Mardi 15 Octobre, 2019

Le passé tourmenté de Yama Laurent avant The Voice

Yama Laurent à La Voix. Photo: Showbizznet

Yama Laurent à La Voix. Photo: Showbizznet

Depuis dimanche soir, Haïti célèbre le Prix « The voice » (La voix) remporté par l’une de ses filles, Yama Laurent, au Canada devant plus de 2 millions de spectateurs. La jeune chanteuse a séduit ses coaches dès sa première prestation au concours.

Ce ne sont pas des moindres. Nous parlons ici de grosses cylindrées de la musique francophone tels que Garou et Lara qui n’ont jamais caché leurs émotions après chaque prestation de Yama Laurent.

Avant d’atteindre ce sommet de la gloire, Yama Laurent a dû être éprouvé toute sa vie. Et, c’est le quotidien La Presse qui revient sur le passé difficile cette Léoganaise qui, jusqu’en 2010, traversait régulièrement la frontière pour se rendre à l’Université à Santiago.

Le 12 janvier de cette même année, Yama Laurent sent la terre remuer sous ses pieds alors qu’elle attend le bus pour rentrer chez elle en Haïti. À mi-chemin, elle descend l’autobus pour constater les décombres qui s’empilent sur la route. Les secousses venaient de son pays, touché par un séisme ravageur dont l’épicentre même est Léogâne.

Rentrée à pied, elle retrouve sa petite sœur sans vie sous les décombres de la maison de son père, écroulée au moment du tremblement de terre. Sa grande sœur, elle, a disparu.

« Je l’ai cherchée pendant 13 jours. J’avais le pressentiment qu’elle n’était pas morte. Je cherchais, je cherchais. Chaque matin, je me levais et je cherchais. Un jour, je l’ai trouvée. Elle était déjà décomposée. Ce qui veut dire qu’elle était morte depuis le premier jour », témoigne-t-elle au journal.

Sa mère qu’elle n’a pas revue depuis 9 années débarque dans la même soirée accompagnée de son mari.  Yama ne garde pas non plus de bons souvenirs de son père avec qui elle a vécu un bon bout de temps.

« Si j’ai vécu dans la maison de mon père, je peux vivre n’importe quoi », explique-t-elle en répliquant affirmativement lorsque l’animateur lui demande si c’était l’enfer sur terre. Sa mère casse sa tirelire pour l’aider à poursuivre avec ces études de médecine, mais Yama polit en même temps son talent de chanteur.

Elle s’inscrit, en 2016, au World Championship of Performing Arts, à Los Angeles. « Elle est choisie pour représenter son pays. Elle y fait si bonne figure que le gouvernement lui accorde un visa pour le Canada, afin de participer à d’autres concours », relate l’article.

La vie n’est pas plus facile pour Yama au Canada qu’en Haïti. Elle vit seule là-bas et se débrouille dans des résidences pour personnes âgées ou pour déficients intellectuels. Elle y prend son plaisir en dépit de tout.

Lorsqu’elle a auditionné pour « La Voix », Yama n’espérait pas rencontrer Garou, son idole de toujours. « Quand ils ont annoncé les coaches de La voix, je me suis dit : “C’est impossible. Il est en France, Garou !” Je pensais qu’il était Français ! »

Elle apprécie surtout l’album « Seul » du chanteur qui a marqué son enfance. « C’est comme si chaque titre sur cet album m’était consacré. »

Yama choisit « Forever young » de Bob Dylan pour sa première prestation juste pour avoir l’approbation de Garou. « Je voulais qu’il se retourne. Qu’il m’entende ! », affirme-t-elle.

À « La Voix », Yama ne gagnera pas seulement le vote de Garou. « Elle a provoqué quelque chose de fou. Comme à chaque fois qu’elle a chanté. Dans la diffusion de l’émission, elle est passée première, mais dans les faits, elle est débarquée entre deux candidats. Disons que ça frappait ! », dit le chanteur québécois pour exprimer toutes les sensations que l’a fait ressenti la voix de la jeune chanteuse.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :