Lundi 19 Octobre, 2020

"Qui ne dit maux", pour interroger la société haïtienne

Sur cette photo: la danseuse Lovely Bogard et le danseur Hénock St Louis/ Photo: Yves Osner Dorvil

Sur cette photo: la danseuse Lovely Bogard et le danseur Hénock St Louis/ Photo: Yves Osner Dorvil

Syla Danse Académie a présenté, le 4 octobre, le spectacle "Qui ne dit maux", au Stanley Studio Danse (Bois-Verna). Une performance artistique qui met en scène le quotidien haïtien et place le public face à sa réalité.

"Qui ne dit maux" est un spectacle réalisé et mis en scène par les créateurs Ronaldson Sylla et Jhonny Mousignac. En préparation depuis le mois de juillet 2020, le projet a été monté et présenté spécialement pour la Quinzaine Internationale Handicap et Culture se déroulant cette année du 1er au 15 octobre 2020.

QDM est une chorégraphie de danse empreinte d'un souffle d'originalité, un mélange de textes, de danses et d'expressions corporelles. La mise en scène expose des catégories de la société dont les droits sont bafoués. En l'occurence, ceux d'un médecin, d'une élève, d'une commerçante, d'un cireur de bottes, entre autres. Ronaldson Sylla y met l'accent sur l'inégalité sociale et le rapport entre les classes en Haïti.

"Qui ne dit maux est un spectacle qui traduit le quotidien haïtien. Il démontre plusieurs facettes existant dans la société, surtout la majorité silencieuse qui refuse de s'exprimer. Il est temps que cela change", a déclaré le metteur en scène, Ronaldson Sylla, en marge de l'événement.

Photo: Berly Photography

Ce spectacle est digne d'un travail théâtral mais fait également office d'un travail de réflexion. D'où le titre "Qui ne dit maux". D'un côté, Sylla voulait faire un zoom sur la société haïtienne, questionner certains faits. D'un autre côté, l'artiste s'engageait à mettre en évidence les souffrances de la majorité qui lutte pour survivre alors qu'un petit groupe jouit de gros privilèges.

"Consentement tacite, inexpression de nos mots et de nos maux, inexistence de toute forme d'objection, d'implication de la part de nos politiques. "Qui ne dit maux" nous vient de là", fait savoir Sylla.

Durant le déroulement du spectacle, ce dimanche, un premier tableau de danse a été représenté par Lovely Bogard, une danseuse à mobilité réduite et Hénock St Louis. A travers cette danse, les metteurs en scène voulaient exposer la violence que certains hommes font subir aux femmes au foyer chaque jour.

"Une personne en situation de handicap a aussi des droits comme tout le monde. Ce spectacle inclut toutes les catégories sociales", souligne Lovely Bogard, danseuse professionnelle. Elle est formée depuis trois ans par les productions Théâtre Toupatou qui organisent la Quinzaine Internationale Handicap et Culture.

 

Les danseurs qui ont joué cette danse théâtrale sont tous membres de la compagnie Syla Danse Académie et des Productions Théâtre Toupatou. Djivenie Louis, Mikalove Piton, Ivymighty Noel, Gaëlle Pericles, Francisco Jn Louis, Dyckenson Démélus, Henock St Louis, Lovely Borgard, Sendia Morency, ont charmé le public par leur talents, mais aussi leurs expressions.

Par ailleurs, "Qui ne dit maux" n'est pas le premier spectacle de Ronaldson Syla et Jhonny Moussignac, qui évoluent depuis plusieurs années dans le monde artistique et comptent à leur actif plusieurs réalisations artistiques. Ronaldson est un danseur, chorégraphe, metteur en scène et fondateur de Syla Danse Académie; Jhonny est un humoriste et metteur en scène.

Pharah Djine Colin

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :