Dimanche 5 Avril, 2020

Winston McAnuff et Fixi, un duo incandescent

Winston McAnuff et Fixi, sur la scène du Yanvalou-bar, samedi 26 octobre, dans le cadre des Rencontres des Musiques du monde./Photo: Cassendy Niiahmah K. Lafond.

Winston McAnuff et Fixi, sur la scène du Yanvalou-bar, samedi 26 octobre, dans le cadre des Rencontres des Musiques du monde./Photo: Cassendy Niiahmah K. Lafond.

Winston McAnuff et Fixi ont fait vibrer la scène du Yanvalou-bar, samedi 26 octobre, dans le cadre des Rencontres des Musiques du monde.

Samedi 26 octobre. Le goudron avait encore l’odeur des pneus brûlés. Au cœur d’une capitale haïtienne étranglée par des opposants au pouvoir, frappée par des émeutes, c’est le théâtre des heurts, des échauffourées entre forces de l’ordre et civils, des rafales assourdissantes. Barricades dressés, boulevards et rues désertiques. C’est tout ce tohu-bohu que Winston McAnuff et Fixi ont fait taire au Yanvalou-Bar, niché à l’avenue N, à quelques pas de la Cour des comptes. McAnuff, voix cabossée, barbe grisonnante, est sorti du ventre de la Jamaïque. Il est un digne héritier et prodige du panthéon reggae. Fixi, accordéoniste parisien, a sur la tête plusieurs casquettes : arrangeur, producteur, pianiste, chef d’orchestre.

Ils nous ont coupés, en plus de deux heures de temps de concert, du tumulte de la ville. Tout un gratin d’invités, diplomates, journalistes, artistes et autres musiciens locaux mélangés, s’est engouffré dans la cour-arrière où, de la scène, s’élevait la fumée suffocante d’un reggae polymorphe, pétri de rythmes haïtiens et de soul.

On se souvient bien de leur premier concert donné à l’IFH (Institut Français en Haïti), le 20 janvier 2015. Un duo complémentaire, qui souffle sur les braises, fait tomber les murs et les codes et qui convoque, grâce son cortège de musiciens, une palette sonore saupoudrée de pop.

Samedi 26 octobre, flanqués de quatre tambourineurs, d’un bassiste, d’un guitariste et d’une batteure, Winston McAnuff et Fixi ont basculé dans l’euphorie une génération mélangée d’adultes et de partisans du mainstream. Ces deux artistes n’ont rien perdu de leur verve. Ils font claquer les mains, taper les pieds. Ils ont oscillé entre musique folklorique et rock musette, revisité leur discographie construite au fil de plusieurs années de collaborations harmonieuses, partagé le plancher avec des artistes et groupes locaux.

Winston McAnuff et Fixi sont retrouvés en 2006 sur « Paris’Rockin », album à succès symbolisant l’acte de naissance d’une complicité que le temps n’a pas émiettée. Oui. Winston McAnuff et Fixi étaient bien là, sur cette île asphyxiée par le mouvement « lock », pour nous susurrer que le chaos ne peut être notre seule carte postale.

L'accordéoniste français Fixi, accompagnant des tambourineurs haïtiens dans un "rara", danse locale ambulante./Crédit: Carmita Philibert. 

Au terme de deux set par ce duo incandescent, Dj Stuba, un habitué du bar, faisait bien vrombir sa platine de vieux tubes afrobeats, question d’étancher la soif d’un public encore debout jusqu’à 2h30 du matin.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :