Mardi 20 Octobre, 2020

Le Cénacle des Treize, espace de création au pluriel

Maillon de la chaîne poétique et artistique contemporaine, Le Cénacle des Treize est un ensemble d’écrivains, d’artistes et de photographes issu.e.s de la Caraïbe et de la France. Depuis 2019, année de sa création, ses membres se lancent de plein fouet dans la production littéraire et artistique avec pour principal objectif la promotion de leur travail avec un certain engament esthétique. L'initiateur n’est nul autre que Carl Withsler Benoit dit Benoît d’Afrique, ancien lauréat du Prix International Poésie en Liberté 2016 et auteur du recueil de poésie L'enfant n'est pas mort. Loin d’être fermé sur lui-même, le Cénacle est au contraire un espace ouvert sur tout ce qui naît d’authentique...

Imprécis, anachronique, autant d'adjectif qui peut qualifier le mot Cénacle. Nous sommes partis de l'idée que nous avons un devoir d'amour envers les mots et les choses ("aimer les mots comme on aime quelqu'un") tout comme la modernité envers l'héritage du passé, devoir qui nous mène à un travail de récupération. Mais nous gardons de tous les sèmes de ce mot celui de "Regroupement", à quoi nous ajoutons le nombre Treize, qui jusqu'à date n'a qu'une existence idéale. Ce nouvel espace de création collective regroupe des jeunes écrivains et universitaires pour un exercice de production au pluriel. C'est une petite structure qui a pour socle le partage, une croisée des arts - poésie, fiction, photographie, où l'engagement de l'artiste va autant à l'être propre de son art qu’aux objets, aux êtres et aux signes qui l’entourent, loin de toute pensée absolue préétablie. Dès lors, l'espace de création, quoique relevant du collectif, est investi des thèmes et des vies de tout un chacun. La théorie est presque à son degré zéro et fonctionne comme un angle mort. Comme subversion de la subversion, puisque même la colère est devenue une donnée contrôlée, Le Cénacle des 13 entend occuper les marges, franchir les limites, porter l'artistiquement et l'humainement possibles jusqu'à l'infini.

Initié en 2019 par le jeune poète et photographe Benoit D’Afrique, Le Cénacle des Treize a vite été rejoint par Niklovens Fransaint, aussi lauréat à deux reprises du concours international Poésie en Liberté et prix Léopold Sedar Senghor de la poésie, Ducarmel Alcius, lauréat du Prix du Jeune Ecrivain, Adlyne Bonhomme, auteure de L'éternité des Cathédrale, qui a reçu le prix de la rosée en 2019, Aglaée Collin, auteure d’un recueil alliant poésie et dessin et directrice de publication de la revue artistique et poétique Le Coquelicot, Arguens Jean-Marie, également lauréat du concours Poésie en Liberté et auteur de deux recueils de poésie Le Nil noir de la vallée blanche et A la poésie blessée par balles, Berthony Louis, ayant reçu récemment une mention spéciale pour le texte poétique Pèlerin de l’amour, lors de la 16eme Edition du prix Castillo di Duino Poesia en Italie, après avoir été distingué par le prix Matiah Eckhard et de Djevens Fransaint, lauréat du prix du Jeune Ecrivain.    

Le Cénacle des Treize, contre les impératifs, loin de toute loi qui transcende la création et qui modèle son expression, entend mettre en déroute tout discours castrateur, outil de répression du désir et de l'imagination. Parce que nous croyons tous fermement que créer est un acte d'amitié et que la voix plurielle, comme la main plurielle, est une mise en retraite d'un certain individualisme qui fructifie le vide, parce que nous croyons qu'une rature faite à plusieurs, dans les lieux de l'apprentissage du doute, finit par être une bonne gravure et qu'une balafre qui traverse plusieurs mains n'est plus une blessure, nous posons nos repères et nous construisons notre « héritage », puisque le poète [et l’artiste], comme l’a affirmé René Char « n’a pas de mémoire, Ce qu’on lui demande, c’est d’aller de l’avant ».

Pendant qu’il se constitue peu à peu, vu qu’il compte à présent 8 membres, Le Cénacle des Treize travaille sur un projet collectif intitulé « Anthologie des Treize », avec pour lignes directrices les thèmes « Rencontres et Survivances ». Sous ces mots, nous entendons parler de nos rencontres avec la poésie, de nos premières fois, des évènements, des gens, globalement de tout ce qui demeure en nous avec le temps, qui « redéfinit l’anatomie de notre langage » et qui donne sa forme à notre travail, puisque « de nos rencontres insolites à nos découvertes insoupçonnées, nous voguons entre les lunes par effraction du réel. Combien de chemins, qui partent de nous ou qui viennent à nous, qui savent modifier invraisemblablement notre rapport aux choses ? ».

Djevens Fransaint, poète et membre du Cénacle des Treize

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :