Jeudi 22 Octobre, 2020

Théâtre : Comment l'alcool peut détruire un couple qui s'aime

Chélah Bazile dans le rôle de Fabienne Lanier dans la pièce "Ta bouteille ou moi".
Crédit photo: Steven Aristil

Chélah Bazile dans le rôle de Fabienne Lanier dans la pièce "Ta bouteille ou moi". Crédit photo: Steven Aristil

L'équipe de Cap-Art a encore frappé. Alors que l'ambiance ne s'y prêtait pas, la troupe Cap-Art a gagné le pari de la représentation de la pièce "Ta bouteille ou moi" qui a eu lieu le samedi 29 février au restaurant Yanvalou. Avec un public chaleureux et enthousiaste, la pièce a fait salle comble pour une première représentation qui en drainera certainement d'autres.

De nouvelles à représentation théâtrale

"Ta bouteille ou moi" n'a d'abord été qu'un texte publié sur une plateforme en ligne en 2016. "Le texte a été écrit et publié sous forme de nouvelle en 2016 avec ma motivation habituelle: offrir un tableau que l’on peut rattacher à Ayiti. Pas exactement dans un but de critique ou en pseudo-nationaliste mais plutôt en effet-miroir sur notre société" explique la metteuse en scène Schebda Bazile, et soeur de l'actrice qui a joué la pièce ce samedi.

La réaction du public a été telle que l'auteur en a offert deux autres extraits et voilà aujourd'hui "Ta bouteille ou moi" sous forme de représentation théâtrale, quatre ans après. "J’ai voulu être en contact direct avec ces émotions que le lectorat disait réveillées par le texte" avoue Chélah Bazile, la grande soeur.

Cap-Art

 

Sauver le mariage: Aller au delà des représailles

"Ta bouteille ou moi" est jouée par deux acteurs, Chélah Bazile dans le rôle de Fabienne Lanier et Frantz Kerby Osias dans celui de Victor Lanier. La femme se bat contre l'alcoolisme de son mari, dont elle en est trop souvent victime. Entre l'entêtement de son mari à vouloir s'empiffrer, les excès de violence qui s'ensuivent et la volonté de cette femme de poursuivre sa relation malgré tout, cette pièce se veut être la représentation de la vie dans certains couples.

"Victor est ma plus grande déception; mais je ne divorcerai pas", lance la jeune actrice sur scène. "Nous sommes arrivés trop loin pour en gâcher la fin", ajoute-t-elle.

Un mari alcoolique, une femme aimante, deux personnages vêtus par deux jeunes qui s'adonnent au théâtre en dépit de leurs activités personnelles. En effet, alors que Chélah Bazile est en dernière année de génie civil à l'Université Quisqueya, Frantz Kerby pour sa part, est étudiant en médecine à l'université Notre dame d'Haïti. Entre les exigences du métier, leurs autres passe-temps et l'école, les membres de Cap-Art, Capois pour la plupart, jonglent entre leurs horaires et sont souvent dans une course contre la montre.

Arriver à conduire "Ta bouteille ou moi" au terme de représentation est considéré comme un exploit pour les concernés. "Je n’ai pu entrer à Port-au-Prince que la semaine même de la présentation pour les dernières mises en place. Je vous laisse imaginer combien il a été sérieux de monter une pièce qui sera jouée pour la première fois en moins de cinq jours, quand en temps normal cela pourrait prendre plus d’un mois" confie la metteuse en scène.

Des acteurs  à la hauteur de leur rôle

La pièce a duré 1h et 15 minutes. Une bonne partie de la représentation est un monologue tenu par Fabienne Lanier (Chélah Bazile) racontant ses déboires aux côtés de son mari. La jeune femme, dans sa formidable présence sur scène a su communiquer avec son public, arrachant tantôt des rires, des exclamations plaintives. Certains spectateurs ont même pu répondre même à certaines répliques de l'actrice. Ce qui lui a, visiblement, plu.

"Le public était attentif; ils ont tout saisi. C'était un beau public" témoigne Chélah qui, semble-t-il, est tombée en amour avec son beau public. L'actrice s'est pourtant reprochée certaines imperfections, qu'elle est sûre de corriger à une prochaine représentation.

Frantz Kerby pour sa part, (Victor dans la pièce), qui passe le plus clair de son temps à roupiller sous l'effet du contenu de sa bouteille, a rejoint sa femme au milieu de la pièce pour des échanges qui ont suscité l'admiration des spectateurs. Ce mari jaloux, qui a préféré sa bouteille, son "Kleren" à sa femme, jusqu'à causer sa propre mort et celle de sa femme, a ravi le coeur du public par ses répliques ironiques. La loyauté, mais aussi la jalousie, sont deux sentiments qui ont servi de toile de fond à son discours.

"Je me suis donné à Victor, pour que Victor imprègne Frantz Kerby Osias", les propos du jeune acteur et futur médecin, pour décrire sa satisfaction après la pièce.

"Ta bouteille ou moi" est l'expression de la vie de couple de ces femmes résignées, à qui la société en demande trop. Une société dans laquelle les femmes, même si elles sont malheureuses dans leur mariage, font bonne figure et espèrent de pouvoir sauver le couple. Mais au final, dans certains cas, elles ne finissent même pas à se sauver elles-mêmes.

Les Cap-Artistes se préparent sans doute pour d'autres représentations de la pièce. Mais en attendant, pari gagné pour cette 1ère sortie.

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :