Lundi 22 Juillet, 2019

Visite surprise de Trump en Irak, sa première en zone de conflit

Donald Trump sur la base aérienne d'Al-Assad en Irak

Donald Trump sur la base aérienne d'Al-Assad en Irak

Donald Trump s'est rendu mercredi en Irak pour une visite surprise de quelques heures à la rencontre de soldats américains, et a profité de ce premier déplacement en zone de conflit depuis son élection il y a deux ans pour justifier sa décision de retirer les troupes américaines de Syrie.

Accompagné de son épouse Melania, le président américain avait atterri à 19H16 locales sur cette base, où il s'est entretenu avec des soldats et des commandants militaires, a rapporté un photographe de l'AFP sur place.

C'est la première fois que Donald Trump, élu fin 2016, va à la rencontre de militaires américains en zone de conflit.

- L'EI, "presque vaincu" selon Trump -

"Nous sommes éparpillés à travers le monde. Nous sommes dans des pays dont la majorité des gens n'ont même pas entendu parler. Franchement, c'est ridicule", a-t-il lancé.

M. Trump a affirmé avoir accordé "aux généraux" américains plusieurs "prolongations" de six mois avant de décider de quitter la Syrie.

"J'ai eu de très bonnes discussions avec le président Erdogan, qui veut les éliminer (l'EI, ndlr), et il le fera. Et d'autres le feront. Parce que nous sommes dans leur région. Ils devraient partager le fardeau des coûts et ils ne le font pas".

La décision avait provoqué un premier séisme: la démission du ministre de la Défense Jim Mattis, qui était en désaccord avec lui sur le dossier syrien.

Le départ de Jim Mattis a été suivi vendredi par celui de l'émissaire des Etats-Unis pour la coalition internationale antijihadistes, Brett McGurk. Selon plusieurs médias américains, il avait décidé de quitter son poste en février, mais a avancé cette échéance après les derniers rebondissements.

La visite est aussi intervenue en plein "shutdown" aux Etats-Unis --paralysie partielle des administrations fédérales. Interrogé en Irak sur la possible durée de ce "shutdown", M. Trump a répondu "tant qu'il le faudra".

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :