Lundi 18 Novembre, 2019

Voici les raisons de la crise actuelle, suivant le "regard" de Moïse

Le président de la république d'Haïti, Jovenel Moise. Crédit Photo: AFP

Le président de la république d'Haïti, Jovenel Moise. Crédit Photo: AFP

« Le système est corsé, il a la capacité de se régénérer. Le système a des gardiens, des héritiers et des victimes. Le peuple est la victime du système », a avancé le chef de l'Etat, comme une plainte portée contre un adversaire fictif, lors de sa conférence de ce mardi 15 octobre.

Pas de gouvernement ratifié depuis plus de six mois; pas de budget pour le pays depuis deux ans; l'insécurité bat son plein; l'inflation atteint presque les 20 % et la gourde continue sa chute; un rapport de la Cour des comptes et du contentieux administratif accuse Jovenel Moïse d'avoir été "au coeur d'un stratagème de détournement de fonds" dans le cadre de l'affaire Petrocaribe. Conséquences: le pays est paralysé depuis plus de quatre semaines; des manifestations antigouvernementales ont lieu partout pour exiger le départ du président.

Lors de la conférence de presse de ce mardi 15 octobre pour s'exprimer sur la crise, Moïse a pointé du doigt le « système » qui constitue une pierre d’achoppement au progrès du pays. D’après le premier citoyen de la nation, la crise actuelle provient d’un ensemble de décisions qu’il a prises, à savoir la révocation de certains contrats qui a attisé la colère de ces détenteurs-là. La rédaction de Loop a écouté le discours du président, puis procédé à la recension des principales raisons de la crise actuelle évoquées par le président lui-même.  

Voici les principales raisons de la crise actuelle

1 - La révocation du contrat pour l’entretien dans les centrales électriques de l’Etat qui a coûté au pays 107 millions de dollars ;

2 - La révocation du contrat signé sous le gouvernent de transition (2016-2017) pour la surveillance des frontières terrestres. Le montant s’estimait à environ 220 millions de dollars sur 10 ans, à raison de 22 millions de dollars par année ;

3 - La révocation du contrat pour la construction de l’aéroport de Port-au-Prince. L’Etat avait déjà transférée 43% comme avance, mais son gouvernement a eu gain de cause en recourant à une firme internationale d’avocats pour exiger le remboursement de le somme déjà allouée ;

4- La révocation du contrat pour le curage des canaux d’irrigation dans le département de l’Artibonite, particulièrement à Pont-Sondé. Jadis, l’Etat haïtien pouvait dépenser environ 10 millions de dollars pour la curation annuelle de ce canal, mais son administration a pu s’offrir des engins lourds à hauteur de deux millions qui peuvent fournir les mêmes services ;

5 - L'installation de deux usines d’asphalte à Gros Morne pour la construction du tronçon de route Kafou Jòf – Port-de-Paix. « Je ne savais pas que c’était un coup de massue contres certains investisseurs », dit-il.

Un peu plus tard dans la journée, le sénateur de l’Artibonite, Youri Latortue a qualifié le président de « menteur pathologique ». L’élu de l’Artibonite a rétorqué contre certaines accusations proférées par le chef de l'Etat, avant de les renvoyer sur le clan auquel il appartient.

« Décidément le président J. Moïse est un menteur pathologique. Il accuse d’autres administrations pour 3 contrats d’Etat (Douane, Aéroport et Electricité). Pourtant, 2 sont signés par son ex. Chef de Cabinet W. Laleau-PHTK, et le 3ème (ESD) renouvelé par l’ex. PM Lamothe-PHTK », a écrit Latortue sur son compte Twitter.  

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :