Jeudi 17 Octobre, 2019

Violence dans la distribution du gaz: l'Anadipp s'insurge et précise

Depuis plus de deux semaines, l'on assiste à des scènes de violence de plus en plus répétée dans la distribution des produits pétroliers. Les importateurs et les distributeurs sont directement placés dans la ligne de mire de l'opinion publique comme responsables de la situation. Tour à tour, l'Association nationale des distributeurs de produits pétroliers (Anadipp) et l'Association des professionnels du pétrole (APPE), s'en lavent les mains.

La totalité des commandes placées par les compagnies pétrolières ne serait pas encore honorée. C'est ce que souligne, en premier lieu, une note de presse de l'Anadipp, en date du vendredi 13 septembre 2019, consultée par Loop Haïti. Pour s'expliquer et se défendre des violences enregistrées, l'Anadipp indexe l'impatience et l'indiscipline des acheteurs au moment de la distribution.

L'Association souligne aussi la passivité des forces de l'ordre. Selon elle, si la police n'intervient pas pour garantir la sérénité au moment des ravitaillements, ni elle ni ses membres ne pourraient être tenus responsables des dérapages. L'Anadipp se plaint aussi qu'à cause de la forte affluence des clients, les stations-service sont dans l'incapacité d'appliquer les mesures sécuritaires requises pour la manipulation de ces produits hautement inflammables.

Tout en appelant la population à dépasser sa frustration et à faire preuve de calme, l'Association défend qu'elle n'intervient ni dans les commandes à l'étranger, ni dans la fixation des prix à la pompe.

Également indexé, l’APPE a tenu de se d'apporter des clarifications. Dans un communiqué, qui porte la signature de Randolph Rameau (Kimazou énergie S.A), également président de l’APPE, les importateurs insistent qu’ils ont attiré l’attention de l’État sur l’avènement de l’actuelle pénurie. Et ceci à deux reprises et par courrier formel.

Dans le point 2 du communiqué, l'APPE a tenu de rappeler que  « […]Simultanément, le poids de la subvention a été transféré aux importateurs dans les proportions qui suivent : 70 gourdes sur la gazoline, 84 gourdes sur le diesel ; 102 sur le kérosène ». Une subvention qui, selon elle, a eu pour effet d’assécher la trésorerie des importateurs..

Toujours pour se défendre, l’APPE souligne qu’elle n’a aucun intérêt de garder les produits pétroliers stockés. En plus que ce soient des produits volatils, l’Association affirme qu’elle doit régler sa dette envers ses fournisseurs, que les produits soient vendus ou non.

Alexandre Michel

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :