Lundi 26 Octobre, 2020

Mort dans un accident ce vendredi, ce jeune de 23 ans fût un modèle à suivre dans la communauté haïtienne en Argentine

Emma Riosendaulv Joncka/Facebook

Emma Riosendaulv Joncka/Facebook

Fauché mortellement dans un accident le jour du Vendredi Saint à Rosario, en Argentine, Emma Riosendaulv Joncka, 23 ans, se fût distingué par son comportement exemplaire dans la communauté haïtienne de là-bas. Témoignages recueillis

Acclamé par ses collègues de travail le samedi 11 avril à Pellegrini y mitre, soit 24 heures après son décès, Emma Riosendaulv Joncka n’a pas survécu au-delà de ses vingt-trois (23) ans. Il fût renversé par un autobus vendredi soir vers les 22h à Rosario, une ville d’Argentine située à quelque 300 km de Buenos Aires, alors qu’il se trouvait à bord d'un deux-roues.

« Cette nouvelle a bouleversé la communauté [haïtienne en Argentine, ndlr] », a informé Hugues Bonneau, son ancien collègue de travail et étudiant en relation internationale et sciences politiques à l'Université nationale de Rosario (UNR), contacté par la rédaction.

Exemplarité

Le premier décrit le second comme un « homme paisible », qui n’a jamais eu d’altercations avec quiconque dans la communauté. « C’était l’ami de tout le monde, dit-il, qui aimait se retirer dans un coin par moment ».

Lire aussi« Je n’ai plus aucun symptôme » : un Haïtien malade du Covid-19 témoigne

L'accident s'est produit le jour du Vendredi Saint dans l’intersection des rues Francia et Cerrito. Le conducteur de l'autobus, une femme de 42 ans, a été brièvement inculpé avant d’être libéré pour preuves insuffisantes de culpabilité.

 

Au lendemain du drame, « Des titres en Argentine ont rapporté l’information sans équilibre, déplore Wadly Dugué. À lire entre les lignes, on pourra comprendre que le tort se trouvait du coté de Emma alors que les informations qui nous sont parvenues ont fait état du partage de responsabilité ».

Rêve

Joncka a mis les pieds à Rasario- là où furent nés un certain Lionel Messi et le Pape François Ier- fin 2017. Il a entrepris, par la suite, des études en génie mécanique à la “Facultad de Ciencias Exactas, Ingeniería y Agrimensura” de l'Université nationale de Rosario (UNR).

En parallèle, il faisait des livraisons pour un service traiteur dans l’idée de rentrer un peu de sous et subvenir à ses besoins premiers. « C’était quelqu’un qui voulait sortir de la dépendance de sa famille », a avancé Dugué. Ce propos a aussi fait écho chez une autre personne requérant l’anonymat qui l’a pratiquée intimement.

Lire aussi: A 100 000 abonnés sur YouTube, le rappeur haïtien Baky Popilè reçoit sa première plaque du média social

Avec les mesures de confinement instaurées depuis la fin du mois dernier par le Gouvernement argentin, Joncka s’était contraint de rester chez lui jusqu'à la semaine dernière. Il a repris son travail une semaine avant son décès, soit dans le premier week-end d'avril,  d’après Bonneau qui évolue dans le même secteur d’emploi que lui.

« Il voulait devenir un grand entrepreneur, a confié la source anonyme. C’est un amant de la technologie, un fin gourmet, bref, un passionné de tout ce qui le préoccupe ».

En 2018, en entretien au journal Le Nouvelliste, l’ex-ambassadeur argentin Pedro Cornelo Von Eyken avait affirmé que près de 60 000 Haïtiens vivent en Argentine. « La majorité de ces Haïtiens sont des étudiants », disait-il.

Haïti est le premier pays à avoir reconnu l’indépendance de l’Argentine en 1816.

Maxonley Petit depuis la République d’Argentine (en collaboration avec Websder Corneille)  

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :