Dimanche 27 Septembre, 2020

Immense foule à P-au-P pour demander à l'international de lâcher Moïse

Une immense foule déferle actuellement dans les rues de Port-au-Prince suite à un énième appel à manifestation lancée par l'opposition politique. Les protestataires comptent cette fois-ci se rendre devant la base logistique des Nations unies où ils veulent émettre un message à la communauté internationale: lâchez Jovenel Moïse !

 

Partis de carrefour aéroport (Delmas), des milliers de manifestants continuent de réclamer ce vendredi 4 octobre 2019, le départ du chef de l'Etat, Jovenel Moïse. Sur la route, certains participants "se sont affrontés aux policiers: jets de pierres et de cocktails Molotov contre lacrymogènes et jet d'eau", écrit la journaliste d'AFP, Amélie Baron sur Twitter. Mais "le gros du cortège a continué sa progression : la foule s'étend sur les avenues Maïs Gaté et Gérard Theodart. Du jamais vu", a-t-elle poursuivi dans son tweet.

Par le mouvement de ce vendredi, l'opposition invite le peuple, pancartes en mains, à se rendre devant les locaux des Nations unies situés dans la capitale haïtienne. Objectif: lancer un message à l'international pour lui demander de cesser d'appuyer Jovenel Moïse, un président lâché par presque tous les secteurs du pays.

A Delmas, Bourdon, Lalue et à Pétion-ville entre autres, la pression est palpable. Barricades, pneus enflammés, détritus sur la voie publique et quelques jets de pierres notamment à Delmas 47. Les commerçants et les autres citoyens s'abritent, compte tenu des souvenirs encore très récents des dégâts et blessés causés le 27 septembre dernier lors d'une journée de mobilisation particulièrement violente organisée contre le pouvoir en place. 

Le Core Group, de son côté, continue de rencontrer les acteurs nationaux en vue de comprendre et trouver une solution à la crise. Suite à une rencontre avec l'opposition début de septembre, certaines opposants, dont le sénateur Nenel Cassy, avaient informé que la structure regroupant des ambassadeurs étrangers, aurait pris position contre le départ du locataire du Palais national et pour un processus de dialogue.

Rappelons que le chef de l'Etat a lancé un énième appel au dialogue le 25 septembre lors de son adresse à la nation. Un appel rejeté par de nombreux acteurs considérant que Moïse fait lui-même parti du problème à résoudre. Un groupe d'écrivains ont écrit une tribune dans Le Point cette semaine dans laquelle ils invitent l'international à appuyer la cause du peuple haïtien contre le président et son parti, le PHTK.

Hier jeudi, le chef de l'Etat, accusé d'être en cavale depuis le début le début des mobilisations, s'est montré brièvement à Pétion-ville. Il est descendu, accompagné de son épouse, de son véhicule pendant quelques minutes, a marché dans la rue et salué des commerçants. Certains y voient un acte de provocation contre le mouvement populaire et de show off pour plaire à ses amis étrangers.

Raoul Junior Lorfils

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :