Neil 'Iwer' George (left), College Boy Jesse and a member of the ISM team (right) collect their prize cheques from ISM 2020 host, Sunny Blingg (centre)

After years of waiting, Iwer George has been dubbed the Power Soca Monarch for 2020. He won with this year's smash hit, 'Stage Gone Bad'. Taking second was Lyrikal with a theatrical performance of 'Rukshun'. Olatunji rounded off the top three with 'Thankful'. In his first year entering the competition, College Boy Jesse has been crowned 2020's Groovy Soca Monarch. Jesse led the way with a stunning performance of his 'Happy Song'. It's a song he says holds a special place in his heart. Second place went to last year's Monarch, Swappi, who gave a rousing rendition of 'Jumbie Head'. Viking Ding Dong took third with 'Outside'. George says he's happy with the results and is looking forward to celebrating his win after the Carnival season is over. He warned fans to look out because he intends to make personal history by winning this year's Road March title as well. He also thanked his partner on the song, Kees Dieffenthaller, who surprised the audience by performing with him. George had previously won the crown three times, but has been known as 'the man with the most seconds'. He says he'll definitely be defending his title in 2021, College Boy Jesse beamed with pride as he dedicated the win to his fans and family; particularly his parents and wife. He says the song reminds him of a lesson on positivity that his father always told him as a child.

This Oct. 22, 2013, file photo shows Serena Williams of the US keeping her eyes the ball. Williams has been voted the AP Female Athlete of the Decade for 2010 to 2019. Williams won 12 of her professional-era record 23 Grand Slam singles titles over the past 10 years. No other woman won more than three in that span. (AP Photo/File)

Serena Williams dominated the decade, on the court and in conversation. There were, to begin with, the dozen Grand Slam single titles — no other woman had more than three over the past 10 seasons — and the 3 1/2 years in a row at No. 1 in the WTA rankings. And then there was the celebrity status that transcended tennis, making everything she did and said newsworthy, whether it was the triumphs and trophies and fashion statements or the disputes with tournament officials, the magazine covers or the Super Bowl ad with a message about women's power, the birth of her daughter or the health scare that followed. Still winning matches and reaching Grand Slam finals into her late 30s, still mattering as much as ever, Williams was selected by The Associated Press as the Female Athlete of the Decade on Saturday after a vote by AP member sports editors and AP beat writers. The AP Male Athlete of the Decade will be announced Sunday. "When the history books are written, it could be that the great Serena Williams is the greatest athlete of all time. ... I like to call it the 'Serena Superpowers' — that champion's mindset. Irrespective of the adversity and the odds that are facing her, she always believes in herself," said StaceyAllaster, CEO of the WTA from 2009-15 and now chief executive for professional tennis at the U.S. Tennis Association, which runs the U.S. Open. "Whether it was health issues; coming back; having a child; almost dying from that — she has endured it all and she is still in championship form,"Allastersaid. "Her records speak for themselves." Gymnast Simone Biles, the 2019 AP Female Athlete of the Year, finished second to Williams in voting for the decade honor, followed by swimmer Katie Ledecky. Two ski racers were next, with Lindsey Vonn finishing fourth and Mikaela Shiffrin fifth. Three of Williams' five AP Female Athlete of the Year awards came during the last decade, in 2013, 2015 and 2018. She also won in 2002 and 2009. "She's been my idol growing up," Biles said. "She's remained humble. She's stayed true to herself and her character and I think that's really neat about an athlete," Biles said. "Once you start winning, some get cocky, but she's stayed true to herself, win or lose." It's the defeats that seem to drive Williams, helping propel her to heights rarely reached by any athlete in any sport. "Whenever I lose, I get more determined, and it gives me something more to work toward," Williams said in a 2013 interview with the AP. "I don't get complacent, and I realize I need to work harder and I need to do better and I want to do better — or I wouldn't be playing the game." With a best-in-the-game serve, powerful groundstrokes and relentless court coverage, she has won 23 Grand Slam singles titles, more than anyone else in her sport's professional era, which began in 1968. More than half came from 2010-19: four at Wimbledon, three apiece at the U.S. Open and Australian Open, two at the French Open. That includes a run of four in a row from the U.S. Open in 2014 through Wimbledon in 2015, her second self-styled "Serena Slam." Williams also was the runner-up another seven times at major tournaments over the past decade, including four of the seven she's entered since returning to the tour after having a baby in 2017. In all, she made the final at 19 of the 33 majors she entered during the decade, a nearly 58% rate. The decade began inauspiciously in 2010, when Williams cut her feet on broken glass at a restaurant and was hospitalized with blood clots in her lungs. Among her many accomplishments, though: — reaching at least one Slam final every year, a streak that dates to 2007; — winning gold medals in singles and doubles (with her sister, Venus) at the 2012 Olympics; — becoming the oldest woman to win a Grand Slam singles trophy in the professional era; — becoming the oldest No. 1 in WTA history and equaling Steffi Graf's record for most consecutive weeks atop the rankings; — leading the tour with 37 singles titles, 11 more than anyone else in the decade. The day she won Wimbledon in 2016, Williams discussed the way she constantly measures herself. "I definitely feel like when I lose, I don't feel as good about myself," she said. "But then I have to, like, remind myself that: 'You are Serena Williams!' You know? Like, 'Are you kidding me?'" Williams continued with a laugh. "And it's those moments that I have to just, like, come off and be like, 'Serena, do you know what you've done? Who you are? What you continue to do, not only in tennis (but also) off the court? Like, you're awesome.'"

Accident de Kobe Bryant: sa veuve poursuit en justice la société d'hélicoptères

La veuve de Kobe Bryant a entamé lundi des poursuites judiciaires contre la société ayant affrété l'hélicoptère qui s'est écrasé près de Los Angeles le 26 janvier, tuant la légende du basket, sa fille de treize ans et sept autres personnes. La plainte a été déposée par Vanessa Bryant auprès d'un tribunal de Los Angeles le jour même où la ville rendait un dernier hommage public à Kobe et Gianna Bryant, en présence d'un parterre de stars réunies au Staples Center. Cette plainte vise les sociétés Island Express Helicopters et Island Express Holding Corp. ainsi que les ayants droit du pilote de l'hélicoptère, Ara Zobayan, lui aussi mort dans l'accident dont les causes, indéterminées, font l'objet d'une enquête. Les autres victimes sont un entraîneur de base-ball, John Altobelli, sa femme Keri et leur fille Alyssa qui jouait au basket dans le même club que Gianna, Christina Mauser, entraîneure adjointe de l'équipe de basket des deux adolescentes, et Sarah et Payton Chester, une mère et sa fille. Les enquêteurs de l'agence américaine chargée de la sécurité dans les transports (NTSB) ont déjà établi que le moteur de l'hélicoptère, dont les débris étaient éparpillés sur près de 200 mètres à flanc de colline, n'avait pas connu de défaillance. Ils continuent à analyser les éléments récoltés sur place et les données du vol pour tenter de déterminer les circonstances du drame, survenu alors qu'un épais brouillard recouvrait la zone. Ces investigations vont durer des semaines, sinon des mois, et le rapport final n'est pas attendu avant au moins un an. La plainte de Vanessa Bryant reproche notamment à la société exploitant l'hélicoptère d'avoir autorisé l'appareil à voler dans "un épais brouillard et des nuages bas" en ce dimanche matin, des conditions météo qui avaient incité les forces de l'ordre et autres opérateurs touristiques à maintenir de leur côté leurs hélicoptères au sol. Les avocats de la veuve estiment que la société Island Express Helicopters n'avait pas les autorisations nécessaires pour permettre à ses appareils de voler sans visibilité, à l'aide des seuls instruments de navigation. Le pilote "Ara George Zobayan a tenté de manoeuvrer l'hélicoptère vers l'avant et le haut pour sortir des nuages, puis a entamé un virage qui a précipité l'hélicoptère contre un terrain pentu à une vitesse d'environ 290 km/h", accuse la plainte. Le document affirme en outre que M. Zobayan avait été épinglé par l'aviation civile américaine en 2015 pour avoir volé sans respecter les règles de navigation à vue.

Photo d'archives de la mathématicienne Katherine Johnson à son poste de travail au début des années 1960 / NASA/AFP

Katherine Johnson, une mathématicienne dont les calculs ont permis aux Etats-Unis de conquérir la Lune, s'est éteinte à l'âge de 101 ans, a annoncé lundi la NASA. Grande figure chez les Noirs américains, sa carrière a inspiré le film «Les figures de l'ombre», sorti en 2016, adapté du livre de Margot Lee Shetterly, qui racontait l'apport trop souvent ignoré des femmes noires dans la conquête américaine de l'espace. La scientifique était d'ailleurs restée relativement inconnue jusqu'à ce que le président Barack Obama lui décerne en 2015 la médaille présidentielle de la Liberté, l'une des plus hautes distinctions civiles des États-Unis. Titulaire d'une licence de mathématiques, Mme Johnson avait rejoint le programme spatial américain --la future Nasa-- en 1953, et avait pour tâche principale de contrôler le travail de ses supérieurs à l'aide de calculs. À cette époque, la ségrégation raciale était encore en vigueur aux États-Unis, et Mme Johnson oeuvrait à un poste de «Colored computer» («ordinateur de couleur») avec des douzaines d'autres mathématiciens noirs, à l'écart de leurs collègues blancs. C'est seulement en 1958 que son équipe a été intégrée à d'autres divisions de la Nasa, pour faire partie du premier programme de vol spatial habité des États-Unis. Katherine Johnson a alors participé aux calculs du vol d'Alan Shepard, le premier Américain à se rendre dans l'espace. - «Éliminer les barrières raciales» - Pendant sa carrière de trois décennies pour l'agence spatiale, Mme Johnson a développé des équations cruciales ayant permis aux États-Unis d'envoyer des astronautes en orbite et sur la Lune, des formules toujours utilisées dans la science aérospatiale contemporaine. Photo d'archives de la mathématicienne Katherine Johnson à son poste de travail au début des années 1960 / NASA/AFP Elle a notamment calculé les trajectoires d'Apollo 11, la mission historique qui a fait de Neil Armstrong le premier homme à marcher sur la Lune en 1969. La Nasa a rendu hommage lundi à la scientifique. «C'était une héroïne de l'Amérique, une pionnière dont l'héritage ne sera jamais oublié», a écrit James Bridenstine, le patron de l'agence spatiale américaine. Katherine Johnson a permis «d'éliminer les barrières raciales et liées au sexe», a de son côté salué la NAACP, la plus grande organisation de défense des Noirs aux Etats-Unis.


Joan Rodriguez enseigne des cours d'anglais à ses élèves de 6e année à l'école primaire Sotero Figueroa de San Juan (AFP Photo / Ricardo ARDUENGO)

L’ambassade des Etats-Unis Haïti, en collaboration avec l’Université Laferrièredu Cap-Haïtien,a lancé ce jeudi 20 février, le programme de bourses pour l’apprentissage de l’anglais. Ce programme intitulé «English Microscholarship Access Program - (Access)», devraitpermettre à 20 jeunes Capois, de suivre des cours intensifs d’anglais et d’informatique pendantde deuxans. Les intéressés ont jusqu’au 12 mars pour postuler. Les bénéficiaires doivent être jeunes - âgés de 17 à21 ans- et "économiquement désavantagés", selon l'annoncede l'ambassade. Dans le cadre de ce programme, financé par le département d’Etat américain, les bénéficiaires auront à suivre des cours intensifs d’anglais et d’informatique pendant deux années. «Les cours qui se tiendront les mardis et jeudis de 4:00 à 6:30 du soir, seront dispensés au local de l’Université Laferrière, sis au No. 18, de la Rue 15-Q au Cap-Haitien», a précisé l’ambassade des Etats-Unis. Dans son communiqué de presse rendu publique jeudi, l'institution diplomatiqueinforme que ce programme aura pour mission de «renforcer la capacité de ces jeunes à maîtriser la langue anglaise et de s’initier à la pratique de l’informatique tout en approfondissant leur connaissance de la culture américaine».«English Microscholarship Access Program - (Access)leur permettra également d’être plus compétitifs sur le marché du travail et d’être mieux préparés pour concourir pour les différents programmes d’échanges et de bourses d’études offerts par l’ambassade américaine aux étudiants haïtiens», lit-t-on dans ce communiqué. «Les jeunes bénéficieront également des frais de transport, et recevront des manuels d’apprentissage de l’anglais et de l’informatique», informe le gouvernement américain. Les postulants intéressés sont invités à remplir le formulaire disponible sur le site internet de l’ambassade: http://haiti.usembassy.gov.Ils peuvent également retirer leur formulaire au local de l’Université Laferrière. Les conditions de participationsont les suivantes : 1- Être âgé entre 17 et 21 ans 2- Soumettre votre bulletin/relevé de notes 3- Pouvoir se conformer à l’horaire des cours mentionnés. 4- Avoir une faible connaissance de l'anglais. Les candidats doivent déposer les documents requis ci-dessous, à l’Université Laferrière avant la date limite ou les envoyer par courriel à papacademicprograms@state.gov La préférence sera accordée aux défavorisés. 1. Le formulaire d’application; 2. Une (1) copie d’une pièce d’identification; 3. Une (1) copie du dernier carnet scolaire; 4. Deux (2) photos passeport; 5. Deux (2) lettres de recommandation (l’une du directeur de la dernière institution scolaire et l’autre d’un notable de la zone de résidence).

Centre ville de Miami, en Floride, aux Etats-Unis. Photo: Luckson SAINT-VIL

Des milliers voiredes millions de gensvoyagentquotidiennement dansle monde. Que ce soit dans les aéroports, restaurants, magasins de vêtements, supermarchés,certaines phrasessont indispensables à la communication des voyageurs avec leurs interlocuteursdes pays qu'ils visitent ou dans lesquels ils sont en transit. Dans cet article, Loop Haïti vous présente les vingtphrases les plus utilisées lors des voyages dans les pays anglophones. 1. Do you have any recommendations (please)? En français, "Voudriez-vous bien me faire quelques recommandations?". Cettequestion est souvent utilisée parunnouvel arrivant qui,étant dans un pays anglophone,veut avoir des recommandations sur des lieux comme un restaurantou un hôtel. Un voyageur peut l’utiliser pour avoir les meilleursprix, mais aussi, identifier deslieux où il peut trouver de meilleursservices. 2.How much it is? Il est important pour une personne arrivée en terreétrangère d'avoir les informations relatives aux prix des services indispensables à son fonctionnement. Dresserune liste de besoins est une chose, arriverdans un supermarchéen est une autre.A la fin, si on est dans un payscomme les Etats-Unis, il faudra aussi connaître les prix des articles qu'on veut se procurer.«How much it is? » ou "Quel est son prix?" en français, est doncune question importante pour tout voyageur. 3.I’d like this Il s'agit ici de choisir parmi les objets et articlesdisponibles. "I'd like this" est pour dire aux vendeurs que vous aimeriez prendre cette paire de chaussure ou encore cette chemise. 4.Can I try this one? Dans les maisons de vêtements, vous aurez decette question pour demander l'autorisationd'essayer un article (un maillot, une paire de chaussures etc). N'hésitez pas à utiliser «Can I try this one? » (Puis-je essayer ceci?) en cas de besoin. 5.Do you speak English ? «Do you speak English? » est l’une des questions les plus courantes quand vous fréquentez un pays anglophone. Tout voyageur doit ainsi s’attendre à cette interrogation et se préparer à y répondre. Lecas échéant, il faut avoir desnotions de base dansla langue anglaise, ce qui peut vous aiderà communiquer. 6.I have a reservation Quand vouseffectuez un séjour dans un pays étranger, la réservation d’hôtel est un élément incontournable au cas si vousn’avezpas d'autreslieux d’hébergement. "I have a reservation" vous sera particulièrement utile au niveau de la réception des hôtels. Bien entendu, comme vous l'aurez compris, il ne suffit pas de pouvoir répondre, il faut aussi se préparer à comprendre les questions nécessitant les réponses que vous voudrez proposer. 7.Water, please ! L'eau est l'une des premières choses dont vous aurez besoin dans le cadre de votre voyage. Si votre gourde est à sec et quevous avez soif, vous pouvez juste dire«Water, please! ». Ça peut vous sauvez la vie. 8. Do you take credit cards (please)? Quand vous arrivez à un hôtel, un restaurant, un magasin, vous aurez à payer soit en cash, soit aveccarte de débit ou une carte de crédit. Si vous n'avez pas de cash, «Do you take credit cards ? » est une bonne manière de vous assurer de pouvoir payer avec votre carteavant de commencer à consommer. Si vous avez cash et carte de crédit, vous voudrez peut-être poser la question quand même pour avoir le choix quant à la manière de payer. 9.This isn’t what I ordered ou encoreThis is not what I ordered. Dans un restaurant, il peut arriver que la commande placée ne soit pas celle qui est servie. Face à une situation pareille, vous direz au serveur ou à la serveuse que ce n'est pas ce que vous aviez commandé afin qu'il ou elle puisse effectuer le changement. Mais là encore, vous devrez pouvoir passer la commande ou faire un rappel.Préparez-vous donc en conséquence. 10.Could we have the menu (please)? Ou encore Could I have the menu (please)? Une fois arrivé au restaurant, pour mieux pouvoir vous orienter, vous voudrez bienvoir le menu, à moins que vous ayez déjà fait votre choix avant même d'entrer. Sinon, vous pouvez utiliser "Could we have the menu?", si vous êtes accompagné, ou "CouldI have the menu?" si vous êtes seul, pour vous adresser au serveur en cette circonstance. 11.Could you give me a discount (please)? Pour demander un rabais dans un magasin, les gens utilisent plusieurs formulent. «Could you give me a discount please? » est la plus courante. 12. Do you have any vegetarian dishes (please)? Ceci est pour les végétariens. Pour éviter des problèmes pouvant nuire votre santé, vous pouvez demander aux responsables: «Do you have any vegeterian dishes please?» 13. Could you take a picture of me (please)? Lors d'un premier voyage dans un paysétranger, on aparfois envie d'immortaliser certains moments. Dans ce cas, vous pourrez toujoursdemander à quelqu’un de te prendre en photo afin d’en assurer la qualitéet faire ressortir l’angle souhaité. «Could you take a picture of me, please? » est souventutilisée en cette circonstance. 14- I’m allergic to… ou encore I am allergicto... Certainespersonnes développent desallergiesaveccertains produits ou aliments. Si vous faites partie de cette catégorie, cette phrases vous sera utile. Par ailleurs, "I am allergic to..." n'est pas une phrase complète, il faudra donc savoir le nom de tout ce avec lequel vous êtes allergique. Exemple : I am allergic to cats = Je suis allergique aux chats. 15.Is the Wi-Fi free? Il est fort probable que vous ayez besoin de connexion Internet, lors de vosvoyages. Pour savoir si la connexion Wi-Fi est gratuite, la question est simple : «Is the Wi-Fi free? ». 16.I’d like to have a non-smoking seat (please). Dans certains restaurants, hôtels ou autres,il y a des espaces réserves aux fumeurs. Si vous êtes dans un pays anglophone, et que vous n’êtes pas fumeurs, n’hésitez pas à réclamer unlieu non-fumeur. La phrase est la suivante :«I’d like to have a non-smoking seat, please». Unresponsable devraitvous diriger vers l’endroit approprié. 17. Could I get a map (please)? Si vous circulez dans un pays que vous ne connaissez pas très bien, il vous seraindispensable d’avoir un guide. Il y a de nos jours sur les téléphones, des applications comme Google map quiaide les conducteurs à mieux s'orienter. Mais certains préfèrent la bonne vielle manière: la carte.Si vous voulez faire usage de cet outil, vous devez en faire la demande en utilisant la question:«Could I get a map, please?» 18.Could I have the check(please)? A la fin d'un repas au restaurant, vous demanderezl’addition. Pour ce faire, deux formules s’imposent. «Could I have the check?» ou «Could I have the bill? ». Dans un pays anglophone, les deux se valent. 19.Where is the bathroom (please)? Si vous voulez vous rendre à la toilette, demandez :«Where is the bathroom please ?» 20. Is this the train for… ? Si vous êtes dans un pays où le train est utilisé comme l’un des moyens de transport, cette phrase vous sera utile. «Is this the train for…», vous permet de demander à votre interlocuteur s'en va versx ou y direction. La plupart des gens, même s'ils peuventlire les instructions sur les cartes ou les tableaux, s'adresseront quand même à quelqu'un pour ne pas se perdre. Ce texte esttient sa source de la rubrique Top Wordsd'un courconçupar English Class 101.


Vol «historique» de l'«homme avion» dans le ciel de Dubaï. Photo: AFP

L'«homme avion» français Vince Reffet a réalisé à Dubaï un décollage du sol avant de voler à 1800 mètres d'altitude, une première mondiale, ont annoncé les organisateurs de l'Exposition universelle 2020 qui ont parrainé l'évènement qualifié d'«historique». La performance a été réalisée vendredi par le sportif de 34 ans, rompu aux défis extrêmes et qui, avec ses acolytes des «Jetmen», se lançaient jusqu'ici dans les airs en sautant vers le bas à partir de plateformes élevées. Dans un communiqué, Expo 2020 Dubaï a indiqué avoir réalisé avec «Jetman Dubaï (...) une autre première mondiale dans leur quête d'un vol humain 100% autonome : un décollage du sol, se transformant en un vol à haute altitude». Selon Expo 2020, Vince Reffet a volé à quelques mètres au-dessus des eaux du Golfe avant de s'élever jusqu'à 1800 mètres d'altitude. Il a ensuite ouvert son parachute à 1500 mètres d'altitude. «C'est le résultat d'un travail d'équipe extrêmement minutieux, où chaque petit pas a généré d'énormes résultats. Tout a été planifié à la seconde près, et j'ai été ravi des progrès réalisés», s'est réjoui Vince Reffet, cité dans le communiqué. «C'est une nouvelle étape dans un projet à long terme. L'un des prochains objectifs est de se poser à nouveau au sol après un vol en altitude, sans avoir besoin d'ouvrir un parachute», a-t-il ajouté. Pour réaliser son dernier exploit, Vince Reffet a été équipé d'une aile en fibre de carbone propulsée par quatre mini moteurs à réaction. Contrôlé par le corps humain, l'équipement permet au Jetman d'atteindre des vitesses de 400 km/h, de planer, de changer de direction et d'effectuer des loopings. Le «Jetman» français est un habitué des records extrêmes. Avec son acolyte Fred Fugen, il a traversé fin 2019 la célèbre Porte du Ciel - une ouverture de 130 m de haut pour 30 m de large, dans le parc montagneux du Mont Tianmen, situé dans la province de Hunan, dans le sud de la Chine.

Digicel : MonCash rehausse le service de paiement /

COMMUNIQUÉ | MonCash vient de rehausser le service de paiement, la façon d’envoyer et recevoir de l'argent via votre téléphone mobile. MonCash, le service financier mobile qui permet aux clients d’effectuer des transactions quotidiennes fiables, sûres et pratiques tout en les rapprochant. Les gens à distance, en améliorant la façon dont ils paient, envoient et reçoivent de l'argent. MonCash est désormais disponible sous forme d'application pour téléphone portable, ce qui permet aux utilisateurs de profiter de l'excellent service du produit tout en découvrant de nouvelles fonctionnalités qui amélioreront leur expérience. La nouvelle application MonCash offre un code QR personnalisé qui intègre le numéro de téléphone de l'utilisateur, permettant ainsi des transactions plus rapides. Les utilisateurs pourront faire des paiements en scannant le QR des autres utilisateurs ou recevoir des paiements en offrant leur code QR. La nouvelle fonctionnalité du code QR se trouve sous « Mon code QR » dans l'application MonCash. "Le lancement de l'application MonCash est en ligne avec nos objectifs de devenir une expérience numérique époustouflante pour nos utilisateurs. Peu importe où ils se trouvent, MonCash continuera de combler l'écart entre leur famille ou leurs amis. MonCash a commencé comme un service de USSD, mais les temps ont changé et nous sommes heureux de vous présenter la nouvelle application MonCash qui offrira l'expérience que nos consommateurs attendent », a déclaré Nathaelle Chavenet, directrice de MonCash. Même si MonCash est disponible en tant qu'application, mais cela ne veut pas dire que le code USSD est obsolète; MonCash continuera d'être disponible pour les téléphones simples. “Nous avons amélioré nos capacités et les possibilités d'utilisation du service afin de pouvoir satisfaire toutes les attentes de notre clientèle. Nous sommes également en train de lancer une promotion P2P gratuite pour tous nos clients pour un temps limité pour célébrer cet événement.", a souligné Chavenet. L'application est disponible gratuitement sur Google Play pour les utilisateurs Android et sur l'App Store pour les utilisateurs iOS. MonCash, connu sous le nom TchoTcho, contribue à l'écosystème financier d'Haïti depuis 2015 et actuellement c'est la meilleure solution et la plus facile pour les Haïtiens pour régler un bon nombre de leurs transactions quotidiennes. Le service d'argent mobile possède environ 1,5 million de clients avec plus de 3,500 agents autorisés à travers le pays. MonCash facilite les transactions représentant 11% du PIB du pays et détient une moyenne mensuelle de 72 millions USD de valeur transactionnelle. De plus, MonCash fait partie de l'Alliance haïtienne pour l'inclusion financière.