Mercredi 12 Août, 2020

Wyclef Jean lève 25 millions $ pour financer la production musicale en Afrique et dans les pays en développement

Courtoisie photo : Wyclef Jean

Courtoisie photo : Wyclef Jean

Wyclef Jean vient de lever, via Carnival World Music Group, 25 millions de dollars de financement dans le but de supporter les auteurs-compositeurs et producteurs de musique en Afrique et dans les pays en développement. Le projet, selon Forbes, vise aussi à donner leur autonomie à des entreprises opérant dans le secteur musical et appartenant à des femmes.

Wyclef Jean, artiste haïtien mondialement reconnu, a toujours chéri ses liens avec le continent africain, notamment le Nigeria. Il se dit d'ailleurs « presque 100% Nigérian ». Cet amour pour l'Afrique, le chanteur ne se contente pas de le dire mais fait tout pour le prouver par des actes concrets. C'est pourquoi il s'est engagé récemment, avec son entreprise Carnival World Music Group, dans le renforcement du secteur musical africain, en participant dans la promotion notamment de l'Afrobeats, ce rythme qui s'est imposé aux oreilles du monde entre 2018 et 2019.

Avec 25 millions de dollars de financement récoltés, Carnival World Music Group, rapporte Tommy Williams, contributeur à Forbes, "vise à garantir aux artistes des pays en développement le soutien dont ils ont besoin pour l'édition et la distribution". Car, observe Wyclef Jean, « la demande de musique en provenance d'Afrique et d'autres régions en développement augmente et ces créatifs méritent de faire partie du marché international ». Le fils de Croix-des-Bouquets soutient également la nécessité pour ces auteurs-compositeurs et producteurs, « d'avoir un accès ouvert aux options mondiales de publication et de distribution qui protègent leurs droits et garantissent qu'ils soient équitablement payés». 

Cette initiative, « non seulement présente et lance de nouveaux talents, mais aide les créateurs du monde entier à s'épanouir dans leur carrière », a aussi déclaré l'interprète de 911. Via son groupe, il « cherche à démocratiser le marché mondial de la musique pour les auteurs-compositeurs et producteurs dans les régions en développement, tout en contribuant à autonomiser davantage les entreprises dynamiques appartenant à des femmes dans l'industrie de la musique », écrit Tommy Williams.

Jean ne sera pas seul dans ce projet. Sound Royalties, fondée par le PDG Alex Heiche, sera aussi de la partie. Cette société de financement spécialisée "aide les professionnels de la musique à financer des projets personnels et professionnels sans jamais s'approprier leurs droits d'auteur, permettant aux créatifs de choisir parmi une variété d'options de tarification flexibles", nous apprend Williams.

Quant à la distribution et la publication des travaux de Carnival World Music Group, elles seront prises en charge par Heads Music, une société de Madeline Nelson, ancienne cadre à Sony. Heads Music, basée à New York, est constituée uniquement de femmes. Elle prend en compte "la gestion, le label, l'édition et la distribution de musique, en plus de la production de tournées. et stratégie de marque", décrit Forbes.

Wyclef Jean n'a pas les deux pieds dans le même sabot. Du haut de ses 50 ans, ce prodige de la musique né en Haïti et parti aux Etats-Unis à l'âge de 9 ans, compte à ce jour 31 millions d'albums écoulé, trois Grammy Awards, un doctorat honoris à lui décerné en 2019 par Five Towns College. Cap désormais sur le renforcement de ses liens avec l'Afrique qu'il a visitée pour la première fois en 2004, et où il avait reçu un accueil royal pour son titre «Diallo» réalisé en hommage à Amadou Diallo, un jeune guinéen de 23 ans tué par la police à New York en 1999.

Sources : Forbes

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :