Mardi 16 Janvier, 2018

Un portail pour prévenir les comportements addictifs au travail

Credit photo: SIPA

Credit photo: SIPA

Un nouveau portail internet rassemblant toutes les informations utiles pour prévenir les addictions au travail et aider ceux qui en souffrent a été présenté et lancé lundi à Paris par la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca).

Ce portail (www.addictaide.fr/travail) a été conçu par le Fonds Actions Addictions, soutenu par la Mildeca et le ministère du Travail. Il recense un ensemble d'informations sur les dépendances dans de nombreux domaines (tabac, alcool, drogues, médicaments, travail...) et leur prise en charge. Il comporte un annuaire des professionnels et des structures de santé spécialisées, dont les structures d'aide comme les groupes de parole.

Il recense également les méthodes de prévention et de prise en charge, informe sur les addictions dans le contexte du travail par secteur et catégorie professionnelle ainsi que sur les "bonnes pratiques" en matière de repérage, contrôle, sensibilisation, formation ou parcours de soins.

Il est consultable "gratuitement" et "de façon anonyme" par "chacun" à titre personnel ou professionnel : salariés, agents publics, dirigeants d'entreprises, partenaires sociaux, services de santé au travail, prestataires et intervenants, chercheurs et organismes de prévoyance, mutuelle et complémentaire...

La Mildeca alerte sur les "niveaux élevés de consommation de substances psychoactives de la population en activité". Elle chiffrait le nombre de personnes touchées en 2016 à 20 millions d'actifs en poste ou au chômage (sur 29 millions, selon l'Insee).

Pour certains produits comme le tabac et les médicaments, les taux sont supérieurs à ceux observés dans la population générale, souligne-t-elle: 30,5% de fumeurs quotidiens (contre 29%) et 16,7% de consommateurs de médicaments psychotropes contre 13% de la population française qui a bénéficié d'un remboursement dans l'année de benzodiazépines (anxiolytiques et somnifères).

18,6% des actifs ont connu un épisode d'alcoolisation ponctuelle important dans le mois, toujours selon la Mildeca. Celle-ci constate "une forte évolution" de la consommation des actifs occupés concernant le cannabis (9% en 2014 contre 6,5% en 2010) et la cocaïne (0,8% en 2014 contre 0,5% en 2005).