Mardi 20 Août, 2019

Un jeune haïtien à Washington pour un sommet de la Banque Mondiale

Charles Alphonse Wil, fondateur de Easy Technology et Money Group

Charles Alphonse Wil, fondateur de Easy Technology et Money Group

C'est Jaime Saavedra qui disait : "The best investment for a country is to invest in human". En mettant l'humain, la personne et ses intérêts au centre des préoccupations, il psalmodiait le fameux tout pour et par l’homme de l'ancien écrivain.

Ceci nous relie au Sommet des Jeunes de la Banque Mondiale (WBG) cette année. ''Unleashing the power of human capital’’ a été le thème retenu pour l'initiative. Ce sommet a reuni environs 400 jeunes de près de 120 pays différents pour parler d’idées : des idées qui doivent et peuvent changer le monde. La postulat est simple : nous avons tous quelque chose à dire ou à mettre en place qui contribuera à l'avènement d'un monde meilleur. 

A ce rassemblement melting pot, nous étions deux haïtiens, moi et Tilias Emmanuel. Entre discussions avec des dirigeants d'entreprises ou qui démarrent des startups dans leur pays et qui promettent de bons résultats sur le long ou moyen terme, beaucoup de projets ont été présentés soit sur le podium principal ou pendant les séances de travail en groupe. Ces projets enseignent qu'ils ne faut guère beaucoup de moyens pour se lancer si vraiment on nourrit volonté de ne pas laisser notre monde (Haiti) tel qu’on l’a reçu de nos pères…

 

Nous avons passé deux jours à discuter avec des experts en développement, des spécialistes en économie, des chefs d’entreprise, des personnalités de tous genres sur comment et pourquoi investir dans les ressources humaines et le développement du capital humain, sur le rôle des technologies dans le processus du développement du capital humain, sur comment maximiser les contributions dans les emplois futurs, sur la technologie innovante dans l’éducation et comment la jeunesse peut en tirer profit etc. 

Arretons-nous un moment sur le dernier point pour relayer l'expérience de M. Haroon Yasin, champion Gulmakai au Fonds Malala et président du projet Orenda. Haroon a développé une application mobile et Web qui diffuse en bandes dessinées des leçons standards pour les enfants incapables d’assister aux cours officiels, rendant ainsi le programme scolaire primaire du Pakistan plus accessible. 

Il reproduit actuellement le programme destiné aux étudiants du premier cycle du secondaire. C’est d’ailleurs sa presentation qui m’a le plus touché dans le sens qu’il a réussi à relier la technologie à l’education pour venir en aide aux jeunes de son pays. Grâce à la technologie mise au point par Haroon, les filles peuvent rattraper les leçons manquées à la maison et poursuivre leurs études sans prendre de retard. En suivant sa présentation, j’ai tout de suite compris qu’une initiative telle que la sienne pourrait aider beaucoup de jeunes en Haiti, une possibilité à envisager...

Beaucoup d’autres initiatives ont retenu mon attention comme le Projet Cube qui consiste à apporter la classe vers les enfants qui ne peuvent aller à l’école ou qui n’ont pas les moyens. Ou encore Recycle Up Ghana qui croit que les problèmes locaux doivent être résolus par les gens du pays et non par l’étranger (local problems must be solved by local people) et que les jeunes représentent les acteurs du changement présents et futurs.  Ils tentent d'épurer le Ghana des déchets plastiques en les recyclant. 

Enfin... Participer au sommet de la jeunesse a été une expérience inspirante et enrichissante. J’ai rencontré des personnalités influentes du monde entier et j'ai pu nouer des contacts avec des jeunes entrepreneurs dans le monde et surtout dans la Caraïbe. La quantité d'informations reçue au cours de cette expérience est indefinie...

 

---------------

Je suis Charles Alphonse Wil, 27 ans, je vis aux Cayes, 3ème ville d'Haïti. 

J'ai Co-fondé Easy Technology et Money Group. Le premier, est une entreprise où nous utilisons nos compétences techniques (mastertech) en vue d'une utilisation maximale des technologies mobiles par les particuliers, une façon classique de dire que nous nous sommes spécialisés dans le refurbishment. La seconde est un startup qui a pris naissance dans la ville des Cayes suite au constat des difficultés economiques et financières auxquels font face notamment les jeunes entrepreneurs du pays. 

MoneyGroup se donne pour mission de contribuer au développement économique et social du département du Sud tout en mettant l'accent sur le Capital humain. Ces deux institutions visent le développement durable pour une meilleure société, une meilleure Haïti.

Charles Alphonse Wil

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :