Mardi 19 Juin, 2018

Venezuela: l'opposition hesite à participer à la présidentielle

L'opposition vénézuélienne a exclu mercredi de participer au scrutin présidentiel du 22 avril sans garanties du gouvernement du président socialiste Nicolas Maduro qui ferait de cette élection un processus libre et transparent.

"Ne comptez pas sur l'Unité démocratique ni sur le peuple pour valider ce qui, jusqu'à présent, n'est qu'un simulacre frauduleux et illégitime d'élection présidentielle", a annoncé dans un communiqué la MUD, la principale coalition opposition.

Parmi les principales exigences des adversaires du gouvernement figurent la présence d'observateurs internationaux "indépendants", la tenue du scrutin au "deuxième semestre 2018", la désignation d'un Conseil national électoral "équilibré ", le vote des Vénézuéliens de l'extérieur et un égal accès aux médias, selon le texte.

La MUD laisse la porte ouverte à une participation si ces conditions venaient à être acceptées par le camp présidentiel.

Nicolas Maduro, élu en 2013, fait face à un taux d'impopularité de 75%, en raison de l'effondrement économique du Venezuela, un pays pétrolier frappé par de graves pénuries de médicaments et d'aliments.

Mais en avançant la date de l'élection présidentielle, qui s'était tenue jusqu'ici en fin d'année, il a réussi à déstabiliser l'opposition, déjà affaiblie et divisée, et, selon les analystes, il pourrait facilement décrocher un second mandat, jusqu'en 2025.

Une partie de la communauté internationale, notamment l'Union européenne et la Colombie, a prévenu qu'elle ne reconnaîtrait pas les résultats de cette élection, que Washington juge "ni libre, ni juste".