Kawhi Leonard, félicité par ses coéquipiers

Kawhi Leonard va, comme largement anticipé, résilier son contrat avec Toronto, mais il pourrait rester dans la franchise canadienne avec laquelle il a remporté le titre de champion NBA 2019, rapporte la presse américaine dimanche. Selon Yahoo Sports, Leonard, meilleur joueur de la finale 2019, va activer la clause figurant dans son contrat qui lui permet de le résilier un an avant son terme. Il devait toucher la saison prochaine un salaire annuel de 21,3 millions de dollars (18,7 millions d'euros). Cette résiliation fera de Leonard un "agent libre" et lui permettra de signer, avec Toronto ou une autre équipe, un contrat nettement revu à la hausse. L'ancien joueur des San Antonio Spurs sera très courtisé quand la période des transferts débutera officiellement le 30 juin, notamment par les Los Angeles Clippers, mais c'est Toronto, son équipe actuelle, qui pourra lui offrir le contrat le plus intéressant. Les Raptors peuvent en effet lui proposer un contrat dit "maximum" de cinq ans d'une valeur totale de 190 millions de dollars (166,9 M EUR). Selon Yahoo Sports, citant des sources au sein de la NBA, Leonard, 27 ans, souhaiterait rester à Toronto. Il a réalisé en 2018-19 la meilleure saison de sa carrière avec des moyennes de 26,6 points et 7,3 rebonds par match. Leonard, élu meilleur défenseur de NBA à deux reprises, n'avait disputé que neuf matches la saison précédente en raison d'une blessure à une cuisse.

Donald Trump signe le décret imposant des nouvelles sanctions à l'Iran le 24 juin 2019 à la Maison Blanche

Les Etats-Unis ont annonc√© lundi de "dures" sanctions contre le Guide supr√™me iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, et plusieurs hauts grad√©s des Gardiens de la R√©volution, frappant la t√™te de la R√©publique islamique pour faire encore monter la pression sur T√©h√©ran. Le pr√©sident am√©ricain Donald Trump, qui accuse l'Iran de chercher √† se doter de l'arme nucl√©aire et d'√™tre un "parrain du terrorisme", a sign√© un d√©cret emp√™chant "le Guide supr√™me, son √©quipe et d'autres qui lui sont √©troitement li√©s d'avoir acc√®s √† des ressources financi√®res essentielles". Egalement vis√©, le ministre iranien des Affaires √©trang√®res Mohammad Javad Zarif, visage de la politique iranienne de d√©tente avec l'Occident, consid√©r√© comme un mod√©r√© et abhorr√© des ultraconservateurs. Il sera plac√© sur la liste des sanctions "plus tard cette semaine", a indiqu√© le secr√©taire am√©ricain au Tr√©sor Steven Mnuchin, annon√ßant √©galement que Washington allait geler des "milliards de dollars" d'actifs iraniens suppl√©mentaires, sans autre pr√©cision. Huit hauts grad√©s des Gardiens de la R√©volution, l'arm√©e id√©ologique du r√©gime, ont aussi √©t√© sanctionn√©s, quatre jours apr√®s la destruction d'un drone am√©ricain par un missile iranien dans la r√©gion strat√©gique du Golfe. Avant que la nature de ces nouvelles sanctions ne soit pr√©cis√©e, l'Iran avait dit qu'elles n'auraient "aucun r√©sultat", tout en affirmant les prendre "au s√©rieux" et les consid√©rer comme "un acte hostile, conforme au terrorisme √©conomique et √† la guerre √©conomique lanc√©s contre notre nation". En plus de ces derni√®res mesures, M. Trump, ont affirm√© samedi des m√©dias am√©ricains, a autoris√© secr√®tement des cyberattaques contre des syst√®mes de lancement de missiles et un r√©seau d'espionnage iraniens, en riposte √† la destruction du drone am√©ricain. T√©h√©ran a affirm√© n'avoir subi aucun d√©g√Ęt. - Risque d'embrasement - Washington et T√©h√©ran, qui n'ont plus de relations diplomatiques depuis 1980, sont engag√©s dans un nouvel acc√®s de fi√®vre qui fait craindre un embrasement. Donald Trump a dit avoir annul√© in extremis des frappes de repr√©sailles, pr√©vues vendredi, contre des cibles iraniennes. Alli√©e de l'Iran, la Russie avait qualifi√© les nouvelles sanctions d'"ill√©gales". Le pr√©sident fran√ßais Emmanuel Macron a lui annonc√© lundi qu'il rencontrerait "en apart√©" Donald Trump pour √©voquer le dossier iranien en marge du sommet G20 en fin de semaine au Japon. AFP / Jacquelyn MartinLe secr√©taire d'Etat am√©ricain Mike Pompeo (G) est accueilli √† Jeddah en Arabie saoudite par le chef de la diplomatie saoudienne Ibrahim Al-Assaf (C), le 24 juin 2019 Et dans un communiqu√© commun, au moment o√Ļ le secr√©taire d'Etat am√©ricain Mike Pompeo effectue une visite aux Emirats et en Arabie saoudite, deux alli√©s de Washington et grands rivaux de T√©h√©ran, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis ont exhort√© √† trouver des "solutions diplomatiques" pour faire baisser les tensions actuelles. De son c√īt√©, le Premier ministre isra√©lien Benjamin Netanyahu a martel√© que son pays, ennemi jur√© de l'Iran, ferait tout pour l'emp√™cher d'obtenir la bombe atomique. - D√©troit strat√©gique - Le pr√©sident am√©ricain avait plus t√īt appel√© les pays importateurs de p√©trole √† prot√©ger leurs propres cargaisons dans le d√©troit d'Ormuz, un point de passage cl√© pour le commerce mondial de p√©trole situ√© dans la zone o√Ļ l'Iran a abattu le drone am√©ricain et o√Ļ des attaques ont cibl√© des p√©troliers ces derni√®res semaines. "Nous n'avons m√™me pas besoin d'√™tre sur place dans la mesure o√Ļ les Etats-Unis sont d√©sormais (de loin) le premier producteur d'√©nergie au monde!", a-t-il avanc√©, en appelant les autres pays importateurs de p√©trole √† monter en premi√®re ligne. AFP/Archives / SAUL LOEBDonald Trump le 22 juin 2019 √† Washington "91% des importations chinoises de p√©trole passent par le d√©troit d'Ormuz, 62% pour le Japon, et c'est pareil pour nombre d'autres pays", a dit le milliardaire r√©publicain. "Pourquoi prot√©geons-nous ces voies de navigation (depuis de longues ann√©es) pour d'autres pays sans la moindre compensation?". "Tous ces pays devraient prot√©ger leurs propres navires dans ce qui a toujours √©t√© un passage dangereux", a-t-il encore tweet√©. L'administration Trump s'est retir√©e en mai 2018 de l'accord nucl√©aire cens√© limiter les activit√©s sensibles de l'Iran, et consid√©r√© par les Europ√©ens, les Russes et les Chinois -toujours parties √† l'accord- comme le meilleur moyen de s'assurer que l'Iran n'aura pas la bombe. Les Etats-Unis ont ensuite r√©tabli √† partir d'ao√Ľt 2018 une s√©rie de sanctions √©conomiques contre T√©h√©ran dans le cadre d'une campagne de "pression maximale" contre l'Iran, accus√© √©galement de d√©stabiliser la r√©gion. De nouvelles frictions sont √† pr√©voir avec l'annonce par l'Iran que ses r√©serves d'uranium enrichi d√©passeront √† partir du 27 juin la limite pr√©vue par l'accord nucl√©aire.


Le bus de la Radio Télé métropole avec ses pare-brises cassés. Photo : Vanessa Leger

Un autre v√©hicule de la Radio T√©l√© m√©tropole a √©t√© la cible d'individus non identifi√©s √† Post-Marchant ce 24 juin. Despierres ont √©t√© tir√©s en direction de la voiture qui transportait deuxjournalistes du m√©dia. Moins d'une semaine apr√®s qu'une voiture de la Radio T√©l√© M√©tropole a √©t√© victime d'une attaque √† jets de pierre au niveau de Turgeau, un autre v√©hiculede la de la m√™me institution a √©t√© la cible de manifestants ce 24 juin. En effet, le minibus de marque Hundai, immiatricul√©BB ‚Äď 11631 et transportant trois membres de la RTM a √©t√© ray√©, les pare-brises cass√©s. Il s'agit dela quatri√®meattaque en moins d‚Äôun moissubie par la presse ha√Įtienne depuis le d√©but des manifestations antigouvernementales apr√®s la publication 31 mai du rapport final de la Cour des comptes et du contentieux administratif (CSC/CA). Dans la m√™me journ√©e du 10 juin, des individus avaient incendi√© des v√©hicules de la radio T√©l√© Ginen, sans oublier les attaques perp√©tr√©es contre la station Radio T√©l√©Zenith le 18 juin dernier. Radio T√©l√© M√©tropole et Radio T√©l√© Ginensont accus√©es par certains manifestants d'√™tre proches du pouvoir en place dirig√© par le pr√©sident Jovenel Mo√Įse.

Cachés dans un gros camion de marque Isuzu, 51 paquets de marijuana ont été saisis au poste frontalier d'Elias Pinas par les autorités dominicaines./Photo: Cesfront-Twitter

Le corps dominicain sp√©cialis√© de la s√©curit√© des fronti√®res (CESFRONT), a saisi jeudi 20 juin, 51 paquets contenant une substance qu‚Äôil pr√©sume √™tre de la marijuana provenant d‚ÄôHa√Įti, r√©publique voisine. Ces paquets de marijuana ont √©t√© confisqu√©s par les autorit√©s dominicaines √† Elias Pinas, dans la municipalit√© de Comendador qui relie Ha√Įti √† la R√©publique Dominicaine. Le CESFRONT a r√©v√©l√© que la substance (√©valu√©e √† 513 livres) √©tait cach√©e dans la plateforme m√©tallique d‚Äôun gros camion Isuzu contenant une plaque ha√Įtienne. Apr√®s avoir franchi deux postes de contr√īle, le camion a √©t√© saisi et le chauffeur a d√Ľ s‚Äôenfuir. Ce n‚Äôest pas le premier casenregistr√© sur la fronti√®re. En avril, trois mois plus t√īt, plus de 600 kg de marijuana ont √©t√© saisis. L‚Äôembarcation contenait 151 paquets que quatre individus tentaient de faire entrer sur le sol dominicain en passant cette fois par Cabo Peque√Īo, situ√© au sud ‚Äôouest d‚ÄôIsla Beata. Les autorit√©s dominicaines, tr√®s pr√©sentes au niveau des postes frontaliers, poursuivent leur lutte contre la contrebande, le trafic de drogue, les armes √† feux etles migrants ha√Įtiens ill√©gaux. Source: Le Nouvelliste et Ha√Įti libre.


La fondatrice de Ha√Įti Tech Summit, Christine Ntim/ Photo: Luckenson Jean

Sous les sons des tambours, de la musique cr√©ole et avec des sc√®nes dedansefolklorique, les organisateurs d'Ha√Įti Tech Summit 2019 ontproc√©d√©jeudi 20 juin dans la soir√©e au lancement de la troisi√®me √©dition de cesommet sur la technologie et l'entreprenariat,en pr√©sence d'entrepreneurs et d'officiels ha√Įtiens et √©trangers. Du 20 au 22 juin, Montrouis sera le h√īte de ce grand √©v√©nement r√©unissant des investisseurs et entrepreneurs venus de partout dans le monde pour partager leurs exp√©riences et savoir-faireen mati√®re d'entreprenariat dans un monde o√Ļ la technologie occupe de plus en plus de place. D√®s le d√©but du sommet, l'initiatricea rappel√© l'objectif de l'initiative vieille maintenant de trois ans: changer la fa√ßon dont on parle d'Ha√Įti dans le monde, changer le r√©cit du pays en proie √† d'√©normesdifficult√©s. "Les temps sont difficiles", a reconnu Christine Ntim, faisant allusion √† la situation socio-√©conomique actuellecaract√©ris√©e par l'inflation, le ch√īmage, la d√©pr√©ciation de la monnaie locale, l'ins√©curit√© et les crises politiques. "Nous allons changer le r√©cit d'Ha√Įti", a-t-elle dit, soulignant qu'√†travers Haiti Tech Summit les organisateurs veulent raviver l'espoir et aider les Ha√Įtiens √† allerde l'avant. En attendant les contenus devant √™tre disponibles sous peu, Loop Haiti vous invite √† d√©couvrir les premi√®res images issues de la journ√©e du 21 juin. [image_gallery] Wilner Bossou

Ben Horowitz (investisseur de Facebook et Twitter) à l'édition 2017 de Haiti Tech Summit./Photo: Loop Haiti-archives.

Une palette d‚Äôinvestisseurs et d‚Äôentrepreneurs issus du monde entier seront, du 20 au 22 juin, en Ha√Įti o√Ļ ils participeront √† la troisi√®me √©dition d‚ÄôHa√Įti Tech Summit, important sommet de la technologique cr√©√© en 2017 dans le souci de relever les grands d√©fis d'Ha√Įti par la technologie et l‚Äôentreprenariat. Ha√Įti Tech Summit r√©cidive et sera encore une fois cette ann√©e au rendez-vous : le plus grand sommet annuel de technologie de toute la Cara√Įbe se d√©roulera du 20 au 22 juin au Royal Decameron, √† la C√īte-des-Arcadins, o√Ļ un gratin d‚Äôinvestisseurs internationaux interviendront sur les grands d√©fis de l‚Äôhumanit√© √† relever par la technologie. Pour l‚Äô√©dition 2019, d'importantes personnalit√©s dans le domaine de la technologie et de l'entreprenariatr√©pondront pr√©sents √† cet √©v√©nement. L'on peut citer entre autres, Tom Davis de Forbes Magazine,Kim Hangoc (Mastercard), Darlene Jean,Cassandre Charles (Essence Magazine), Michele Sison, ambassadeur des Etats-Unis en Ha√Įti, Jon Piechowski(Bureau des affaires de l'h√©misph√®re occidental), Carlos Sanvee (YMCA). En vue de faciliter les voyages des √©trangers vers Ha√Įti, le comit√© organisateur a pens√© √† √©largir son r√©seau et s‚Äôest ainsi associ√© √† deux partenaires officiels : l‚ÄôAmbassade des √Čtats-Unis et le magazine √©conomique Forbes. Ce dernier qui diffusera l‚Äô√©v√®nement en direct et pr√©sentera l'histoirede certains conf√©renciers et participants sur leur site Web et leur application communautaire. Plusieurs points majeurs feront l‚Äôobjet de d√©bats et de plusieurs tables-rondes autour d‚Äôun certain nombre de secteurs industriels √† identifier comme √©tant des secteurs potentiels √† mettre en avant √† l‚Äô√®re num√©rique:√Čducation, tourisme, agriculture, finance, m√©dias, √©nergie, sant√©, mode, immobilier et musique. Un rapport des contributions apport√©es durant le sommet sera rendu public. ¬ę L'objectif est de positionner Ha√Įti pour tirer parti de la 4e r√©volution industrielle et acc√©l√©rer le passage du pays √† l'√®re num√©rique. Ainsi, des partenariats avec les Objectifs de d√©veloppement durable 2030 seront en vigueur ¬Ľ, lit-on dans un communiqu√© transmis √† la r√©daction. Les participants profiteront aussi d‚Äôune s√©rie d‚Äôateliers de formation sur l‚Äôimage de marque personnelle, le financement des entreprises et le marketing num√©rique de l‚Äôhistoire d‚ÄôHa√Įti. Ces sessions d‚Äôateliers couvriront trois pistes : piste individuelle, volet affaires et suivi de l‚Äô√©cosyst√®me. Haiti Tech Summit, gr√Ęce √† l‚Äôambassade am√©ricaine et de plusieurs autres partenaires qui font venir plus d‚Äôune vingtaine d‚Äôentrepreneurs issus de la Cara√Įbe notamment, vise √† battre son pr√©c√©dent record de 123 millions de vues sur les m√©dias sociaux, ce qui vise √† revitaliser le secteur touristique, toujours dans l‚Äôimpasse et toucher par la crise politique qui secoue Ha√Įti depuis au moins trois mois.