Une famille haïtienne assassinée en République Dominicaine

Le drame est survenu dans la section Las Matas de Farfán, San Juan au cours du weekend allant du 6 au 8 janvier dernier.

La totalité des membres d’une même famille ont été sauvagement massacrés à coup de machettes et de bâtons dans une localité située en République Dominicaine. Les victimes sont au nombre de quatre, deux adultes : Camile Antoine, Jeaneta Joseph et deux enfants de moins de 10 ans : Naison et Dakarata.

Si les raisons de ce massacre ne sont pas totalement élucidées, la thèse du conflit amoureux est avancée comme mobile de ces crimes selon ce qu’a rapporté le journal dominicain Listin Diaro. Un massacre sous couvert de la passion, commis par des individus qui seraient également de nationalité haïtienne, selon le journal.

Entre temps, la police dominicaine a ouvert une investigation et aurait déjà arrêté trois présumés bandits dans le cadre de cette enquête. Les corps ont été emmenés, pour des suites légales, à la morgue de l'hôpital Las Matas de Farfán après que les autorités dominicaines aient constaté la tragédie. Un appel à témoin a également été lancé par la police de San Juan de la Maguana  afin de déterminer les circonstances exactes de ces homicides.

Des crimes dénoncés par le coordonnateur du Groupe d’Appui aux Rapatriés et aux Réfugiés (GARR) Saint-Pierre Beaubrun au micro de la radio Kiskeya. Il appelle les autorités haïtiennes à rapidement assurer  le suivi de ce dossier. 

Soulignons que des trois personnes arrêtées, il y a un couple haïtien selon un autre responsable de GARR, contacté par LoopHaiti. Cependant le responsable se dit prudent sur les informations relayées par la presse dominicaine, car généralement, lorsque ce type de crimes sont commis, ils sont attribués à des ressortissants haïtiens, à tort, parfois.

Soulignons par ailleurs que près de 239.000 ressortissants haïtiens qui vivent en République Dominicaine sont menacés de déportation. Une menace qui commencera à prendre effet à partir du mois de juin 2017 si rien n’est fait pour enregistrer les concernés au Plan National de Régularisation des Etrangers.

     

0 comments