Jeudi 3 Décembre, 2020

Et si Blondedy et Florence n’étaient pas le vrai problème ?

A gauche, Florence Duré et à droite, Blondedy Ferdinand/ Collage : Loop Haiti

A gauche, Florence Duré et à droite, Blondedy Ferdinand/ Collage : Loop Haiti

Non sans heurter la sensibilité morale des plus conservateurs, Blondedy Ferdinand et Florence Duré sont depuis quelques temps, les deux nouvelles figures attractives des réseaux sociaux haïtiens, toujours suspendus aux scandales et sensationnalisme.

Peu de temps avant, Blondedy et Florence étaient deux collaboratrices. Deux bonnes amies, dirait-on. Car grâce à leur amitié, elles faisaient business ensemble. Mais après des différends, l’amitié et les collaborations ont pris fin. Et depuis, pour le plus grand bonheur des amateurs des « zen », ce sont des piques et des provocations entre les deux protagonistes. Bienvenue les clashs!

Comme à chaque situation pareille, les opinions se divergent entre détracteurs, fanatiques et simples observateurs. Entre-temps, l'affaire prend une ampleur sans cesse grandissante. Par conséquent, plusieurs articles de presse y sont déjà publiés. Même si les tons sont variés d'un auteur à l'autre, d'un média à un autre.

En effet, au milieu de ce conflit de plus en plus marqué par une trivialité répugnante, les deux protagonistes s’offrent tous les moyens et ressources nécessaires pour vaincre chacune son adversaire. Et voilà comment, à la grande surprise de plus d’un, avec une audace presque sans nom, Blondedy et Florence s’improvisent chanteuses. Ainsi, au grand dam de ce qui serait la norme, les deux femmes d’affaires arpentent les scènes des bals et des festivals comme chanteuses. Ce qui a offusqué nombre d’observateurs, qualifiant cette situation comme une promotion de la médiocrité au détriment des talents. Ils n’ont pas tort. Mais la chose est beaucoup plus complexe. Il y en a au moins trois éléments qui aident à mieux prendre l’affaire Blondedy et Florence :

1. La dictature des réseaux sociaux

Chanteurs, comédiens, humoristes, célébrités, du meilleur au pire, depuis leur apparition, les réseaux sociaux ont toujours été un fournisseur à profusion de talents et de médiocres aussi. Il faut tout pour faire un monde. Et c’est justement de cette aubaine que profitent Blondedy et Florence pour faire grimper le taux de leur popularité auprès d’une bonne tranche du public haïtien réputé sentimental et émotif à la fois.

Alors, en réglant leurs comptes sur le boulevard des réseaux sociaux, les deux anciennes amies et collaboratrices ne font que profiter de l’engouement du public haïtien pour le buzz et le sensationnalisme au profit de leur popularité numérique et la promotion de leurs business. Car rappelons tout de même que, Florence et Blondedy sont propriétaires de deux boutiques de produits cosmétiques disponibles en ligne.

2. La complaisance du public consommateur

À chaque produit, son potentiel client. Et ceci dans tous les domaines. La vérité est qu’on ne peut être tous fans de la qualité. La médiocrité a aussi son destinataire, notamment sur les réseaux sociaux, où le public consommateur fait souvent peu de preuve d’exigence. Ce qui donne une libre voie à la banalité, dont Blondedy et Florence sont des dignes représentantes aujourd’hui. Soutenues et supportées par leurs fanatiques respectifs, d’ailleurs sans cesse nombreux sur la Toile, les deux dames s’offrent depuis quelques temps une triste polémique, désormais au sommet de l’indécence.

3. Le profit économique

L’organisateur ou l’organisatrice de spectacles est avant tout un homme ou une femme d’affaires. C'est quelqu'un qui investit son argent à l'idée d'en tirer profit. Par conséquent, souvent la qualité des produits à offrir au public importe peu. Il suffit que la demande existe. C’est la loi du marché. Toutefois, d’autres préfèrent plutôt travailler avec une certaine exigence artistique, mettant en évidence le talent avant toute autre chose. C’est un choix.

Je ne sais pas si c’est à titre de chanteuses, mais il faut admettre qu’il y a actuellement une demande pour Blondedy et Florence dans le show-business haïtien. D’ailleurs, depuis quelques temps, elles sont présentes sur presque toutes les affiches. Car leur présence serait une forme de garantie pour le promoteur en quête de profit économique.

Florence et Blondedy Ferdinand sont pas à l'affiche, non parce qu'elles sont des chanteuses, mais plutôt parce qu'elles sont demandées. Certes, elles ne sont pas des Rutshelle, Darline Desca, Queen B, Tamara Suffren, Renette Désir et autres, mais elles attirent la foule. Elles créent de l'attraction. Elles sont belles. Elles provoquent l'euphorie et curiosité. Pas plus.

En conclusion, au regard de ce qu’on a connu avant, il n’y a pas lieu de s’exaspérer. Car comme toujours, l'euphorie va finir par se calmer. Florence et Blondedy chanteuses, c'est une folie pour la consommation immédiate. Comme beaucoup d'autres avant, elles n'ont pas réellement la substance nécessaire pour durer sur le long terme. Pour l’instant, un peu de patience, en attendant que d'autres circonstances et les bizarreries des réseaux sociaux nous accouchent d’autres nouveaux amusements 2.0.

Osman Jérôme

Rédacteur en chef à Rythmes 509

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :