Mercredi 16 Octobre, 2019

Avec son père pour coach, 2 titres, 10 victoires en un mois pour Osaka

Naomi Osaka et son père.
Photo : Tennistonic.com

Naomi Osaka et son père. Photo : Tennistonic.com

De nouvelles victoires, deux nouveaux titres, une qualification pour le Masters Cup, des points gagnés dans le classement WTA… Naomi Osaka joue sur les nuages depuis qu’elle travaille avec son père Léonard François en tant que coach. Une collaboration père-fille couronnée déjà à deux reprises et émaillée d’une parfaite série de 10 victoires consécutives.

De 18 septembre quand elle a disputé son premier match dans sa ville natale à Osaka jusqu’au 6 octobre quand elle a renversé la N. 1 mondiale, la championne d’Australie a aligné 10 succès consécutifs et glané deux titres au passage. Un succès dû au bon coaching de son père haïtien qui a su pousser sa fille à remonter la pente et tirer le meilleur d’elle.

Quelques jours après son élimination à l’US Open, la N. 3 mondiale a mis fin à sa collaboration avec son coach Jermaine Jenkins, une entente qui n’a rien apporté à la jeune star du Tennis, pas même une finale. En revanche en seulement deux semaines de collaboration avec son père, Osaka n'a enregistré que victoires et titres. François a, à nouveau, révélé à tout le monde le potentiel de sa fille.

« Il m’a prise sous ses ailes, parce qu’il est toujours là pour moi » avait indiqué la championne d’Indian Wells 2018, parlant de son père, après sa victoire contre Andrea Petkovic. « Il est la personne qui connait le mieux mon jeu. Il peut trouver les mots qu’il faut pour me motiver » avait-elle poursuivi.

Elle ne croit pas si bien dire. Quelques jours plus tard, le coach-père a donné l'exemple en motivant Osaka qui a fini par renverser la Canadienne Bianca Andreescu en quart de finale. « Fais juste ce que tu dois faire. Le résultat importe peu. Fais ce que tu fais, c’est ce qui t’a amenée là où tu es » avait conseillé Francois à sa fille après que celle-ci a perdu le premier set de son quart de finale China Open contre la Canadienne Andreescu. « je suis fier de toi. Tu peux le faire » avait conclu le coach s'adressant à sa fille de 21 ans.

Après ces mots, Osaka était intenable, elle a remporté les deux prochains sets en balayant Andreescu pour s’offrir une place en demi-finale du tournoi. Ensuite, elle n’a fait qu’une bouchée de la tenante du titre, Caroline Wosniacki en demi-finale avant de terrasser l’Australienne Ashleigh Barty pour gagner son troisième titre de la saison, le cinquième de sa carrière. Un deuxième titre de suite en moins de trois (3) semaines sous la supervision de son papa.

« Je sais qui je suis. Je sais ce dont je suis capable » a commenté la championne de China Open après avoir stoppé Bianca Andreescu qui était sur une belle série de 17 matchs sans défaite. « Je suis encore là » avait-elle ajouté, comme pour dire qu'elle a certes elle eu une mauvaise saison, mais qu'elle reste Naomi Osaka, détentrice de deux grand chelems.

Pendant la saison de 2019, Naomi Osaka a cumulé 39 victoires pour 11 défaites. Trois titres dont un Grand Chelem. La Japonaise d’origine haïtienne s'est qualifiée pour le Masters Cup et aura la possibilité de soulever un nouveau trophée et se faire couronner comme la meilleure joueuse de l’année 2019 !

Wilner Bossou

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :