Lundi 6 Avril, 2020

Tafa Mi-Soleil, la nouvelle coqueluche de la musique haïtienne

Tafa Mi-Soleil dans les studios de Loop Haïti mardi 9 mars 2020. Crédit photo: Eberline Nicolas/LoopHaïti

Tafa Mi-Soleil dans les studios de Loop Haïti mardi 9 mars 2020. Crédit photo: Eberline Nicolas/LoopHaïti

Portée par un sourire envoûtant, la jeune chanteuse Tafa Mi-Soleil, de son vrai nom Tafa Ina Evenie Rose Saint-Louis, a arpenté l’enceinte de la rédaction de Loop Haïti ce lundi 9 mars. Une visite qui a déjà laissé des empreintes indélébiles. Rares sont les artistes émergents qui ont suscité une telle émotion jusqu’à inciter des employés, affectés à d’autres services, à se lever de leur chaise pour prendre un cliché.

Pour le personnel de la rédaction, la mémorabilité de cette visite ne se réside pas pour autant dans la prouesse vocale de Tafa Mi-Soleil laquelle s’est illustrée une fois de plus dans sa courte vidéo publiée par Loop Haïti, et qui est depuis devenue virale. Encore moins dans la volupté de son sourire collant comme un sticker à son visage que même les tribulations ne sauront repousser. Voire dans cette jeunesse inouïe dans laquelle baigne son doux visage et qui invite parfois à la voir candide. Rien de tout cela. Du moins, c’est hors du sujet.

La surprise surgit cinq minutes après la publication sur Facebook du teaser qui annonce l’entrevue concoctée avec l’artiste. À cet instant précis dont on parle, plus de 300 personnes ont liké la petite vidéo, plusieurs milliers d’autres atteintes sans nous rappeler du nombre de partages. En un rien de temps, les chiffres étaient déjà mirobolants sur la plateforme. L’expérience a été renouvelée sur Instagram, Twitter.  

 

Un bruit s’est éclaté à la salle de rédaction ce lundi soir. Tafa, était-elle aussi populaire ?, se questionne un d’entre nous. La rédaction s’était certes déjà vidée en majorité, mais ceux qui y restaient ont suffi pour vrombir leur étonnement en même temps leur satisfaction d’avoir consacré un peu de temps à échanger, se prendre en photo avec cette graine de star qui a de beaux jours devant elle. « C’est le phénomène du moment », déclare un autre collaborateur.

Lire aussi : Rap Créole : D-Fi signe un nouvel album et annonce sa retraite

La vérité, c’est qu’on ne s’y attendait pas autant. On n’ignorait pas que depuis la sortie de la vidéo « Mizik sove vim Part I » (Juillet 2018) en featuring avec le rappeur notoire D-Fi, la native de Kenscoff (municipalité à l'est de la capitale) jouissait d’une côte de popularité époustouflante. On savait également que des producteurs s’en mordent les droits d’avoir négligé de la signer à temps sous un label mieux loti qu’Evazyon. On anticipait déjà qu’elle fera cavalier seul après que son mentor D-Fi a raccroché les crampons du rap.

Le hic, on ne s’y attendait pas à cette estime grandissante dont elle jouit à présent dans l’industrie de la musique en Haïti. Au risque de se méprendre, celle dont on parle à présent n’a rien à voir avec l’appréciation ou le respect dont se fait montre son public à son égard. Un sentiment décuplé après la sortie de « Mizik sove vim Part II » le 1er mars.

Il s’agit de préférence de la célérité ou de l’urgence qui se faisait ressentir dans les réactions de plus d’un sur les plateformes de Loop Haïti ce lundi soir-là. Les journaux savent étonner parce qu’ils ont pris la mauvaise habitude de ne pas parier autant sur un contenu. De là découle parfois cette stupéfaction. 

Dans le cas de Tafa Mi-Soleil, on n’avait pas assez pressenti la vitesse avec laquelle le public allait réagir. Jusqu’à ce mercredi matin, elle a déjà engrangé plus de 21,300 likes, 5,000 partages, 232,000 vues et plus de 1,400 commentaires rien que sur Facebook.

Le langage de Tafa Mi-Soleil n’a pas de mots ronflants, elle ne cherche même pas à impressionner. « J’écoute toujours les critiques, dans la mesure qu’elles m’aident à aller de l’avant », répond-elle, sans fioriture, à une question qui concerne beaucoup plus la relativité dans laquelle nage le goût du public lorsqu’une œuvre est soumise à la consommation que tout autre chose.

Lire aussi : D-Fi Powèt Revòlte lance officiellement sa carrière

Durant son passage sur notre plateau, elle a profité pour partager une nouvelle tant attendue de tous : la sortie de son premier album à la fin de ce mois. Elle ira jusqu’à révéler le titre de l’opus : Carrousel (Kawousèl). Et le disque, si rien n’a changé, comportera 8 morceaux, dont les classiques « Confession » de Rodrigue Milien et « Don’t let me be misunderstood » de Nina Simone. La liste d’artistes invités n’est pas si longue, elle compte, à présent, la chanteuse Vanessa Jeudi qui doit être figurée uniquement à l’intro. Il se peut que Tafa Mi-Soleil interprétera toute seule le reste du disque.

Jointe par Loop Haïti ce mercredi matin, Jeudi a confirmé la nouvelle, avant d'ajouter cela : "Tafa et moi, c'est une histoire de cœur. D'une façon ou d'une autre, je serai partie prenante du disque". Elle n'a pas manqué à son sourire habituel. 

En attendant la publication de l’album dans une vingtaine de jours, les mélomanes peuvent continuer à saliver « Mizik sove vim Part II ». Devenue virale dès sortie, l’auteur-interprète ne fait que récolter des lauriers pour sa performance vocalique et la souplesse où l’angoisse qui la caractérise dans la vidéo. C’est la nouvelle coqueluche de la musique haïtienne.

Websder Corneille

Twitter : @webscorneille

Mise à jour mercredi 11 mars à 12:11 am

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :