Lundi 26 Octobre, 2020

Tennis. Pourquoi Naomi Osaka peut remporter l'US Open 2020

naomi Osaka /Wednesday, September 02, 2020. Photo:  Richard Osborn /US Open

naomi Osaka /Wednesday, September 02, 2020. Photo: Richard Osborn /US Open

Grande lauréate de l’épreuve de 2018 en terrassant en finale la légende américaine Serena Williams, Naomi Osaka peut-elle reconquérir ce titre en 2020 ? Voici trois raisons pour lesquelles elle le devrait.

1. Elle est au top de son jeu depuis son retour

Si elle a connu des hauts et des bas depuis son dernier grand chelem gagné en janvier 2019 en Australie, cette saison Naomi Osaka fait montre d'une grande soif de gagner. Depuis son retour, l’athlète de 22 ans n’a pas concédé la moindre défaite.

A lire aussi: US Open: Osaka qualifiée pour le second tour, Coco Gauff éliminée

Elle n’a fait qu’une bouchée de l’Italienne Camila Giorgi, ce mercredi 2 septembre. Sans forcer, la Japonaise d’origine haïtienne s’est débarrassée de son adversaire au second tour de l’US Open en un peu plus d’une d’heure de jeu en deux sets 6-1 ; 6-2.

Ce qui représente une deuxième victoire en US Open 2020 pour la tenniswoman qui semble être au top de son jeu depuis la reprise des compétitions après la pause forcée due à la pandémie Covid-19.

Naomi Osaka est donc sur une bonne dynamique de six victoires consécutives : quatre au tournoi de Cincinnati (qu'elle a du abandonner en finale à cause d'une blessure) et deux déjà à l’US Open.

2. Naomi Osaka se sent soutenue

Alors qu'elle n’avait jamais atteint les demi-finales du tournoi de Cincinnati au paravant, elle avait choisi de se retirer de la compétition pour soutenir les protestations contre les tirs de policiers sur l’Afro-Américain Jacob Blake.

Grâce à cette prise de position spectaculaire, Osaka bénéficie en ce moment d'un immense soutien, notamment médiatique. 

A lire aussi: Affaire Jacob Blake: Naomi Osaka se retire du tournoi de Cincinnati

Ce geste témoigne d'un courage énorme de la part de la tenniswoman qui a accepté de mettre de côté son objectif personnel, son avenir et son statut dans le WTA, pour se positionner du côté de la lutte pour le respect des droits humains.

Ses sorties citoyennes durant ces derniers mois lui ont valu la Une de presque tous les médias internationaux dont CNN, US Today, sans oublier les titres à lui consacrés dans la presse haïtienne via entre autres le quotidien Le Nouvelliste ou encore Loop Haiti.

3. Pas beaucoup de challenge cette année

Les défections liées en grande partie au coronavirus et aux conditions sanitaires drastiques imposées font tâche : ne seront présents à ce US Open que quatre joueuses du Top 10 mondial, souligne l'AFP.

Ashleigh Barty (N.1 mondiale), Simona Halep (2e), Elina Svitolina (5e), Bianca Andreescu (6e et tenante du titre), Kiki Bertens (7e), et Belinda Bencic (8e) manquent à l'appel cette année. Ce qui laisse champ libre à une Naomi Osaka énergique et une Serena Williams en quête d’un 24e Grand Chelem.

La prudence de Jean Pierre Etienne

Naomi Osaka est donc sur la bonne voie pour rééditer son exploit de 2018. Le soutien est là, le talent aussi, alors que les adversaires moins plus coriaces absents. Tous les ingrédients sont réunis pour que la championne reprenne sa couronne.

Le jeune journaliste sportif haïtien Kimberly Pierre, comme beaucoup d'autres, y croit: "Bien sur, Naomi Osaka peut gagner l'US Open. Elle a l'expérience".

De son côté, le chroniqueur Jean Pierre Etienne reste prudent et croit qu’il est difficile de faire des prédictions à l’état actuel des choses.

« Actuellement c’est comme une autre réalité », commente-il. « Je me demande si on peut vraiment faire des prédictions. Les joueurs et joueuses ont tellement passé du temps hors du champ sans jouer ».

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :