Dimanche 20 Septembre, 2020

Marie-Roseline Bélizaire, une "héroïne haïtienne" en Afrique

Marie-Roseline Darnycka Bélizaire, 41 ans, est une épidémiologiste haïtienne travaillant pour l’Organisation mondiale de la santé (Oms) au Congo

Marie-Roseline Darnycka Bélizaire, 41 ans, est une épidémiologiste haïtienne travaillant pour l’Organisation mondiale de la santé (Oms) au Congo

Marie-Roseline Darnycka Bélizaire, 41 ans, est une épidémiologiste haïtienne travaillant pour l’Organisation mondiale de la santé (Oms) en République démocratique du Congo.

Fin juin, la République démocratique du Congo a officiellement déclaré la fin de l’épidémie Ebola dans l’est du pays. Détecté en 2018, cette fièvre a tué plus de 2 500 personnes en moins de deux ans.

Toutefois, le pays ne pouvait pas arriver à ce dénouement heureux sans la détermination de plus d’un, ceux qui ont risqué leur vie pour sauver celles de milliers d’autres. L’Onu les appelle « Héros de la vraie vie ». Leur engagement est salué à l’occasion de la Journée mondiale de l’aide humanitaire, le 19 août.

Dans la cohorte de 2020, l’épidémiologiste haïtienne Marie Roseline Darnycka Bélizaire, 41 ans, est retenue. Depuis 2015, l’ancienne du Collège Saint-François d’Assise à Port-au-Prince, se retrouve au front de la lutte contre le virus Ebola en République démocratique du Congo.

« J'ai choisi la médecine communautaire parce que je voulais être dans et travailler avec les communautés. La meilleure façon que nous pouvons aider les communautés c’est de les aider à rester […] en bonne santé », déclare-t-elle dans une tribune qui lui rend hommage sur le site l’ONU.

À la fin du mois de novembre 2019, l’équipe que dirige Madame Bélizaire a été la cible d’une attaque armée au village Mangina, au Congo. Un soir, vers minuit, des individus non identifiés ont ouvert le feu sur la base, mais la situation n’a pas tourné au vinaigre parce que la police s’est vite intervenue.

Un épisode que Dr Bélizaire a raconté à NPR, en décembre dernier.

Le scénario n’est pas si reluisant pour un travailleur humanitaire là-bas, si l’on se fie aux propos du Dr. Parfois, il faut enjamber des barricades, rouler jusqu’à 10 kilomètres en terre battue avant de trouver une issue…

Mais le plus difficile à contenir, d’après elle, c’est les stéréotypes qui pullulent dans la communauté sur les envoyés onusiens.

Avec l’irruption de la Covid-19 au Congo, le premier cas s’est déclaré le 10 mars, Dr Bélizaire n’a pas changé son fusil d’épaule, elle s’engage une fois de plus contre cette maladie inédite qui a déjà fauché plus de 700 000 personnes dans le monde.

Au Congo, la situation n’est pas pire, le pays a déjà enregistré seulement 9 676 cas, pour 240 décès.

Malgré les aléas, Dr Bélizaire continue d’éprouver le même plaisir à exercer son métier.

« J'adore ce que je fais […] ce travail est une passion pour moi », lâche-t-elle.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :