĂ©monie, ils ont dressĂ© des barricadesĂ  l’aide des chaises et des bancs et ont verrouillĂ© la barriĂšre principale de la facultĂ© afin d’empĂȘcher le recteur de partir. Les Ă©tudiants protestataires ont lancĂ© des pierres en direction de la voiture du recteur et du cortĂšge dans lequel se trouvaient l’ambassadeur du Japon et le directeur gĂ©nĂ©ral du BMPAD. Des agents de sĂ©curitĂ© ont eu le temps d’intervenir et empĂȘcher le pire.


FILE - This July 16, 2013 file photo shows a sign at Facebook headquarters in Menlo Park, Calif. (AP Photo/Ben Margot, File)

Facebook removed more than 3 billion fake accounts from October to March, twice as many as the previous six months, the company said Thursday. Nearly all of them were caught before they had a chance to become "active" users of the social network. In a new report, Facebooksaid it sawa "steep increase" in the creation of abusive, fake accounts. While most of these fake accounts were blocked "within minutes" of their creation, the company said this increase of "automated attacks" by bad actors meant not only that it caught more of the fake accounts, but that more of them slipped through the cracks. As a result, the company estimates that 5% of its 2.4 billion monthly active users are fake accounts, or about 119 million. This is up from an estimated 3% to 4% inthe previous six-monthreport. The increase shows the challenges Facebook faces in removing accounts created by computers to spread spam, fake news and other objectionable material. Even as Facebook's detection tools get better, so do the efforts by the creators of these fake accounts. The new numbers come as the company grapples with challenge after challenge, ranging from fake news to Facebook's role in elections interference, hate speech and incitement to violence in the U.S., Myanmar, India and elsewhere. Facebook also said Thursday that it removed more than 7 million posts, photos and other material because it violated its rules against hate speech. Facebook employs thousands of people to review posts, photos, comments and videos for violations. Some things are also detected without humans, using artificial intelligence. Both humans and AI make mistakes and Facebook has been accused of political bias as well as ham-fisted removals of posts discussing — rather than promoting — racism. A thorny issue for Facebook is its lack of procedures for authenticating the identities of those setting up accounts. Only in instances where a user has been booted off the service and won an appeal to be reinstated does it ask to see ID documents. While some have argued for stricter authentication on social media services, the issue is thorny. People including U.N. free expression rapporteur David Kaye say it's important to allow pseudonymous speech online for human rights activists and others whose lives could otherwise be endangered. Dipayan Ghosh, a former Facebook employee and White House tech policy adviser who is currently a Harvard fellow, said absent greater transparency from Facebook there is no way of knowing whether its improved automated detection is doing a better job of containing the disinformation problem. "We lack public transparency into the scale of disinformation operations on Facebook in the first place," he said. And even if just 5 million accounts escaped through the cracks, Ghosh added, how much hate speech and disinformation are they spreading through bots "that subvert the democratic process by injecting chaos into our political discourse?" "The only way to address this problem in the long term is for government to intervene and compel transparency into these platform operations and privacy for the end consumer," he said. Facebook CEO Mark Zuckerberg has called forgovernment regulationto decide what should be considered harmful content and on other issues. But at least in the U.S., government regulation of speech could run into First Amendment hurdles. And what regulation might look like — and whether the companies, lawmakers, privacy and free speech advocates and others will agree on what it should look like — is not clear. Of the 3.4 billion accounts removed in the six-month period, 1.2 billion came during the fourth quarter of 2018 and 2.2 billion during the first quarter of this year. More than 99 percent of these were disabled before someone reported them to the company. In the April-September period last year, Facebook blocked 1.5 billion accounts. Facebook attributed the spike in the removed accounts to "automated attacks by bad actors who attempt to create large volumes of accounts at one time." The company declined to say where these attacks originated, only that they were from different parts of the world.

Le directeur général de la DGI, Miradin Morlan

La Direction GĂ©nĂ©rale des ImpĂŽts (DGI)ouvre ce mercredi 22 mai un centre d'appel baptisĂ© «Infocentre». Ce nouveau service facilitera aux contribuables de s'informer via le tĂ©lĂ©phone et le courriel Ă©lectronique sur les lois et les procĂ©dures fiscales applicables en HaĂŻti. L'infocentre, cette nouvelle entitĂ© qui est appelĂ©e Ă  crĂ©erle lien entre la DGI et le public, dispose d'un systĂšme vocal interactif visant Ă  fournir aux clients, du lundi au vendredi et 24h/24, des informations relatives Ă  la fiscalitĂ© haĂŻtienne. Le centre d'appel est aussi dotĂ© d'un service d'assistance personnalisĂ©, lequel permet aux usagĂ©s de contacter directement les agents de la DGI via un appel ou un courriel Ă©lectronique. Ce service est disponible du lundi au vendredi, de 8h Ă  4 heure PM. Cette unitĂ©fournira au public des informations ponctuelles Ă  distance, via le tĂ©lĂ©phone et internet, sur les procĂ©dures, les tarifs, les Ă©chĂ©ances des impĂŽts, droits et taxes tout en recueillant Ă©ventuellement ses dolĂ©ances», lit-on dans une note parvenue Ă notre rĂ©daction.« Ce qui donnera aux responsables la possibilitĂ© de mieux rĂ©pondre Ă  leur besoin », explique le responsable de l’infocentre, James Calixte. Pour bĂ©nĂ©ficier des services prĂ©citĂ©s, les contribuables doivent appeler au (509) 2262 1000 ou envoyer un message Ă  infocentre@dgi.gouv.ht. Intervenu au lancement officiel de l'infocentre, le directeur gĂ©nĂ©ral de la DGI, Miradin Morlan, considĂšre ce service qui se base sur la technologie de pointe comme le «point focal du vaste projet de modernisation» de ladite institution. « Il est appelĂ© Ă  ĂȘtre le miroir qui transmet Ă  la fois la nouvelle image de la DGI et celle que s'en fait le contribuable», a-t-il poursuivi. Selon le ministre de l’économie et desfinances, Ronald DĂ©cembre, l'infocentremarque « une rupture d'avec un modeopĂ©ratoire dommageable et prĂ©judiciable pour l'administration tant pour son image, la qualitĂ© des services offerts que pour la performance de l'administration ». Le grand argentier indique que beaucoup de recettes sont perdus en raison de la mĂ©connaissance des lois et procĂ©dures de la part du contribuable. À noter que l’infocentre est le fruit du partenariat Ă©tabli entre la Direction GĂ©nĂ©rales des ImpĂŽts (DGI) et l'Union EuropĂ©enne, via Expertise-France. Le projet bĂ©nĂ©ficie de l'encadrement de la coopĂ©ration canadienne Ă  travers l’Agence du Revenu du Canada. Lancement officiel du centre d’appel de la Direction GĂ©nĂ©rale des ImpĂŽts le mercredi 22 mai 2019 visant Ă  faciliter le dialogue entre l’administration fiscale et le public Ă  partir du 509 2262 1000 disponible 24h/24, 7/7 jours pic.twitter.com/lECTz4DG5z — Communication HaĂŻti (@MCHaiti) 22 mai 2019 Justin Gilles et Rosny Ladouceur