Dimanche 20 May, 2018

Yve-Car Momperousse, celle qui promeut l'essence des femmes noires

Yve-Car Momperousse, fondatrice et CEO de l'entreprise Kreyòl Essence, basée à Fontamara dont ses produits sont relayés, depuis décembre 2016, par Whole Foods. / Estailove St-Val/LoopHaïti

Yve-Car Momperousse, fondatrice et CEO de l'entreprise Kreyòl Essence, basée à Fontamara dont ses produits sont relayés, depuis décembre 2016, par Whole Foods. / Estailove St-Val/LoopHaïti

Décembre 2016, l’entreprise Kreyòl Essence, fruit d’une jeune entrepreneure haitienne, fait son entrée triomphale dans la plus grande chaîne de distribution aux Etats-Unis, Whole Foods Market. C’est ce qu’on appelle, métaphoriquement, être reçue en audience chez le roi de la distribution dans le monde nord-américain.

 

Kreyòl Essence est portée par une jeune femme noire originaire d’Haïti. « Le monde entier est au courant que nous avons des produits de grande importance chez nous », dit-elle, tout sourire lors d’une visite à Loop Haïti, début janvier dernier.

Accompagnée de son époux Stephane Jean Baptiste, autre cheville ouvrière du projet et celui qui met toujours le petit doigt sur son accélérateur, elle nous a apporté un spécimen à base de palma-christi (maskriti, en créole) pour chatouiller nos sens et provoquer de la bonne humeur dans une salle de rédaction en demi-teinte, ce lundi-là.  

Toute cette aventure est le fruit d’un échec, du moins d’une mésaventure. L’important avec Momperousse, lorsqu’elle vit une déconfiture, elle a tendance à y trouver une solution collective. « En 2008, j’ai perdu tous mes cheveux à cause d’un repassage à une température trop élevée dans un studio aux États-Unis », confie-t-elle, quelque peu chagrinée de cette mauvaise expérience.

 

Une histoire vécue dans la tourmente et le balbutiement. C’est alors qu’elle s’est souvenu de son enfance quand sa mère prenait souvent l’habitude de soigner ses cheveux avec de l’huile de palma-christi. L’enfance est un territoire inoubliable, dirait un Dany Laferrière, on y revient sans s’en rendre compte pour faire le décompte d’un parcours.

Momperousse raconte également que Kreyòl Essence porte en son sein les conseils de sa mère, après le séisme meurtrier du 12 janvier 2010 qui a claqué la porte de la vie à plus de 200,000 personnes. « Quand les caméras sont parties et que les gens oublient Haïti, j'ai besoin que tu fasses quelque chose qui créera du travail et qui soit toujours là quand ils oublient », lui exhortait sa mère.

Aujourd’hui encore, le succès de la jeune entreprise Kreyòl Essence officiellement lancée en 2013 n’a pas édulcoré les effets de ce précieux conseil chez Yve-Car. « L’important c’est qu’on crée des emplois pour qu’il commence à nous voir autrement, ailleurs », tamponne l’entrepreneure, inoxydable.   

De son siège social à Fontamara aux différentes succursales, en cinq ans, l’entreprise a déjà embauché environ 70 personnes, plus de la moitié sont des femmes. « Les femmes sont des porte-étendards de valeurs positives dans le monde », confie-t-elle.

Sélectionnée parmi les 24 finalistes nationaux de l’édition 2016 du concours Digicel Entrepreneur de l’année, Yvr-Car a remporté le 2e prix de l’Exportateur de la Caraïbe 2016, donc celui de l'exportateur féminin de l'année, un prix parrainé par la RBC Royal Bank.

« Nous sommes fiers de notre produit, de la présentation de son emballage. Et d’autres Haïtiens à l’étranger s’estiment heureux de pouvoir rencontrer Kreyòl Essence sur des étagères de grandes boutiques internationales », lâche Yve-Car Momperousse, également engagée dans l'activisme pour promouvoir la culture haïtienne, la sensibilisation au sida et l'éducation financière pour les enfants, entre autres causes.

Elle est titulaire d’un baccalauréat de l'Université Rutgers et une maîtrise de l'Université Cornell. Elle a participé à l'accélérateur de l’agence des étudiants entrepreneurs eLab de Cornell.