Vendredi 10 Juillet, 2020

Edine Celestin: « Vladjimir Legagneur avait une force de caractère »

Marche des journalistes en mémoire du photojournaliste Vladjimir Legagneur à Port-au-Prince 28 mars 2018. Photo: Estailove St-Val

Marche des journalistes en mémoire du photojournaliste Vladjimir Legagneur à Port-au-Prince 28 mars 2018. Photo: Estailove St-Val

Loop Haïti a inauguré un cycle d’articles sur son ancien collaborateur Vladjimir Legagneur, soutenu par l’hashtag #SonjeVladjimir. La série prend fin ce samedi 14 qui marque le deuxième anniversaire de disparition du photojournaliste depuis qu’il est parti faire un reportage dans le quartier chaud Grand Ravine (au sud de la capitale) pour ne plus y revenir.

Edine Celestin, également photojournaliste, a côtoyé Legagneur coude à coude au collectif K2D (Kolektif 2 Dimansyon) qui réunit en partie la fine fleur des photographes de cette génération.

Lire aussi : Témoignage vivant d’un ancien ami et collègue de Vladjimir Legagneur

Celestin, celle qui a représenté Haïti (au côté du photographe Georges H. Rouzier) au festival de photographie « Les rencontres de Bamako », biennale africaine, à la fin de l’année dernière, fait remonter les souvenirs les plus éloquents avec son ancien ami Legagneur.

Lire aussi : Disparu ou absent, quel statut juridique pour Vladjimir Lagagneur ?

La voix fissurée parfois, sans perdre la générosité du langage, elle nous apprend que le disparu était un « fin gourmet ». Elle nous rappelle que « Vladjimir avait une force de caractère, quelqu’un qui ne se laissait pas marcher dessus ».

 

Eberline Nicolas (avec la rédaction)

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :