Dimanche 25 Octobre, 2020

5 conseils à adopter vis-à-vis des personnes en situation de handicap

Capture d'écran d'une vidéo de sensibilisation réalisée par l’association Vision pour les Personnes Handicapées en Haïti (VIPHA)

Capture d'écran d'une vidéo de sensibilisation réalisée par l’association Vision pour les Personnes Handicapées en Haïti (VIPHA)

Depuis le séisme de 2010, le nombre de personnes frappées de handicap en Haïti a multiplié. Le regard de la société haïtienne change. Contacté par Loop Haïti, Fenel Bellegarde, spécialiste en accessibilité et en accompagnement de public à besoin particulier, propose 5 conseils aux Haïtiens afin de mieux appréhender ce fait et du coup mieux valoriser toute personne frappée de handicap.

1. Adressez-vous toujours à la personne au lieu de son accompagnateur 

Certaines personnes ont souvent l’habitude d’ignorer la personne handicapée pour s’adresser directement à son accompagnateur, s’il en a un, surtout dans les institutions de services publics ou dans les espaces publics, explique Monsieur Bellegarde. D’après lui, l’accompagnateur d’une personne handicapée exécute un travail de guide, d’accompagnement mais le véritable usager c’est la personne en situation de handicap. À quelques exceptions près, Fenel Bellegarde rappelle qu’il faut toujours s’adresser à la personne en question pour tout ce qui la concerne.

2. Utilisez le nom ou le prénom de la personne pour l’appeler, non sa déficience

Appeler les personnes par leur nom ou leur prénom, c’est déjà une sorte de reconnaissance sociale en tant que personne à part entière et aussi un respect de ses droits à une identité, d’après ce qu’explique Fenel Bellegarde. Pour les individus vivant avec une déficience quelconque, cet acte se révèle capital car ils sont souvent nommés par leur déficience (Bèbè a, soudè a, avèg la, bout pye, bout ponyèt etc) en dépit de l’existence de divers textes de lois interdisant une telle pratique. Si ces dernières sont considérées comme des personnes à part entière, leur déficience ne doit pas se substituer à leur identité sociale, met en garde Bellegarde.

3. Sollicitez son aide ou sa participation quand c’est nécessaire

N’hésitez pas à solliciter l’aide d’une personne handicapée quand c’est nécessaire, surtout s’il s’agit d’un proche ou voisin. Un tel acte va non seulement augmenter son estime de soi, sa confiance en soi, mais aussi lui montrer son importance et son utilité dans l’espace physique et humain. En général tout le monde aime se sentir utile, aimé et valorisé, souligne Bellegarde. Donc quand une personne sollicite l’aide d’une personne en situation de handicap, cela va à contre-courant de la perception négative qui fait croire que ces gens sont incapables, malades et inutiles.

4. N’imposez pas votre aide ou votre support si la personne ne vous sollicite pas

Si quelqu’un souhaite aider une personne en situation de handicap, il est préférable de lui demander d’abord si elle a besoin d’aide et comment elle peut ou veut être aidée au lieu d’anticiper sur un éventuel besoin qui dans la majeure partie des cas ne s’avère pas nécessaire. Le co-fondateur de l’institut haïtien de Langue des Signes (IHLS) souligne que « certaines fois, par compassion ou excès de zèle, nous diminuons ou stigmatisons ces personnes sans le vouloir. Par exemple, pour traverser une rue, pour se lever, pour tenir quelque chose ou prendre une voiture ; il y a souvent une âme charitable et bienveillante qui impose son soutien aux personnes handicapées sans solliciter son avis en ce sens. C’est non seulement une forme d’impolitesse, mais également une anticipation sur les aptitudes et capacités de la personne ». Toutefois, Monsieur Bellegarde reconnait que dans certains cas ces personnes ne seront pas en mesure de dire rapidement leur besoin.

5. Laissez à la personne de mettre en valeur ses compétences et potentialités  

D’après Fenel Bellegarde, au lieu de faire à la place de la personne ou de parler de ses capacités, laissez-lui le temps de mettre en valeur ses propres aptitudes et capacités tout en vous mettant disponible et ouvert à ses éventuelles sollicitations. Car l’élément fondamental de tout processus d’accompagnement et de renforcement de capacités c’est d’amener la personne à accoucher ce qu’elle a au plus profond d’elle-même. Pour valoriser une personne, il faut lui donner de temps et d’espaces pour se vendre ou extérioriser ses potentialités et talents. D’autant plus, le fameux principe pour arriver à l’inclusion pleine et entière des personnes en situation de handicap demeure : "rien pour nous, sans nous".

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :