Dimanche 18 Novembre, 2018

[Urgent] Grande Manifestation à huit branches demain mardi 24 octobre

Manifestations à huit branches annoncées pour demain mardi 24 octobre l'opposition./Photo archives

Manifestations à huit branches annoncées pour demain mardi 24 octobre l'opposition./Photo archives

Le porte-parole de la Police Nationale d’Haïti, Frantz Lerebours, soutient qu’une manifestation à plusieurs branches « augmenterait le risque de dérapages ». Des actes violents et malintentionnés échapperont au contrôle de la PNH ». Le commissaire du gouvernement, Clamé Ocname Daméus, affirme de son côté que si le Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN) n’est pas en mesure de sécuriser le parcours, il sera obligé d’interdire ce mouvement sauf modifications apportées dans le parcours à l’issue d’une rencontre avec les auteurs du mouvement de demain mardi.

La police aura du pain sur la planche demain mardi 24 octobre. L’opposition sera dans les rues pour manifester contre le pouvoir en place, exiger le départ du chef de l’État, pour protester contre le budget, bref pour poursuivre l’opération « Deboulonnen Jovenel » (Déstabiliser Jovenel). Le ministre de la Justice, Heidi Fortuné avise qu’il tentera de freiner tous les actes et incidents violents qui se produiront lors de cette journée. Il appelle les manifestants au respect du lieu d’attroupement sous peine de sanctions.

Les protestataires sont appelés à considérer le décret du 23 juillet 1987 relatif aux réunions et manifestations sur la voie publique. Les lieux d’attroupement doivent être préalablement établis, a indiqué le ministre. Il poursuit : « Le Directeur Général de la Police, Michel-Ange Gédéon, doit respecter les consignes reçus et doit procéder aux  arrestations d’individus qui s’adonneront à toute autre activité en dehors des lieux d’attroupement et qui auraient en leur possession des armes à feux ou d’autres objets susceptibles de porter atteinte à la vie des gens ».

« La  police réagira conformément à ce que la loi prévoit », déclare pour sa part Frantz Lerebours qui dit faire confiance à l’expertise des policiers. Le porte-parole de la PNH affirme par ailleurs qu’une manifestation à huit branches est susceptible d’augmenter le risque de dérapage. Certains actes échapperont au contrôle des policiers, selon ce qu’il a déclaré.

Plusieurs endroits de la capitale seront touchés par cette grande manifestation dont la commune de Pétion-Ville, ce que Frantz Lerebours confirme effectivement. « Pétion-Ville est un lieu comme tout autre ». Il n’y voit pas d’inconvénient « si les autorités policières, en particulier le CSPN, s’est mis d’accord avec les manifestants sur le lieu de départ et d’arrivée ».  Le commissaire du gouvernement, Clamé Ocname Daméus va dans le même que Mr. Lerebours.

« Le CSPN a ce lundi jusqu’à minuit pour examiner le parcours.  Les organisateurs doivent rencontrer les autorités concernées pour discuter du parcours et des modalités et pour voir si l’effectif de la PNH suffira  pour sécuriser une manif à huit branches »,  a fait savoir Mr. Daméus.

Si la police n’est pas en mesure de faire face à une telle manifestation, elle doit s’asseoir avec les opposants pour envisager d’éventuelles modifications. Dans le cas contraire, la police aura le droit d’interdire ce mouvement ou plutôt les manifestants seront  obligés de se rassembler dans un point où elle estimera propice, selon ce qu’a laissé entendre Ocnam qui gonfle déjà ses muscles pour affronter les hors la loi.