Vendredi 17 Août, 2018

Trump célèbre la libération d'un Américain détenu au Venezuela

Donald Trump a salué samedi la libération de Joshua Holt, un  missionnaire mormon âgé de 26 ans arrêté en juin 2016 dans sa résidence près de Caracas par les services de renseignement vénézuéliens qui l'accusaient d'organiser des groupes armés pour déstabiliser le président Nicolas Maduro.
(crédit photo ; AFP)

Donald Trump a salué samedi la libération de Joshua Holt, un missionnaire mormon âgé de 26 ans arrêté en juin 2016 dans sa résidence près de Caracas par les services de renseignement vénézuéliens qui l'accusaient d'organiser des groupes armés pour déstabiliser le président Nicolas Maduro. (crédit photo ; AFP)

 Donald Trump s'est réjoui samedi de la libération d'un Américain détenu au Venezuela, Joshua Holt, qui ponctue une semaine pourtant marquée par un durcissement du ton de Washington face à Caracas après la réélection du socialiste Nicolas Maduro, qualifiée de "farce".

Missionnaire mormon âgé de 26 ans, Joshua Holt avait été arrêté en juin 2016 dans sa résidence près de Caracas par les services de renseignement vénézuéliens qui l'accusaient d'organiser des groupes armés pour déstabiliser le président Nicolas Maduro, ce qu'il a toujours démenti.

"Bonne nouvelle avec la libération de l'otage américain au Venezuela", a écrit Donald Trump sur Twitter samedi matin. "Les formidables habitants de l'Utah célèbrent" ce moment, a-t-il poursuivi en référence à cet Etat américain à forte population mormone d'où est originaire Joshua Holt.

Les proches du jeune missionnaire ont remercié "tous ceux qui ont participé à ce miracle", dans un communiqué transmis par son avocat au Venezuela, Carlos Trujillo, évoquant la "période d'angoisse" qu'ils ont traversée depuis son arrestation.

Selon le sénateur républicain de l'Utah Orrin Hatch, l'épouse vénézuélienne de Joshua Holt, Thamara, arrêtée en même temps que lui, a également été libérée. "Je suis heureux d'annoncer qu'après deux ans de durs efforts, nous avons obtenu la libération de Josh et Thamy Holt, qui sont désormais en route vers chez eux aux Etats-Unis".

Le couple Holt devrait arriver à Washington en fin de journée et être reçu à la Maison Blanche vers 19H00, (23H00 GMT), a indiqué Donald Trump sur Twitter.

Cette annonce intervient au lendemain d'une rencontre surprise à Caracas entre l'influent sénateur américain Bob Corker, président républicain de la commission des Relations extérieures, et le président socialiste Nicolas Maduro, qui vient d'être réélu pour un deuxième mandat après une élection qualifiée de "farce, ni libre ni équitable", par le vice-président américain Mike Pence.

Au lendemain de l'élection du 20 mai, Washington a imposé de nouvelles sanctions visant à isoler plus encore le régime vénézuélien. La quasi totalité de ses responsables gouvernementaux sont déjà visés par des sanctions européennes ou américaines, y compris Nicolas Maduro.

Les Etats-Unis, qui achètent un tiers du brut vénézuélien, ont menacé par le passé d'un embargo pétrolier et interdisent à leurs citoyens toute transaction sur la dette vénézuélienne.

Nicolas Maduro "a tenu une réunion très importante avec le sénateur républicain Bob Corker (...) toujours pour rechercher la paix, le dialogue fertile", avait indiqué à la presse le ministre vénézuélien de la Communication, Jorge Rodriguez vendredi.

 

Nicolas Maduro a tweeté plusieurs photos et vidéos de la rencontre. "La république bolivarienne du Venezuela recevra quiconque désire dialoguer. Nous sommes un peuple un de paix, qui travaille inlassablement pour le bien-être du pays", a-t-il déclaré.

Joshua Holt était apparu à la mi-mai dans des vidéos filmées dans un centre de détention des services de renseignement et diffusées par des membres de l'opposition vénézuélienne qui réclamaient la libération des prisonniers.

"Je m'adresse au peuple américain. J'ai besoin de votre aide pour me sortir d'ici (...) Voilà deux ans que j'implore mon gouvernement. Ils disent être mobilisés mais je suis toujours là. Et à présent ma vie est menacée", disait-il.

Jeudi, après avoir prêté serment comme président réélu devant l'Assemblée constituante, formée uniquement de ses partisans, Nicolas Maduro avait proposé de libérer des opposants incarcérés pour "surmonter les blessures laissées par les manifestations, les conspirations".

Vendredi, 14 manifestants incarcérés au Venezuela depuis avril ont été libérés, selon l'ONG Foro Penal, qui estime que le pays compte encore quelque 350 "prisonniers politiques", ce que le gouvernement socialiste dément.