Jeudi 2 Juillet, 2020

Veillée patriotique au Champ de Mars en l’honneur de papa Dessalines

Une toile de l'empereur érigé  au carrefour Aviation, lieu retenu (par l'histoire) pour son assassinat./Photo: Estailove Saint-Val

Une toile de l'empereur érigé au carrefour Aviation, lieu retenu (par l'histoire) pour son assassinat./Photo: Estailove Saint-Val

Battements de tambours, chants sacrés, voix sèches trempées dans un réservoir de thèmes vodous : Jean-Jacques Dessalines a eu sa veillée patriotique, hier mardi 17 octobre à l’occasion du 211e anniversaire de sa mort, au kiosque Occide Jeanty, Champ de Mars.

Entourée d’une cohorte de choristes vêtues de rouge, mouchoirs noués autour de la tête et bougies allumées, Erol Josué, le maître du chant sacré, entonne un hymne en l’honneur de Papa Legba, ce dieu du panthéon vodou. Hier, la veillée patriotique, organisée en l’honneur de l’empereur assassiné il y a de cela 211 ans,  a une odeur de fêtes spirituelles. Des femmes parées de leurs longues et élégantes robes de soie, les hommes au torse et pieds nus marchaient à pas décidés aux sons de percussions vibrantes.

Fond de scène plongée dans l’ombre : un vèvè peint en noir sur une toile blanche, le voyage dans les fins-fonds sacrés des rituels vodous est Linda Isabelle François, danseuse à talent immense, danse la mémoire de ce grand homme qui combattait pour l’indépendance de ce bout d’île laminée plus de 200 ans après. Le décor, planté, rappelle une ambiance de cérémonies vodous dans un lakou où rhum sec, tafias coulent à flots en l’honneur des dieux. Erol Josué, toujours égal à lui-même, flanqué de ces musiciens offre quelques morceaux traditionnels sortis tout frais de notre riche réservoir musical.

À cette veillée patriotique, le ministre de la Culture et de la Communication souligne que « dans les grands livres d’histoire, on nous laisser croire qu’on a assassiné le père  de la nation, Jean-Jacques Dessalines. Ce 17 octobre rappelle les 211 ans de son assassinat ». À la question pourquoi a-t-il été assassiné, Limond Toussaint indiqua : « Parce qu’il défenda la cause des plus faibles. Parce qu’il défenda ceux qui ont sué sang et eau, qui ont sacrifié leur âme pour nous donner l’indépendance ».

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :