Mercredi 28 Octobre, 2020

Validation de l’étude sur le développement des médias en Haïti

Credit photo: Unesco

Credit photo: Unesco

Sur l’initiative de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), un atelier de validation concernant l’étude sur le développement des médias en Haïti a été réalisé à l’hôtel Marriott le vendredi 17 novembre 2017. Cet atelier s’est déroulé en présence de journalistes, professeurs et étudiants en journalisme entre autres. Divisés en quatre groupes, les participants ont eu droit à faire des recommandations sur certains points du rapport soumis par les enquêteurs.

Au fait, l’étude sur le développement des médias en Haïti a été financée par l’UNESCO et coordonnée par la Faculté des Sciences Humaines (FASCH) de l’Université d’Etat d’Haïti. Basée sur les indicateurs de développement des médias de l’UNESCO, elle scrute le paysage médiatique en Haïti en examinant les médias dans un cadre juridique, réglementaire et économique selon une structure établie autour de cinq catégories.

Ces cinq catégories ont été explicitées tour à tour ce vendredi par Pharès Jérôme, journaliste et professeur à la FASCH, l’une des personnes chargées de diriger cette enquête. En résumé, elles sont listées dans l’ordre suivant : un système de régulation favorable à la liberté d’expression, au pluralisme et à la diversité des médias ; un cadre économique dans lequel tous les acteurs sont en situation d’équité concurrentielle et transparence de la propriété ; une contribution des médias en tant que plateforme pour un débat démocratique ; un soutien aux institutions de formation pour promouvoir la liberté d’expression et existence de capacités infrastructurelles suffisantes pour soutenir les medias.

« Cette étude veut montrer comment les médias participent à la promotion de la liberté d’expression et l’accès à l’information en générale, principalement celle nécessaire au développement du pays », a précisé Ary Régis, ancien responsable du département de Communication Sociale de la FASCH.

Il s’ensuit que l’atelier de validation relatif à cette étude n’a pas pu réunir un grand nombre de personnes influentes dans les médias en Haïti selon les constats. Une étude aussi importante et nécessaire sur la situation des médias dans le pays mérite l’implication de plus d’acteurs dans le secteur médiatique, patrons de médias et associations de presse; pour qu’enfin s’ouvre la voie à la bonne gouvernance et au développement démocratique en Haïti grâce à la contribution des médias.

Rode Louis Azer Chery

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :