Dimanche 18 Novembre, 2018

Venezuela : le Chili n'accompagnera plus le dialogue politique

Le président Nicolas Maduro. Photo : AFP

Le président Nicolas Maduro. Photo : AFP

Le Chili a annoncé jeudi avoir "suspendu pour une durée indéfinie" sa participation au dialogue entre le gouvernement vénézuélien du socialiste Nicolas Maduro et l'opposition, estimant que la tenue d'élections démocratiques n'était plus garantie.

"Le gouvernement du Chili a suspendu pour une durée indéfinie sa participation comme accompagnateur du dialogue gouvernement-opposition" au Venezuela, a déclaré le sous-secrétaire aux Affaires étrangères, Edgardo Riveros.

"Des obstacles ont surgi dans la recherche d'un accord sérieux et crédible entre les parties, qui rende possible la réalisation de l'élection présidentielle de façon libre et démocratique", a-t-il ajouté.

Le gouvernement vénézuélien et l'opposition s'étaient séparés la veille à Saint-Domingue sans trouver d'accord, mais ont décidé de poursuivre les discussions au Venezuela.

La semaine dernière, le Mexique - lui aussi accompagnateur du processus, choisi par l'opposition - avait déjà annoncé qu'il se retirait du dialogue en rejet de la décision du gouvernement vénézuélien d'avancer le scrutin, qui sera organisé avant le 30 avril.

Jusqu'à présent, la présidentielle était officiellement prévue pour fin 2018 mais, selon les analystes, la date a été avancée par le camp présidentiel afin de profiter d'une dynamique électorale favorable et des divisions de l'opposition.

La justice vénézuélienne a écarté la MUD, principale coalition d'opposition, de la course à la présidentielle en tant que coalition. Les partis qui composent la MUD peuvent en revanche participer individuellement au scrutin, dont la date précise n'a pas encore été annoncée par le Conseil national électoral.

Dimanche, le Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV, au pouvoir), doit officialiser la candidature de Nicolas Maduro à un nouveau mandat présidentiel.