Mardi 18 Septembre, 2018

Un autre ministre de Jov. Moise épinglé dans un scandale de corruption

Jude Alix Patrick Salomon, epingle dans le scandale de corruption relatif a la question de surfacturation de kits scoaires.

Jude Alix Patrick Salomon, epingle dans le scandale de corruption relatif a la question de surfacturation de kits scoaires.

Il s’agit du dossier de surfacturation des kits scolaires, scandale de corruption qui a secoué l’administration publique en août 2017 et dans lequel l’ex-Ministre des Affaires sociales et du travail, Roosevelt Bellevue (nommé pour représenter Haiti à l’Organisation Mondiale du Commerce) était impliqué. Mais il y a un autre ministre du gouvernement démissionnaire, qui est épinglé dans un dernier rapport de la Cour Supérieur des Comptes.

La Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif remet cette affaire de surfacturation de kits scolaires sur la table des sempiternelles questions de détournements de fonds publics.  La CSC/CA révèle que ce dossier « complexe et plein d’anomalies » (classé dans les tiroirs de l’oubli ?) devrait amener l’opinion publique à comprendre que le processus de surfacturation des kits scolaires engage, par principe, deux acteurs. En plus de Roosevelt Bellevue, ex-Ministre des Affaires Sociales et du travail, il s’agit de Jude Alix Patrick Salomon qui, selon les conclusions du rapport, est personnellement responsable dans le paiement des factures liées aux kits scolaires.

En effet, en laissant parler les chiffres, le constat est claire: l’écart creusé entre la quantité de kits livrée et les commandes placées. 40, 000 kits ont été réquisitionnés, mais c’est 80, 000 qui ont été livrés, toujours selon la CSC/CA.

L’acquisition des kits scolaires, pour laquelle un montant total de quatre-vingt-quinze millions quatre cent soixante-quatre mille six cents gourdes et zéro centime (95, 464, 600.00) décaissé (réf. Relevé des dépenses du MEF) n’était pas prévue dans la programmation du projet 1312-1-12-53-14/Lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, approuvée par le Ministère de la Planification et de la Coopération Externe le 21 avril 2017 ».

« Le montant cumulé du marché, st estimé à cent dix-neuf millions trois cent quatre-vingt-neuf mille six cents (119, 389, 600.00) gourdes par l’arrêté fixant les seuils de passations de Marchés Publics du 25 mai 2012 », lit-on dans le rapport. (Sources : HPN et Le National)

Reste à savoir quelle suite légale la justice donnera à cette affaire pour laquelle une enquête avait déjà ouverte par le commissaire du gouvernement Ocnam Clamé Daméus. Sans compter les autres grands scandales de détournement de fonds dont sont victimes certaines entités de l’administration publique. Soulignons aussi, dans la foulée, le Ministère de l’Intérieur qui avait soupçonné, en octobre 2017, des cas de fraudes et d’émissions de chèques par un réseau de faussaires lors des transactions effectuées à partir d’un compte dudit ministère. Jusqu’à date, aucun résultat de cette enquête ouverte par Max Rudolph Saint-Albin.  

D’un autre côté, le président de la République, Jovenel Moïse, avait manifesté sa ferme volonté à traduire en justice tous les corrupteurs. Il avait déclaré dans un tweet, en réaction à ce dossier qui concerne directement Monsieur Bellevue : «Un acte de corruption suppose la présence de corrupteurs et de corrompus. Tous sont passibles des mêmes peines. Combattre la corruption et l'impunité est l'un des engagements de mon mandat. J'y mettrai toute ma force pour y parvenir ». Pourtant, en août dernier, l’ex-Ministre limogé, a été nommé par le chef de l’État comme représentant d’Haïti au sein de l’Organisation Mondiale du Commerce.