Vendredi 23 Août, 2019

Un bureau autoproclamé paralyse la séance en Assemblée nationale

Les députés Printemps Bélizaire (d) et Sinal Bertrand (g)

Les députés Printemps Bélizaire (d) et Sinal Bertrand (g)

La séance en Assemblée nationale prévue ce mercredi à 11 heures du matin, ne peut jusqu’à présent démarrer (4 h 48 m PM). Des députés élus sous la chapelle de Fanmi Lavalas s’opposent catégoriquement à l’idée de l’organisation de cette séance.

Après que le député Printemps Bélizaire a jeté en vrac les chaises et le lutrin du bureau, saccageant ainsi la salle où doit se tenir la séance, d’autres députés de l’opposition se joignent à lui en décidant de siéger à la place du bureau de l’Assemblée nationale. Ce bureau autoproclamé est constitué de Roger Milien, Manès Louis y compris Sinal Bertrand et Printemps Bélizaire occupant le siège du président de l’assemblée nationale, Carl Murat Cantave et celui réservé au président de la Chambre basse Garry Bodeau.

Par ce geste, les députés Sinal Bertrand, Printemps Bélizare, Roger Milien et Manès Louis entendent dénoncer le manque de dynamisme et la partialité dont fait preuve le bureau de la Chambre des députés à l’égard du pouvoir en place. Les élus détracteurs du président de la République Jovenel Moïse évoquent entre autres le refus persistant du bureau de se pencher sur la demande de mise en accusation formulée à l’encontre du chef de l’Etat.

Les protestataires s’insurgent également contre le fait qu’aucune disposition n’a été prise pour le vote des propositions de lois dont celle sur le salaire minimum qui pourrissent dans les tiroirs des bureaux.

Par ailleurs, le député de la commune de Port-Salut Sinal Bertrand dénonce le fait qu’il a pris connaissance de la tenue de la séance sur les réseaux sociaux. Selon le parlementaire, la situation extraordinaire dans laquelle se trouve la Chambre basse nécessite une entente bien définie entre les différents blocs politiques de la chambre basse sur l’organisation de cette séance en assemblée nationale qui devait fermer la session extraordinaire et ouvrir la deuxième et dernière session de l'année législative 2019.

Sinal Bertrand qui s’autoproclame président de l’assemblée nationale se dit déterminé à garder son siège pendant le temps que cela exige afin d’empêcher la séance. Devant cette situation, des députés et sénateurs qui ont fait le déplacement pour la séance ne font que déambuler dans la salle.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :