Vendredi 30 Octobre, 2020

Difficultés et opportunités de l’Éducation en Haïti à l’ère de la Covid-19, les Jeudi de Saint-Louis lance le débat

Vue de l'assistance lors d'une séance des Jeudi de Saint-Louis à l'Hôtel Karibe. Crédit photo: JDSL/Page de couverture Facebook

Vue de l'assistance lors d'une séance des Jeudi de Saint-Louis à l'Hôtel Karibe. Crédit photo: JDSL/Page de couverture Facebook

Pour sa 14e édition ce jeudi 18 juin, les « Jeudi de Saint-Louis » (JDSL) aborde le thème suivant : « l’Éducation en Haïti à l’ère de la Covid-19 : Difficulté et Opportunité ». La causerie sera diffusée en direct, entre autres, sur les plateformes de LoopHaïti, RTNH, RTVC, RSF, RFM, à compter de 5h pm (heure haïtienne).

Depuis avant l’identification des premiers cas de Covid-19 dans le pays, l’année scolaire 2019-2020 avait été cabossée. Le calendrier des 189 jours de classe et 11 jours de congé planifié en septembre 2019 avait été, en décembre, réaménagé en 147 jours de classe et 6 jours de congé. Un premier écart par rapport à la norme dans toute la région caribéenne où les apprenants investissent les jours de classe pendant 180 à 200 jours par an.

Avec l’arrivée de la Covid-19 le 19 mars, les choses ont empiré. Pour pallier les manques et les retards cumulés qui sont étanchés avec la présence de la pandémie, le ministère haïtien de l’Éducation nationale et de la formation professionnelle (Menfp) avait lancé, le 23 mars, un outil numérique pour l’apprentissage à distance. Trois mois plus tard, les résultats laissent à désirer.

Lire aussi: Haïti: le MENFP présente un nouveau calendrier scolaire « réaménagé »

« L’aspect numérique devrait être très avantageux pour les écoliers et étudiants haïtiens, mais les infrastructures de base font obstacle à cette possibilité », constate Almiracle Saint-Fort, ancien président de la Fondation des Anciens de St-Louis de Gonzague (FASLG) et fer de lance de l’initiative Jeudi de Saint-Louis, lancée en août 2016.

« L’École que nous avons dans ce contexte Covid-19 ou post Covid-19, peut-elle former, voire même préparer et programmer ce citoyen de demain, principal levier de notre développement durable ? », voilà la question qui titille Saint-Fort, également ancien Vice-président de la chambre de commerce haïtiano-américaine et fondateur de Global Home and Office Smart S.A.

Quid des « Jeudi de Saint-Louis »

Depuis août 2016, d’anciens étudiants de l’institution Saint-Louis de Gonzague, en majorité ceux issus de la promotion Centenaire de 91, se sont mis d’accord sur le fait que l’absence de débat constitue un sérieux accroc à la compréhension des grands enjeux contemporains. Et il n’est pas un secret pour personne que de tels espaces sont rares dans le pays.

Lire aussi: Coronavirus : Le MENFP lance un outil numérique pour l’apprentissage à distance

« Les Jeudi de Saint- Louis se veulent être un espace de débats où seront posées des questions fondamentales sur le fonctionnement de la société haïtienne, sur des phénomènes conditionnant son quotidien, sur l’héritage historique, social, économique à léguer à la progéniture », résume Saint-Fort en entrevue à Loop Haïti.

13 sessions ont déjà eu lieu dont celle du 20 février tenue sur le rôle des élites haïtiens à la lumière de feu Dr Jean-Price Mars et de son ouvrage La vocation de l’élite (1919). Les intervenants répondaient au nom du professeur-ethnologue Jhon Picard Byron, spécialiste de Mars, et l’entrepreneur intellectuel, Daniel Rouzier.

Pour cette 14e édition prévue ce jeudi, l’ambition n’est pas moindre, il s’agit de « continuer à mobiliser autour d’une table des réflexions sur une thématique importante, comme l’éducation, avec des personnes qui s’y connaissent », soutient Saint-Fort.

Lire aussi: "Haïti Je connais", une application web pour projeter une meilleure image d’Haïti à l’étranger

À l’heure où des milliers d’apprenants haïtiens sont claquemurés chez eux depuis mi-mars, dont la majorité d’entre eux est dépourvue d’infrastructures de base pouvant les aider à compenser ce manque substantiel via l’apprentissage à distance, le débat autour de l’éducation devient de plus en plus crucial.  

Consciente de cet état de fait, la structure JDSL ouvre son plateau à trois invités de marque, dont deux ministres de l’Éducation, Pierre Josué Agenor Cadet (actuel), et Nesmy Manigat (ancien) et Caroline Hudicourt, représentante COSPE (Consortium des organisations du secteur privé de l’éducation). L’enseignante Darline Alexis, secrétaire générale de l’Université Quisqueya, jouera le rôle de modératrice.

Les réflexions qui seront proposées dans le cadre de cette rencontre-causerie virtuelle, feront, plus tard, l’objet d’un cahier de synthèses préparé par le comité de gestion des JDSL.

« Le document sera mis à disposition du public enseignant-étudiant dans le cadre d’un accord trouvé avec la Conférence des recteurs, présidents et dirigeants d’universités et d’établissements d’enseignement supérieurs en Haïti (Corpuha », émet Saint-Fort.

« Et ce sera notre part offerte au système éducatif haïtien », dit le quadragénaire.

Websder Corneille

@webscorneille

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :