Mercredi 24 Juillet, 2019

L'Etat envisage une hausse de plus de 50% des prix du gaz

Crédit photo: Vladjimir Legagneur

Crédit photo: Vladjimir Legagneur

Il s'agit d'une proposition du gouvernement aux responsables des associations syndicales. Ces derniers, n'y adhérant pas, souhaitent faire au gouvernement leur propre proposition.

Le chef du gouvernement, Jack Guy Lafontant l'avait annoncé dans une récente conférence de presse. Ce lundi 8 mai 2017, son gouvernement passe à l'action. Et c'est en ce sens que des négociations ont été engagées avec des associations syndicales en vue d'une augmentation du prix des produits pétroliers sur le marché national.

Ce mardi 9 mai, au deuxième jour des négociations, le gouvernement frappe fort en proposant notamment une hausse de l’ordre de 116 gourdes sur l'essence (gazoline), 88 gourdes sur le diesel et  84 gourdes sur le kérosène.

Ce faisant, l'essence (gazoline) actuellement vendue à 189 gourdes à la pompe passera à 305 gourdes le gallon. Le diesel qui s’achète à 149 gourdes augmentera à 237 gourdes. Et enfin le kérosène vendu à 148 gourdes augmentera à 231.

« Nous n’avons pas accepté la proposition du gouvernement », a déclaré au Nouvelliste le syndicaliste Duclos Bénisoit qui confie par la suite que lui et ses pairs vont accepter une augmentation sur les prix des produits pétroliers mais pas de la façon dont le gouvernement entend le faire.  Un nouveau rendez-vous était fixé à ce mercredi 11 mai. Les syndicalistes devraient soumettre leur proposition au gouvernement.

Tout est pour l’instant dans l’ordre des négociations, selon eux, car une augmentation des prix des produits pétroliers sur le marché local doit être le fruit d’un compromis entre le gouvernement et les responsables de différentes associations syndicales dont celle des transports.

La situation serait que le carburant se vend à meilleur marché en Haïti qu’en République Dominicaine, selon les responsables. Ce qui procure à Guichard Doré, conseiller spécial du président, son argument phare, stipulant que « des chauffeurs dominicains viennent régulièrement s’approvisionner en carburant sur le marché haïtien ».

En conséquence, le gouvernement veut fixer les prix du carburant sur le marché local suivant le même tarif que ceux de la République dominicaine, promettant par là-même « aux transporteurs plusieurs types d’accompagnement comme une carte de sécurité sociale qui leur permettra d’avoir un fonds de retraite lorsqu’ils ne pourront plus travailler. »

Toujours selon M. Doré, cela fait deux mois depuis que le gouvernement a engagé des pourparlers avec les syndicalistes sur une éventuelle augmentation du prix du carburant sur le marché local et sur la modernisation des transports en commun dans le pays.

Si l’augmentation des prix de l’essence n’a rien d’inhabituel, en août 2016, sous l’administration de Privert/Jean-Charles, le Parlement avait voté une résolution exprimant leur désaccord au gouvernement quant à l'augmentation des prix à la pompe. Le gouvernement l'avait quand même tenté et a dû revenir sur sa décision.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :