Dimanche 15 Septembre, 2019

L'Etat haïtien s'offre un nouveau lobbyiste à Washington

Jovenel Moise, le président haïtien (3e en partant de la droite) à côté de son nouveau Premier ministre, Jean-Michel Lapin (2e en partant de la droite), le 7 avil 2019.
CHANDAN KHANNA / AFP

Jovenel Moise, le président haïtien (3e en partant de la droite) à côté de son nouveau Premier ministre, Jean-Michel Lapin (2e en partant de la droite), le 7 avil 2019. CHANDAN KHANNA / AFP

L'Etat haïtien s'offre les services d'un nouveau lobbyiste basé à Washington, selon ce que révèle le Miami Herald, dans un article paru ce mercredi 17 juillet. La nouvelle recrue, comme les deux autres avant elle, devrait, selon le journal, assurer la promotion d'une meilleure image d'Haïti dans la capitale américaine.

Aucun budget voté pour l'année fiscale 2019-2020, pas de gouvernement légitime (car la ratification du PM nommé Jean Michel Lapin est encore dans l’impasse), les fonctionnaires de l’Etat haïtien dont les diplomates des ambassades étrangères ne sont pas rémunérés. Mais en plus des lobbyistes engagés par le pouvoir de Jovenel Moïse pour mieux vendre l’image d’Haïti après les commentaires du président américain Donald Trump ayant qualifié Haïti de « pays de merde », l'Etat haïtien vient de s'offrir un nouveau lobbyiste.

En effet, d'après des documents déposés auprès du ministère américain de la Justice, le cabinet d'avocats international Dentons US LLP travaille désormais pour Haïti. Ce cabinet rejoint la liste constituée de la société de relations publiques Mercury et du cabinet de Johanna LeBlanc, consultante recrutée en mars par l'ambassade haïtien à Washington, toujours selon Miami Herald.

La société Mercury a déclaré qu'il devait toucher 4 690 USD par mois. Johanna Leblanc, pour sa part, a fait savoir qu'elle recevait 5 000 dollars par mois jusqu'en septembre pour dialoguer avec « des représentants du gouvernement américain et des entités publiques afin de promouvoir les intérêts de l'État haïtien et de ses citoyens aux États-Unis ».

Le nouvelle société de lobbying recrutée par Haïti, Dentons, a quant à lui facturé un tarif forfaitaire de 25 000 dollars par mois pendant 12 mois pour ses conseils juridiques sur diverses questions et ses activités de lobbying. Le principal contact de la société, David Tafuri, n'a pas répondu à une requête du Miami Herald sur la portée de ses travaux pour le compte de l'Etat haïtien.

Bien qu'il ne soit pas inhabituel que des pays engagent des lobbyistes, la dernière décision soulève des questions sur les priorités d'Haïti à un moment où des centaines de millions de dollars d'aide étrangère sont bloqués car il n'y a pas de gouvernement en place pour voter un budget, et le Parlement a refusé de voter sur un accord visant à recevoir un prêt à faible taux d'intérêt de 150 millions de dollars de la République de Taiwan pour réorganiser le réseau électrique de la capitale.

Récemment, le ministre des Finances a annoncé que les recettes fiscales avaient chuté de plus de 35% en raison de la contestation et de l'instabilité, et la Banque mondiale a prédit un taux de croissance annuel de 0,4% pour Haïti, soit bien moins que les 2,8% prévus.

Source: Miami Herald

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :