Mardi 26 May, 2020

Coronavirus: la Chine proclame sa victoire

Un Chinois regarde sur un écran géant la session inaugurale du parlement chinois, le 22 mai 2020 dans une rue de Pékin

Un Chinois regarde sur un écran géant la session inaugurale du parlement chinois, le 22 mai 2020 dans une rue de Pékin

La Chine a proclamé vendredi sa victoire sur le nouveau coronavirus qui a sinistré son économie et continue de galoper ailleurs dans le monde, notamment au Brésil où le seuil des 20.000 morts vient d'être franchi.

"Nous avons obtenu une réussite stratégique majeure dans notre réponse au Covid-19", a clamé le Premier ministre Li Keqiang au premier jour de la session plénière de l'Assemblée nationale populaire (ANP), grand-messe annuelle du pouvoir communiste.

Devant 3.000 députés au visage masqué, M. Li a souligné "la tâche immense" qu'il restait à accomplir face aux conséquences du virus sur l'économie chinoise qui, autre fait inédit, s'est contractée de 6,8% au premier trimestre.

Frappé de plein fouet par l'épidémie comme en témoigne le plongeon record de plus de 18% des ventes de détail en avril, le Royaume-Uni a annoncé vendredi qu'il allait imposer une quarantaine de 14 jours aux voyageurs arrivant de l'étranger.

- Drapeaux en berne -

"Il fait beau dehors, on sait que c'est très compliqué et la tentation est forte après des semaines de confinement", a reconnu le ministre de la Santé Olivier Véran.

Sur ordre de Donald Trump, les Etats-Unis, pays officiellement le plus lourdement endeuillé par le Covid-19, vont mettre leurs drapeaux en berne de vendredi à dimanche pour y honorer la mémoire des victimes.

De nouveaux fonds de soutien à l'économie américaine seront sans doute nécessaires d'ici quelques semaines, a déclaré le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, alors que près de 3.000 milliards de dollars ont déjà été débloqués par l'administration Trump et le Congrès depuis mars.

Tel n'est pas le cas en Amérique latine où elle poursuit inexorablement sa progression, avec de terribles conséquences prévisibles en termes d'économie et d'emploi.

Selon des données officielles, le nombre de morts a doublé en seulement 11 jours pour franchir les 20.000 jeudi au Brésil, pays déjà le plus touché de la région et où la propagation du virus accélère toujours.

L'insistance du président Jair Bolsonaro pour le retour au travail et la relance de l'économie crée depuis le début de la crise sanitaire de fortes tensions avec les gouverneurs des Etats brésiliens, mais les deux camps ont rapproché leurs positions jeudi lors d'une visioconférence.

"Comme notre population est plus jeune, c'est normal que le pourcentage de morts soit plus élevé chez les moins de 60 ans, mais c'est aussi dû au fait que ces jeunes adultes respectent moins les mesures de confinement", a expliqué à l'AFP Mauro Sanchez, épidémiologiste de l'Université de Brasilia.

"C'est comme un film d'horreur, l'intérieur de l'hôpital ressemble à un cimetière pour les cadavres, les patients meurent sur les chaises, dans les fauteuils roulants", a raconté à l'AFP Miguel Armas, infirmier à l'hôpital Hipolito Unanue de Lima.

La pandémie va créer 11,5 millions de chômeurs de plus en Amérique latine en 2020, selon ce rapport publié jeudi à Santiago. Et la contraction de l'économie de la région sera cette année de 5,3%, la pire depuis 1930.

burx-phy/jhd

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :