Dimanche 9 Août, 2020

Trois réalisateurs haïtiens sélectionnés pour un fonds international

Les réalisateurs haïtiens Pierre-Michel Jean, Gessica Fabiola Geneus, Bruno Mourral/ Collage/LoopHaïti

Les réalisateurs haïtiens Pierre-Michel Jean, Gessica Fabiola Geneus, Bruno Mourral/ Collage/LoopHaïti

Gessica Fabiola Geneus, Bruno Mourral et Pierre-Michel Jean sont les trois (3) réalisateurs haïtiens qualifiés pour le Fonds Image de la Francophonie (premier trimestre 2020).

« À l’issue des deux premiers appels à projets de 2020 de ce Fonds, 30 projets ont été retenus dont trois provenant d’auteurs haïtiens », lit-on dans un communiqué acheminé à la rédaction de Loop Haïti.

Les projets répondent au nom de : Rue Dorval du cinéaste Bruno Mourral, Freda de Gessica Fabiola Geneus et L'oubli tue deux fois du photojournaliste et réalisateur, Pierre-Michel Jean.

Lire aussiDouvanjou ka leve » de Gessica Généus rafle son 8e prix en 3 ans

"C'est la pertinence de leur production" qui a déterminé leur place dans la liste des auteurs, a informé Mélissa P. Kabre, chargée de communication au bureau régional de l'Organisation internationale de la Francophonie (Oif) à Port-au-Prince.  

"Une commission d'experts examine les dossiers des candidats et fait choix des gagnants selon différents critères", soutient Mme Kabre.

Le projet des réalisateurs haïtiens

Le journaliste Pierre Michel Jean, lauréat du Prix du Jeune Journaliste en Haïti en 2019, a produit un documentaire qui retrace l’histoire tumultueuse d’Haïti et de la République Dominicaine départageant l’île Quisqueya.

L'actrice Gessica Geneus, pour sa part, a réalisé un long-métrage de fiction racontant l'histoire de Freda qui habite avec sa mère, sa sœur et son petit frère dans un quartier populaire. Ils survivent avec leur petite boutique de rue. La précarité et la violence de leur quotidien les poussent à faire tout ce qu’elles peuvent pour fuir cette situation, avec l’espoir d’une vie meilleure.

Lire aussiPierre Michel Jean, lauréat du Prix du Jeune Journaliste en Haiti

Bruno Mourral de son côté a mis sur pied un synopsis intriguant: Dieuveut Dorval, 55 ans, père de famille pauvre, alcoolique qui perd son boulot après 20 ans de loyaux services. Paniqué, Dieuveut se brise volontairement une jambe pour éviter de se faire tabasser par son épouse.

Chaque réalisateur retenu reçoit un financement de la part de l'OIF qui a pour objectif de « soutenir le développement, la production ou la postproduction de documentaires et d’œuvres de fictions ou d’animations dans les pays francophones du Sud à revenus faibles ou intermédiaires ».

Dans le cadre de cet appel, 30 projets ont retenu l’attention des jurés. Les résultats ont été dévoilés dans le cadre du Marché du Film de Cannes à la fin du mois de juin.

A noter que ces fonds ne sont pas confiés aux réalisateurs, mais plutôt aux maisons de production pour la rédaction des films. Ce sont les maisons de production qui feront la gestion des enveloppes allouées, en assurant par exemple, parmi d'autres dépenses, le paiement des techniciens sur chaque projet.

Ouvres primées et montant alloué

Freda : long-métrage de fiction 90’, 10.000 €

L'oubli tue deux fois : documentaire unitaire 70’, 75 000 € dont bonus ACP

Rue Dorval : long-métrage de fiction 90’, 15.000 € dont « Bonus Clap ACP »

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :