Vendredi 26 Avril, 2019

UEH-Violence sexuelle : une pratique trop longtemps étouffée

Sabie Paris

Sabie Paris

Qu’est-il advenu de notre corps de femmes qui a foulé le sol de l’Université d’Etat d’Haïti (UEH) ? Simple interrogation, pas assez simple pour comprendre le questionnement réflexif d’une ou de plusieurs jeunes femmes survivantes de violence sexuelle. La question de la représentativité de ce phénomène s’impose pour les chercheurs et chercheuses s’intéressant aux études quantitatives. Alors que le témoignage d’une seule survivante peut conduire à la réflexion scientifique, à la recherche qualitative pour lever un voile ou pour démystifier une pratique étouffée.

S’identifiant à la seconde posture de recherche, la pertinence et la légitimité de cet article prendra tout son sens. Les voix des survivantes de violence sexuelle à l’UEH crient au secours, elles veulent que leurs discours soient entendus et compris. Disons mieux, elles veulent se convaincre d’une vérité qui ne se hante qu’au doute de plus d’un. Face à ce double ridicule, le silence s’impose à la fois comme norme et comme solution. Car ces femmes éprouvent, entre autres, « de la honte et ont peur d’être jugées ou blâmées, voire de passer pour des menteuses » (Johnson, 2012 Dans Benoit et al, 2015). Pourtant, seule la vérité est révolutionnaire. La vérité pour qui ? La vérité pour quel groupe ? Elle est tellement relative que son essence se perd face au triomphe de la rivalité et de la trivialité qui se nourrissent entre les différents acteurs sur l’échiquier politique. Toutefois, la voix de ces jeunes femmes survivantes se résonne dans le silence, dans le vide, et ce, depuis toujours pour exiger des comptes-rendus sur l’utilisation abusive de leur corps enregistré dans un espace hautement académique.

En l’absence de leurs voix dans la liste des problématiques bouillonnantes qui prennent chair dans cet espace universitaire au sein des nombreux groupes de réflexion, les réseaux socionumériques notamment Facebook agissent comme méta-arène (Neveu, 2004, p.16-17) politique pour libérer la voix aux sans-voix dans une mouvance historique sans précédent. Assez fébrile, jugé puant par les complices et les détracteurs, cet exercice se révèle incontournable pour la compréhension de ces voix étouffées. Celles-ci sont trop longtemps catégorisées différentes (Gilligan, 2008 Dans Paperman, 2015). Depuis maintenant 8 jours, la pierre est lancée, le glas a sonné. On assiste à un défilé de témoignages poignants démystifiant à la fois les pratiques conscientes des acteurs masculins et ouvrant une fenêtre sur la honte et le dégoût que caractérise le présent des survivantes. On ne peut plus revenir en arrière. C’est dans cette lignée que figure le texte de M. Anderson Pierre, un étudiant en 4e année, en communication sociale à la Faculté des Sciences Humaines, qui dénonçait le 08 janvier 2019 les pratiques de violence sexuelle maquillée. Ce texte, encore sur sa page Facebook, a tourné la situation au vinaigre :

M sonje mwen ak kèk zanmi te lanse premye prefak gratis nan Okap an 2014.
M te nan staf k ap dirije prefak la e m te toujou bat pou evite nèg pa vin itilize pozisyon (pwofesè prefak, inivèsitè) yo pou bon sou medam yo. Gen nèg ki te di m bon Anderson pa gen nèg vagabon pase w epi w ap vin pran poz bon moun ou la. Sa kanmenm dwòl jeneralman nèg sa yo se nèg ki toujou gen diskou imanis, ki toujou ap kritike politisyen men kan yo nan pozisyon a nivo pi ba yo pa ezite repwodui menm pratik yo. Se pa mwen ki pwal di nou nan prefak jenn gason toujou fè medam yo konprann ke yo se nèg fò, ke se si yo travay ak medam yo yo pa ka pa bon nan inivèsite. Men se jis pou koupe medam yo. Poutan menm yo menm lan ankò se gwo militan wi ki toujou vle defann dwa moun.

 

Un autre texte présente quelques minutes plus tard, dans la même lancée, de manière très fébrile les pratiques de violences maquillées qui se cachent sur le label de l’émancipation à la Faculté des Sciences Humaines, cet évangile réparateur, cet évangile de libération pour gagner les âmes perdues. « Ton corps t’appartient, fais-en ce que tu veux. Mais, ton corps nous appartient également, on en fera ce qu’on voudra », fin du discours. Allant dans le même sens, plusieurs autres textes ne cessent de poindre depuis ce jour sur Facebook pour dénoncer ouvertement les pratiques sans cibler les responsables. Certains d’entre eux en ciblent des responsables (personnes et/ou clan). Les trivialités et les rivalités entre les clans ensommeillés refont surface pour tenter de noyer le vrai débat qui est celui d’alerter l’intérêt général sur une pratique réelle d’agression sexuelle, de harcèlement sexuel, d’agression physique et d’agression verbale, qui prennent chair contre les femmes qui foulent le sol de l’UEH.

Ce débat, aussi fébrile, soit-il, montre que le corps de la femme est appréhendé comme un terrain de coalition, de rivalité et de compromis entre les différents acteurs masculins en positions de pouvoir à l’UEH, et ce, à tous les niveaux. Ces acteurs en mal de virilité sont prêts à tout pour arriver à leur fin en rangeant de leurs côtés toutes les manigances ouvertes ou latentes. Ils se convertissent comme émancipateur qui émancipe les femmes que la socialisation (primaire et secondaire) hautement judéo-chrétienne a rendu coincée. Face à ce processus d’émancipation « Zombi », des postulantes au concours, des étudiantes de la faculté des Sciences Humaines ont laissé leur peau. Ces survivantes sont condamnées à vivre avec des regrets ou des remords pour avoir été forcées à franchir une étape de leur processus de subjectivation interne.

Si elles ont été victimes au préalable de l’éducation familiale, religieuse qui ne leur ont pas permis d’avoir le contrôle sur leur corps sans le sacraliser. Elles n’ont pas pu être acceptées dans le monde nouveau de l’émancipation « Zombi » qui place à leur visage la honte, le remords et le dégoût. Combien de femmes qui sont passées par là ? Combien de femmes qui sont restées là-bas ? Personne ne sait pour le moment. Et de là, sommes-nous en train de dire que toutes les femmes qui sont passées par cet évangile de l’émancipation sont toutes des victimes ?

Pas du tout. Sans placer de mot sur la bouche de celles qui se disent accepter de jouir de leur corps en toute conscience et ce n’est pas un problème réel, notre vrai questionnement serait le suivant : les femmes qui sont passées par le baptême de l’émancipation, ont-elles consenti en toute conscience ou ont-elles cédé pour des avantages qui résulteraient du fait qu’elles seraient acceptées comme membre d’un groupe ? Sinon, pourquoi celles-là qui refusent d’accepter ce baptême doivent vivre un enfer d’intimidation constante, d’agression verbale et même physique de la part des bourreaux et des initiées (Goffman, 1975) ?  

Face à ces discours qui se propulsent, qui se bousculent également sur la toile, toute la légitimité de la Faculté des Sciences Humaines et de l’UEH se posent. Elle se pose à tous les niveaux d’ailleurs. Cette inquiétude se manifeste ouvertement à travers la simple question, n’aviez-vous pas honte de venir ternir l’image de l’institution sur le grand boulevard des réseaux socionumériques (Facebook) ? Alors que la vraie question devrait être, pourquoi cette question n’a jamais été posée avant à l’UEH dans un espace universitaire, un espace de réflexivité ?  Certaines de ces voix se sont soulevé en toute innocence pour demander une trêve, une innocence démasquée rapidement parce que jugée égoïste par plus d’un.

Alors que d’autres voix se sentent menacées par ce discours révélateur des pratiques trop longtemps verrouillées à double tour. Seule la vérité est révolutionnaire. Mais, la grande vérité reste que les femmes survivantes de violence sexuelle sont les victimes des faiblesses administratives de l’UEH globalement et spécifiquement de la FASCH. Elles doivent tout négocier avec tous les acteurs (administrateurs, professeurs, étudiants), elles doivent céder pour avoir les notes, pour rédiger leur mémoire, pour les mises à niveau, pour être membre des groupes de réflexion… Certaines consentent véritablement. D’autres pensent consentir ; mais cèdent pour être acceptée en étant également consciente. Au final, le souci de réussir pousse ces femmes à céder face à la manigance maquillée de tous les acteurs masculins en mal de virilité pourvu qu’elles réussissent leur cours et décrochent leur diplôme, l’expression concrète des 4, 5, 6, 8, 10 années passées en licence. Hélas !!! Le défi d’aider la famille, les proches les attendent. Sur ce point, mêmes les hommes universitaires peuvent s’élever la voix pour cibler des formes d’oppression constante dont ils sont victimes en rapport aux faiblesses administratives enregistrés à l’UEH et à la FASCH. Face à cette oppression globale, les femmes survivantes n’auront que pour mot : le silence.

Plus que jamais, la violence sexuelle faite aux femmes en milieu universitaire s’impose ouvertement à ceux et celles-là qui ont l’intention de fouiller plus loin sur les composantes multiples de cette problématique. Une fois reconnue par tous les acteurs et actrices comme un problème élucidé et réel, les solutions drastiques en termes d’adoption et de mise en application d’un cadre légal s’imposent. De toute façon, une lutte, un cadre d’intervention s’offre à tous les intéressés et intéressées (toute discipline confondue) afin de s’auto sensibiliser et de sensibiliser les autres sur les comportements responsables à adopter dans le domaine de la sexualité.

Spécifiquement, nous, les féministes haïtiennes, sommes invitées à prendre part activement à la définition de cet espace de réflexion scientifique en proposant des documents, des vidéos accessibles, des ateliers de formation entre autres qui auront pour but de sensibiliser la société haïtienne sur ce phénomène global et spécifiquement présent en milieu universitaire. Ce processus d’apprentissage et d’autoapprentissage aura pour but d’informer les lignes claires et étanches à ne pas dépasser si l’on ne souhaite pas valser sur le terrain de l’agression sexuelle, du harcèlement sexuel, bref de la violence sexuelle.

Cette lutte spécifique vient de se pointer sur la toile avec toute sa légitimité. Sa légitimité ne peut en aucun cas invisibiliser la demande de fonds de Petrocaribe, ni effacer les revendications légitimes liées à la réforme Universitaire. Au contraire, on veut inscrire ce point fondamental à la demande légitime de la réforme de l’UEH. De plus, on exige avec toutes nos forces la lumière sur l’utilisation des fonds Petrocaribe. Et de toutes nos forces, on exige réparation. Cette réparation se traduira par des actes concrets venant de plusieurs acteurs de la FASCH, de l’UEH pour non seulement stopper cette pratique et de plus agir en conséquence pour protéger les prochaines générations de jeunes femmes universitaires. L’écriture d’un tel article nous pousse encore à réfléchir plus loin sur une radiographie externe touchant les Université privées du pays.

En ce sens, l’on se demande avec beaucoup de peine, quelle serait la radiographie de ce phénomène dans les autres espaces universitaires du pays en tenant compte du simple fait que la FASCH et les autres entités de l’UEH représentent encore malgré tout un espace réflexif, avant-gardiste sur des sujets multiples en lien aux inégalités sociales ? En attendant de faire le prochain pas systématique dans cette lutte, on se contente de soupirer une dernière fois : « seule la vérité est révolutionnaire » comme a pu déclarer Antonio Gramsci.

Sabie Paris

Féministe intersectionnelle

Étudiante en maitrise en travail social/Université de Moncton (Moncton/ Nouveau-Brunswick/Canada)

 

Bibliographie

Canada : Forum fédéral-provincial-territorial des hautes et hauts fonctionnaires      responsables de la condition féminine, Benoit, C et al. (2015). Dossier      d’information : La violence à caractère sexuel faite au Canada.

Fougeyrollas, P. (2010). La funambule, le fil et la toile. Québec : Presses de l’Université    Laval.

Goffman, E. (1975). Stigmate : les usages sociaux des handicaps. Paris : Les Éditions de   Minuit.

Masson, D. (2013). Femmes et handicap. Recherches féministes, 26 (1), 111-129.

Neveu, É. (2000). Sociologie des mouvements sociaux. Paris : Éditions la Découverte.        « Repères ».

Paperman, P. (2015). L’éthique du care et les voix différentes de l’enquête. Recherches     féministes, 28 (1), 29-44

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :