Mercredi 26 Septembre, 2018

Trois nouvelles journées de manif annoncées sur trois départements

Moise Jean Charles lors d'une manifestation le 13 septembre 2017. Photo : Jeanty Junior Augustin/K2D

Moise Jean Charles lors d'une manifestation le 13 septembre 2017. Photo : Jeanty Junior Augustin/K2D

Moïse Jean-Charles est monté au créneau ce mercredi. Le leader de la Plateforme politique Pitit Dessallines a communiqué un nouveau calendrier de mobilisations. Trois nouvelles journées sont prévues pour les 14, 15 et 16 mars prochain, respectivement aux Cayes, à Port-au-Prince et à Cap-Haïtien.

« Il s’agit de continuer de dénoncer les dérives de l’administration Moise-Lafontant, notamment la dilapidation des fonds Petro Caribe », explique le leader autoproclamé de l’opposition. L’ex-parlementaire dénonce des jours difficiles sur les plans économique et politique pour la population.

Moise voit d’un très bon œil la décision d’imposer la gourde comme monnaie unique des transactions en Haïti, tout en concédant ses réserves sur son application effective. « Jovenel Moise ne pourra pas l’appliquer à cause de ses redevances envers ceux qui avaient financé sa campagne électorale », pense-t-il.

La dernière fois que Moise Jean-Charles s’était fait remarquer dans les rues, c’était le 9 janvier. Ses partisans avaient affirmé qu’il aurait été « victime d’une tentative d’assassinat » à l’intersection de Delmas 52 (autoroute de Delmas).

Vingt-quatre heures auparavant, Moïse Jean-Charles avait relâché quelques confidences concernant sa santé fragile. « Nous avons été attaqués à maintes reprises par des jets de gaz lacrymogène, tout le monde le sait. Sous recommandation de notre médecin, nous ne devons plus subir à nouveau de tels assauts  », insistait-il.