Le chanteur vedette du groupe Sweet Micky, Michel Martelly, ancien président de la République de 2011 à 2016./Photo: Capture d'écran.

La formation musicale ¬ęSweet Micky¬Ľ est de nouveau la cible d‚Äôorganisations et d‚Äôactivistes qui ne veulent pas le voir performer au pays de Trump. Lire: New-Jersey: un bal de Sweet Micky annul√© par le propri√©taire du local Plus r√©cemment, soit en juin 2019, un de ses bals a √©t√© annul√© par les propri√©taires du Saint-Demetrios, local situ√© √† New-Jersey o√Ļ sa performance a √©t√© programm√©e. Sweet Micky devait animer une soir√©e musicale √† l‚Äôoccasion des f√™tes des p√®res. Encore une fois, le chanteur √† la popularit√© de plus en plus contest√©e tant en Ha√Įti qu‚Äô√† l‚Äô√©tranger, a attir√©la foudre de nombreux Ha√Įtiano-Am√©ricains la veille de sa participation au traditionnel Labor Day. En effet, de nombreux New-Yorkais originaires d‚ÄôHa√Įti ont demand√© l‚Äôinterdiction de Michel Martelly √† toutes les activit√©s qui se d√©rouleront dans le cadre de la Journ√©e des Indes Occidentales, parade plus connue sous le nom de Labor day. Dans une lettre ouverte au candidat d√©mocrate √† la pr√©sidentielle et au maire de la ville de New York, Bill de Blasio, ils [ces activistes et organisations] demandent qu'il soit interdit √† Martelly de participer √† toutes les activit√©s entourant le d√©fil√© de la Journ√©e des Indes occidentales cette ann√©e, a r√©v√©l√© la journaliste Jacqueline Charles dans les colonnes du Miami Herald. En tant que New-Yorkais, disent-ils, ils ne devraient pas √™tre soumis au discours incendiaire et grossier de l'ancien pr√©sident, aux singeries de performances misogynes qui incluent des attaques contre des femmes, des ennemis politiques et des critiques. ¬ęSa pr√©sence √† la parade West Indian est dangereuse pour les femmes et va √† l'encontre des valeurs qui font de la ville de New York un endroit o√Ļ il fait bon vivre¬Ľ, ont d√©clar√© les signataires de la lettre, r√©dig√©een anglais et en fran√ßais. Dans une lettre sign√©e par le pr√©sident de la West Indian American Day Carnival Association et communiqu√©e au Miami Herald, le pr√©sident de cette association, Jean Joseph, a confirm√© que les inscriptions √©taient closes pour les participants.Seuls quatre groupes ha√Įtiens sont enregistr√©s: T-Vice, Tony Mix, Krey√≤l La et Banboche, un groupe costum√©. Edens Desbas, l'un des signataires de la lettre ouverte adress√©e au maire de Blasio, a d√©clar√© qu'ils avaient besoin de garanties plus fortes concernant le d√©fil√©, qui c√©l√®bre cette ann√©e ses 52 ans. Citant le penchant de Martelly √† monter sur sc√®ne pour rejoindre le parti m√™me sans √™tre factur√©, Desbas a d√©clar√© vouloir que Blasio ¬ę donne un ordre ex√©cutif √† la police pour l‚Äôemp√™cher de monter sur les flotteurs ¬Ľ. A Rappeler aussi que le 22 mars √©coul√©, un bal programm√© au Plaza Centre-Ville, √† Montr√©al, par le producteur Bernier Sylvain, a √©t√© annul√© par l‚Äôartiste, objet d‚Äôune vague de protestations dela communaut√© ha√Įtienne. Lire: Le spectacle de Sweet Micky √† Montr√©al est annul√©

L’homme arrêté par la police espagnole posait sur le sol son sac à dos, dans lequel était caché un téléphone portable.  AFP/Spanish Police

Pris en flagrant d√©lit, un homme a √©t√© arr√™t√© jeudi √† Lieusaint, en Seine-et-Marne, apr√®s avoir film√© des femmes √† l'aide d'une cam√©ra dissimul√©e dans sa chaussure qu'il glissait sous les rideaux de cabines d'essayage. L'homme de 53 ans se postait pr√®s des cabines d'essayage et glissait discr√®tement son pied sous le rideau afin que la mini-cam√©ra bluetooth reli√©e √† son t√©l√©phone portable puisse filmer les femmes qui s'y changeaient, a appris l'AFP mardi aupr√®s d'une source proche de l'enqu√™te confirmant une information duParisien. L'homme avait √©t√© rep√©r√© il y a une semaine par des vendeuses du centre commercial du Carr√© S√©nart."Vues rapproch√©es sur les poitrines, sous les jupes des femmes", son t√©l√©phone portable contenait de "nombreuses vid√©os √† caract√®re sexuel", a expliqu√© cette source. Les cam√©ras de vid√©osurveillance des magasins ont mis au jour le stratag√®me du quinquag√©naire. Convoqu√© le lendemain, l'homme a √©t√© plac√© en garde √† vue au commissariat de Moissy-Cramayel, en Seine-et-Marne, o√Ļ il a reconnu les faits.Il s'adonnait √† cette pratique dite "upskirting" (captation d'images impudiques) depuis "deux ou trois mois", selon ses dires. Il r√©pondra de ces actes devant la justice ult√©rieurement.


Deux personnes ont √©t√© tu√©es par balles, lundi dernier dans le cadre de ceconflit terrien. La justice de la commune de l‚ÄôArcahaie a entendu, ce lundi 19 ao√Ľt, les cinq individus appr√©hend√©s, la semaine derni√®re, par la police dans le cadre du conflit terrain √† Carri√®s. Apr√®s les auditions, le juge de paix de la commune Henry Claude Louis-Jean a indiqu√© qu‚Äôil √©tait incomp√©tent au regard de la loi pour traiter le dossier. De ce fait, il avait annonc√©qu‚Äôil acheminerait l‚Äôaffaire au parquet de Port-au-Prince, cette semaineafin que les suites l√©gales puissent y √™tre donn√©es. Des proches des victimes √©taient mass√©s devant le tribunal de paix et le commissariat de l‚ÄôArcahaie pour r√©clamer justice en leur faveur. Ce conflit a contraint plusieurshabitants de Carri√®s √† abandonner leurs maisons pour √©chapper √† la fureur des bandits arm√©s. Parall√®lement, un autre conflit terrien a fait deux bless√©s graves par balles et une maison incendi√©e samedi 17 ao√Ľt au niveau de la 7e section communale de Grand-Go√Ęve. Arriv√©e sur les lieux en compagnie d‚Äôun juge de paix, la police a proc√©d√© √† une arrestation gr√Ęce √† la collaboration de la population. Les autorit√©s ont√©galement confisqu√© un appareil de fabrication d‚Äôarmes artisanales et des cameras de surveillance.

Il faut croire qu'on ne fait pas qu'en recevoir. Selonles chiffres 2018 de labanque centrale dominicaine, Ha√Įti est le troisi√®me pays au monde √† effectuer le plus de transferts d'argent versla R√©publique dominicaine. La R√©publique dominicaine a re√ßu au total 6,49 milliards de dollars de transfert en 2018, selon des chiffres de la banque centrale du paysrepris ce matin du 19 ao√Ľt parl'√©conomiste ha√Įtien Etzer Emile. Selon le rapport des autorit√©s, dans le classement des pays de provenancede cet argent, les Etats-Unis d'Am√©rique arrivent en t√™te avec 78 % du total. En second lieu, se trouve l'Espagne qui envoie au total 9,9 % de ce montant. Puis en troisi√®me position, vient Ha√Įti qui, avecenviron 100 millions de dollars de transferts,enregistre 1.5 % des transfertsd'argenteffectu√©s vers la R√©publique voisine pour l'ann√©e derni√®re. Les Etats-Unis, l'Espagne, Ha√Įti suivie de l'Italie (1.1%) sont donc les quatre principaux √©metteurs de transferts d'argent en direction du pays de Danilo Medina. Haiti est le 3√®me pays du monde qui envoie plus de transferts vers la Rep. Dominicaine avec environ 100 millions USD en 2018. En t√™te, se trouvent les USA qui envoient 78% des transferts, puis Espagne (9.9%) et ensuite Haiti (1.5%). Haiti est donc source de dollars pour la RD.ūüĎĆ ‚ÄĒ Etzer Emile (@etzeremile) August 19, 2019 Ces chiffres, selon l'√©conomiste Emile, d√©montrent en grande partie le nombred'argent transf√©r√©par des parents ha√Įtiens pour la scolarit√© de leurs enfants √©tudiant de l'autre c√īt√© de la fronti√®re. Sans oublier le fait que beaucoup d'Ha√Įtiens ont√©migr√© vers la R√©publique dominicaine de mani√®red√©finitive, alors que les transferts de l'Espagne proviennent majoritairement des membres de la diaspora dominicaine quisupportent leurs familles. Ces statistiques, toujours selon Emile, montrent aussi √† quel point les Ha√Įtiens ontde plus en plus recoursau syst√®me √©ducatif dominicain pour laformation de leurs prog√©nitures. Mais en plus de cela, ellessignifient √©galement qu'Ha√Įti, dont la monnaie fait face depuis des mois √† une d√©valuation pressante par rapport dollar am√©ricain, "est une source de dollars pour la R√©publique dominicaine",fait remarquer l'auteur de l'ouvrage Ha√Įti a choisi d'√™tre un pays pauvre. Soulignons par ailleurs que selon les derniers chiffres de la Banque de la R√©publique d'Ha√Įti (BRH), les Etats-Unis, le Chili et le Canada sont les troispays √† envoyer le plus d‚Äôargent vers Ha√Įti entre octobre 2018 et f√©vrier 2019. Surles 1 milliard485 millions, 174 mille525 dollars re√ßus par Ha√Įti durant cette p√©riode, les USA ont envoy√© 1 milliard041 millions, 032 mille 179 dollars, soit 71, 86% du montant global. Le Chili, avec 109 millions 318 mille774 dollars (7, 04% de la somme totale) arrive en deuxi√®me position dans le classement et le Canada, pour sa part, occupe la troisi√®me place, avec un totalde 67 millions504 mille 791 dollars envoy√©s en Ha√Įti, ce qui repr√©sente4, 40% du montant de 1, 485, 174, 525 dollars de transferts vers le pays. La R√©publique voisine, quant √† elle, occupe le sixi√®me rang avec un montant de 42 millions094 mille666 dollars transf√©r√©s vers Ha√Įti(2,67%). Mais elle a re√ßu de la r√©publique ha√Įtienne, pour la p√©riode d'octobre 2018 √† f√©vrier 2019, un total de30 millions581 mille505 dollars.


De la gauche vers la droite: Andy John W. Antoine, chef du projet Disk√≤b et Emmelie Proph√®te, directrice du Bureau Ha√Įtien des Droits d'auteur

La plateforme de streaming musicalDisk√≤b a sign√© ce jeudi 22 ao√Ľt 2019, un protocole d'accord avec le Bureau ha√Įtien des droits d'auteur (BHDA) dans l'enceinte m√™me de cette institution. L'objectif estde permettre aux artistes ha√Įtiens dont les oeuvres sont ou serontdisponibles sur la plateforme, de recevoir une commission sur l'ensemble de leur production. Andy Antoine, l'un des responsables du projet Disk√≤b et Emmelie Proph√®te, titulaire du BHDA, ont √©t√©les deux intervenants √† cette conf√©rence donn√©e dans le cadre de cette c√©r√©monie. Apr√®s √† la signature de cet accord, les artistes dont les oeuvres seront sur la plateformepeuvent d√©sormaispasser enregistrerleurs chansons au BHDA, quoique dans son rapport mensuel au Bureau des droits d'auteur, Disk√≤b mentionnera tout ce qui a √©t√© enregistr√© pour la p√©riode:morceaux, albumet auteurs. Lesrapports mensuels du staff de management de Disk√≤bseront √©galementtransmis aux artistes. Cet exercice permettra qu'il y aitle plus de transparence possible dans les d√©marches. A noter que la plateforme devra au BHDA une somme de 50 centimes par √©coute, apr√®s les trois mois de rodage accord√©s aux tenants de l'application. Emmelie Proph√®te, dans son r√īle de protectrice des droits d'auteur,encourage les consommateurs √† pr√™ter main forte aux artistes en payant pour la consommation de leurs oeuvres. Elle d√©conseille la reproduction ill√©gale ou personnelle. "C'est ainsi qu'on peut contribuer au respect du droit d'auteur" d√©clarel'ancienne invit√©ed'honneur √† Livre en folie qui avoue que Disk√≤b se r√©v√®le √™tre tr√®s p√©dagogique. La s√©curit√© des oeuvres des artistes est lesouci premier de la plateforme,d'o√Ļ ce partenariat avec le BHDA. En outre, il faut rappeler que trois plans sontdisponiblessurDisk√≤b. Ilspermettront d'avoir la recette due sur chaque morceau √©cout√© sur l'application. Le plan "Piyay" permet d'√©couterles chansons propos√©esgratuitement mais avec des spots publicitaires momentan√©ment; le plan "Team" donne√† l'utilisateurle droit de connecterquatre autres personnes; et leplan "Pratique" garantit√† l'utilisateur l'acc√®s √† toutes les fonctionnalit√©s de la plateforme. En plus d'√™tre un partenariat visant la protection des oeuvres artistiques, ce protocole d'accord est aussi un moyen pour les deux parties d'observer la popularit√© des artistes car, "si on ne t'√©coute pas, tu ne recevras rien" explique madame Proph√®te. "C'est peut-√™tre cruel mais c'est le cas" ajoute-t-elle. Unnouveau pas dans la bonne directionpour Wedly Mozeau, Beethoven Pierre, Vanessa Jeudi, Justafort Josu√© et d'Andy John W. Antoine qui, avec ce projet,avaientremport√©la 6e √©dition du Hackathon de l‚ÄôOIF √† Port-au-Prince en octobre 2018. Ce documentparaph√© ce jeudi devrait √™tre b√©n√©fiquepour les artistes,pour Disk√≤b etaussipour le Bureau ha√Įtien des droits d'auteur. La rentabilit√© de l'accord reste√† suivre.

Photo : AFP

Une nouvelle plan√®te g√©ante a √©t√© d√©busqu√©e autour de la jeune √©toile Beta Pictoris, qui brille √† 63,4 ann√©es-lumi√®re de la Terre, selon une √©tude publi√©e lundi dans la revue Nature Astronomy. "Il s'agit d'une plan√®te g√©ante d'√† peu pr√®s 3.000 fois la masse de la Terre, situ√©e 2,7 fois plus loin de son √©toile que la Terre du Soleil", explique √† l'AFP Anne-Marie Lagrange, chercheuse du CNRS √† l?Institut de plan√©tologie et d?astrophysique de Grenoble, auteur principale de l'√©tude. Visible √† l'oeil nu et depuis longtemps connue pour sa rotation rapide, l'√©toile Beta Pictoris est devenue c√©l√®bre dans les ann√©es 1980 quand elle a permis √† des astronomes d'obtenir la premi√®re image d'un disque de poussi√®re et de gaz entourant une √©toile, vestige du nuage primitif qui lui a donn√© naissance. De plus, le syst√®me plan√©taire dont elle fait partie, vieux d'environ 20 millions d'ann√©es (bien peu compar√© aux 4,6 milliards d'ann√©es du syst√®me solaire) pourrait ressembler √† ce que devait √™tre notre monde juste apr√®s sa formation. "Ce syst√®me plan√©taire est sans doute le meilleur pour comprendre leur formation et √©volution pr√©coce", explique l'astrophysicienne qui l'√©tudie depuis 35 ans. Apr√®s la plan√®te g√©ante Beta Pictoris B, d√©couverte par une √©quipe d'Anne-Marie Lagrange en 2009, une deuxi√®me a √©t√© rep√©r√©e autour de l'√©toile. Cette "petite soeur, presque jumelle", prend logiquement le nom de Beta Pictoris C. Selon les scientifiques, les deux plan√®tes sont encore en cours de formation. "Les plan√®tes g√©antes jouent un r√īle crucial dans les syst√®mes plan√©taires", pr√©cise l'astrophysicienne. "Nous pouvons √©galement √©tudier les interactions entre les plan√®tes et le disque de poussi√®res". Beta Pictoris C a √©t√© d√©tect√©e de mani√®re indirecte gr√Ęce au spectrographe HARPS, un chasseur de plan√®tes de l'Observatoire europ√©en austral (ESO) install√© au Chili. Les chercheurs ont utilis√© la m√©thode dite "des vitesses radiales", qui consiste √† d√©tecter dans le spectre d'une √©toile les perturbations caus√©es par la pr√©sence autour d'elle d'un corps c√©leste. Ils ont √©galement d√©termin√© que Beta Pictoris C, log√©e entre son √©toile et sa grande soeur, orbite relativement pr√®s de Beta Pictoris dont elle fait le tour en √† peu pr√®s 1.200 jours. Mais selon l'√©tude "plus de donn√©es seront n√©cessaires pour obtenir des estimations plus pr√©cises". Beta Pictoris B est seize fois plus grande et 3.000 fois plus massive que notre plan√®te. Selon des travaux parus en 2014, elle orbite autour de son √©toile h√īte √† une distance √©quivalant √† huit fois la distance Terre - Soleil et tourne sur elle-m√™me √† au moins 100.000 km/heure, soit pr√®s de 60 fois plus vite que la Terre. La dur√©e du jour n'y exc√®de pas les 8 heures. D'autres plan√®tes pourraient √™tre d√©couvertes autour de Beta Pictoris mais "peu √™tre bien moins massives...", conclut Anne-Marie Lagrange.