Dimanche 27 Septembre, 2020

Une fresque murale pour se souvenir des victimes de féminicide en Haïti

Régina Nicolas, assassinée le 28 avril 2015 par son ex-compagnon, en pleine rue à Port-au-Prince. Photo: Dieula Jean-Louis/ Vidéo: Luckenson Jean

Régina Nicolas, assassinée le 28 avril 2015 par son ex-compagnon, en pleine rue à Port-au-Prince. Photo: Dieula Jean-Louis/ Vidéo: Luckenson Jean

L'art au service de la lutte pour le respect des droits humains.

Les violences à l'encontre des femmes est un phénomène courant en Haïti. Marlène Colin, Jucelène Jean-Charles, Nahomie Alcius ou encore Sonine Mathurin sont des noms sur la longue liste de femmes - infirmière, travailleuse de la banque, comptable, commerçante et mère de famille entre autres - tuées par des bourreaux portant des masques d’amoureux.

Au cœur de Port-au-Prince, à Lalue, les graffeurs - Jean Francisco Silva, Elysé Hamson (ASSAF), Raynald Beaufort (RAYZA) et Laurent Philippe (PENS) - ont érigé fin août un graffiti dédié à toutes celles victimes de ce fléau, à l'instar de Régina Nicolas, assassinée le 28 avril 2015 par son ex compagnon, en pleine rue à Port-au-Prince.

L'objectif de cette oeuvre dirigée par l’association Culture 3 Dimension et soutenue par FOKAL, est de dénoncer des pratiques féminicides que certains ont tendance à banaliser dans la société haïtienne notamment.

Notre rédaction a fait un petit tour sur les lieux de la création.

Lire aussi

Related Article

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :