Lundi 25 May, 2020

FICTION: Rappelle-toi, Vlad

Lettre posthume à Vladjimir Legagneur deux ans après sa disparition

Lettre posthume à Vladjimir Legagneur deux ans après sa disparition

Port-au-Prince, le 14 Février 2020

Vlad,

Aujourd’hui encore, je te prie de te souvenir de notre rendez-vous.  Je sais que tu ne m’as pas totalement oubliée. Tu es peut-être englouti par le lot de travail que tu as à faire là où tu es; mais je sais qu’au milieu de tout ça, tu n’oublieras pas notre rendez-vous ce 14. Deux ans déjà depuis que tu me joues ce sale tour. Cette année, je te le rappelle de très tôt.

Depuis cette année où tu m’as fait faux bond, je n’ai cessé de me demander ce qui s’est passé ; de me demander ce que j’avais fait de travers. Pourquoi ce « poto »? Avais-tu cru que j’avais pris rendez-vous avec un autre? La confiance qui s’était établie entre nous ne m’aurait pas permis de t’ainsi éclipser. Vlad, tu sais que je t’en aurais parlé. Après tout, qui mieux que toi mettait autant d’attention et d’enthousiasme à me prendre en photo ? Qui supportait mieux que toi mes caprices ? Mes sempiternelles insatisfactions? Mes critiques de tes clichés alors que je ne m’y connais même pas en photographie?

Ce projet, j’avais tant de fois voulu te demander de l’abandonner; mais tu y tenais tellement. Cette lueur dans tes yeux quand tu en parlais trahissait l’idée selon laquelle il fallait peut-être écouter ta femme et ne pas poursuivre. Et la lueur avait fini par avoir raison sur toi, ou toi sur elle, on n’en sait rien. « Je serai de retour à temps pour te prendre en photos » m’avais-tu rassurée. Et je t’avais cru. Aujourd’hui encore, je te crois. Je reste convaincue que tu vas finir par arriver samedi prochain. On s’était promis que tu seras toujours là pour mon anniversaire, que les photos de l’occasion, c’est toi qui les prendrais. Alors pourquoi cela a-t-il changé depuis deux ans? Et puis, où es-tu passé d’abord?

Lire aussi : Témoignage vivant d’un ancien ami et collègue de Vladjimir Legagneur

Je mérite de savoir Vladjimir, tu me le dois. Tu le dois à notre amitié. Es-tu quelque part en train de peaufiner ton projet? As-tu égaré ton téléphone et que tu ne peux pas m’appeler ? As-tu peur que je te casse la figure pour mes anniversaires gâchés à cause de toi? Nous joues-tu un tour Vlad? On se revoit quand? Tu penses pouvoir partir ainsi et me laisser sans nouvelles de toi depuis tout ce temps?

Laisse-moi te dire que je ne suis pas la seule à qui tu manques. J’ai vu dans la rue des amis à toi, des collègues demander « où est Vladjimir Legagneur? ». Tu leur manques à eux aussi. Ils veulent avoir une explication. Nous voulons avoir une explication. Les seuls à rester de marbre dans la situation, ce sont ceux supposés nous informer sur toi; sur ce qui t’est arrivé, ce que t’es devenu. Mais tu sais? L’enquête se poursuit et nous, on attend toujours.

Lire aussi : Edine Celestin: « Vladjimir Legagneur avait une force de caractère »

Ce matin-là, tu étais si content de partir que tu as oublié de porter tes chaussettes porte-chance. Tu es passé en coup de vent chez moi, juste pour me souhaiter un heureux anniversaire et me donner rendez-vous dans l’après-midi pour les photos. Depuis, je n’ai plus eu de tes nouvelles. Cette robe que j’avais préparée pour mon anniversaire il y a deux ans, je l’ai à plusieurs reprises fait recoudre pour qu’elle sied à ma taille. Lorsque je prends du poids, je l’ajuste; j’en perds, je l’ajuste. Je ne voudrais pas qu’à ton retour, tu rates l’occasion de me prendre en photo avec.

Vlad, ce samedi ramène mon 25e anniversaire. Seras-tu là, cette fois? Ce serait le meilleur cadeau que tu pourrais m’offrir. Viens, s’il y a un problème avec ta caméra, on utilisera mon téléphone. 

J’espère que comme toutes les autres lettres laissées dans ta boîte mail, tu recevras celle-ci et que tu me feras honneur de répondre. Attends, ne réponds pas. 
Viens juste à la fête ce samedi.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :