Neymar blessé à la cuisse gauche avec le Brésil lors du match amical contre le Niogeria disputé à Singapour, le 13 octobre 2019

MĂȘme Ă  des milliers de kilomĂštres de Paris, Neymar a de nouveau donnĂ© des sueurs froides au Paris SG en sortant sur blessure lors d'un match nul (1-1) du BrĂ©sil contre le Nigeria, dimanche, Ă  Singapour. À la huitiĂšme minute de jeu, le joueur de 27 ans, qui a manquĂ© le dĂ©but de saison et une partie des deux derniĂšres sur blessures, a portĂ© la main Ă  la cuisse gauche peu aprĂšs une accĂ©lĂ©ration. Il est restĂ© ensuite sur le terrain, mais a fini par ĂȘtre remplacĂ© cinq minutes plus tard par Philippe Coutinho. Sur le banc, l'Ă©quipe mĂ©dicale de la Seleçao a posĂ© une poche de glace Ă  l'arriĂšre de la cuisse de l'attaquant, qui jouait son 101e match pour le BrĂ©sil. "Les premiĂšres 24 heures seront fondamentales pour comprendre ce qu'il s'est passĂ©, s'il s'agit d'une fatigue musculaire ou bien d'un type de blessure dont nous devons nous occuper", a indiquĂ© Rodrigo Lasmar, mĂ©decin de la fĂ©dĂ©ration brĂ©silienne, au micro de SporTV. - Retour compromis en C1 ? - Le sĂ©lectionneur Tite a assurĂ© que Neymar "n'avait pas de problĂšme musculaire avant le match". Cette blessure pourrait compromettre son retour en Ligue des champions avec le PSG sur la pelouse du Club Bruges, le 22 octobre. AFP / Roslan RAHMANL'attaquant brĂ©silien Neymar (d) lors du match amical face au NigĂ©ria, Ă  Singapour, le 13 octobre 2019 L'attaquant de 27 ans s'Ă©tait dĂ©jĂ  blessĂ© Ă  la cheville avec la Seleçao le 5 juin, lors d'un match amical contre le Qatar. Cette blessure l'avait privĂ© de la Copa AmĂ©rica, que le BrĂ©sil a remportĂ© Ă  domicile, en juillet. Si Paris s'inquiĂšte pour sa vedette, la Seleçao a aussi du souci Ă  se faire. Elle vient d'enchaĂźner un quatriĂšme match sans victoire, aprĂšs des rĂ©sultats dĂ©cevants contre la Colombie (2-2) et le PĂ©rou (dĂ©faite 1-0) en septembre et un autre nul 1-1 contre le SĂ©nĂ©gal, jeudi, Ă©galement Ă  Singapour. C'Ă©tait le 101e match de Neymar sous le maillot de la Seleçao et l'attaquant star, alignĂ© sur l'aile gauche, est restĂ© muet. Contre le Nigeria, "Ney" a dĂ©butĂ© le match dans l'axe, comme avec le PSG de Thomas Tuchel, le jeune Everton Ă©voluant sur l'aile gauche, et relĂ©guant Philippe Coutinho sur le banc. Mais la star du PSG a Ă  peine eu le temps de montrer son talent sur le terrain. Avant mĂȘme que Neymar ne se blesse, le Nigeria avait dĂ©jĂ  fait une grosse frayeur au gardien brĂ©silien Ederson, qui a dĂ» se dĂ©tendre de tout son long sur une frappe du gauche du Lillois Osimhen (5e). Le BrĂ©sil a rĂ©agi avec une tĂȘte du Citizen Gabriel Jesus dĂ©tournĂ©e in-extremis par le portier Francis Uzoho (27e), mais ce sont bien les "Super Eagles" qui ont ouvert le score. AprĂšs un bon centre d'un Osimhen trĂšs en jambes, Simon a dĂ©calĂ© Aribo, qui s'est offert un petit festival dans la surface au milieu de trois BrĂ©siliens avant de crucifier Ederson (34e). AFP / Roslan RAHMANLe Nigeria ouvre le score face au le BrĂ©sil, sur une frappe de Joe Aribo (c), lors d'un match amical Ă  Singapour, le 13 octobre 2019. Le BrĂ©sil est revenu avec de meilleures intentions aprĂšs la pause et l'Ă©galisation ne s'est pas fait attendre, avec un Casemiro bien placĂ© pour reprendre une tĂȘte de Marquinhos qui s'Ă©tait Ă©crasĂ©e sur la transversale. Casemiro a bien failli inscrire le doublĂ© sur corner, avec une autre tĂȘte repoussĂ©e par la barre (16e). Jesus (72e) et Coutinho (85e) ont Ă©galement eu des occasions d'offrir au BrĂ©sil sa premiĂšre victoire depuis la Copa AmĂ©rica, mais le Nigeria a tenu bon.

Cori "Coco" Gauff sacrée sur le circuit professionnel, le 13 octobre 2019 à Vienne

La prodige du tennis amĂ©ricain Coco Gauff a poursuivi son ascension en remportant Ă  15 ans son premier titre WTA, disposant, pour sa premiĂšre finale, de la Lettone Jelena Ostrapenko (6-3, 1-6, 6-2) dimanche Ă  Linz. L'AmĂ©ricaine, qui s'est rĂ©vĂ©lĂ©e au grand public en juillet en Ă©liminant sa compatriote et idole Venus Williams au premier tour de Wimbledon, est devenue la 9e joueuse la plus jeune de l'histoire Ă  remporter un tournoi WTA. Il faut remonter Ă  2004, avec le titre de la TchĂšque Nicole Vaidisova Ă  Vancouver, pour trouver une laurĂ©ate plus prĂ©coce sur les tablettes de la WTA. "Je me rappellerai de cette journĂ©e tout le reste de ma vie", a rĂ©agi la joueuse aprĂšs sa victoire en finale, au terme d'une semaine dĂ©butĂ©e comme "lucky looser" aprĂšs avoir Ă©chouĂ© en qualifications. Facile vainqueur du premier set, l'AmĂ©ricaine a vĂ©cu dans le deuxiĂšme une brutale baisse de rĂ©gime d'une de ses armes principales, le service, avant de se ressaisir et d'expĂ©dier la manche dĂ©cisive oĂč elle infligea notamment un 5 Ă  0 Ă  son adversaire lettone, 72e joueuse mondiale. Gauff devrait quitter la 110e place du classement mondial WTA pour se ranger au 71e rang. Elle est attendue la semaine prochaine au tournoi de Luxembourg.


Marcna Andy Pierre / Photo: DemwazĂšl

Elles sont 5:Marcna Andy Pierre,Annie Thamar Garçon, Johanne Elima, StĂ©phanie Boucher et Nerlyne Morel, Ă  avoir mis sur piedDemwazĂšl. LancĂ©e sur les rĂ©seaux sociaux en aoĂ»t dernier, cette nouvelle plateforme locale Ă  vocation internationale s’engage dans la lutte pour l’éducation des filles en HaĂŻti au travers d’un cadre d’initiatives, visant Ă  accompagner celles-ci dans le pleinĂ©panouissementde leurs droits au sein de la sociĂ©tĂ©. DemwazĂšl se veut aussi un milieu d’échange d’expĂ©riences vĂ©cues, un cercle d’accompagnement des discriminĂ©es. En effet, anciennes victimes, elle-mĂȘmes de nombreuses violences que les femmes subissent au quotidien dans la communautĂ© haĂŻtienne, les fondatrices de cette plateforme veulent entre autres, dans leurs principaux objectifs,encourager les filles Ă  briser le silence face aux nombreuses formes de violences, tout en les aidant Ă  identifier et dĂ©velopper leurs talents et leurs compĂ©tences pour la construction d’un meilleuravenir. DemwazĂšl qui n’a cessĂ©, derniĂšrement, de faire les gros titres au Benin, revient sur son engagement futur au sein dans la communautĂ© haĂŻtienne Ă l’occasion de la journĂ©e internationale des jeunes filles. Pourquoi ce voyage au BĂ©nin? L’idĂ©e de DemwazĂšl est venue Ă  Marcna Andy Pierre, la fondatrice et coordonatrice de la plateforme, non seulement Ă  cause d’expĂ©riences personnelles vĂ©cues mais aussi de ces observations dans la ville de Port-de-Paix d’oĂč elle est originaire. Avoir l’idĂ©e Ă©tait une chose, trouver l’audace de se lancer Ă©tait une autre. Elle en a donc parlĂ© Ă  des jeunes femmes de son entourage qui sont devenues co-fondatrices de DemwazĂšl. Une fois la structure mise sur pied, nous avons donc mis cap sur le BĂ©nin sur l'invitation de l’ONG Mata-Yara, pour nous immerger dans un contexte qui nous l’avons dĂ©couvert, pas trop diffĂ©rente de celle d’HaĂŻti en matiĂšre de droit des filles et des femmes. Entre la situation des femmes en HaĂŻti et au Benin,quelle conclusion? Les similaritĂ©s sont malheureusement plĂ©thores dans le sens nĂ©gatif: les filles et les femmes restent trĂšs sujettes aux violences de genre, les femmes y sont une catĂ©gorie sous-reprĂ©sentĂ©es en politique. Toutefois beaucoup d’institutions travaillent dans le secteur des droits des filles et des femmes, tant il y a Ă  faire, ce qui est Ă©galement un Ă©lĂ©ment trĂšs positif, le problĂšme existe et on essaie de le rĂ©soudre. Pourquoi ce partenariat entre cette organisation au service des femmes et des enfants dĂ©favorisĂ©s en Afrique Yata-Mara et DemwazĂšl? Dans le cadre de notre voyage, Mata-Yara fut l’organisation hĂŽte qui nous a aimablement offert un espace pour faire connaissance avec le public bĂ©ninois, pour prĂ©senter DemwazĂšl et Ă©changer avec le public sur la situation des filles et des femmes de chez nous et du BĂ©nin. Toutefois nous n’avons pas encore de partenariat Ă©tabli avec eux, sinon une proposition de collaboration de leur part que nous prenons trĂšs au sĂ©rieux et sur laquelle nous allons commencer Ă  travailler. Nous sommes dĂ©jĂ  des deux cĂŽtĂ©s excitĂ©es Ă  l’idĂ©e de pouvoir travailler ensemble pour le plus grand bien des participantes et bĂ©nĂ©ficiaires de nos actions sur les deux continents. Quelles seront les retombĂ©es de ce voyage pour DemwazĂšlet pour les filles d'ici ? Les retombĂ©es Ă  court terme s’annoncent dĂ©jĂ  assez enthousiasmantes. Nous avons reçu plusieurs propositions de partenariat d’institutions travaillant avec les filles, entre autres choses les Ă©changes d’expĂ©riences nous fournirons de chacun des cĂŽtĂ©s des idĂ©es d’intervention intĂ©ressantes. A long terme, nous pensons que renouer des liens avec la terre-mĂšre pour rĂ©pondre Ă  des dĂ©fis auxquels sont confrontĂ©s nos filles tant ici qu’au BĂ©nin sera une expĂ©rience enrichissante tant pour nous que les filles avec lesquelles nous allons travailler. Il s’agira pour elles aussi l’opportunitĂ© de nouer des liens avec le continent africain. L’Afrique reste une mine de sagesse et les mĂ©thodes d’intervention des institutions travaillant avec les filles au BĂ©nin s’en ressentent sĂ»rement, nous aurons donc beaucoup Ă  gagner Ă  nous inspirer d’elles tout en tenant compte des particularitĂ©s propres aux deux pays. Les projets de DemwazĂšl au cours des prochains mois? Nous comptons commencer Ă  travailler dans trois Ă©coles de Port-de-Paix. Nous interviendrons selon une approche comprenant trois axes: formation – accompagnement - mentorat. Nous planchons aussi sur l’organisation des formations et l’élaboration de plans des partenariats avec des institutions qui se trouvent en HaĂŻti et au BĂ©nin. À l’occasion de la journĂ©e internationale des filles, le message de Demwazel aux filles/femmes d’HaĂŻti? Mesdames, nous savons bien que toutes les conditions sont rĂ©unies pour que vous baissiez les bras, pour que vous continuiez Ă  accepter toutes sortes de situations qui ne vous aident pas Ă  regarder l’avenir avec confiance. Mais sachez que d’autres filles / femmes sont passĂ©es par lĂ , avec des parcours et des histoires diffĂ©rentes, mais elles sont devenues des battantes. Inspirez-vous de ces femmes, ne lĂąchez pas vos Ă©tudes et donnez toujours la prioritĂ© Ă  ce qui vous aidera Ă  devenir des femmes fortes et indĂ©pendantes Ă  l’avenir. Propos recueillis par Wyddiane ProphĂšte

Illustration des soldats des garde-cÎtes américains - Crédit Photo : US Coast Garde

14 migrants clandestinsdont six (6)HaĂŻtiens qui tentaient d'entrer illĂ©galement aux Etats-Unis, ont Ă©tĂ© interceptĂ©ssamedi 5 octobrepar la Garde cĂŽtiĂšre amĂ©ricaine. Ils Ă©taientĂ  bordd’une petite embarcation et se trouvaient Ă  quelques 25 km de l’Etat de la Floride, selonle Jamaica Observer. 14 migrants en provenance des CaraĂŻbes dont six (6) JamaĂŻcains, six (6) HaĂŻtiens, un (1) Guyanais et un (1) BahamĂ©en ont Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©s le samedi 5 octobre dernier dans un croiseur Ă  cabine de 21 pieds se dirigeant vers le sud-est de la Floride. Le citoyen bahamĂ©enest accusĂ© d’ĂȘtre le «passeur» de ce voyage clandestin. CapturĂ©s, les migrants ont Ă©tĂ© puis transfĂ©rĂ©s Ă  Miami Beach. Le capitaine de corvette Mark Cobb, responsable de l'application du code du secteur de la Garde cĂŽtiĂšre Ă  Miami rappelle aux clandestins que: « Les garde-cĂŽtes continuent de dĂ©ployer des efforts ciblĂ©s et coordonnĂ©s avec de multiples agences pour empĂȘcher toute tentative d'immigration dangereuse et illĂ©gale par voie maritime aux États-Unis». D’aprĂšs ce dernier, «les entreprises de contrebande de migrants clandestins sont extrĂȘmement dangereuses, en particulier pendant la saison des ouragans». À noter que les garde-cĂŽtes amĂ©ricains ont interceptĂ©, le 11 aoĂ»t, 146 migrants haĂŻtiens dans une embarcation qui prenait la direction des Ăźles Turks and Caicos, selon ce qu’avait indiquĂ© le ministre de l'Immigration de Turks and Caicos, Vaden Delroy Williams.


Photo: Raoul Junior Lorfils

L'espace de travail et de rĂ©seautage, Banj, estparmi les nombreuses entreprises saccagĂ©es et pillĂ©es par des manifestants ce vendredi 27 septembre, au cours de la journĂ©e de mobilisation pourexiger le dĂ©part du prĂ©sident Jovenel MoĂŻse. "Ils ont tout emportĂ©", a confiĂ© Ă  notre rĂ©daction, son PDG Marc Alain Boucicault. Sous le poids de frustration et de colĂšre, plusieurs manifestants ont envahi, le vendredi 27 septembre,les locaux de Banj sis au niveau de Delmas 66, aprĂšs avoir enlevĂ© la barriĂšre principale qu'ils ont utilisĂ©e comme barricade au milieu de la route. "Ils ont tout emportĂ©", nous a confiĂ© Marc Alain Boucicault lors d'un court entretien ce 28 septembre. Le jeune influenceur, aprĂšs cet incident, est visiblementsecouĂ© et se ditsurtout triste pour lessponsors et clients de l'entreprise. Ordinateurs, pompe Ă  eau,batteries Inverterentre autres... les manifestants, qui avaient dĂ©jĂ  attaquĂ© d'autres entreprises sur leur chemin sur la route de Delmas, ont tout pris avant d'incendier ce dont ils n'avaient pas besoinou ne pouvaient pas transporter, a constatĂ© Loop Haiti ce samedi."Un coup dur pour nous, nos clients et nos sponsors", regrette l'Ă©conomiste Boucicault, qui rejette toutefois l'hypothĂšse d'une attaque ciblĂ©e contre sa sociĂ©tĂ©. "Beaucoup d'autres entreprises ont Ă©tĂ© attaquĂ©es durant la mĂȘme journĂ©e", rappelle-t-il en faisant rĂ©fĂ©rence Ă  notamment un centre de photocopiequi se trouvait juste Ă  cĂŽtĂ©, et qui lui aussi Ă©tĂ© vandalisĂ© et incendiĂ©par les protestataires. "Je suivais le dĂ©but de la scĂšne Ă  travers les camĂ©ras de surveillance. A partir du moment oĂč ils ont arrachĂ© la barriĂšre pour l'utiliser comme barricade, je savais que ce n'Ă©tait pas bon signe", a-t-il racontĂ©. Banj FM ( 94.7 FM), la radio fraichement lancĂ©e par Banj, a aussi Ă©tĂ© dĂ©truite. "Nous allons devoir fermer nos portes", a annoncĂ© Boucicault,avec une pointe de tristesse dans la voix. "Nous rouvrons nos portes certainement, mais la question est de savoir comment nos clients, pour la plupart des jeunes, vont faire pour reprendre leurs activitĂ©s". Il a toutefois annoncĂ© qu'en cas de rĂ©ouverture prochaine, des mesures en vue de mieux sĂ©curiser l'espace seront prises. Pour le moment, les responsables ne sont pas en mesure d'Ă©valuer avec exactitude le coĂ»t des dĂ©gĂąts causĂ©s. Mais les pertes sont Ă©normes. Dans la foulĂ©e, les mots de sympathies fusent de partout etune levĂ©e de fonds a Ă©tĂ© lancĂ©e par l'initiatrice de Haiti Tech Summit, Chrstine Ntim, pour la reconstruction dela toute premiĂšre "Co-working space" d'HaĂŻti. Sur la crise que connait le pays depuis plus d'un mois, Marc Alain Boucicault, joint par notre rĂ©daction,invite les acteurs concernĂ©s Ă  prendre leurs responsabilitĂ©s, Ă  s'Ă©lever Ă  la hauteur des dĂ©fis actuels,pour Ă©viter que les choses se dĂ©gradent encore davantage. "Il faut que citoyens puissent vivre bien leur vie et vaquer Ă  leurs activitĂ©s normalement", souhaite-il. Ce 27 septembre 2019, dans la capitale haĂŻtienne et d'autres villes de province, une journĂ©e de manifestation s'est tenue Ă  l'appel de l'opposition politique. Les manifestants, qui rĂ©clamaient le dĂ©part du prĂ©sident de la RĂ©publique, ont vandalisĂ© plusieurs entreprises et bureaux d'Etat. Pour faire un don pour la reconstruction de Banj, cliquez ici >>> Bring Back Banj.

Le ministre des affaires Ă©trangĂšres haĂŻtien, Bocchit Edmond Credit Photo : Compte Twitter du minsitre

Le ministre des Affaires Ă©trangĂšres haĂŻtien, Bocchit Edmond, est devenu depuis plus de 48 heures la risĂ©e des internautes haĂŻtiens notamment surTwitter, aprĂšs la publication d’une photo de mauvaise qualitĂ©prise au moment oĂč ilserrait la main au prĂ©sident des Etats-Unis Donlad Trump, lors de la 74eAssemblĂ©e gĂ©nĂ©rale del’ONU. Ce n'est pas la premiĂšre fois que Bocchit Edmond se fait taper sur les doigtspour sa maniĂšre d'utiliser le rĂ©seau Ă  l'oiseau bleu, Twitter. Parfois c'est pour de gravesfautes d'orthographe dans ses tweets, d'autres fois c'est pour sa manie Ă  "identifier" tout un tas d'utilisateurs - journalistes, mĂ©dias ou autres -avant d'Ă©crire son message. Mais pour cette fois, c'Ă©tait pour autre chose. «Au nom du PrĂ©sident Jovenel Moise, j’ai Ă©tĂ© reçu par le PrĂ©sident des États Unis d’AmĂ©rique, Donald Trump, parmi d’autres leaders de l’hĂ©misphĂšre occidental» a tweetĂ© le chancelier haĂŻtien Bocchit Edmond aux environs de 11 h 45 dans la matinĂ©e du 25 septembre. Sauf que la photo utilisĂ©e pour illustrer le message, est un... flop! @MAECHaiti @MCHaiti @nouvelliste @Frantzduval Au nom du PrĂ©sident @moisejovenel, j’ai Ă©tĂ© reçu par le PrĂ©sident des États Unis d’AmĂ©rque @realDonaldTrump parmi d’autres Leaders de l’HĂ©misphĂšre occidental. pic.twitter.com/xwZ48wbKtN — Bocchit Edmond (@BocchitEdmond) September 25, 2019 Quelques heures plus tard, letweet qui est devenu viral. Si d'un cĂŽtĂ©, c'est bon pour Bocchit Edmond, qui peut se vanter d'avoir fait passer le message, d'un autre cĂŽtĂ©,la circulation du tweet avait un autre dessein: ridiculiser le diplomate qui, selon les internautes, tentait de voler une prise avec le chef d'Etat amĂ©ricain, alors que ce dernier avait l'attention ailleurs au moment de la prise. Certains internautesont mĂȘme appelĂ© Ă  « unfollow» le compte du titulaire du ministĂšre des Affaires EtrangĂšres (MAE) qui,selon eux,voulait tromper la vigilance de tous, en utilisant une photo de piĂštre qualitĂ©. Manti gratĂš, se pandan prezidan ameriken an ap pase ou al bay lamen pou yo ka kouri fotografye ou....menm non ou li pa konnen. — PetroCaribeChallenge (@ChallengePetro) September 25, 2019 Reçu kibĂČ? Trump ap pase ou ramper deye l pou al bal la main epi wap di moun reçu. Se konsa yo resevwa moun? SANGWEN🙄 — Dee_Nah (@D_Artemys) September 25, 2019 Reçu kibĂČ? Trump ap pase ou ramper deye l pou al bal la main epi wap di moun reçu. Se konsa yo resevwa moun? SANGWEN🙄 — Dee_Nah (@D_Artemys) September 25, 2019