Lundi 19 Octobre, 2020

« 05 Mars », premier EP et date incontournable pour 2Senk

Le jeune rappeur Ernst Petit-Homme, mieux connu sous le sobriquet de 2Senk/ Photo et vidéo Luckenson jean

Le jeune rappeur Ernst Petit-Homme, mieux connu sous le sobriquet de 2Senk/ Photo et vidéo Luckenson jean

« 05 Mars », sorti le 6 septembre, est le titre du tout premier EP du jeune rappeur Ernst Petit-Homme, connu sous le sobriquet de 2Senk. Enfant prodige du label « Evazyon Mizik », l’artiste s’inscrit dans la lignée du rap conscient pour prendre position pour ses semblables et exprimer ses frustrations envers une société inégalitaire.

D’une voix désenchantée sur un instrumental froid, 2Senk entame son premier morceau intitulé « Premye pitit », gravé sur son premier EP titré « 05 Mars ». « A 20 tan manman m fè m li pa t menm asire. Kay moun nou t ap dòmi pa t gen kote pou n abite […] », rappe l’artiste dans un style autobiographique.

Marqué par les vicissitudes de son existence - les trahisons de ses paires, la situation économique de sa mère qui n'arrive pas à subvenir, comme elle l'aurait souhaité, aux besoins de ses enfants -, chaque chanson de ce projet retrace les dessous d’une vie difficile d’un jeune homme de 22 ans.

Même son éponyme est teinté de mésaventure. En effet, l’artiste a défini son nom de scène sur le morceau ayant le même titre que son premier projet artistique : « 05 Mars », date incontournable dans sa vie. Date à laquelle lui et un groupe de jeunes rappeurs ont été victimes d'un acte de trahison qui l'aura marqué pour toujours.

« 2 a se rezilta pasyans plis detèminasyon m. 5 lan se pou 5 mas 2019, yon dat ki make konstriksyon m. Yon dat ki detwi, yon dat ki konstwi », prend-t-il le soin de souligner.

 

L’EP comporte sept morceaux dont « Premye pitit », qui exprime son regret de ne pas pouvoir aider sa mère en retour après tous ses efforts consentis ; « 12 zan lekòl » retrace le parcours inachevé d’un écolier qui aspirait à boucler ses études classiques ; « Tranzaksyon » met en lumière les différentes transactions, dont des prêts (pas toujours remboursés), qui ont permis à Ernst de subvenir à certains de ses besoins.

« Tande vwa m » dénonce la mauvaise pratique de nos politiciens. « 5 Mas » lève le voile sur la raison pour laquelle cette date est inévitable dans la vie du rappeur ; « M sispann » quant à elle marque un changement radical de paradigme d’un rap ego trip vers du rap conscient et « Demen » symbolise l’heure de la gloire, la victoire anticipée.

Par ailleurs, trois vidéos de ce projet sont déjà disponibles sur YouTube. Parmi elles, « Tande vwa m » et « 12 zan lekol », totalisant respectivement 41K et 64K vues. Et plus récemment, soit le 4 octobre, l'artiste a sorti officiellement le clip de « Tranzaksyon » qui a déjà totalisé plus 5K en 24 heures.

"L'école ne fera de moi ce que je veux devenir"

Orphelin de père et ainé d’une famille trois enfants, dont deux sœurs, 2Senk a choisi de ne plus continuer avec ses études classiques. Un choix qu'il assume, non pas par fierté, car il avoue qu’il aimerait bien boucler ses études classiques, mais surtout par circonstance, parce que sa situation lui impose ce choix.

« J’aurais aimé finir mes études classiques. Mais je n’ai plus cette option dans mes plans. Ce temps est révolu », soutient-il, racontant que parfois, assis à l'école, il se perd dans ses pensées, se demandant comme il va faire pour payer les frais scolaire. D'un autre côté, constate-t-il, les écoles publiques, sont aux abois et quémandent de l'aide pour continuer à fournir l'instruction promise aux écoliers.

 

« J’ai donc fait le sacrifice de laisser la possibilité à mes deux sœurs d’aller à l’école et je me suis focalisé sur le rap. Je ne peux pas me permettre de passer trois ans à ne rien faire d’autre que d’aller à l’école afin de finir mes classes. C’aurait été un temps perdu alors que ma mère vieillit » déclare le rappeur.

De plus, fait-il remarquer lors de son entrevue avec Loop Haiti, "l'école ne fera pas de moi ce que je veux devenir. J'ai trouvé la musique comme moyen d'évasion pour m'en sortir, je m'y plonge à fond".

Toutefois, 2Senk invite les jeunes qui sont à l'école, d'y rester. « Si vous êtes encore à l’école, n’abandonnez pas. Continuez à apprendre », conseille Ernst Petit-Homme.

Michelet Joseph

micheletjoseph93m.j@gmail.co

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :