Photo: AFP

Le gouvernement de Donald Trump a annoncé mercredi un nouvel investissement d'un milliard de dollars dans le projet de vaccin contre le Covid-19 de la compagnie pharmaceutique Johnson & Johnson, faisant monter les investissements totaux à plus de neuf milliards de dollars. Johnson & Johnson, via sa filiale Janssen, avait déjà reçu fin mars 456 millions de dollars. Le nouveau milliard financera un projet de démonstration de fabrication à grande échelle de son vaccin expérimental, avec la livraison promise de 100 millions de doses, si le vaccin prouve son efficacité. Les parties prévoient un éventuel avenant de 200 millions de doses supplémentaires. Ce chèque fait monter les investissements publics américains à au moins 9,4 milliards de dollars dans des projets de vaccins, y compris des contrats d'approvisionnement signés avec cinq sociétés prévoyant la livraison d'au moins 700 millions de doses, selon un décompte de l'AFP. A condition que les vaccins soient autorisés, les Etats-Unis pourraient obtenir en théorie 100 millions de doses de quatre groupes (Johnson & Johnson, Novavax, Pfizer/BioNTech, Sanofi/GSK) et 300 millions de doses d'Oxford/AstraZeneca, cette dernière alliance ayant également signé ou étant en négociations avec d'autres pays, notamment 400 millions de doses pour l'Union européenne. La course aux vaccins nécessite de lancer la production en parallèle des essais cliniques et potentiellement à perte, avant même de savoir si le vaccin est efficace. Le projet le plus avancé aux Etats-Unis est celui des Instituts nationaux de santé (NIH), associés à la biotech Moderna. La dernière phase des essais cliniques a été lancée fin juillet, un temps record "qui aurait été impensable il y a une décennie", a souligné mercredi Anthony Fauci, qui dirige l'institut des maladies infectieuses gérant l'essai, lors d'un échange organisé par Harvard. Il espère recruter 30.000 participants d'ici trois mois, dont la moitié recevront un placebo. Il faudra ensuite patienter pour voir si le groupe placebo est naturellement plus infecté par le coronavirus que le groupe vacciné. "Mon estimation, qui n'est qu'une estimation, est que vers la fin de l'année ou au début de 2021, nous saurons si nous avons un vaccin sûr et efficace", a dit le docteur Fauci. "Je suis prudemment optimiste quant à notre succès", a-t-il ajouté, en raison de la réponse immunitaire générée par le vaccin lors d'essais sur un petit nombre de volontaires depuis mars. Le gouvernement américain a aussi dépensé des milliards pour la construction de sites de production, pour des sociétés fabriquant des seringues et les flacons qui seront requis pour distribuer le ou les futurs vaccins, sans compter le soutien apporté au développement de traitements. Les Etats-Unis ont ainsi acheté la quasi-totalité de la production du médicament antiviral remdesivir jusqu'en septembre, le premier à avoir démontré un relatif bénéfice pour les malades du Covid-19.

Un jeune couple s'embrasse après avoir célébré son mariage à Melbourne William WEST AFP

Nouveaux bilans, nouvelles mesures, faits marquants : un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde. - Plus de 700.000 morts - La pandémie a fait au moins 701.112 morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP mercredi à 11H00 GMT. Plus de 18,5 millions de cas ont été officiellement comptabilisés, dont au moins 10,9 millions se sont soldés par une guérison. Les Etats-Unis restent le pays le plus endeuillé avec plus de 156.830 morts. Viennent ensuite le Brésil (95.819 morts), le Mexique (48.869), le Royaume-Uni (46.299) et l'Inde (39.795). - Pérou : plus de 20.000 morts - Le Pérou, le troisième pays d'Amérique latine le plus touché derrière le Brésil et le Mexique, a enregistré plus de 20.000 morts dues au coronavirus. Ce chiffre fait l'objet de polémiques dans ce pays andin de 33 millions d'habitants, la presse locale estimant qu'il serait plus proche des 50.000 si les cas suspects y étaient inclus. - 24.000 soignants contaminés en Afrique du Sud - Quelque 24.000 membres du personnel de santé en Afrique du Sud ont été contaminés par le nouveau coronavirus depuis le début de la pandémie en mars et 181 en sont morts. Ce chiffre représente environ 5% du nombre total des cas de Covid-19 dans ce pays. - Virgin Australia ferme une filiale - Dernière en date des compagnies aériennes ébranlées par la crise sanitaire, Virgin Australia, créée par le Britannique Richard Branson, va fermer sa filiale à bas prix Tigerair Australia et réduire d'un tiers ses effectifs, autrement dit supprimer 3.000 postes. - L'aéroport de Copenhague taille dans ses effectifs - A l'aéroport de Copenhague, ce sont 650 emplois qui vont disparaître, soit le quart du personnel du plus grand aéroport de Scandinavie, affecté par la baisse historique du trafic aérien. - Nadal dit non à l'US Open - L'US Open (31 août-13 septembre) devra se passer de son champion en titre : le numéro deux mondial Rafael Nadal a annoncé mardi soir qu'il ne participerait pas cette année au Grand Chelem américain en raison des conditions sanitaires incertaines. L'Espagnol ne sera pas le seul absent de marque à Flushing Meadows. La joueuse numéro un mondial australienne Ashleigh Barty avait déjà annoncé qu'elle renonçait à faire le voyage à New York, tout comme son compatriote Nick Kyrgios (40e mondial). Autre coup dur pour le circuit, l'annulation officielle du tournoi de Madrid, l'un des événements majeurs de la saison tennistique sur terre battue prévu pour septembre après avoir été reporté en mai.


C’est officiel! Williamson Syntil, fils d’Haïti, fait partie des trois lauréats du grand concours planétaireorganisé par l’acteur américainKevin Hart, avec le support financier des Émirats Arabes Unis. La nouvelle est tombée!Le jeune rêveur haïtien qui souhaite implanter le premier «Mentoring Center» en Haiti, le tout premier dans toute la région caribéenne,va pouvoir réaliser son projet grâce à son son charisme, sa motivationet surtout grâce au concours Mars Shot promu par l'acteur américain Kevin Hart. La cérémonie pour annoncer les trois gagnants s'esttenue en direct sur Facebook ce mercredi. Enthousiaste, le champion a tenu à remercier ses supporters haïtiens via une vidéo transmise à notre rédaction. "Je veux remercier chaque Haïtien [pour leurs votes]", a prononcé le jeune homme. "Kevin Hart et Mars Shot [...] vont m'aider à construire le premier mentoring center en Haïti". Ce projet consistera en "un centre, un espace oùles jeunes pourrontapprendre des principes leur permettant de croire en eux-mêmes, découvrir leurs potentialités et leur pouvoir et revenir dans leur communauté pour produire de l'impact", a-t-il poursuivi. Ci-dessous la vidéo de présentation des gagnants Plusieurs centaines de personnes à travers le monde avaient pris part au concours visantà soutenir des jeunes dans la réalisation de leurs rêves. Après les premières analyses, 15 avaient été retenus, puis soumis au vote du public. Mackenson Saintyl, 27 ans, après avoirrecueilli plus de 2 millions de votes des internautes séduits par son projet, s’étaithissé dans le top 5 des finalistes avant d'être couronné parmi aux côtés desdeux autres lauréats Reina Ozbay et Dolly Aswani.

Isaias se dirige actuellement sur les cotes de la Floride (Etats-Unis). L’ouragan Isaias de catégorie 1 ne représente plus «aucun danger pour Haiti», a fait savoir l’Unité hydrométéorologique d’Haïti (UHM) dans son dernier bulletin concernant l’évolution de l’ouragan. Par conséquent, de concert avec la Direction générale de la la Protection civile (DPC), l’UHM annonce la levée del’alerte jaune sur Haïti. Toutefois, l'UHM prévoit des activités pluvieuses et orageuses isolées sur plusieurs départements du pays, en raison des résidus d’humidité délaissés par le passage d'Isaias.Les averses sont prévues en fin d’après-midi et en soirée. «Les effets locaux et diurnes restent favorables pour faciliter quelques activités pluvieuses et orageuses isolées sur le pays en particulier sur les départements du Nord-ouest, du Nord, de l’Ouest, du Sud, des Nippes, du Sud-est et de la Grand-Anse»,indiquent les autorités. Isaias a causé très peu de dégâts sur le territoire haïtien, relativement épargné par l’ouragan quia quand mêmetouché l’agriculture du pays. «Les impacts se font sentir notamment sur l’agriculture. Des champs, notamment des bananeraies, ont été emportés par les eaux. Des toitures ont été emportées par les vents», a révélé le coordonnateur de (DPC) Jerry Chandler au quotidien Le nouvelliste.


Image diffusée par la Nasa des astronautes américains Doug Hurley et Robert Behnken à bord de la capsule Crew Dragon de SpaceX après leur désarrimage de l'ISS, le 1er août 2020

Les premiers astronautes à avoir atteint la Station spatiale internationale (ISS) à bord d'un appareil américain en presque 10 ans en sont repartis samedi, dans la capsule SpaceX, pour retourner sur Terre, malgré des risques d'ouragan en Floride. "Et les voilà partis!", a tweeté la Nasa en annonçant que Bob Behnken et Doug Hurley avaient quitté l'ISS, après avoir diffusé des images montrant la capsule se détacher doucement et sans accroc de l'engin dans l'obscurité de l'espace. Le désamarrage s'est fait dans les temps, autour de 23H34 GMT, deux mois après l'arrivée des deux hommes à bord de la capsule créée par la société de l'excentrique entrepreneur Elon Musk, a précisé l'agence spatiale américaine, ajoutant que celle-ci prenait "une trajectoire sûre". L'amerrissage est prévu dimanche à 14H41 (18H41 GMT) dans le Golfe du Mexique. Il a été maintenu à l'ouest de la Floride, alors que la tempête tropicale Isaias, qui pourrait redevenir un ouragan, menace les côtes orientales de la péninsule du sud-est des Etats-Unis. Un site au large de la ville de Pensacola (dans le nord de la Floride) a été retenu comme "prioritaire" pour l'amerrissage, avec une alternative en face de Panama City, si la mer était trop agitée ou les vents trop violents. Quelques heures plus tôt, les deux astronautes avaient fait leurs adieux aux trois collègues qu'ils laissent derrière eux. "Le plus difficile fut de nous mettre en orbite, mais le plus important est de nous ramener à la maison", a souligné Bob Behnken à quelques heures de l'échéance. L'opération est en effet délicate, même si l'an dernier, la capsule Dragon a accompli cette mission à vide et sans incident. La rentrée atmosphérique testera la résistance du bouclier thermique. Ensuite, il faudra compter sur de grands parachutes pour ralentir la descente jusqu'à l'océan. - Dinosaure en apesanteur - S'adressant à son fils et à celui de son collègue, Bob Behnken a brandi un petit dinosaure coloré, choisi par les enfants pour les accompagner dans "cette mission historique" et qu'il a laissé voler en apesanteur pendant quelques instants. "Tremor l'apatosaure rentre à la maison avec vos papas!", leur a-t-il lancé, entouré de ses deux collègues russes, Anatoly Ivanishin et Ivan Vagner, et du chef de la mission, le capitaine Chris Cassidy. "Nous disons au revoir à nos deux amis et collègues", a déclaré ce dernier, en se disant à la fois "triste" de les voir partir et "enchanté" que l'ISS ait de nouveaux moyens "d'amener et de faire repartir" des astronautes. Bob Behnken et Doug Hurley sont devenus les premiers astronautes à être acheminés vers la Station spatiale internationale, à 400 km de la Terre, par une société privée, sous contrat avec la Nasa. Le vol, dont le départ avait déjà été reporté à cause d'une météo changeante, a aussi marqué le premier vol habité lancé depuis les Etats-Unis depuis 2011, quand les navettes spatiales ont été arrêtées. Les Américains voyageaient depuis à bord de fusées russes. La Nasa a chargé SpaceX, qui acheminait depuis 2012 des cargaisons vers l'ISS, de développer un nouveau taxi spatial, et si la mission actuelle est certifiée sûre, les Américains ne dépendront plus des Russes pour accéder à l'espace. Pour trois milliards de dollars, accordés depuis 2011 dans le cadre d'un contrat à prix fixe, SpaceX a promis à la Nasa six allers-retours vers l'ISS, avec quatre astronautes à bord. L'astronaute français Thomas Pesquet a fait savoir cette semaine qu'il voyagerait à son tour à bord du Crew Dragon de Space X pour sa seconde mission sur l'ISS au printemps 2021.

Photo: AFP

Huawei est désormais numéro1mondial, en dépit des sanctions pesant sur ses épaules. Le groupe chinois a réalisé cette performance malgré les sanctions américaines dont il fait l'objet. "C'est un résultat remarquable que peu de gens auraient prédit il y a un an", souligne Ben Stanton, analyste de Canalys, le bureau d'études à l'origine des données qui ont permis d'établir ce classement. Le chinois Huawei est devenu au deuxième trimestre le premier vendeur mondial de smartphones, détrônant le sud-coréen Samsung, selon les données compilées par le bureau d'études Canalys. En dépit des sanctions américaines visant le groupe chinois, Huawei a vendu 55,8 millions de téléphones au second trimestre (-5% sur un an) contre 53,7 millions pour Samsung (-30% sur un an). Huawei, par ailleurs leader mondial affiché des équipements pour la technologie 5G, a été placé l'an dernier sur liste noire par Washington qui soupçonne le groupe d'espionnage potentiel au profit de Pékin. Les entreprises américaines ne peuvent en théorie plus vendre d'équipements à Huawei - mais des dérogations ont toutefois été accordées pour limiter les conséquences sur les entreprises aux États-Unis. "Résultat remarquable" "C'est un résultat remarquable que peu de gens auraient prédit il y a un an", souligne Ben Stanton, analyste de Canalys. "Huawei a pleinement profité de la reprise économique en Chine pour relancer son activité dans le domaine des smartphones", estime-t-il. Samsung est très peu présent en Chine, avec moins de 1% de part de marché. Et ses principaux marchés tels que le Brésil, l'Inde, les États-Unis et l'Europe, ont été fortement affectés par la pandémie, souligne Canalys. "Huawei a fait preuve d'une résilience exceptionnelle en ces temps difficiles", s'est félicité dans un communiqué la firme de Shenzhen (sud de la Chine).