Un homme écroué aprÚs avoir tué, découpé et brûlé sa compagne

Un homme de 67 ans a Ă©tĂ© Ă©crouĂ© jeudi Ă  Versailles, soupçonnĂ© d'avoir Ă©tranglĂ© sa compagne, puis d'avoir dĂ©coupĂ© et brĂ»lĂ© son corps dans un bois de Vernouillet (Yvelines) en aoĂ»t 2017, a-t-on appris auprĂšs du parquet de Versailles. Le retraitĂ© a Ă©tĂ© mis en examen pour meurtre sur conjoint et atteinte Ă  l'intĂ©gritĂ© d'un cadavre, puis placĂ© en dĂ©tention provisoire, a indiquĂ© le parquet, confirmant une information du Parisien. Les restes calcinĂ©s de la victime avaient Ă©tĂ© dĂ©couverts par un promeneur le 31 aoĂ»t 2017 en bordure d'un chemin isolĂ© Ă  Vernouillet. L'autopsie et des tests gĂ©nĂ©tiques ont permis d'Ă©tablir que le cadavre correspondait Ă  une personne de sexe fĂ©minin, ĂągĂ©e de plus de 10 ans et mesurant moins d'1,65m. La police avait lancĂ© un appel Ă  tĂ©moin, pensant initialement qu'il s'agissait d'une jeune fille, mais l'identitĂ© de la victime est restĂ©e mystĂ©rieuse pendant de longs mois. Les enquĂȘteurs de la police judiciaire ont finalement pu l'identifier en juin, grĂące Ă  un rapprochement avec une autre enquĂȘte menĂ©e dans le dĂ©partement voisin des Hauts-de-Seine: le compagnon d'une femme de 68 ans, avec qui il vivait Ă  Boulogne-Billancourt, avait en effet signalĂ© sa disparition fin 2017. Dans le cadre de cette enquĂȘte, les policiers ont repĂ©rĂ© des mouvements suspects sur des comptes bancaires et sont allĂ©s effectuer des prĂ©lĂšvements gĂ©nĂ©tiques sur des objets ayant appartenu Ă  la victime, a indiquĂ© le parquet. Ce sont ces prĂ©lĂšvements qui ont permis de faire le lien avec la dĂ©funte de Vernouillet, par le biais du fichier des empreintes gĂ©nĂ©tiques. InterpellĂ© mardi, l'homme a reconnu avoir "Ă©tranglĂ©" sa compagne "dans le cadre d'une dispute", puis avoir dĂ©coupĂ© avec une scie son corps, qu'il a brĂ»lĂ© avec de l'essence dans un endroit "qui lui est apparu comme (...) sĂ»r pour (le) cacher ", selon le parquet. Devant le juge d'instruction, il a usĂ© de son droit au silence avant d'ĂȘtre Ă©crouĂ©. En 2018, le ministĂšre de l'IntĂ©rieur avait recensĂ© 121 fĂ©minicides.

Photo David Mcnew - AFP

Un dĂ©bat public sur une possible lĂ©galisation de la prostitution dans la capitale amĂ©ricaine a donnĂ© lieu jeudi Ă  des Ă©changes tendus au conseil municipal de Washington. La capitale fĂ©dĂ©rale deviendrait alors le seul territoire amĂ©ricain Ă  totalement lĂ©galiser le sexe tarifĂ©. Actuellement, les maisons closes sont lĂ©gales dans certaines localitĂ©s du Nevada. Le projet de loi vise Ă  dĂ©criminaliser les transactions sexuelles entre adultes consentants dans les rĂ©sidences privĂ©es. Selon ses partisans, le texte va sortir les travailleuses sexuelles de la clandestinitĂ©, en les protĂ©geant notamment des proxĂ©nĂštes. «En supprimant les pĂ©nalitĂ©s judiciaires pour les travailleurs sexuels, nous pouvons sortir ces gens de l'ombre, les aider Ă  vivre une vie plus saine et plus sĂ»re», a expliquĂ© le conseiller municipal David Grosso, admettant que le texte n'Ă©tait «pas parfait». Il a soulignĂ© que les Noires et les membres de la communautĂ© LGBTQ Ă©taient les principales victimes de la prostitution. Mais des intervenants s'en sont pris aux «effets pervers» de ce projet de loi qui empĂȘcherait les policiers d'entrer dans les maisons closes et d'alerter les services sociaux en cas de suspicion de prostitution forcĂ©e. «Il est naĂŻf de la part de ce conseil, et c'est un manque de respect Ă  l'Ă©gard des victimes de violences, que de soutenir l'idĂ©e que la dĂ©criminalisation va stopper la violence des clients et des souteneurs», a affirmĂ© l'avocate LaRuby May. «Allez-vous dire Ă  vos filles qu'ĂȘtre travailleuse sexuelle est un choix de carriĂšre?», a-t-elle lancĂ© aux Ă©lus. Janet Rodriguez, prostituĂ©e de force pendant neuf ans au Mexique et aux États-Unis, qui assistait Ă  la rĂ©union, a assurĂ© qu'il Ă©tait «impossible de sĂ©parer la prostitution du trafic d'ĂȘtre humain». Au Mexique, oĂč les travailleuses du sexe sont enregistrĂ©es auprĂšs des autoritĂ©s, «les femmes comme moi devions dire que nous n'Ă©tions pas forcĂ©es, mais nous l'Ă©tions toutes», a-t-elle expliquĂ©. L'État amĂ©ricain du Rhode Island a dĂ©criminalisĂ© la prostitution dans les endroits fermĂ©s entre 1980 et 2009.


Chili : Ă©laboration d'un projet visant l’amĂ©lioration des soins de santĂ© pour les migrants haĂŻtiens. Photo: CNNChile

« Renforcer l’accessibilitĂ© et l'utilisation des services de santĂ© pour les migrants d'origine haĂŻtienne au Chili » est le titre d’un projet lancĂ© par les autoritĂ©s sanitaires chiliennes et haĂŻtiennes avec le soutien de l’Organisation panamĂ©ricaine de la santĂ© (OPS). Sa mise en Ɠuvre a Ă©tĂ© prĂ©vue pour la semaine prochaine, selon nos informations. Les diffĂ©rences culturelles et les difficultĂ©s Ă  pouvoir s’exprimer dans la langue locale crĂ©ent un fossĂ© entre les migrants haĂŻtiens et l’accĂšs aux services de bases au Chili, notamment les soins sanitaires. Par rapport Ă  cela, l’initiative en question «vise Ă  rapprocher la communautĂ© haĂŻtienne des services et programmes de santĂ© du pays [
]», a signalĂ© le journal El Mercurio. Pour ce faire, les protagonistes Ă©laborent des stratĂ©gies jugĂ©es adĂ©quates. En effet, il s’ensuit qu’un programme de formation sera concoctĂ© dans le dessein de permettre aux professionnels chiliens de la santĂ© de bien cerner «les caractĂ©ristiques cliniques, culturelles et Ă©pidĂ©miologiques des patients haĂŻtiens». Dans la mĂȘme veine, la sous-secrĂ©taire Ă  la SantĂ© publique du Chili, Paula Daza, estime que ce plan relĂšve d’une grande importance. Dans l’ensemble, elle considĂšre que les travailleurs de la santĂ© de son pays se doivent de savoir reconnaĂźtre et diagnostiquer certaines maladies qui n’ont pas l’habitude d’atteindre les Chiliens.

L'artiste Devinson Cadet, résidant aux Bahamas et l'une des victimes de l'ouragan Dorian./Photo fournie par le chanteur.

"C'Ă©tait une situation terrible", dĂ©crit le jeune chanteur haĂŻtienDevinson Cadet, le cƓur meurtri par la tempĂȘte Dorian qui a mis Ă  genoux l’archipel des Bahamas. Dans une chanson intitulĂ©e Bann le bra (Donnez-nous la main, en français), le jeune artiste crie au secoursdesvictimes - dont ses compatriotes - de cet ouragan qui a causĂ© la mort de plus d’une cinquantaine de personnes. Quand la tempĂȘte a frappĂ© l’üle, Cadet,sa femme et ses trois enfants se sont retrouvĂ©sdans une situation difficile. "Il fallait tout faire pour s'en sortir", nous a-t-il dit.EffondrĂ© etimpuissant face auxdouleurs des victimes aprĂšs le passage de Dorian, Devinson Cadet a dĂ», peu de temps aprĂšs, sortir une chanson dans laquelle il dĂ©peintun tableautriste pour faire rĂ©fĂ©rence Ă  la situation dans laquellese trouvent de ses compatrioteset les autres victimes de ce drame. "Si vous voulez, donnez-nous la main. Ma maison est dĂ©truite. On n'a rien pu sauver. MĂȘme mes amis sont presque tous partis", chante-t-il surla mĂ©lodie triste caractĂ©risantle morceau rĂ©alisĂ© en collaboration avec Lil Mike et produit par Pikliz Beats. {"preview_thumbnail":"/sites/default/files/styles/video_embed_wysiwyg_preview/public/video_thumbnails/CXHfQx_Q8dk.jpg?itok=dWOI69ZN","video_url":"https://www.youtube.com/watch?v=CXHfQx_Q8dk","settings":{"responsive":1,"width":"854","height":"480","autoplay":0},"settings_summary":["Embedded Video (Responsive)."]} AprĂšs Dorian, Cadet Ă©tait parmi les premiĂšres victimessur placeĂ  publier des images sur les rĂ©seaux sociaux pour montrer la façon dont les victimes, notamment des HaĂŻtiens, Ă©taient traitĂ©s. Ils dĂ©nonçait aussi l'absence des autoritĂ©s diplomatiques haĂŻtiennes sur les lieux de la catastrophe. Aujourd'hui, il appelle les gens Ă  porter mains fortes aux nombreuses victimes dont lesHaĂŻtiens en situation difficile aprĂšs Dorian. Rappelons que six semaines aprĂšs les dĂ©gĂąts del'ouragan, le gouvernement bahamĂ©hen a dĂ©jĂ  dĂ©portĂ© 112 HaĂŻtiens en situation irrĂ©guliĂšre. L’opĂ©ration de dĂ©portation, annoncĂ©e par le chef du gouvernementHubert Minnis,a repris jeudi 10 octobre, selon ce que rapporte le journal amĂ©ricainThe New-York Times. Lire :Dorian: les HaĂŻtiens en situation irrĂ©guliĂšre devront quitter les Bahamas Le ministre de l'Immigration, Elsworth Johnson, qui avait annoncĂ© que le gouvernement suspendrait les expulsions dans les rĂ©gions du pays touchĂ©es par la tempĂȘte, souligne pour sa part que le moratoire a expirĂ©la semaine derniĂšre, lorsqu’il avait annoncĂ© que les migrants sans papiers qui se trouvaient encore dans des abris seraient expulsĂ©s. Plusieurs organisations travaillant dans le domaine de la migration dont l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), ont exprimĂ© leurs prĂ©occupations concernant le traitement des migrants. L’OIM avait fait remarquerque la peur Ă©tait "gĂ©nĂ©ralisĂ©e, mĂȘme parmi les migrants et les ressortissants bahamĂ©hens d'ascendance haĂŻtienne, dont certains ont perdu leurs documents dans l'ouragan".


Photo: Raoul Junior Lorfils

L'espace de travail et de rĂ©seautage, Banj, estparmi les nombreuses entreprises saccagĂ©es et pillĂ©es par des manifestants ce vendredi 27 septembre, au cours de la journĂ©e de mobilisation pourexiger le dĂ©part du prĂ©sident Jovenel MoĂŻse. "Ils ont tout emportĂ©", a confiĂ© Ă  notre rĂ©daction, son PDG Marc Alain Boucicault. Sous le poids de frustration et de colĂšre, plusieurs manifestants ont envahi, le vendredi 27 septembre,les locaux de Banj sis au niveau de Delmas 66, aprĂšs avoir enlevĂ© la barriĂšre principale qu'ils ont utilisĂ©e comme barricade au milieu de la route. "Ils ont tout emportĂ©", nous a confiĂ© Marc Alain Boucicault lors d'un court entretien ce 28 septembre. Le jeune influenceur, aprĂšs cet incident, est visiblementsecouĂ© et se ditsurtout triste pour lessponsors et clients de l'entreprise. Ordinateurs, pompe Ă  eau,batteries Inverterentre autres... les manifestants, qui avaient dĂ©jĂ  attaquĂ© d'autres entreprises sur leur chemin sur la route de Delmas, ont tout pris avant d'incendier ce dont ils n'avaient pas besoinou ne pouvaient pas transporter, a constatĂ© Loop Haiti ce samedi."Un coup dur pour nous, nos clients et nos sponsors", regrette l'Ă©conomiste Boucicault, qui rejette toutefois l'hypothĂšse d'une attaque ciblĂ©e contre sa sociĂ©tĂ©. "Beaucoup d'autres entreprises ont Ă©tĂ© attaquĂ©es durant la mĂȘme journĂ©e", rappelle-t-il en faisant rĂ©fĂ©rence Ă  notamment un centre de photocopiequi se trouvait juste Ă  cĂŽtĂ©, et qui lui aussi Ă©tĂ© vandalisĂ© et incendiĂ©par les protestataires. "Je suivais le dĂ©but de la scĂšne Ă  travers les camĂ©ras de surveillance. A partir du moment oĂč ils ont arrachĂ© la barriĂšre pour l'utiliser comme barricade, je savais que ce n'Ă©tait pas bon signe", a-t-il racontĂ©. Banj FM ( 94.7 FM), la radio fraichement lancĂ©e par Banj, a aussi Ă©tĂ© dĂ©truite. "Nous allons devoir fermer nos portes", a annoncĂ© Boucicault,avec une pointe de tristesse dans la voix. "Nous rouvrons nos portes certainement, mais la question est de savoir comment nos clients, pour la plupart des jeunes, vont faire pour reprendre leurs activitĂ©s". Il a toutefois annoncĂ© qu'en cas de rĂ©ouverture prochaine, des mesures en vue de mieux sĂ©curiser l'espace seront prises. Pour le moment, les responsables ne sont pas en mesure d'Ă©valuer avec exactitude le coĂ»t des dĂ©gĂąts causĂ©s. Mais les pertes sont Ă©normes. Dans la foulĂ©e, les mots de sympathies fusent de partout etune levĂ©e de fonds a Ă©tĂ© lancĂ©e par l'initiatrice de Haiti Tech Summit, Chrstine Ntim, pour la reconstruction dela toute premiĂšre "Co-working space" d'HaĂŻti. Sur la crise que connait le pays depuis plus d'un mois, Marc Alain Boucicault, joint par notre rĂ©daction,invite les acteurs concernĂ©s Ă  prendre leurs responsabilitĂ©s, Ă  s'Ă©lever Ă  la hauteur des dĂ©fis actuels,pour Ă©viter que les choses se dĂ©gradent encore davantage. "Il faut que citoyens puissent vivre bien leur vie et vaquer Ă  leurs activitĂ©s normalement", souhaite-il. Ce 27 septembre 2019, dans la capitale haĂŻtienne et d'autres villes de province, une journĂ©e de manifestation s'est tenue Ă  l'appel de l'opposition politique. Les manifestants, qui rĂ©clamaient le dĂ©part du prĂ©sident de la RĂ©publique, ont vandalisĂ© plusieurs entreprises et bureaux d'Etat. Pour faire un don pour la reconstruction de Banj, cliquez ici >>> Bring Back Banj.

Le ministre des affaires Ă©trangĂšres haĂŻtien, Bocchit Edmond Credit Photo : Compte Twitter du minsitre

Le ministre des Affaires Ă©trangĂšres haĂŻtien, Bocchit Edmond, est devenu depuis plus de 48 heures la risĂ©e des internautes haĂŻtiens notamment surTwitter, aprĂšs la publication d’une photo de mauvaise qualitĂ©prise au moment oĂč ilserrait la main au prĂ©sident des Etats-Unis Donlad Trump, lors de la 74eAssemblĂ©e gĂ©nĂ©rale del’ONU. Ce n'est pas la premiĂšre fois que Bocchit Edmond se fait taper sur les doigtspour sa maniĂšre d'utiliser le rĂ©seau Ă  l'oiseau bleu, Twitter. Parfois c'est pour de gravesfautes d'orthographe dans ses tweets, d'autres fois c'est pour sa manie Ă  "identifier" tout un tas d'utilisateurs - journalistes, mĂ©dias ou autres -avant d'Ă©crire son message. Mais pour cette fois, c'Ă©tait pour autre chose. «Au nom du PrĂ©sident Jovenel Moise, j’ai Ă©tĂ© reçu par le PrĂ©sident des États Unis d’AmĂ©rique, Donald Trump, parmi d’autres leaders de l’hĂ©misphĂšre occidental» a tweetĂ© le chancelier haĂŻtien Bocchit Edmond aux environs de 11 h 45 dans la matinĂ©e du 25 septembre. Sauf que la photo utilisĂ©e pour illustrer le message, est un... flop! @MAECHaiti @MCHaiti @nouvelliste @Frantzduval Au nom du PrĂ©sident @moisejovenel, j’ai Ă©tĂ© reçu par le PrĂ©sident des États Unis d’AmĂ©rque @realDonaldTrump parmi d’autres Leaders de l’HĂ©misphĂšre occidental. pic.twitter.com/xwZ48wbKtN — Bocchit Edmond (@BocchitEdmond) September 25, 2019 Quelques heures plus tard, letweet qui est devenu viral. Si d'un cĂŽtĂ©, c'est bon pour Bocchit Edmond, qui peut se vanter d'avoir fait passer le message, d'un autre cĂŽtĂ©,la circulation du tweet avait un autre dessein: ridiculiser le diplomate qui, selon les internautes, tentait de voler une prise avec le chef d'Etat amĂ©ricain, alors que ce dernier avait l'attention ailleurs au moment de la prise. Certains internautesont mĂȘme appelĂ© Ă  « unfollow» le compte du titulaire du ministĂšre des Affaires EtrangĂšres (MAE) qui,selon eux,voulait tromper la vigilance de tous, en utilisant une photo de piĂštre qualitĂ©. Manti gratĂš, se pandan prezidan ameriken an ap pase ou al bay lamen pou yo ka kouri fotografye ou....menm non ou li pa konnen. — PetroCaribeChallenge (@ChallengePetro) September 25, 2019 Reçu kibĂČ? Trump ap pase ou ramper deye l pou al bal la main epi wap di moun reçu. Se konsa yo resevwa moun? SANGWEN🙄 — Dee_Nah (@D_Artemys) September 25, 2019 Reçu kibĂČ? Trump ap pase ou ramper deye l pou al bal la main epi wap di moun reçu. Se konsa yo resevwa moun? SANGWEN🙄 — Dee_Nah (@D_Artemys) September 25, 2019