Dimanche 15 Septembre, 2019

Une manifestation pour appeler les USA à lâcher Jovenel Moïse

Le président Jovenel Moïse participant à la graduation d'un bataillon de 250 soldats, 50 aspirants sous-officiers et 19 officiers des Forces Armées d’Haïti (FAD'H) à Léogâne/ Photo: La Présidence

Le président Jovenel Moïse participant à la graduation d'un bataillon de 250 soldats, 50 aspirants sous-officiers et 19 officiers des Forces Armées d’Haïti (FAD'H) à Léogâne/ Photo: La Présidence

14 aout 1791-14 aout 2019, cela fait exactement 228 ans depuis que les esclaves ont organisé le premier grand soulèvement contre le système esclavagiste à bois-caïman. Pour marquer cette date, le parti Pitit Dessalines a organisé une manifestation dans les rues de Port-au-Prince. Plusieurs dizaines de personnes ont pris part à ce mouvement de protestation qui visait également à continuer de contraindre le président de la République  Jovenel Moise à la démission.

Les protestataires s’insurgent dans la foulée contre l’ingérence de la communauté internationale dans les affaires internes du pays.

Partis devant l’ambassade de France au champ-de-Mars, les manifestants qui projetaient de se rendre devant les locaux de l’ambassade américaine à Tabarre n’ont pas pu s’y rendre, des agents de la Police nationale d’Haïti (PNH) ayant installé un cordon de sécurité au niveau du Parc historique de la canne-à-sucre. Seuls quelques leaders politiques et syndicaux dont Jean Charles Moise et Josué Mérilien ont été autorisés à s’y rendre.

Le leader de Pitit Dessalines, Jean Charles Moise a dénoncé durant cette manifestation le support des Etats-Unis d’Amérique à Jovenel Moïse, accusê de corruption dans le rapport finale de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSC/CA) sur la gestion des fonds Petrocaribe. Il les appelle à lâcher le chef de l’Etat et à laisser le peuple haïtien à mener sa destinée.

L’ancien sénateur invite le gouvernement américain à tourner les yeux sur le pays pour voir la misère intenable qui y règne et comprendre que Jovenel Moïse ne dirige rien depuis quelques mois. L’ex-parlementaire appelle la population à mobiliser contre l’immixtion de le pays de Donald Trump dans les affaires du pays.

Le Coordonnateur de l'Union nationale des normaliens haïtiens (UNNOH) Josué Mérilien continue pour sa part de plaider en faveur d’une rupture avec le système qui, selon lui, est destructeur. Il appelle au départ de Jovenel Moïse et à l’installation d’une transition qui priorise les intérêts du pays.  

Pendant ce temps, ce 14 août, le président participait à la graduation d'un bataillon de 250 soldats, 50 aspirants sous-officiers et 19 officiers des Forces Armées d’Haïti (FAD'H) à Léogâne. « La remobilisation des Forces Armées d’Haïti est plus qu’une promesse de campagne, c’est une exigence constitutionnelle et une nécessité historique », a-t-il soutenu le chef de l'Etat sur Twitter où il publié quelques photos de l'événement. Vidéo de son discours ci-dessous.

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :