Lundi 18 Novembre, 2019

Un musée éducatif à Camp-Perrin, l’imagination fertile de Valery Numa

Le professeur Manès Guillaume (27 ans de carrière), à visage découvert dans l'exposition murale./ Photo: Yves Oly Remy

Le professeur Manès Guillaume (27 ans de carrière), à visage découvert dans l'exposition murale./ Photo: Yves Oly Remy

À travers une exposition murale, l’Amicale des anciens de l’école St Joseph de Camp-Perrin a honoré, samedi 17 mars 2018, treize professeurs retraités qui leur ont transmis le pain de l’instruction pendant les années de l’école fondamentale. L’évènement s’est déroulé à l’Hôtel Le Recul et en présence du ministre de l'Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), Pierre Josué Agénor Cadet, du professeur de carrière et ancien sénateur des 45e et 46e législatures Wesner Emmanuel, l’ancien député Vikens Derilus, et d’autres personnalités qui ont payé de leur présence à cette soirée mémorable.

La cheville ouvrière de la soirée, le journaliste et entrepreneur social Valery Numa a planté, vers 6h 45 du soir, le décor d’un évènement qui ne jure que par la solennité. Au bord de la piscine, le public s’est constitué soigneusement comme les morceaux d’un puzzle. Les oiseaux entamaient déjà leur premier récital de chants. Au rez-de-chaussée de l’hôtel, les professeurs racontaient leurs plus vieux souvenirs, des réminiscences de temps perdus oubliés des lustres. « C’est un moment de gloire pour nous tous », prononce le principal instigateur de l’initiative.

Avec apaisement, il procède à l’appel des professeurs. Pour une fois, le rôle a été inversé, ce sont les professeurs qui répondent à l’appel des élèves. Le premier enseignant arrivait, escorté par deux agents de protocole visiblement amusés de leur fonction. Les onze autres s’ensuivirent de la même manière. Le treizième qui répond au nom de Sténio Perrin, a été honoré de manière posthume. La mort ne l’a pas isolé du cœur de ses élèves.

 

D’un moment à l’autre, l’évènement prend d’autres allures. Quand l’émotion ne tente pas de casser la voix du journaliste, c’est un membre de l’auguste assistance qu’elle fait trembler. « Cette soirée est symbolique pour moi, personnellement », précise-t-il, avant d’ajouter que la date du 17 mars - deux jours avant la célébration de la fête de Saint-Joseph - a été choisie depuis le mois de décembre en concertation avec les autres membres de l’Amicale.

C’est le temps de la remise des cadeaux à tous les 13 bénéficiaires par le ministre Cadet et le professeur Emmanuel. Le coffret contient globalement une médaille d’excellence, une horloge flanquée de leur photo respective, une plaque d’honneur et un panier de plus d’une dizaine de livres. Un présent difficile à porter par la doyenne du groupe, l’octogénaire Marie Gabrielle Charles Perrin qui a exercé sa profession en tant que jardinière d’enfants pendant 55 ans.

Peu après, le titulaire du MENFP a pris la parole pour réclamer lui aussi son statut d’enseignant. « Les professeurs sont les maillons les plus forts de la chaine de l’éducation », dit-il sobrement. Emballé par la circonstance, il a salué l’imaginaire créatif de Valery Numa en espérant que l’initiative fera des émules, car le métier d'enseignant est le plus grand et le plus beau, signe-t-il à l’encre forte de sa voix.

 

Le professeur Wesner Emmanuel a emprunté le même trajet que le ministre. Il a félicité les organisateurs de l’évènement, particulièrement son ancien élève Valery Numa au Nouveau Collège Bird. Son discours mémorable sur les difficultés d’être un bon professeur en Haïti, la nécessité de continuer à enseigner aux enfants l’histoire épique du fera fera date.

L’ancien député Vikens Derilus s’est saisi de l’occasion pour expliquer ses premiers jours à l’école aux Verrettes (département de l’Artibonite). Il est le seul à pouvoir le dire clairement : « Je vais reproduire cette activité dans ma commune, et elle sera beaucoup plus grandiose que celle-ci».  

Toute la soirée s’est tournée sur le dos du professeur Oxcide Marius (26 ans de carrière), homme d’une dureté exceptionnelle dans les salles de classe. On lui a attribué le sobriquet de « Osmann piquant Le méchant » ; ce qu’il a justifié par la suite en expliquant les rivalités tacites qui existaient entre les professeurs, à l’époque. C’était l’un des moments forts de la soirée.

 

Les professeurs se sont succédé à tour de rôle. Pierre Dutemps Jean Louis (31 ans de carrière) n’avait pas oublié de souligner que c’était un grand moment de « retrouvailles » entre des pairs. « Certains d’entre nous ne se sont pas rencontrés depuis très longtemps », reconnait-il, pour réhausser l’éclat et l’importance de la soirée.  

Dans un autre registre, le professeur Pierre Richemond (34 ans de carrière) a scalpé le système éducatif en Haïti qui pétrifie l’âme des professeurs haïtiens. « Il y avait des jours critiques ou le professeur cherchait de midi à quatorze ce qu’il donnera à manger à sa famille après la classe ». « Trop souvent, nous avions logé le diable dans notre poche ! ».

La soirée s’était entrecoupée de prestation musicale, dont celle du journaliste Ed Lozama qui a interprété, entre autres, le chanteur Jean Ferrat avec sa voix baryton. L'artiste Jameson Jean-Louis, originaire de de la commune et Wossignol Troubadour se sont illustrés avec brio jusqu’au bout de deux heures du matin. Difficile de ne pas s’en souvenir !  

Que des professeurs soient honorés pour leur contribution dans le renforcement du système éducatif en Haïti, le ministère de l’Éducation nationale et de la formation professionnelle (MENFP) nous a habitués avec de telles initiatives. Mais lorsqu’un particulier décide, en signe de reconnaissance, de rendre hommage à ces femmes et hommes qui ont tout donné au système éducatif haïtien, c’est à ce point que le ministre Pierre Josué Agenor Cadet reconnait la « grande première de cette initiative dans le pays ». L'exposition perdurera jusqu'au mois de juillet prochain à l'Hotel Le Recul. 

Les professeurs distingués sont les suivants : Marie Gabrielle C. Perrin (55 ans de carrière), Pierre Dutemps Jean Louis (31 ans de carrière), Missly Edmond Théodore (28 ans de carrière), Hébert Montuma (31 ans de carrière), Jean Claude Joazard (29 ans de carrière), Oscide Marius (26 ans de carrière), Pierre Richemond (34 ans de carrière), Augustin Théodore (34 ans de carrière), Thomas Favard (30 ans de carrière), 10) Daniel Remarais (29 ans de carrière), Manès Guillaume (27 ans de carrière), Romuald Rigaud (29 ans de carrière) et Sténio Perrin (27 ans de carrière).

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :