Samedi 4 Avril, 2020

Christ Mane Bélizaire remporte la 2e édition du Prix Frédéric Kébreau

Christ Mane Bélizaire, lauréate national de la deuxième édition du Prix Frédéric Kébreau. Crédit photo: Christ Mane Bélizaire

Christ Mane Bélizaire, lauréate national de la deuxième édition du Prix Frédéric Kébreau. Crédit photo: Christ Mane Bélizaire

Dans le cadre de la deuxième édition du prix Frédéric Kébreau, le jury d’évaluation a fait choix de primer le mémoire intitulé « Essai de développement d’un milieu alternatif pour la production de spiruline en Haïti ». Ce travail de recherche porte la signature de l’étudiante Christ Mane Bélizaire de la Faculté d'agronomie et de médecine vétérinaire (FAMV) de l’Université d’État d’Haïti (UEH).

Sous la houlette de la Fondation pour l’Agriculture et la Relance de l’Economie (FHARE), le prix de l’excellence Frédéric Kébreau a été lancé dans le dessein de récompenser le « meilleur mémoire de licence » en Sciences Agronomiques en Haïti. Ce faisant, le travail distingué est jugé, entre autres, sur ce qu’il propose en terme d’éventuelle contribution « au progrès et au développement de l’agriculture haïtienne ».

Parmi les travaux soutenus entre octobre 2017 et septembre 2018, les plus pertinents émanent de trois filles, de l’avis des chercheurs et enseignants professionnels qui les ont évalués. En effet, Christ Mane Bélizaire a devancé Françoise Benjamin et Stéphane Chéry, deux étudiantes de l’Université Quisqueya, dans la dernière ligne droite menant à la consécration.

Lire aussiEdwidge Danticat, lauréate du prix National Book Critics Circle pour la fiction aux États-Unis

 « C'est avec un grand honneur et aussi un grand sens de responsabilité que j’ai reçu cette gratification récompensant un travail important réalisé sur une assez longue période. Je suis fière d’être la lauréate de la deuxième édition de ce prix Frédéric Kébreau qui encourage l’excellence. À dire vrai, je savais que j’avais réalisé ce travail avec énormément de sérieux, mais je ne pensais pas gagner à un concours », a confié la lauréate le 8 mars dernier, lors d'une cérémonie de circonstance.

« Ce prestigieux prix, je l’assimile à la reconnaissance d’un travail bien fait. Cette récompense est une opportunité que je compte bien utiliser, à la fois pour mon évolution personnelle dans le métier d’ingénieur-agronome, mais également pour continuer dans la quête de l’excellence dans tout ce que j’aurai à entreprendre tant sur le plan personnel que sur le plan professionnel », a-t-elle poursuivi. 

À propos du mémoire…

Christ Mane Bélizaire précise pour Loop Haiti que ce travail de recherche, initié au laboratoire de biotechnologie et de symbioses végétales de la FAMV/UEH et poursuivi à l’Université́ de Liège (ULg) Belgique de novembre 2016 à avril 2018, a pour objectif de « […] trouver une alternative aux intrants importés afin de baisser le coût de production en identifiant et en testant des produits localement disponibles en Haïti qui pourraient être utilisés pour préparer le milieu de culture de la spiruline en vue d’une meilleure vulgarisation de la production algale en Haiti ».

Notons que la spiruline est considérée comme « un super aliment » obtenu grâce aux cyanobactéries. Selon l’ingénieure agronome récompensée au prix Fréderic Kébreau, elle peut constituer une source importante voire complète de protéines qui représentent à elles seules de l’ordre de 50-70 % du poids sec, ce qui est tout à fait exceptionnel.

La native de Pilate – ville située dans le nord du pays – entend, entre autres, continuer les recherches en expérimentant d’autres pistes de milieu alternatif en valorisant d’autres ressources naturelles disponibles et les sous-produits de l’industrie alimentaire. Aussi souhaite-t-elle aider à mettre en place d’autres fermes de spiruline dans le pays pour que le produit soit accessible à tout le monde.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :