Lundi 25 May, 2020

Causerie à Loop Haiti avec des étudiants, autour de la radio en Haïti

Un groupe d'étudiants de l'Ecole de la radio à Loop Haiti, le 14 février 2020/ Luckenson Jean

Un groupe d'étudiants de l'Ecole de la radio à Loop Haiti, le 14 février 2020/ Luckenson Jean

La plateforme en ligne Loop Haïti a reçu vendredi 14 février la visite d'une délégation d'étudiants de L'École de la radio, dans ses locaux à Turgeau. En marge de la journée mondiale de la radio, tenue le 13 février, les étudiants de l'atelier pratique en journalisme radio, dirigé par le jeune journaliste Rodly Saintiné, ont échangé avec les journalistes de Loop, autour de la problématique du fonctionnement de la radio en Haïti et sur la place du numérique dans le paysage radiophonique haïtien.

Fidèle à sa tradition, l'Ecole de la radio, une structure basée à Port-au-Prince, organise régulièrement des sorties à travers des médias. Pour marquer la commémoration de la journée mondiale de la radio, célébrée cette année sous le signe de la promotion de la diversité, l'administration de l'école avait décidé d'effectuer le 14 février, une visite à Loop Haiti, avec une dizaine d'étudiants. Au terme de cette rencontre très conviviale, plusieurs points importants ont été abordés, et diverses réflexions et propositions ont été faites dans le cadre de cette causerie.

Entre réflexions et propositions, un brainstorming enrichissant autour de la radio en Haïti

Considérée comme le médium le plus populaire et le plus accessible, la radio reste depuis toujours un outil incontournable dans les sociétés modernes. Que ce soit pour s'informer, se former ou se divertir, la radio a toujours été l'un des premiers choix des gens. À en croire le dernier rapport de l'Unesco, Haïti compte environ 369 radio sur la bande FM et 8 autres encore sur l'AM. Mais malgré la croissance du nombre des stations de radio et sa population dans le pays, elle fait face à de nombreuses critiques et d'interrogations.

En effet, elle est décriée la plupart du temps pour le manque d'impartialité dont font montre certaines stations très suivies. A cause de la politisation et la polarisation à outrance dont elle sont soumises, des radios perdent de plus en plus en crédibilité. Ajouté à cela, la sphère radiophonique connait une décrépitude morale et intellectuelle majeure qui, rappellent certains étudiants de L'École de la radio, a commencé à la fin des années 90 et le début des années 2000.

De l'avis des étudiants, cette dégénérescence est le fruit d'un grand manque de professionnalisme, occasionné principalement par une mauvaise qualité de l'enseignement du journalisme dans le pays. De plus, ils pointent du doigt le copinage, entre autres problèmes, qui font prévaloir des médiocres sur les vrais professionnels du métier.

Outre ces problèmes qui entravent le bon fonctionnement de la radio en Haïti, de la presse en général, le secteur est confronté à un problème de salarisation dont le quota n'est pas défini en Haïti, jusqu'ici. Faute d'un vrai syndicat pour défendre les droits réels des journalistes. Ce qui fait que les travailleurs de la presse, particulièrement ceux de la radio sont souvent sous payés, voire non payés. Une situation qui fragilise davantage le métier de journalisme dans le pays.

Lire aussi : Haïti - Crise : dans le silence des médias

Parallèlement, les étudiants ont soulevé la question de régulation des médias dans le pays. Une question très importante et déterminante dans l'exercice du métier, mais qui, selon les apprentis journalistes, est totalement négligée en Haïti. Ils déplorent les désinformations, les propos diffamatoires et discriminatoires, et tout autre délit de presse, perpétrés à longueur de journée dans les médias, particulièrement sur les stations de radio.

 

Face à tous ces problèmes, les nouveaux souffles de ce noble métier, ont fait des propositions réfléchies et pragmatiques. D'après eux, pour palier à ces failles, il faut premièrement revoir complètement l'enseignement du journalisme en Haïti, avec un cursus standard. Et, parallèlement, permettre aux journalistes en activité de se recycler et se perfectionner.

En outre, ils encouragent une politique de valorisation de ce métier, tant au niveau des salaires qu'au niveau des traitements accordés aux hérauts de l'information. Pour ces jeunes journalistes en devenir, le métier de la presse en Haïti a beaucoup d'avenir et le milieu regorge de potentiels. Mais pour que la presse (la radio, en particulier) ne meurt pas, il faut des transformations en profondeur, et par dessus elle doit s'adapter à l'évolution du numérique. 

Auteurs : Ravensley Boisrond et Herne Edouard Sondy Dasti

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :