Jeudi 6 Août, 2020

Un barrage minier rompt au Brésil: au moins 7 morts, 150 disparus

Un pont ferroviaire emporté par une coulée de boue après l'effondrement d'un barrage minier, le 25 janvier 2019 à Brumadinho, au Brésil

Un pont ferroviaire emporté par une coulée de boue après l'effondrement d'un barrage minier, le 25 janvier 2019 à Brumadinho, au Brésil

Au moins 7 personnes ont trouvé la mort et 150 étaient portées disparues vendredi, après la rupture d'un barrage du géant minier Vale dans l'État brésilien du Minas Gerais (sud-est), où un drame similaire avait fait 19 victimes en novembre 2015.

Les autorités locales ont précisé que 270 des 427 personnes qui se trouvaient sur le site de Vale ont été retrouvées en vie.

Une véritable marée de boue de couleur marron aux reflets grisâtres recouvrait d'immenses surfaces de végétation, et de nombreuses maisons ont été détruites, a constaté un photographe de l'AFP qui a survolé la zone.

"Nous ne connaissons pas encore le nombre des victimes, mais nous savons qu'il sera élevé", a-t-il ajouté. Il a précisé que la cantine avait été engloutie par la coulée de boue à l'heure du déjeuner.

Les actions de Vale ont chuté de plus de 8% à la clôture de la Bourse de New York, après avoir plongé dans un premier temps de plus de 11% à l'annonce de cette nouvelle tragédie.

Selon le gouvernement du Minas Gerais, une centaine de pompiers a été mobilisée et plusieurs dizaines hélicoptères ont été utilisés pour les secours. L'un deux apparaît dans une vidéo hissant une femme semblant blessée, tandis que deux personnes étaient enlisées dans la boue jusqu'à la taille.

"Nous allons constater les dégâts pour prendre toutes les mesures nécessaires pour atténuer la souffrance des familles de possibles victimes, ainsi que les problèmes environnementaux", a affirmé le chef de l'État lors d'un point presse depuis Brasilia.

L'un deux, le ministre de l'Environnement, Ricardo Salles, a affirmé par téléphone à l'AFP ne "pas avoir connaissance de l'ampleur des dégâts humains et environnementaux", mais a assuré que les autorités agiraient "avec la plus grande rigueur".

La municipalité de Brumadinho a diffusé sur les réseaux sociaux un communiqué demandant à la population de s'éloigner du lit de la rivière Paraopeba, qui pourrait avoir été contaminée par la coulée de boue.

Selon un photographe de l'AFP, la police a bouclé tous les accès menant à Brumadinho, et de nombreuses zones de la région ont été évacuées le temps d'évaluer jusqu'où la coulée de boue pourrait s'étendre.

"C'est incroyable que trois ans et deux mois après Mariana, un autre accident avec les mêmes caractéristiques ait lieu dans la même région", s'est insurgé Greenpeace dans un communiqué.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :