Dimanche 17 Juin, 2018

Une nouvelle unité de police contre les spoliations foncières en Haïti

Le premier  ministre jack Guy Lafontant pose avec les agents de la Brigade d'intervention contre l'insécurité foncière (BRICIF). Photo : Twitter/Jack Guy Lafontant

Le premier ministre jack Guy Lafontant pose avec les agents de la Brigade d'intervention contre l'insécurité foncière (BRICIF). Photo : Twitter/Jack Guy Lafontant

Après le déploiement de la police frontalière terrestre, le gouvernement vient de mettre sur pied une nouvelle unité de police contre l’insécurité foncière en Haïti.

Son nom : Brigade d'intervention contre l'insécurité foncière (BRICIF). Sa mission est énoncée par le premier ministre Jack Guy Lafontant sur Twitter : « Cette structure placée sous la tutelle du ministère de la justice et de la sécurité publique va travailler de concert avec la justice haïtienne dans sa lutte contre la spoliation et la dépossession afin d'éradiquer le phénomène d'insécurité foncière dans le pays ».

Les photos qui accompagnent la publication sur Twitter montrent un bureau et un véhicule où est apposée l’inscription « Brigade d'intervention contre l'insécurité foncière (BRICIF) » comme pour indiquer que l’équipe dispose déjà d’un espace et des matériels de travail. Mais le chef du gouvernement n’a pas fourni de détails concernant la composition et l’effectif de la BRICIF.

Vols de terres, expropriation forcée, spoliation de terrains… l’insécurité foncière est un problème récurrent qui touche les citoyens dans les villes comme à la campagne. Elle est liée à une absence de cadastre, l’instabilité politique et le laxisme du système judiciaire.

Elle se pratique au plus haut niveau de l’Etat. Dans son adresse à la nation lors de la rentrée parlementaire lundi 8 janvier dernier, le président Jovenel Moïse a évoqué implicitement le problème quand il a déclaré : « Le gouvernement renforcera les mesures pour sécuriser le droit à la propriété privée. Cette politique interpelle tous les haïtiens, surtout ceux qui ont pour devoir de protéger les vies les biens des citoyens. Le seul obstacle à la garantie de la propriété privée est la faiblesse de l'État, à tous les niveaux, appelant la responsabilité du Gouvernement, des législateurs, des avocats, des notaires, arpenteurs, policiers et autres acteurs du système judiciaire. »