Dimanche 25 Octobre, 2020

À Léogâne, un gamin de 10 ans, illettré, pourra bientôt sortir de la rue grâce à un jeune auteur

Le petit Dino et sa mère, déficiente mentale, au rond point de la cité Anacaona le 4 avril 2020./ Yveson Pascal

Le petit Dino et sa mère, déficiente mentale, au rond point de la cité Anacaona le 4 avril 2020./ Yveson Pascal

Accroché au bras de sa mère, elle-même croupissant sous le poids d’une déficience mentale, le petit Dino déambule à longueur de journée dans la cité Anacaona (environ 42 km au sud de la capitale). Il pourra bientôt connaître un dénouement plus heureux grâce à un livre dédié à sa cause, et dont les frais de vente lui seront déversés.

Avec une touche érotique et un élan poétique, l’auteur du roman Je ne bande plus (Lakay Éditions, 2019), l’écrivain et journaliste Diery Marcelin, nous revient avec Boul grenn mwen, un livre qui va explorer les profondeurs mythiques d’un genre jusqu'à date inexploité à Léogâne : la nouvelle.

Composé de quatorze (14) poèmes et de cinq (5) nouvelles- ces dernières parsemées de luxure, pimentées par nos mythes et nos vices sexualisés-, Boul grenn mwen sera en signature à la fin de ce mois d’avril. Les frais de vente seront déversés à Dino qui pourrait être bientôt placé sous l'auguste protection de l'auteur. 

 

Au lieu d’embellir les pages avec des proses absurdes, il nous montre plutôt la magnanimité de l'Humanisme. Aveuglé par un ardent désir de sortir ces enfants des rues, particulièrement ce garçonnet qui gît attacher avec sa mère à la belle étoile et/ou sous l’ombre des palmiers alignés à l’entrée de la ville de Léogâne, non loin du carrefour giratoire : le petit Dino.

Destin tragique

Poids nus, hardes sales, le petit garçon est apparemment normal. Sa peau noire foncée, son visage arrondi affichant un très beau sourire, fait de lui un très bel enfant. 

Lire aussiLes agents de santé, remparts de la lutte contre le Covid-19 à Léogâne

Surnommé « Chirito », mais de prénom Dino, ses yeux luisants et sa facilité de langage quand on lui approche mettent à nu son intelligence inexploitée bien qu’il ne sait pas ni lire ni écrire à son âge- comme nombre de gamins haïtiens.

En 2018, l’Enquête mortalité, morbidité et utilisation des services (EMMUS VI), couvrant la période de novembre 2016 à avril 2017, avait révélé que « 21 enfants haïtiens sur 100 âgés entre 6 et 9 ans ne vont pas à l’école ».

Ce petit garçon d’environ une dizaine d’années, et qui a vu le jour dans les rues de la fière cité d’Anacaona, traîne souvent corder avec des lambeaux dans les béquilles de sa mère atrophiée. Accusant une déficience mentale, cette dernière se fait montre tout de même de l’instinct maternel.

Toucher par cette sensibilité, Marcelin décide de vouer son nouveau projet à Dino. « Sortir ce dernier des rues pour éviter le destin funeste qui l’attend, tel est le nouvel objectif dont je me suis fixé avec les fonds collectés par mon prochain livre », a argué la jeune plume.

Prendre sa responsabilité

Le cas de Dino est un peu spécial dans les yeux du jeune romancier par rapport aux autres enfants qui, parfois, arpentent les rues volontairement ou le font par irresponsabilité de leurs géniteurs.

Lire aussiBlack Alex, un gamin de rue devenu une icône de la musique en Haïti

« Des gens m’ont fait la promesse de l’aider [le petit Gino, ndlr], ce qui n’a pas été le cas, regrette l’auteur et étudiant à la Faculté des Sciences Humaines (Facsh) de l’Université d’État d’Haïti. Cela m’a motivé un peu plus ».


 

« J’hésitais entre placer le petit Dino dans un foyer ou chez une personne de confiance, mais j’arrive à me convaincre que chez moi sera l’endroit idéal », explique ce dernier qui a déjà entamé les procédures légales pour l’adoption du petit.

« Pour ce qui est de l’avenir, je vais me battre corps et âme pour le retirer de la rue », rassure-t-il.

Si ce n’était le débarquement officiel du Covid-19 dans le pays le 19 mars dernier, Marcelin aurait déjà procédé à la vente-signature du livre. Il l’a reportée au 23 avril, date coïncidant à la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur.

Pour se procurer le bouquin, la procédure sera différente de celles dites traditionnelles. L’intéressé passera tout d'abord un appel ; ensuite, passera au local de la radio Amical Fm de Léogâne (sise au #44, rue l'Hôpital) pour réclamer et payer afin d’aider Diery Marcelin à sortir des rues le plus vite que possible le petit Dino.

Toutefois, le livre sera disponible sur Amazon dès le 11 avril prochain au prix de US $12.99. 

Yveson Pascal

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :