Samedi 4 Avril, 2020

Plus de 5,000 kits hygiéniques distribués aux orphelinats en Haïti

Photo illustrant l'orphelinat haïtien La République des Pyrénées. Photo: La République des Pyrénées

Photo illustrant l'orphelinat haïtien La République des Pyrénées. Photo: La République des Pyrénées

L’Institut du Bien Etre Social et des Recherches (Ibers) veut préserver les enfants nécessiteux de la pandémie du coronavirus. De concert avec UNICEF, 5,500 kits hygiéniques sont en cours de distribution dans les 754 centres de résidence pour enfant que compte le pays.  

5,500 kits hygiéniques rejoindront les responsables d’orphelinats, maisons d’accueil et résidences pour enfant, selon ce qu’a annoncé les responsables de l’Institut du bien-être social et des recherches (Ibers), l’organisme étatique qui plaide la cause des enfants en Haïti.

Dans une entrevue à la rédaction de Loop Haïti, l’assistant du directeur général de l’Ibers, Diem Pierre, étale l’ambition de de son institution « consistant à freiner la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19) en Haïti, notamment auprès des enfants et des plus vulnérables comme le souhaite le gouvernement haïtien ».

Sachant que certains orphelinats ne satisfont pas tous les critères d’éligibilité pour leur fonctionnement, Monsieur Pierre a fait savoir qu’aucune préséance ne sera accordée dans la distribution des kits hygiéniques. Les trois catégories de maisons d’enfant classifiées bénéficieront à juste titre du même traitement.

« Nous ne pouvions pas faire de discrimination ni de distinction dans une période si complexe, explique-t-il. Nous sommes obligés d’autoriser le don des kits hygiéniques à tous les 754 orphelinats et centres d’accueil enregistrés à travers le pays ».

Lire aussi: Jovens Antoine, le médecin haïtien sur un char musical pour sensibiliser la Grand’Anse au coronavirus

En effet, dans une étude réalisée en 2017 et présentée en octobre 2018, l’Ibers avait débranché en trois membres les maisons d’enfant : Vert, Orange et Rouge. D’après la sémantique des couleurs, les orphelinats et / ou centres verts sont ceux qui respectent tous les principes établis par la loi. Les jaunes remplissent partiellement les conditions requises et sont exigés à l’amélioration. La catégorie rouge regroupe les centres qui ne se conforment pas aux règles en vigueur.

Il a aussi souligné que des intrants comme l'eau de Javel et du savon sont les principaux contenants de ces kits destinés à servir les enfants. Par ailleurs, des sensibilisations ont été faites auprès des responsables des maisons d’enfant afin qu’ils dupliquent les mesures de prévention exigées par le Mspp auprès des enfants.

Des enfants sous surveillance

Un citoyen de nationalité Belge ayant été testé positif au nouveau coronavirus le jeudi 19 mars dernier est, selon les informations rapportées par le Mspp, le gérant d’un orphelinat dans la commune de Saint-Michel de l’Attalaye, département de l’Artibonite. Sachant qu’il était probablement en contact avec des enfants dudit centre, l’Ibesr a privilégié la mise en quarantaine de ces enfants qui étaient au nombre de 26.

Pour l’instant, Pierre se réserve de tout commentaire quant aux tests de dépistage des enfants ayant été exposés à la suite de la contamination du Belge. Cependant, le cadre précise que l’institution dont il est membre joue le rôle de facilitateur entre le Mspp, les responsables départementaux afin de savoir si oui ou non les enfants de l’orphelinat de Saint-Michel de l’Attalaye seront dépistés.

Puisque, poursuit-il, les potentielles victimes du virus doivent attendre les 15 prochains jours pour connaître leur sort, ce qui représente une période d’incubation pour le germe, les autorités sanitaires sont obligés de placer les enfants sous surveillance.

Lire aussi:  Haïti: sur 757 maisons pour enfant, seulement 35 respectent les normes

Une note a été adressée aux responsables des orphelinats par l’Ibesr les exigeant d’: « installer dans les entrées et à l'intérieur des centres, orphelinats et maisons d’enfants, des dispositifs de lavage des mains et de désinfection d'objets couramment utilisés tels que : portières, accoudoirs de fauteuil, robinets, lavabos… de limiter les va-et-vient au sein desdites structures et de respecter les gestes barrières pour se protéger et protéger son entourage ». Une politique de contrôle stricte sera effectuée par l’institution.

« Afin de protéger les enfants de tout contact, nous avons exigé aux centres la réduction de la présence des visiteurs, des va-et-vient des agents de l’Ibesr, mais aussi même celles des parents », prévient Pierre.

« Nous gardons des contacts téléphoniques avec les centres afin d’avoir un rapport sur leur mode de fonctionnement durant la menace de la pandémie du coronavirus », conclut-il.  

Marc-Evens Lebrun

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :